jump to the content

Grottes de Mogao

Mogao Caves

Situated at a strategic point along the Silk Route, at the crossroads of trade as well as religious, cultural and intellectual influences, the 492 cells and cave sanctuaries in Mogao are famous for their statues and wall paintings, spanning 1,000 years of Buddhist art.

Grottes de Mogao

Situées en un point stratégique de la Route de la soie, à un carrefour de la circulation des richesses et des influences religieuses, intellectuelles et culturelles, les 492 cellules et sanctuaires rupestres de Mogao sont célèbres pour leurs statues et leurs peintures murales, qui reflètent un millénaire d'art bouddhique.

كهوف موغاو

تقع خلايا موغاو ومعابدها الصخريّة التي يبلغ عددها 492، عند نقطةٍ استراتيجيّةٍ من طريق الحرير على ملتقى بين الثروات والتأثيرات الدينيّة والفكريّة والثقافيّة، وهي معروفة بتماثيلها وجدرانيّاتها التي تسرد تاريخ ألف عام من الفنّ البوذي.

source: UNESCO/ERI

莫高窟

莫高窟地处丝绸之路的一个战略要点。它不仅是东西方贸易的中转站,同时也是宗教、文化和知识的交汇处。莫高窟的492个小石窟和洞穴庙宇,以其雕像和壁画闻名于世,展示了延续千年的佛教艺术。

source: UNESCO/ERI

Пещеры Могао

Пещерные святилища Могао (которых всего 492) расположены в стратегически важной точке Великого Шелкового Пути, на перекрестке торговых дорог, а также религиозных, культурных и духовных взаимовлияний. Кельи известны своими скульптурами и настенной живописью, создававшимися на протяжении тысячи лет развития буддийского искусства.

source: UNESCO/ERI

Grutas de Mogao

Las 429 celdas y santuarios rupestres de Mogao se hallan en un antiguo lugar estratégico de la Ruta de la Seda, que fue la encrucijada de un comercio próspero y el punto de intersección de diversas corrientes religiosas, culturales e intelectuales. Las grutas son famosas por sus estatuas y pinturas murales representativas de un milenio de arte búdico.

source: UNESCO/ERI

莫高窟

source: NFUAJ

Mogao grotten

In het woestijnlandschap van het uiterste noordwesten van de provincie Gansu, bevinden zich de Mogao kliffen, die de oostelijke rand vormen van de berg Mingsha. De kliffen stijgen boven de Dachuan rivier uit, 25 kilometer ten zuidoosten van de Dunhuang oase. In de kliffen bevinden zich de beroemde Grotten van duizend Boeddha's (Qianfodong) met daarin 492 natuurlijke cellen en rotsheiligdommen. De grotten bevinden zich op een strategisch punt van de Zijderoute, op kruispunten van handel en van religieuze, culturele en intellectuele invloeden. De meeste cellen en tempels zijn gebouwd in de 5e eeuw tot aan de 14e eeuw, waarna de regio in verval raakte.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Grottes de Mogao © Neville Agnew
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Creusées dans les falaises qui surplombent la Dachuan, au sud-est de l'oasis de Dunhuang, dans la province du Gansu, les grottes de Mogao abritent depuis le IVe siècle la plus vaste collection au monde des plus beaux joyaux de l’art bouddhiste. Réalisées en 366 apr. J.-C., elles représentent la quintessence de l’art bouddhiste du IVe au XIVe siècle. Les 492 grottes conservées à ce jour réunissent 45.000 mètres carrés de peintures murales et plus de 2.000 statues peintes. La grotte 302 de la dynastie Sui montre des scènes parmi les plus anciennes et les plus saisissantes illustrant, à l’image de ce chameau attelé à un chariot utilisé lors des expéditions commerciales de l’époque, les échanges culturels qui ponctuèrent la Route de la Soie. Les grottes 23 et 156 de la dynastie Tang montrent, l’une, des travailleurs dans les champs et, l’autre, une colonne de guerriers. Dans la grotte 61 de la dynastie Song, le célèbre paysage du Mont Wutai est l’un des exemples les plus anciens de cartographie artistique chinoise, où aucun détail n’est négligé – tout y figure, montagnes, fleuves, villes, temples, routes et caravanes.        

Témoignage de l’évolution de l’art bouddhiste dans le nord-ouest de la Chine, les grottes de Mogao ont une valeur historique inégalée. Ces œuvres montrent de façon très vivante divers aspects de la politique, de l’économie, de la culture, des arts, de la religion, des relations ethniques mais aussi les vêtements de tous les jours dans la Chine occidentale de l’époque médiévale. Le style artistique de Dunhuang est unique non seulement parce qu’il allie la tradition han et les styles adaptés des coutumes provenant de l’Inde et de l’école de Gandhara mais aussi parce qu’il incorpore les arts des Turcs, des Tibétains anciens et d’autres minorités ethniques chinoises. Ces chefs-d’œuvre sont pour beaucoup l’expression créative d’un talent esthétique sans égal.     

La découverte, en 1900, de la Grotte bibliothèque de Mogao et de ses dizaines de milliers de manuscrits et d’objets anciens est considérée comme la plus importante au monde pour la culture ancienne de l’Orient. Ce patrimoine fondamental constitue une référence d’une valeur inestimable pour l’étude de l’histoire complexe de la Chine ancienne et de l’Asie centrale.

 

Critère (i): L’ensemble des grottes de Mogao est une réalisation artistique unique si l’on considère à la fois l’organisation de l’espace, soit 492 grottes creusées sur cinq niveaux, et la production de plus de 2.000 sculptures peintes et de près de 45.000 mètres carrés de peintures murales, parmi lesquelles figurent certains des chefs-d’œuvre de l’art chinois.

 

Critère (ii): Pendant un millénaire, de la période de la dynastie des Wei du Nord (386-534) à la dynastie mongole des Yuan (1276-1386), les grottes de Mogao ont joué un rôle décisif dans les échanges artistiques entre la Chine, l’Asie centrale et l’Inde.

 

Critère (iii): Les peintures de Mogao sont un témoignage exceptionnel des civilisations de la Chine ancienne pendant les dynasties Sui, Tang et Song.

 

Critère (iv): Les grottes des Mille Bouddhas constituent un exemple remarquable de sanctuaire d’art rupestre bouddhiste.

 

Critère (v): Occupé par des moines bouddhistes de la fin du XIXe siècle à 1930, le complexe d'art rupestre de Mogao, administré par l'Institut de recherche des vestiges culturels de Dunhuang, témoigne de l'établissement monastique traditionnel.

 

Critère (vi): Les grottes sont étroitement associées à l’histoire des relations entre les continents et à la propagation du bouddhisme en Asie. Plusieurs siècles durant, l’oasis de Dunhuang, située à la jonction de deux pistes de la Route de la Soie, eut le privilège d’être un relais de poste par où transitaient bien sûr des marchandises mais aussi des idées, comme en témoignent les manuscrits en chinois, en tibétain, en sogdien, en khotanais, en ouïghour et même en hébreux qui ont été découverts dans les grottes.

 

Intégrité

Les grottes de Mogao comprennent des grottes, des peintures murales, des sculptures peintes, des vestiges architecturaux, des vestiges culturels meubles présentant encore les caractéristiques de la période à laquelle ils ont été créés. L'utilisation continue des grottes de Mogao pour le tourisme a en effet favorisé son importance historique. Le bien et la zone tampon contiennent tous les éléments qui permettent de mettre en évidence les valeurs des grottes de Mogao et garantissent l’intégrité du bien du patrimoine et de son environnement. Des documents rédigés dans diverses formes d’écriture, Xia de l’Ouest, Asie centrale et phags-pa, ont été découverts lors des fouilles archéologiques menées dans les 243 grottes situées dans la partie nord des grottes de Mogao. C’est dans ces grottes, qui jadis servirent également de cimetière, que vivaient et méditaient les moines. Les grottes de Mogao réunissent la partie nord et la partie sud de l’ensemble.

Authenticité

L’emplacement et la disposition du bien correspondent au contexte historique authentique dans lequel furent crées les grottes. L’agencement, les matériaux, les traditions, les techniques, l’esprit et l’impression donnée par les grottes, les peintures murales, les sculptures peintes et les vestiges culturels meubles présentent toujours les caractéristiques des époques pendant lesquelles ils furent créés. L’ouverture au tourisme a renforcé la portée historique des grottes de Mogao. Les plans de conservation, qui ont défini les principes directeurs de l’utilisation et de la conservation des grottes, garantiront par conséquent l’authenticité du site et de son contexte. 

 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Les grottes de Mogao ont été inscrites sur la Liste du patrimoine mondial en 1987. En sa qualité d’État partie, la Chine a placé tous les sites du Patrimoine mondial sous haute protection. En 1961, les grottes de Mogao ont été recensées par le Conseil d’État parmi les Sites bénéficiant de la protection prioritaire de l’État et placées sous la protection des lois du pays dont la Loi de la République populaire de Chine sur la protection des vestiges culturels. Les Réglementations relatives à la conservation des grottes de Mogao à Dunhuang, province du Gansu (2002), ont confirmé la délimitation de l’aire de conservation. Le plan directeur pour la conservation des grottes de Mogao à Dunhuang (2006-2025), qui a été remis au gouvernement de la province du Gansu et sera publié sous peu, définit en outre une zone de contrôle des constructions, qui recoupe la zone tampon. Ces deux directives sont les principales mesures adoptées en vue de la préservation de l’authenticité et de l’intégrité des grottes de Mogao. Le Bureau administratif des grottes de Mogao a travaillé en coopération avec des homologues internationaux afin d’étudier la conservation et la gestion de site et est déterminé à poursuivre son travail de préservation du patrimoine du site. 

A l’avenir, l’objectif consistera à mettre en application les mesures définies dans le plan de gestion dans les délais prévus, à tirer des leçons de l’expérience réunie tant en Chine qu’à l’étranger en matière de conservation et de gestion des biens du patrimoine, à veiller à l’authenticité et à l’intégrité du bien du patrimoine et de son contexte et à garantir aux générations futures l’accès à toute l’histoire et à la valeur du bien.

Description longue

Le groupe de grottes de Mogao est une réalisation artistique tout à fait unique, du fait de l'organisation de son espace en cellules et en temples aménagés sur cinq niveaux différents, et par son décor exceptionnel : plus de 2 000 sculptures creusées dans la paroi rocheuse, puis revêtues d'argile et peintes, et environ 45 000 m2 de peintures murales, comprenant de nombreux chefs-d'œuvre de l'art chinois.

Les falaises de Mogao, qui forment la partie orientale du mont Mingsha, se dressent dans le paysage désertique de l'extrémité nord-ouest de la province du Gansu. Ces falaises, qui s'élèvent au-dessus de la Dachuan, 25 km au sud-est de l'oasis de Dunhuang, sont percées de 492 cellules naturelles et sanctuaires rupestres qui couvrent plus de 1 600 m, et sont connues comme les célèbres grottes des Mille Bouddhas (Qianfodong). L'histoire de ces grottes est indissolublement liée à celle des premières expéditions chinoises contre les nomades des steppes de Mongolie et de l'Asie centrale.

Après l'échec à peu près total de l'expédition de Zhang Qian dans l'ancienne Bactriane, en 139-126 av. J.-C., un long tronçon de muraille fut construit pour protéger la frontière nord. Les premiers postes militaires, comme celui de Dunhuang, furent établis en 117 av. J.-C. ; deux ans plus tard, leur nombre avait doublé. Le contrôle de la passe de Hexi et de la route des oasis, au centre de la Route de la soie, qui reliait la Chine au monde méditerranéen, fut à l'origine d'incessants conflits entre les souverains chinois et les nomades.

Dunhuang devait rester isolé de l'empire du Milieu pendant de longues périodes, et forma donc une enclave cosmopolite où tous les peuples d'Asie se mélangèrent. Nombre de religions étrangères y étaient représentées, et les oasis caravanières comptaient des fidèles du bouddhisme, du nestorianisme et de l'islam. Selon une inscription, les moines bouddhistes s'installèrent dans les grottes de Mogao en 366 apr. J.-C., mais l'État ne reconnut leur religion comme officielle qu'en 444.

La plus grande partie des cellules et des temples a été construite entre le Ve et le XIVe siècle, lorsque la région commença à décliner. Plusieurs moments importants de l'histoire de l'Asie centrale sont illustrés dans les grottes ; les fresques qui illustrent des thèmes de doctrine et reflètent l'enseignement de la transcendance sont du VIIe siècle, époque durant laquelle la dynastie des Tang renforça son contrôle sur la Route de la soie.

Les premiers sujets tantriques apparaissent à l'époque de l'occupation de Dunhuang par les Tibétains, de 790 à 851. Au lendemain de la conquête du Gansu par les Tangouts, ces sujets connurent une faveur croissante, encouragée par la prolifération des sectes de lamas à l'époque du Xia occidental (1036-1227). En 1900, la découverte par le moine taoïste Wang Yuan-Lu (Wang Guolu), de quelque 45 000 manuscrits, dans une grotte où ils avaient été cachés à l'approche des Tangouts, est liée à cette même invasion de 1036. Bien que dispersée aujourd'hui, cette fabuleuse collection demeure l'une des sources fondamentales de l'histoire de l'Asie.

Les grottes de Mogao sont étroitement associées à l'histoire des relations transcontinentales et à celle de la propagation du bouddhisme en Asie. Compte tenu de leur lien étroit avec l'histoire de la Chine, elles offrent une anthologie de l'art bouddhique, avec des peintures et des sculptures qui couvrent un millénaire. De plus, dans la mesure où elles étaient encore occupées par des moines bouddhistes entre la fin du XIXe siècle et 1930, le complexe d'art rupestre de Mogao, administré par l'Institut de recherche des vestiges culturels de Dunhuang, est un important exemple d'établissement monastique traditionnel.

Source : UNESCO/CLT/WHC