English Français
Aidez maintenant !

Centre historique de Mexico et Xochimilco

Historic Centre of Mexico City and Xochimilco

Built in the 16th century by the Spanish on the ruins of Tenochtitlan, the old Aztec capital, Mexico City is now one of the world's largest and most densely populated cities. It has five Aztec temples, the ruins of which have been identified, a cathedral (the largest on the continent) and some fine 19th- and 20th-century public buildings such as the Palacio de las Bellas Artes. Xochimilco lies 28 km south of Mexico City. With its network of canals and artificial islands, it testifies to the efforts of the Aztec people to build a habitat in the midst of an unfavourable environment. Its characteristic urban and rural structures, built since the 16th century and during the colonial period; have been preserved in an exceptional manner.

Centre historique de Mexico et Xochimilco

Bâtie au XVIe siècle par les Espagnols sur les ruines de Tenochtitlan, ancienne capitale aztèque, Mexico est aujourd'hui l'une des villes les plus grandes et les plus peuplées du monde. Outre ses cinq temples aztèques dont on a identifié les restes, on y trouve également la cathédrale, la plus grande du continent, ainsi que plusieurs bâtiments publics du XIXe et du XXe siècle, par exemple le Palacio de Bellas Artes. Xochimilco, à 28 km au sud du centre de Mexico, avec son réseau de canaux et d'îlots artificiels, est un témoignage exceptionnel des efforts du peuple aztèque pour construire un habitat au milieu d'un environnement peu favorable. Les structures urbaines et rurales, définies depuis le XVIe siècle et pendant la période coloniale, y ont été préservées de façon exceptionnelle.

الوسط التاريخي في مكسيكو وكزوشيميلكو

تُعتبر مكسيكو التي بناها الاسبان في القرن السادس عشر على أنقاض عاصمة الأزتيك القديمة تينوشتيتلان، وهي اليوم إحدى أهمّ المدن في العالم من حيث المساحة والكثافة السكّانية. فنجد فيها غير معابد الأزتيك الخمسة التي حُّددت بقاياها، الكاتدرائية الأكبر في القارة، بالاضافة إلى عدّة مبانٍ عامّة تعود الى القرن التاسع عشر والقرن العشرين كقصر الفنون الجميلة مثلاً. أما مدينة كزوشيميلكو التي تبعد 28 كلم جنوب وسط مكسيكو والتي تتميّز بشبكة القنوات فيها وبالجزر الصغيرة الاصطناعية، فتشهد على جهود شعب الازتيك في بناء مسكن في وسط بيئة غير مناسبة لذلك. فالمنشآت في المدن وفي الريف المعروفة منذ القرن السادس عشر وفي خلال فترة الاستعمار، تمّت المحافظة عليها بشكل استثنائي.

source: UNESCO/ERI

墨西哥城与赫霍奇米尔科历史中心

墨西哥城建于公元16世纪,当时西班牙人在特诺奇蒂特兰的废墟上建造了古阿兹特克首都。墨西哥城今天仍然是世界上最大、人口最稠密的城市之一。除了5座阿兹特克庙宇之外,这里还有拉丁美洲最大的教堂,以及19世纪和20世纪建造的许多公共建筑,精美艺术品宫殿就是其中的代表。赫霍奇米尔科城位于墨西哥城南28公里处,那里密集的运河和人造岛屿展示了一幅阿兹特克人通过不懈努力在艰苦环境中建立起居所的画面。当地建于公元16世纪和殖民时期的典型城市和乡村建筑都被完好地保留了下来。

source: UNESCO/ERI

Исторический центр Мехико и Сочимилько

Построенный испанцами в XVI в. на руинах древней столицы ацтеков Теночтитлана, Мехико является ныне одним из самых крупных и плотно населенных мегаполисов мира. Здесь находятся руины пяти ацтекских храмов, кафедральный собор (крупнейший на континенте) и несколько прекрасных общественных зданий XIX-XX вв., таких как Дворец изящных искусств. Сочимилько расположен в 28 км к югу от Мехико. Своей системой каналов и искусственных островов он являет пример того, как ацтеки умели строить свои поселения в мало подходящей для этого природной среде. Его характерные городские и сельские постройки, воздвигавшиеся начиная с XVI в. и во время колониального периода, отлично сохранились.

source: UNESCO/ERI

Centro histórico de México y Xochimilco

Construida por los españoles en el siglo XVI sobre las ruinas de Tenochtitlán, la antigua capital azteca, la ciudad de México es hoy una de las capitales más grandes y pobladas el mundo. Además de los vestigios de los cinco templos aztecas localizados hasta ahora, la ciudad posee la catedral más grande del continente y hermosos edificios públicos de los siglos XIX y XX como el Palacio de Bellas Artes. Situado a 28 kilómetros al sur del centro de México, el sitio de Xochimilco con sus redes de canales e islas artificiales constituye un ejemplo excepcional de los trabajos de los aztecas para construir un hábitat en un entorno hostil al hombre. Las estructuras urbanas y rurales creadas a partir del siglo XVI durante el periodo colonial se han conservado admirablemente.

source: UNESCO/ERI

メキシコ・シティ歴史地区とソチミルコ

source: NFUAJ

Historisch centrum van Mexico Stad en Xochimilco

Mexico Stad werd in de 16e eeuw gebouwd door de Spanjaarden op de ruïnes van Tenochtitlan, de oude Azteekse hoofdstad. De stad heeft vijf Azteekse tempels, een kathedraal (de grootste van het continent) en een aantal prachtige 19e en 20e-eeuwse openbare gebouwen zoals het Palacio de las Bellas Artes. Xochimilco ligt 28 kilometer ten zuiden van Mexico Stad. De stad heeft een netwerk van kanalen en kunstmatige eilanden, dat toont hoe de Azteken geprobeerd hebben een onherbergzaam gebied bewoonbaar te maken. De karakteristieke stedelijke en landelijke structuren – gebouwd vanaf de 16e eeuw en tijdens de koloniale periode – zijn goed bewaard gebleven.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Palacio de Bellas Artes © Esparta
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les Aztèques ont construit ce qui devait devenir la capitale de leur empire sur une petite île du lac Texcoco, dans la vallée de Mexico. Des témoignages de l’époque de l’arrivée des conquérants espagnols à Tenochtitlan, capitale de l’empire aztèque, évoquent l’existence du grand lac couvert d’une multitude de pirogues et la ville insulaire avec ses nombreux oratoires en forme de tours et de forteresses éblouissantes de blancheur. Les conquérants espagnols détruisirent la ville insulaire de Tenochtitlan et commencèrent à assécher le lac qui l’entoure.

Ils construisirent la capitale de la Nouvelle-Espagne, Mexico, la « ville des palais », sur les ruines de la cité préhispanique, selon un modèle européen légèrement modifié par l’intervention d’artisans et d’ouvriers autochtones, et influencé par les canaux et les rivières qui avaient structuré la ville préhispanique. Le Mexique indépendant a maintenu sa capitale au même endroit et a ajouté ses influences stylistiques au palimpseste architectonique qui subsiste aujourd’hui.

Du XIVe au XIXe siècle, Tenochtitlan, puis Mexico, ont exercé une influence décisive sur le développement de l’architecture, des arts monumentaux et de l’utilisation de l’espace, tout d’abord sous l’empire aztèque, puis en Nouvelle-Espagne. L’ensemble monumental du Templo Mayor (Temple principal) témoigne de manière exceptionnelle des cultes d’une civilisation disparue, tandis que la cathédrale et le Palais des Beaux-Arts sont des exemples d’architecture coloniale et de la fin du XIXe siècle. La capitale de la Nouvelle-Espagne, caractérisée par son plan en damier, l’espacement régulier de ses places et de ses rues et la splendeur de son architecture, constitue un exemple fondamental d’établissements espagnols du Nouveau Monde. Les monuments, groupes d’édifices ou sites actuellement  au cœur de l’immense agglomération d’aujourd’hui illustrent dans une large mesure les origines et la croissance de cette ville qui a dominé la région pendant plusieurs siècles. 

Le paysage lacustre de Xochimilco, à 28 km au sud de la ville, est le seul vestige conservé d’aménagement traditionnel préhispanique du territoire dans les lagunes du bassin de Mexico. Au milieu d’un réseau de petits canaux, sur les bords du lac résiduel de Xochimilco (partie sud du grand lac asséché de Texcoco), on voit encore quelques jardins flottants, les chinampas. Certaines parties de ce paysage à la fois naturel et artificiel constituent aujourd’hui une « réserve écologique ».

Critère (ii) : Du XIVe au XIXe siècle, Tenochtitlan, puis Mexico, ont exercé une influence décisive sur le développement de l’architecture, des arts monumentaux et de l’organisation de l’espace, dans le royaume aztèque, puis en Nouvelle-Espagne.

Critère (iii) : Avec les restes des cinq temples antérieurs à la grande pyramide et surtout l’énorme monolithe de Coyolxauhqui, symbolisant la fin de l’ancienne cosmogonie et l’avènement de Huitzilopochtli, divinité tribale des Aztèques, l’ensemble monumental du Templo Mayor apporte un témoignage exceptionnel sur les cultes d’une civilisation disparue.

Critère (iv) : La capitale de la Nouvelle-Espagne, caractérisée par son plan en damier, l’ordonnance régulière de ses places et de ses rues, la splendeur de son architecture religieuse (Cathédrale, Santo Domingo, San Francisco, San Jeronimo, etc.) et civile (Palais du Marquis de Jaral de Berrio) est un exemple éminent des fondations espagnoles du Nouveau Monde.

Critère (v) : Devenu vulnérable sous l’effet des changements environnementaux, le paysage lacustre de Xochimilco constitue le seul témoin de l’occupation traditionnelle du territoire dans les lagunes du bassin de Mexico avant la conquête espagnole.

Intégrité

Au-delà du centre historique, l’expansion urbaine de la zone métropolitaine contemporaine de Mexico a maintenant largement dépassé l’île qu’occupait autrefois la capitale, remplissant toute la vallée et engloutissant totalement les vestiges des chinampas de Xochimilco.

Le changement a été et reste une part importante de l’histoire des deux aires patrimoniales. Tous ces changements n’ont cependant affecté ni leur structure d’ensemble ni leur intégrité fonctionnelle, c’est-à-dire le rôle politique, économique et religieux central du Centre historique de Mexico, et le système traditionnel de production agricole de Xochimilco. Dans ces deux aires culturelles, le passé et le présent sont constamment et simultanément visibles. Les dernières trouvailles archéologiques autour du Templo Mayor (le plus grand temple aztèque) dans le centre historique de Mexico contribuent encore à la compréhension de la ville préhispanique.

L’intégrité du Centre historique de Mexico City et de Xochimilco est toutefois menacée par les conditions géologiques de l’endroit. D’autres menaces proviennent des pressions du développement, des modifications de l’aménagement du territoire, de l’abandon et de la contamination. Malgré ces menaces, le bien conserve tous les éléments incarnant sa valeur universelle exceptionnelle et témoigne des différents stades de son développement, en particulier de la convergence de cultures depuis presque sept siècles.

Authenticité

Les conditions d’authenticité du Centre historique de Mexico sont largement remplies car la conception, les matériaux, l’exécution et les relations entre le paysage et les édifices patrimoniaux – représentatifs de diverses périodes, influences et styles architecturaux – sont soit originaux soit maintenus à un degré leur permettant de garder une cohérence matérielle et structurelle. En outre, le plan urbain en damier continue à suivre le modèle colonial, lui-même fondé sur la structure de la capitale aztèque, ce qui garantit le maintien de ce plan au fil du temps. L’utilisation et la fonction sont maintenues, bien que ces conditions soient menacées par le déclin de l’utilisation de bâtiments historiques en tant qu’habitations et autres usages qui risquent de compromettre les attributs recensés. Pour maintenir ces conditions d’authenticité, il est mis en œuvre des mesures réglementaires et une protection des mécanismes administratifs pour assurer le maintien de l’utilisation, de la fonction et du caractère du centre historique malgré son évolution. Des politiques générales d’urbanisme permettent peu à peu de mettre fin à l’abandon du site et à le redynamiser.

Les chinampas sont un système agricole exceptionnel fondé sur l’association de facteurs environnementaux et de créativité humaine. Les îles construites par les hommes dans le lac peu profond représentent l’un des systèmes agricoles les plus productifs et les plus durables au monde. Cette productivité, en nombre de récoltes annuelles produites par les chinampas et en efficacité par unité de zone semée, explique que ce système de travail intensif ait pu survivre à travers les siècles. Le système des chinampas est extrêmement menacé par l’introduction de nouvelles techniques agricoles, une extraction excessive de l’eau des nappes phréatiques de la région, l’abandon, les pressions du développement et la contamination. Il convient de mettre en œuvre des politiques générales de conservation durable et de gestion pour veiller à ce que le système des chinampas ne soit plus menacé de disparition.

Exigences de protection et de gestion

Au Mexique, les autorités fédérales, de l’État et locales coopèrent pour identifier, protéger, restaurer et transmettre le patrimoine aux nouvelles générations. Pour le Centre historique de Mexico, la responsabilité au niveau fédéral incombe à l’Institut national d’Anthropologie et d’Histoire (INAH) et à l’Institut national des Beaux-Arts (INBA) ; cette responsabilité est partagée avec les autorités municipales et du district. L’Autoridad del Centro Histórico (Autorité du Centre historique) et le Fideicomiso Centro Histórico de la Ciudad de México (Fonds fiduciaire du Centre historique) ont été créés pour soutenir les activités de conservation et de gestion dans le Centre historique.

Xochimilco fait partie d’un site culturel du patrimoine mondial mais, au niveau national, c’est aussi une aire naturelle protégée exigeant l’engagement de gestion du Ministère de l’Environnement qui agit via la Commission des Ressources naturelles du Gouvernement du district fédéral.

Les deux aires possèdent des plans de gestion. Une mise en œuvre durable des outils de planification définis et l’affectation de ressources à la conservation et à la gestion sont des moyens nécessaires pour assurer la préservation à long terme de la valeur universelle exceptionnelle du bien. Dans le cas de Xochimilco, les autorités municipales de la Ville de Mexico ont publié le 11 décembre 2012 un décret « portant création de l’Autorité responsable de la zone de patrimoine culturel et naturel de l’humanité de Xochimilco, Tlahuac et Milpa Alta ». Le site fait l’objet d’une analyse approfondie pour définir les priorités d’actions en gestion, conservation et régénération des eaux des sources et canaux, restauration de la zone des chinampas et des terres adjacentes aux plans d’eau, et protection de la zone de monuments historiques, en étudiant la participation des parties prenantes aux aspects sociaux, culturels, écologiques et universitaires.

Description longue

Entre le XIVe siècle et le XIXe siècle, Tenochtitlán, qui devint par la suite Mexico, a exercé une influence considérable sur le développement de l'architecture, des arts monumentaux et de l'aménagement de l'espace, d'abord sous le royaume aztèque, puis dans la Nouvelle Espagne. Le complexe monumental du Templo Mayor témoigne de manière exceptionnelle des cultes d'une civilisation disparue, tandis que le paysage lacustre de Xochimilco constitue le seul témoignage d'occupation du sol traditionnelle dans les lagunes du bassin de Mexico avant la conquête espagnole.

La capitale de la Nouvelle Espagne, caractérisée par son plan en damier, l'espacement régulier de ses places et de ses rues et la splendeur de son architecture, constitue un exemple fondamental de site espagnol du Nouveau Monde.

Les monuments, édifices ou sites noyés au cœur de l'immense ville actuelle illustrent les origines et la croissance de cette ville qui a dominé la région pendant plusieurs siècles. Toutefois, les témoignages dont nous disposons à leur égard sont fragmentaires et dispersés. Le conquistador Hernán Cortés fit raser la vieille ville de Tenochtitlán en 1521-1522 pour abolir toute trace de la culture préhispanique. Au cours du dernier demi-siècle, le site espagnol, qui mit du temps à se développer (il ne comportait que 100 000 habitants en 1537, contre près de 500 000 à l'époque de la conquête), a été entièrement absorbé par la gigantesque métropole actuelle. Les seuls vestiges de la capitale aztèque et de celle de la Nouvelle Espagne, et du village situé à l'extérieur, sont quelques ruines qui sont parvenues à subsister sous des flots de béton.

Le site comporte deux zones distinctes, qui présentent toutes deux un intérêt considérable : le centre historique de Mexico City et le secteur du lac à Xochimilco.

Le centre historique renferme le site archéologique du Templo Mayor, qui a été fouillé entre 1978 et 1982. Il présente un ensemble remarquable de monuments coloniaux, dont la cathédrale est le plus célèbre, ainsi qu'une impressionnante série de grands édifices publics des XIXe et XXe siècles, comme le Palacio de las Bellas Artes. La continuité historique, depuis la fondation de Tenochtitlán au XIVe siècle jusqu'à nos jours, est donc parfaitement illustrée.

Le secteur de Xochimilco, 28 km plus au sud, est le seul vestige conservé du paysage lacustre de la capitale aztèque, dont les conquistadores détruisirent les monuments et comblèrent les canaux. À l'angle du lac résiduel de Xochimilco (la partie sud du grand lac asséché de Texcoco où les Aztèques s'étaient établis sur un petit groupe d'îlots reliés à la terre ferme par des chaussées), au milieu d'un réseau de petits canaux, on voit encore quelques chinampas, les jardins flottants qui suscitèrent l'admiration des conquérants espagnols. Ce paysage mi-naturel, mi-artificiel est aujourd'hui une réserve écologique.

Source : UNESCO/CLT/WHC