English Français

Acropole d'Athènes

Acropolis, Athens

The Acropolis of Athens and its monuments are universal symbols of the classical spirit and civilization and form the greatest architectural and artistic complex bequeathed by Greek Antiquity to the world. In the second half of the fifth century bc, Athens, following the victory against the Persians and the establishment of democracy, took a leading position amongst the other city-states of the ancient world. In the age that followed, as thought and art flourished, an exceptional group of artists put into effect the ambitious plans of Athenian statesman Pericles and, under the inspired guidance of the sculptor Pheidias, transformed the rocky hill into a unique monument of thought and the arts. The most important monuments were built during that time: the Parthenon, built by Ictinus, the Erechtheon, the Propylaea, the monumental entrance to the Acropolis, designed by Mnesicles and the small temple Athena Nike. 

Acropole d'Athènes

L'Acropole d'Athènes et ses monuments sont le symbole universel de l'esprit et de la civilisation classiques, et forment le plus extraordinaire ensemble architectural et artistique légué par la Grèce antique au reste du monde. Dans la seconde moitié du Ve siècle avant JC, Athènes, suite à sa victoire sur les Perses et à l'établissement de la démocratie, prit un ascendant sur les autres Cités-États du monde antique. Durant cette période, alors que l'art et la pensée florissaient, un groupe exceptionnel d'artistes mit en œuvre les plans ambitieux de Périclès, homme d'État athénien, et transforma, sous la direction éclairée du sculpteur Phéidias, la colline rocheuse en un monument unique d'esprit et d'arts. Les principaux monuments furent érigés à cette époque : le Parthénon, construit par Ictinus, l'Érechthéion, les Propylées, l'entrée monumentale de l'Acropole, dessinés par Mnesiclès et le petit temple d'Athéna Nikê.

أكروبول أثينا

يمكن اعتبار أكروبول أثينا الذي يجسد الحضارات والأساطير والأديان التي ازدهرت في اليونان منذ أكثر من ألف سنة والذي ترتفع فيه أربعة من أكبر تُحف الفن اليوناني الكلاسيكي، وهي معبد أثينا البارتينون ومدخل الأكروبول بروبيلي ومعبد أركيتون ومعبد الإلهة نيكي، عنصراً بارزاً في التراث العالمي.

source: UNESCO/ERI

雅典卫城

雅典卫城包括希腊古典艺术最伟大的四大杰作——帕特侬神庙、通廊、厄瑞克修姆庙和雅典娜胜利神庙,诠释了一千多年来在希腊繁荣、兴盛的文明、神话和宗教,可被视为世界遗产理念的象征。

source: UNESCO/ERI

Афинский Акрополь

Акрополь, содержащий напоминание о более чем тысячелетнем развитии цивилизаций, мифологии и религии, процветавших в Греции, является местом нахождения четырех величайших шедевров классического древнегреческого искусства – Парфенона, Пропилей, Эрехтейона и храма Афины Паллады, которые могут рассматриваться, как символы всемирного наследия.

source: UNESCO/ERI

Acrópolis de Atenas

La acrópolis de Atenas y sus monumentos son el símbolo universal de la civilización y el espíritu clásico, y forman el más extraordinario conjunto arquitectónico y artístico legado por la Grecia antigua al mundo entero. En la segunda mitad del siglo V a.C., después de su victoria en la guerra contra los persas y el establecimiento de la democracia, Atenas ocupó una posición dominante con respecto a las demás ciudades-estados de la Antigüedad. En este periodo de florecimiento del pensamiento y las artes, un grupo excepcional de artistas ejecutó los ambiciosos planes del estadista ateniense Pericles y transformó, bajo la inspirada dirección del escultor Fidias, un montículo rocoso en un monumento excepcional del arte y el espíritu. Fue en esta época cuando se erigieron los principales monumentos del sitio: el Partenón, construido por Ictino, los Propíleos, la entrada monumental de la Acrópolis diseñada por Mnesicles, el Erecteion y el pequeño templo de Atenea Niké.

source: UNESCO/ERI

アテネのアクロポリス
古代ギリシャを代表する都市国家アテネの中心アクロポリスの丘には、パルテノン神殿をはじめ、エレクティオン神殿の6体の婦人像など、貴重な遺跡が残されている。紀元前5世紀に建てられたパルテノン神殿は、重厚なドーリア式建築の最高傑作。この神殿の列柱が立つ基壇は幅31m、奥行き70m。その正面と後ろに8本ずつ、側面に17本ずつ柱が立っており、各柱の高さは10m、下部の直径は約2mもある。

source: NFUAJ

Acropolis, Athene

De Acropolis van Athene en haar monumenten zijn universele symbolen van de klassieke geest en beschaving. Ze vormen de grootste architectonische en artistieke complexen uit de Griekse Oudheid. In de eeuw na de overwinning tegen de Perzen en de stichting van de democratie, kreeg Athene een leidende positie. In die periode werden de ambitieuze plannen van de staatsman Pericles uitgevoerd. Onder leiding van de beeldhouwer Pheidias veranderde de rotsachtige heuvel in een uniek monument voor het denken en de kunst. De belangrijkste gebouwen uit die periode zijn het Parthenon, het Erechtheion, de Propyleeën, de monumentale entree tot de Acropolis en de kleine tempel van Athene Nike.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Acropole d'Athènes (Grèce) © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

L’Acropole d’Athènes est le complexe monumental grec antique le plus complet et le plus saisissant qui nous soit parvenu. Elle est située sur une colline de hauteur moyenne (156 m) qui s’élève dans le bassin d’Athènes. Elle mesure environ 170 m par 350 m. La colline, couronnée d’un sommet presque plat, est rocailleuse et escarpée de toutes parts à l’exception du côté ouest. Un solide mur d’enceinte entoure le sommet de l’Acropole depuis plus de 3 300 ans. Le premier mur, érigé au XIIIe siècle av. J.-C., entourait la résidence du souverain mycénien local. Au VIIIe siècle av. J.-C., l’Acropole a peu à peu acquis un caractère religieux avec l’instauration du culte d’Athéna, la déesse protectrice de la ville. Le sanctuaire a atteint son apogée lors de la période archaïque (du milieu du VIe siècle au début du V siècle av. J.-C.). Au Ve siècle av. J.-C., les Athéniens, galvanisés par leur victoire sur les Perses, ont lancé un ambitieux programme de construction sous la houlette du grand homme d’État Périclès, comprenant un grand nombre de monuments dont le Parthénon, l’Erechthéion, les propylées et le temple d’Athéna Niké. Les monuments ont été conçus par un groupe exceptionnel d’architectes (au nombre desquels Ictinos, Callicratès et Mnésiclès) et de sculpteurs (dont Phidias, Alcamène et Agoracritos), qui ont transformé la colline rocailleuse en un complexe unique, annonciateur de l’émergence de la pensée et de l’art grecs classiques. Sur cette colline sont nés la démocratie, la philosophie, le théâtre, la liberté d'expression et de parole, à l’origine aujourd’hui encore des bases intellectuelles et spirituelles du monde contemporain et de ses valeurs. Les monuments de l’Acropole, ayant survécu pendant près de vingt-cinq siècles aux guerres, explosions, bombardements, incendies, séismes, sacs, interventions et altérations, se sont adaptés aux différents usages et différentes civilisations, mythes et religions qui ont fleuri en Grèce au fil du temps.

Critère (i) : L’Acropole d’Athènes est l’expression suprême de l’adaptation de l’architecture à un site naturel. Cette grandiose composition où les masses s’équilibrent parfaitement, créant un paysage monumental d’une beauté unique, met en œuvre une série de chefs-d’œuvre architecturaux absolus du Ve siècle av. J.-C. : le Parthénon d’Ictinos et Callicratès avec la collaboration du sculpteur Phidias (447-432) ; les propylées de Mnésiclès (437-432) ; le temple d’Athéna Niké de Mnésiclès et Callicratès (427-424) ; et l’Erechthéion (421-406).

Critère (ii) : Les monuments de l’Acropole d’Athènes ont exercé une influence exceptionnelle pendant toute l’Antiquité gréco-romaine, où ils ont été considérés comme des modèles exemplaires, tout comme à l’époque contemporaine. Dans le monde entier, des monuments néo-classiques s’inspirent des édifices de l’Acropole.

Critère (iii) : Du mythe au culte institutionnalisé, l’Acropole d’Athènes, par sa précision et diversité, apporte un témoignage unique sur les religions de la Grèce antique. C’est le temple sacré d’où sont nées les légendes fondamentales de la cité. À partir du VIe siècle av. J.-C., mythes et croyances ont fait s’élever temples, autels et statues correspondant à des cultes d’une extrême diversité, nous restituant ainsi dans toute sa richesse et complexité la religion athénienne. Athéna fut vénérée comme déesse de la ville (Athéna Polias), comme déesse de la guerre (Athéna Promachos), comme déesse de la victoire (Athéna Niké), comme déesse protectrice de l’artisanat (Athéna Ergané), etc. La plupart de ses identités sont glorifiées au sein du temple qui lui est consacré, le Parthénon, temple de la déesse protectrice.

Critère (iv) : L’Acropole d’Athènes est un remarquable exemple d’un ensemble architectural qui illustre d’importantes périodes historiques depuis le XVIe siècle av. J.-C. Ce fut tout d’abord l’Acropole mycénienne (civilisation de l’Helladique ancien, 1600-1100 av. J.-C.) qui incluait la résidence royale et était protégée par les fortifications mycéniennes caractéristiques. Les monuments de l’Acropole sont des structures distinctes et uniques qui évoquent les idéaux du Ve siècle av. J.-C. classique et représentent l’apogée du développement architectural grec antique.

Critère (vi) : L’Acropole est directement et matériellement associée à des événements et des idées qui n’ont jamais pâli au cours de l’histoire. Ses monuments sont les témoins toujours vivants des accomplissements des politiciens grecs classiques (par exemple Thémistocle et Périclès) qui ont guidé la cité vers la démocratie, de la pensée des philosophes athéniens (par exemple Socrate, Platon et Démosthène) et des œuvres de grands architectes (par exemple Ictinos, Callicratès et Mnésiclès) et artistes (par exemple Phidias, Agoracritos, Alcamène). Ces monuments sont le témoignage d’une précieuse partie du patrimoine culturel de l’humanité.

Intégrité

L’Acropole d’Athènes contient dans ses limites tous les attributs clés qui véhiculent la valeur universelle exceptionnelle du bien, en tant qu’ensemble de splendeur unique en excellent état. La perfection des antiques techniques de construction a garanti la résistance des monuments aux forces naturelles au fil du temps. Malgré les dommages inévitables des ans, ils affichent toujours leur beauté et véhiculent leur inestimable valeur artistique et historique, préservant l’ensemble des caractéristiques qui directement et matériellement les associent aux événements et idées de la démocratie et de la philosophie. Inévitablement, les vicissitudes de l’histoire entre le Ve siècle av. J.-C. et notre époque ont causé des dommages importants, traités avec succès grâce aux travaux de restauration et de conservation en cours qui renforcent à la fois la stabilité et la lisibilité des monuments.

Authenticité

L’authenticité de la colline de l’Acropole, couronnée des chefs-d’œuvre de l’art et de l’architecture grecs classiques, est bien préservée. Afin de maintenir l’authenticité et l’intégrité structurelle des monuments, une intervention intégrée a commencé en 1975 et se poursuit encore. Les travaux sont basés sur des fondements théoriques et académiques clairs et suivent les principes de la Charte de Venise. Les interventions sont limitées au strict nécessaire et respectent l’antique système structurel, tout en restant conformes au principe de réversibilité. Qui plus est, les techniques et les outils utilisés pour les travaux de restauration sont similaires à ceux des artisans de l’époque tandis que le marbre blanc utilisé pour reprendre les éléments architecturaux érodés est extrait de la même montagne que dans l’Antiquité (mont Pentélique). Par conséquent, les restaurations sont entièrement compatibles avec les parties originales des monuments.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

L’Acropole est gérée en tant que site archéologique depuis 1833, peu après l’institution de l’État grec moderne. Aujourd’hui, le bien est fortement protégé en vertu des dispositions de la loi n° 3028/2002 sur la « Protection des antiquités et du patrimoine culturel en général ». De plus, l’Acropole et son environnement, qui constituent des monuments en soi, sont protégés par des décrets législatifs (décrets ministériels F01/12970/503/25.2.82 concernant la désignation de sa zone tampon ; et F43/7027/425/29.1.2004 concernant la désignation de la zone périphérique de la cité d’Athènes et imposant un contrôle obligatoire avant toute délivrance de permis de construction ou d’aménagement au sein de ses limites). Le fait que la zone tampon du bien soit, elle-même, une zone archéologique protégée, avec mise en œuvre d’un cadre légal strict – notamment pour le tissu urbain dans le centre historique d’Athènes depuis 2002 – et suivi par l’Éphorat compétent, garantit un traitement adéquat des pressions liées au développement urbain. Une protection spéciale est assurée par le décret présidentiel n° 24/2007, qui déclare l’Acropole zone d’exclusion aérienne.

Le bien est sous la juridiction du ministère de la Culture, de l’Éducation et des Affaires religieuses, via l’Éphorat des Antiquités d’Athènes, son service régional compétent, en charge de la sécurité et de la protection du site, ainsi que de la mise en œuvre d’un système de gestion efficace du site et des visiteurs. Par ailleurs, le ministère de la Culture, de l’Éducation et des Affaires religieuses met en œuvre les décrets législatifs portant sur la sauvegarde du bien et de sa zone périphérique (ce qui correspond aux limites de l’antique cité d’Athènes et ses environs) et garantit l’intégrité visuelle du site. Pour ce qui est plus particulièrement de la restauration, de la protection et du suivi du bien, un organe consultatif, le Comité de restauration et de conservation des monuments de l’Acropole, a été fondé en 1975. Il est chargé de planifier, diriger et superviser les interventions. En 1999, la création du Service de restauration de l’Αcropole a permis d’augmenter le personnel universitaire et technique et de considérablement développer les travaux de restauration, sous la supervision du comité susmentionné et en coopération avec l’Éphorat compétent. Le vaste programme de recherche et la méthodologie mise en œuvre sont novateurs dans ce domaine et servent de références pour d’autres projets de restauration. Les ressources financières pour les travaux sur le site proviennent du budget de l’État ainsi que de fonds de l’Union européenne.

Une attention spéciale a été accordée à l’accessibilité du site, aux sentiers et aux facilités d’accueil, notamment pour les personnes à mobilité réduite. En outre, des plans d’urgence pour la sécurité des visiteurs et des études scientifiques pour la protection du site, tel que le suivi de l’activité sismique, sont en cours.

La protection et la présentation du bien sont également améliorées par le nouveau musée de l’Acropole (inauguré en 2009), au sein duquel la plupart des pièces de sculpture et/ou d’architecture originales des monuments sont conservées, par le projet en cours « Unification des sites archéologiques d’Athènes » et par des travaux de conservation à long terme.