jump to the content

Acropole d'Athènes

Acropolis, Athens

The Acropolis of Athens and its monuments are universal symbols of the classical spirit and civilization and form the greatest architectural and artistic complex bequeathed by Greek Antiquity to the world. In the second half of the fifth century bc, Athens, following the victory against the Persians and the establishment of democracy, took a leading position amongst the other city-states of the ancient world. In the age that followed, as thought and art flourished, an exceptional group of artists put into effect the ambitious plans of Athenian statesman Pericles and, under the inspired guidance of the sculptor Pheidias, transformed the rocky hill into a unique monument of thought and the arts. The most important monuments were built during that time: the Parthenon, built by Ictinus, the Erechtheon, the Propylaea, the monumental entrance to the Acropolis, designed by Mnesicles and the small temple Athena Nike. 

Acropole d'Athènes

L'Acropole d'Athènes et ses monuments sont le symbole universel de l'esprit et de la civilisation classiques, et forment le plus extraordinaire ensemble architectural et artistique légué par la Grèce antique au reste du monde. Dans la seconde moitié du Ve siècle avant JC, Athènes, suite à sa victoire sur les Perses et à l'établissement de la démocratie, prit un ascendant sur les autres Cités-États du monde antique. Durant cette période, alors que l'art et la pensée florissaient, un groupe exceptionnel d'artistes mit en œuvre les plans ambitieux de Périclès, homme d'État athénien, et transforma, sous la direction éclairée du sculpteur Phéidias, la colline rocheuse en un monument unique d'esprit et d'arts. Les principaux monuments furent érigés à cette époque : le Parthénon, construit par Ictinus, l'Érechthéion, les Propylées, l'entrée monumentale de l'Acropole, dessinés par Mnesiclès et le petit temple d'Athéna Nikê.

أكروبول أثينا

يمكن اعتبار أكروبول أثينا الذي يجسد الحضارات والأساطير والأديان التي ازدهرت في اليونان منذ أكثر من ألف سنة والذي ترتفع فيه أربعة من أكبر تُحف الفن اليوناني الكلاسيكي، وهي معبد أثينا البارتينون ومدخل الأكروبول بروبيلي ومعبد أركيتون ومعبد الإلهة نيكي، عنصراً بارزاً في التراث العالمي.

source: UNESCO/ERI

雅典卫城

雅典卫城包括希腊古典艺术最伟大的四大杰作——帕特侬神庙、通廊、厄瑞克修姆庙和雅典娜胜利神庙,诠释了一千多年来在希腊繁荣、兴盛的文明、神话和宗教,可被视为世界遗产理念的象征。

source: UNESCO/ERI

Афинский Акрополь

Акрополь, содержащий напоминание о более чем тысячелетнем развитии цивилизаций, мифологии и религии, процветавших в Греции, является местом нахождения четырех величайших шедевров классического древнегреческого искусства – Парфенона, Пропилей, Эрехтейона и храма Афины Паллады, которые могут рассматриваться, как символы всемирного наследия.

source: UNESCO/ERI

Acrópolis de Atenas

La acrópolis de Atenas y sus monumentos son el símbolo universal de la civilización y el espíritu clásico, y forman el más extraordinario conjunto arquitectónico y artístico legado por la Grecia antigua al mundo entero. En la segunda mitad del siglo V a.C., después de su victoria en la guerra contra los persas y el establecimiento de la democracia, Atenas ocupó una posición dominante con respecto a las demás ciudades-estados de la Antigüedad. En este periodo de florecimiento del pensamiento y las artes, un grupo excepcional de artistas ejecutó los ambiciosos planes del estadista ateniense Pericles y transformó, bajo la inspirada dirección del escultor Fidias, un montículo rocoso en un monumento excepcional del arte y el espíritu. Fue en esta época cuando se erigieron los principales monumentos del sitio: el Partenón, construido por Ictino, los Propíleos, la entrada monumental de la Acrópolis diseñada por Mnesicles, el Erecteion y el pequeño templo de Atenea Niké.

source: UNESCO/ERI

アテネのアクロポリス

source: NFUAJ

Acropolis, Athene

De Acropolis van Athene en haar monumenten zijn universele symbolen van de klassieke geest en beschaving. Ze vormen de grootste architectonische en artistieke complexen uit de Griekse Oudheid. In de eeuw na de overwinning tegen de Perzen en de stichting van de democratie, kreeg Athene een leidende positie. In die periode werden de ambitieuze plannen van de staatsman Pericles uitgevoerd. Onder leiding van de beeldhouwer Pheidias veranderde de rotsachtige heuvel in een uniek monument voor het denken en de kunst. De belangrijkste gebouwen uit die periode zijn het Parthenon, het Erechtheion, de Propyleeën, de monumentale entree tot de Acropolis en de kleine tempel van Athene Nike.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Description longue

L'Acropole d'Athènes est l'expression suprême de l'adaptation de l'architecture à un site national. Cet ensemble grandiose de structures massives parfaitement équilibrées crée un paysage monumental d'une beauté unique formé d'une série complète de chefs-d'œuvre du Ve siècle av. J.-C. Les monuments de l'Acropole ont exercé une influence considérable, et cela pas seulement au cours de l'Antiquité gréco-romaine, alors qu'on les considérait comme des modèles exemplaires dans tout le monde méditerranéen, mais aussi à l'époque contemporaine.

Depuis le stade du mythe jusqu'au culte institutionnalisé, l'Acropole, en vertu de sa facilité de lecture et de sa diversité, témoigne de manière exceptionnelle des religions de la Grèce ancienne. C'est le temple sacré qui a engendré les légendes fondatrices de la ville. Il illustre les civilisations de la Grèce au cours de plus d'un millénaire. Depuis le palais des rois du XVe siècle et les murs pélagiques de la première fortification, jusqu'à l'Odéon construit en 161 apr. J.-C. par Hérode Atticus, une série unique de monuments y a été construite et s'est conservée sur l'un des espaces occupés de la manière la plus dense de toute la Méditerranée.

L'Acropole occupe un promontoire rocheux situé 156 m au-dessus de la vallée de l'Ilissos, d'une superficie de moins de 3 ha. Dès le IIe millénaire av. J.-C., c'était une forteresse qui protégeait les lieux de culte et les palais royaux. L'accès au plateau était protégé par un mur, le Pelasgicon, qui existait avant les invasions doriennes qui menacèrent Athènes à partir de 1200. L'Acropole fut reconstruite après la chute des tyrans Hipparque, en 514, et Hippias, en 510. Le Pelasgicon, qu'un oracle de Delphes avait déclaré maudit, fut détruit. La ville supérieure, privée de remparts, fut ainsi affaiblie, si bien que les Perses menés par Xerxès, s'en étant emparés en 480, pillèrent et brûlèrent ses sanctuaires. Paradoxalement le pillage de l'Acropole assura alors la conservation de l'un des plus importants groupes de sculptures archaïques du monde grec. Le rempart fut construit avant 472-471 av. J.-C., en même temps que les « Longs Murs » qui reliaient Athènes à son port du Pirée. Avec Périclès, le Ve siècle av. J.-C. marque l'apogée de la démocratie athénienne. Les décennies comprises entre 447 et 406 virent la construction des quatre chefs-d'œuvre de l'art grec classique : le principal temple consacré à Athéna, le Parthénon ; les Propylées, l'entrée monumentale qui remplaça la porte de Pisistrate, construite à l'emplacement de l'une des entrées de la citadelle des anciens rois ; le temple d'Athéna Nikê ; enfin, l'Érechthéion. La désastreuse guerre du Péloponnèse et la capitulation d'Athènes en avril 404 av. J.-C. entraînèrent la destruction des « Longs Murs », mais elles n'eurent pas de conséquence grave sur les monuments de l'Acropole.

La colline sacrée d'Athènes, dont les monuments suscitaient l'admiration générale, continua à être embellie par différents grands hommes, dont les souverains de Pergame, de Cappadoce et d'Égypte, des empereurs romains comme Claude et Hadrien, et de riches citoyens privés comme Hérode Atticus, le tuteur de Marc Aurèle. Les premiers dommages ont été infligés à l'héritage monumental de l'Acropole lors du raid d'Hérulien en 267 apr. J.-C. Depuis lors, et en dépit de longues périodes de calme relatif, les monuments et le site ont été endommagés à différentes reprises. Les Byzantins transformèrent les temples en églises et transportèrent leurs trésors artistiques à Constantinople. Après l'effondrement de l'Empire byzantin en 1204, Athènes passa aux mains de souverains francs qui avaient peu de considération pour ses ruines. Lorsque les Turcs prirent la ville en 1456, le Parthénon devint une mosquée et l'Érechthéion fut utilisé sporadiquement comme harem par le gouverneur turc. En 1687, l'année la plus tragique, le siège de l'Acropole par l'armée vénitienne de Morosini aboutit à l'explosion du Parthénon dont les Turcs avaient fait une poudrière. Au XIXe siècle, avec l'autorisaiton officielle du sultan, lord Elgin, ambassadeur du roi d'Angleterre auprès de la Sublime Porte, compléta le pillage en achetant des marbres qui sont devenus, depuis 1815, l'orgueil du British Museum. Après un siècle de fouilles et de restaurations effectuées sur le site, l'Acropole est actuellement un laboratoire expérimental des techniques de conservation à ciel ouvert les plus innovatrices, visant à sauvegarder les marbres endommagés par une grave pollution atmosphérique.

Source : UNESCO/CLT/WHC