English Français
Aidez maintenant !

Budapest, avec les rives du Danube, le quartier du château de Buda et l’avenue Andrássy

Budapest, including the Banks of the Danube, the Buda Castle Quarter and Andrássy Avenue

This site has the remains of monuments such as the Roman city of Aquincum and the Gothic castle of Buda, which have had a considerable influence on the architecture of various periods. It is one of the world's outstanding urban landscapes and illustrates the great periods in the history of the Hungarian capital.

Budapest, avec les rives du Danube, le quartier du château de Buda et l’avenue Andrássy

Conservant des vestiges de monuments ayant exercé une grande influence architecturale à diverses époques, comme ceux de la cité romaine d'Aquincum et le château gothique de Buda, ce site, qui est l'un des plus beaux paysages urbains du monde, illustre les périodes brillantes de l'histoire de la capitale hongroise.

بودابست بضفاف نهار الدانوب، وحي قصر بودا وجادة أندراسي

إنّ هذا الموقع الذي حافظ على آثار قديمة مارست تأثيراً هندسياً كبيراً على حقبات عدّة كآثار مدينة أكوينكوم الرومانية وقصر بودا القوطي، وهو من أجمل المناظر الحضرية في العالم، يدلّ على الفترات اللامعة العائدة لتاريخ العاصمة المجرية.

source: UNESCO/ERI

布达佩斯(多瑙河两岸、布达城堡区和安德拉什大街)

该地区保留有诸如阿昆库姆罗马城和哥特式布达城堡等遗迹,这些遗迹受到好几个时期建筑风格的影响,是世界上城市景观中的杰出典范之一,而且显示了匈牙利都城在历史上各伟大时期的风貌。

source: UNESCO/ERI

Будапешт: берега Дуная, Крепостная гора в Буде и проспект Андрашши

В этот объект входят такие памятники, как древнеримский город Аквинкум и готический замок в Буде, которые оказали существенное влияние на архитектуру различных исторических эпох. Это один из выдающихся городских ландшафтов мирового значения, иллюстрирующий значительные этапы в истории столицы Венгрии.

source: UNESCO/ERI

Budapest con las orillas del Danubio, el barrio del Castillo de Buda y la Avenida Andrássy

Este sitio conserva vestigios de monumentos que han ejercido una gran influencia en la arquitectura de diversas épocas, por ejemplo los de la ciudad romana de Aquincul y el castillo gótico de Buda. El paisaje urbano de Budapest es uno de los más bellos del mundo y es sumamente ilustrativo de los periodos de esplendor de la historia de la capital húngara.

source: UNESCO/ERI

ドナウ河岸、ブダ城地区及びアンドラーシ通りを含むブダペスト
世界遺産として新たに,1873年の首都ブダペストの誕生を祝して当時の首相アンドラーシによって敷かれたアンドラーシ通り(1872~85)という現在の閑静な住宅街と,1876年のハンガリー建国1000年記念祭を期して建造された地下鉄を含めて拡大登録された。この計画は,高まりゆく近代社会の要請に応えるために行われた,当時の最新の技術設備と結びついた都市計画の適用の代表例である。

source: NFUAJ

Boedapest - de Donau oevers, Boeda burchtwijk en Andrássy Avenue

Dit gedeelte van Boedapest omvat de overblijfselen van monumenten die een aanzienlijke invloed hadden op de stadsarchitectuur, zoals de Romeinse stad Aquincum en de gotische burcht van Boeda. Oorspronkelijk vormde de Donau een scheiding tussen twee steden: Boeda op de uitloper van de rechteroever en Pest op de vlakte van de linkeroever. Tijdens de middeleeuwen kregen de twee steden hun huidige naam. Daarvoor heette de stad Aquincum, de hoofdstad van een van de Romeinse grensprovincies in de 2e eeuw na Christus. Het gebied geldt als een van ’s werelds meest vooraanstaande stedelijke landschappen en illustreert de grote periodes in de geschiedenis van de Hongaarse hoofdstad.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Budapest, avec les rives du Danube, le quartier du château de Buda et l’avenue Andrássy © Nicolas Economou Photography
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Ce tronçon du Danube a été un lieu d’occupation humaine dès le Paléolithique. Ce fut l’emplacement de la cité romaine d'Aquincum, au nord du bien inscrit qui comprend des parties de deux villes initialement tout à fait distinctes : Buda, sur les hauteurs de la rive droite, et Pest, dans la plaine de la rive gauche. Pest a été le premier centre urbain médiéval, dévasté en 1241-1242. Quelques années plus tard, le château de Buda fut construit sur un éperon rocheux, sur la rive droite du fleuve, par le roi Bela IV. Par la suite, la ville refléta l'histoire de la monarchie hongroise. Après la fin de l'occupation turque, la reprise ne s’amorça vraiment qu'au XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, le rôle de la ville comme capitale fut souligné par la fondation de l'Académie hongroise, qui est abritée depuis 1862 dans un palais de style néo-Renaissance, et par la construction de l'imposant Parlement néo-gothique (1884-1904). Achevé en1849, le pont suspendu de W.T. Clark, symbolise la réunification de Buda et de Pest, qui ne devint officielle qu’en 1873. Le symbole du développement de la ville comme métropole moderne est l’avenue Andrássy, de plan radial, qui a été incluse dans le bien en 2002. Dès 1872, l'avenue transforma radicalement la structure urbaine de Pest, ainsi que la construction du premier métropolitain souterrain du continent européen en 1893-1896.

En tant que centre ayant absorbé et diffusé diverses influences culturelles, Budapest est un exemple exceptionnel de développement urbain en Europe centrale, caractérisé par des périodes de destruction et de revitalisation. Budapest a conservé les caractéristiques distinctes des anciennes villes de Pest, Buda et Óbuda. Le quartier du Château de Buda en est un exemple avec ses styles médiéval et baroque caractéristiques, qui se distingue de l'architecture unique et homogène de Pest (avec ses styles historicisant et art nouveau), caractérisée par de remarquables édifices publics et intégrée à la structure radiale de la ville. Tout est organisé en une unité découlant des caractéristiques morphologiques du paysage et du Danube, les deux rives étant reliées par de nombreux ponts. L'ensemble urbain architectural de l'avenue Andrássy (« l’Avenue ») et ses environs (la place des Héros, le parc de la ville, les quartiers du centre-ville historique et les bâtiments publics) constituent des réalisations architecturales et artistiques de grande qualité, reflétant les principes et les tendances en matière d’urbanisme qui se sont répandus dans la deuxième partie du XIXe siècle. La vue panoramique sur les rives du Danube, dans le cadre du paysage urbain historique, offre un exemple unique d’interaction harmonieuse entre une société humaine et un environnement naturel caractérisé par des conditions morphologiques variées (colline de Gellért avec la citadelle et les collines de Buda en partie couvertes de forêts, le large Danube avec ses îles et le terrain plat légèrement incliné de Pest). 

Critère (ii) : Aquincum a joué un rôle essentiel dans la diffusion des formes de l’architecture romaine en Pannonie, puis en Dacie. Le château de Buda joua, dès le XIVe siècle, un rôle essentiel dans la diffusion de l'art gothique en pays Magyar à partir du XIVe siècle. Sous le règne de Matthias Corvin, Buda fut un foyer artistique comparable, par son rayonnement, à celui de Cracovie. Suite à l’unification de Pest, Buda et Óbuda en 1872-73, Budapest devint de nouveau un centre important dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle, en raison du nombre et de la qualité des bâtiments construits pendant cette période. C'est un centre qui absorbait, intégrait et diffusait de remarquables influences européennes en matière d'urbanisme et d'architecture, ainsi que les progrès technologiques tels que le métropolitain souterrain du Millénium, construit sous l'avenue Andrássy, le premier en Europe continentale, tout cela reflétant son rôle de métropole.

Critère (iv) : Le château de Buda est un ensemble architectural illustrant, avec le quartier ancien tout proche (le quartier du château de Buda), deux périodes historiques significatives séparées par un hiatus correspondant à l’occupation turque. Mais le Parlement témoigne aussi, à l’égal des grands bâtiments officiels de Londres, Munich, Vienne ou Athènes, de l'architecture éclectique du XIXe siècle, tout en symbolisant la fonction politique de la seconde capitale de la monarchie austro-hongroise. L’avenue Andrássy (1872-1885) et le métropolitain du Millénium (1893-1896) sont des exemples représentatifs de la mise en œuvre de solutions de planification associées aux technologies alors en pointe, afin de répondre aux besoins d'une société moderne naissante. D'un point de vue architectural, l’Avenue forme un ensemble cohérent avec ses bâtiments de style éclectique et néo -Renaissance.

Intégrité

La délimitation du bien après son extension répond aux exigences d'intégrité, puisqu’il inclut les éléments constitutifs de la valeur universelle exceptionnelle et que leur rôle historique et structurel est préservé dans le tissu urbain. Malgré quelques bâtiments en ruine ou détruits dans certains endroits, surtout dans le quartier du château de Buda, et malgré les reconstructions d’après la Seconde guerre mondiale dans le panorama des rives du Danube, l'intégrité d’ensemble du bien est maintenue. Afin de renforcer cette intégrité, une révision de la délimitation sur la rive de Buda ainsi que l’inclusion de l'île de Margaret et l'extension de la zone protégée jusqu'au Grand Boulevard (Nagykörút) se justifie. L’avenue Andrássy et ses bâtiments ont été raisonnablement bien préservés dans leur conception et leur relation à l’environnement urbain et au bâti. On accorde une attention particulière à la préservation et à la conception appropriée des petits éléments faisant partie du mobilier urbain. Certains problèmes se posent, concernant par exemple l’état des bâtiments ; les charpentes en bois ont souffert de l’humidité et les structures métalliques sont corrodées, et nécessitent entretien et réparation. Certains changements d’affectation des locaux sont intervenus, des logements ayant été transformés en bureaux, phénomène courant dans les centres urbains. Il y a eu des problèmes liés au développement dans le bien du patrimoine mondial, concernant soit des démolitions soit de nouvelles structures inappropriées. Assurer une gestion du trafic respectueuse du patrimoine est un autre défi, de même que l’atténuation de l'impact du changement climatique sur l'environnement naturel et bâti (par exemple des niveaux extrêmes des eaux, la pollution atmosphérique et la détérioration des structures de calcaire).

Authenticité

Le bien, tant son ensemble que ses différents éléments, préserve les caractéristiques déterminantes de son patrimoine architectural qui s’est créé par strates successives à différentes périodes de l’histoire. La restauration et la reconstruction partielle du quartier autour du Château de Buda, après la Seconde Guerre mondiale, réalisée principalement entre 1960 et 1980, ainsi que le degré d'authenticité des bâtiments historicisants, correspondent aux exigences des Orientations. La majorité des bâtiments remplacés dans le panorama des rives du Danube sont conformes aux originaux. Les grands bâtiments publics, comme le Parlement, l'Opéra, l'Académie des Sciences de Hongrie et le Marché ont en outre conservé leur fonction d’origine. Trois des quatre ponts sur le Danube, situés dans le bien, ont été rénovés de façon authentique. La conception du XXe siècle du nouveau pont Elisabeth s'inscrit bien dans la série des ponts et préserve son image authentique. L'avenue Andrássy, avec les arbres qui la bordent et son environnement, préserve le caractère historique de sa conception et des éléments qui la constituent. La plupart des édifices publics ont conservé leur fonction d’origine, mais la transformation de logements en bureaux est une tendance négative. Le métropolitain rénové joue un rôle fonctionnel dans l'infrastructure de la ville. Les stations situées sous l'Avenue se trouvent dans leur état d'origine, tandis que celles du parc de la ville ont été enterrées alors qu’elles étaient à l’origine aériennes, ce qui représente un certain degré de compromis en ce qui concerne l'authenticité du réseau métropolitain. Une des garanties de l’authenticité du bien est la conservation de l’authenticité de la structure urbaine historique et des bâtiments dans la zone tampon.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien du patrimoine mondial et sa zone tampon sont protégés par la loi depuis 1965 en tant que Zone de monuments historiques; cette zone protégée a été élargie en 2005 - après l'extension du bien en 2002 - dans le cadre de la Loi sur la Protection du patrimoine culturel. Un grand nombre de bâtiments historiques ainsi que les ponts et les quais sont également protégés individuellement. La révision proposée des limites du bien est motivée non seulement par les décisions du Comité du patrimoine mondial, mais aussi par l'évolution récente dans l'appréciation de la valeur du patrimoine du bien et de ses environs, ainsi que par l'apparition de nouvelles menaces. Le bien et sa zone tampon sont situés dans neuf districts de Budapest, l’autre municipalité étant celle de la ville de Budapest elle-même. Les dix municipalités concernées n'ont pas encore mis en place d’organe de gestion de l’ensemble.

Des jurys chargés de la planification architecturale, tant au niveau des districts qu’au niveau de la capitale de Budapest, facilitent une évolution architecturale de haute qualité en accord avec les valeurs du bien. Le centre national Gyula Forster pour la gestion du patrimoine culturel est l’organisme de gestion du patrimoine mondial. Sur la base de la Loi sur le patrimoine mondial de 2011, l'état de conservation du bien, ainsi que les menaces et les mesures de préservation, feront l’objet d’une surveillance régulière et d’un rapport à l'Assemblée nationale. Le plan de gestion du patrimoine mondial sera réexaminé au moins tous les sept ans. Une fois finalisé et approuvé, le plan de gestion de patrimoine mondial comportera des dispositions claires en matière de gouvernance, impliquant les différentes parties prenantes et permettant aux différents intérêts de se faire entendre, et où les arrangements institutionnels et les méthodes de coopération entre les différentes parties prenantes seront prévus.

L’une des nécessités de gestion est l’adoption et la stricte application d’un plan de conservation et de développement pour la zone tampon, qui respecte pleinement les principales valeurs architecturales et urbanistiques de chaque quartier. En complément, des sources additionnelles de financements devraient être recherchées (par exemple des incitations fiscales et des subventions), et les investissements privés devraient être orientés de façon dynamique vers des opérations de réhabilitation et de restauration plutôt que de démolition et de reconstruction. En raison de la complexité du bien et de son contexte, une attention particulière doit être accordée au développement d’outils et de mécanismes de surveillance appropriés ainsi qu’à leur application correcte.

Description longue

Au centre de la perspective unifiée d'un immense panorama urbain, le Danube sépare deux villes qui furent dès l'origine divisées : Buda, sur les hauteurs de la rive droite, et Pest dans la plaine de la rive gauche. L'occupation humaine sur ces deux sites est documentée dès le paléolithique ; des populations celtiques s'y sont également établies, attirées par l'abondance des sources thermales. Mais la ville prit une réelle importance historique avant la période médiévale, au cours de laquelle ces deux sites reçurent leurs noms actuels : celle-là remonte à la fondation par les Romains d'Aquincum , capitale de la Pannonie inférieure, l'une des provinces frontalières de l'Empire au II siècle apr. J.-C.

Aquincum a joué un rôle essentiel dans la diffusion de l'architecture romaine en Pannonie, puis en Dacie. Les ruines de la ville et du camp romain de Contra Aquincum ont été mises au jour par les fouilles archéologiques sur les deux rives du fleuve, où l'on peut encore les voir aujourd'hui, avec quelques-unes des arches d'un aqueduc qui alimentait en eau la colonie romaine. Pourtant, la ville actuelle ne s'est pas développée sur les ruines de la cité antique.

Après l'invasion hongroise du IX siècle, Pest devint le premier centre urbain médiéval, et fut dévasté par les raids mongols de 1241-1242. Quelques années plus tard, Bela IV construisit le château de Buda sur un éperon rocheux, sur la rive droite du fleuve, et les habitants de Pest purent trouver refuge à l'intérieur de ses murailles externes. Le château est un ensemble architectural qui illustre deux périodes significatives de l'histoire, séparées par un intervalle de temps correspondant à l'invasion turque. Le château de Buda a joué un rôle essentiel dans la diffusion de l'art gothique dans la région magyare à partir du XIV siècle.

L'histoire de Buda s'est identifiée étroitement à celle de la monarchie hongroise, en suivant son destin changeant. Elle connut une période brillante correspondant à la dynastie d'Anjou, du règne de Charles-Robert (1308-1342) à celui de Sigismond de Luxembourg (1382-1432). Après la fin de l'indépendance hongroise, un second âge d'or coïncida avec le règne de Mathias Corvin (1458-1490), le roi humaniste qui, non content de fonder l'université, la bibliothèque et l'imprimerie royale, attira aussi des architectes, des sculpteurs et des peintres italiens qui firent de Buda l'un des principaux centres de l'art de la Renaissance en Europe.

Après le sac de la ville par les Turcs en 1526, et sa chute finale en 1546, les deux villes d'origine furent reconstruites et entrèrent dans une existence semi-léthargique jusqu'en 1686. Elles n'en sortirent qu'au XVIII siècle, lorsque l'impératrice Marie-Thérèse et l'empereur Joseph II s'intéressèrent à la capitale de l'empire de Hongrie : la cité fut alors influencée par l'architecture baroque tardive, qui devait être bientôt supplantée par les formes plus sobres d'un néoclassicisme épuré. Au cours du XIX siècle, le rôle de la ville comme capitale fut souligné par la fondation de l'académie hongroise (1830) qui s'installa en 1862 dans un palais néo-Renaissance, et surtout par la construction d'un imposant Parlement néogothique (1884-1904). Le Parlement est un remarquable exemple de grande construction officielle, du niveau de ceux de Londres, Munich, Vienne et Athènes. Il témoigne de l'architecture éclectique du XIX siècle, tout en symbolisant la fonction politique de la seconde capitale de la monarchie austro-hongroise. Depuis 1849, le pont suspendu de W.T. Clark symbolise la réunification de Buda et de Pest, qui ne devint officielle qu'en 1873.

Avec la réunion de Pest et de Buda en 1873, Budapest devint véritablement la capitale du pays, en se développant à un rythme plus rapide que par le passé. Le symbole de ce développement est l'avenue Andrássy, de plan radial. Aucune tentative n'avait été faite pour organiser le développement urbain depuis le Moyen Âge, et la capitale hongroise devait pallier cette lacune par un grand effort en termes de services publics, de transports et de planification urbaine. L'avenue recoupe toute une zone de faubourgs construite de manière anarchique, dont elle transforma radicalement la structure urbaine. Les compagnies Siemens et Halske y construisirent le premier métro souterrain du continent européen en 1893-1896. Ces années sont aussi celles de la construction d'un mémorial sur la place des Héros (1894-1906), du développement et de l'extension de l'architecture de jardin, du développement des Bains Széchenyi comme établissement de soins thermaux, et du château Vajdahunyad qui documente les différentes phases de l'architecture hongroise.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

À la fin du XVIIe siècle, des murs de défense entouraient la ville de Pest, et les rives du Danube étaient surtout peuplées de minorités allemandes. La zone se trouvant à l'extérieur de la ville était constituée de terres arables portant des cultures fruitières, mais vers 1699, des artisans commencèrent à constituer des banlieues. A partir de 1730, ils s'installèrent dans une zone qui s'appelait alors Pacsirtamezq. En 1777, elle fut rebaptisée Terezvaros, en l'honneur de sainte Thérèse et de l'impératrice Marie- Thérèse. L'église paroissiale de Terezvaros fut construite entre 1801 et 1809, et dès 1805 l'actuel tracé des rues était déjà lisible. La plupart des commerçants s'installèrent sur la rue Kiraly. Au début du XIXe siècle, les quartiers d'Erzsebetvaros et du parc se sont séparés de ce district. En 1841, Lajos Kossuth retint l'idée d'une grande promenade pour Terezvaros. Avec l'union de Pest et de Buda en 1873, Budapest devint la véritable capitale du pays. Son développement s'accéléra et, au tournant du siècle, elle devint une métropole moderne dotée d'une population de plus d'un million d'habitants.

Le symbole de ce développement est l'avenue Andrassy. Depuis le Moyen Âge, la ville s'était développée sans plan urbain et la capitale hongroise avait besoin de rattraper ce manque par un grand bond en avant en termes de transports, d'urbanisme et de services. Pour cela, la commission des travaux communaux de la capitale fut créée sur le modèle du London Metropolitan Board of Works. La commission planifia et réalisa en partie la construction de l'avenue, qui devint la promenade importante de la ville, en même temps qu'elle créa l'infrastructure nécessaire (transports et services publics). Elle fut établie par une loi nationale en 1870 et l'État finança sa création.

L'avenue traversait une zone suburbaine non réglementée et transformait ainsi radicalement la structure et le paysage urbain. La construction de la voie commença en 1872. Elle fut ouverte en 1876 et en l'espace de dix ans (1885) elle était terminée, bordée de 131 bâtiments. Entre 1893 et 1896, les sociétés Siemens et Halske construisirent le premier chemin de fer souterrain d'Europe continentale. La ligne commençait au coeur de la ville, près de la rive du Danube, et filait le long de l'avenue Andrassy, juste en dessous de la chaussée, jusqu'au parc. Elle desservait l'Exposition du Millénaire, organisée en 1896 pour célébrer le millénaire de la conquête du territoire hongrois par les Magyars. À cette occasion, le monument du Millénaire fut construit sur la place des Héros, 1894-1906, le parc fut aménagé et agrandi, les bains Széchenyi, établissement de soin thermal, furent créés et le château de Vajdahunyad, qui réunit tous les styles des différentes périodes de l'architecture hongroise, fut édifié.

Source : évaluation des Organisations consultatives