English Français

Temple d'Apollon Épikourios à Bassae

Temple of Apollo Epicurius at Bassae

This famous temple to the god of healing and the sun was built towards the middle of the 5th century B.C. in the lonely heights of the Arcadian mountains. The temple, which has the oldest Corinthian capital yet found, combines the Archaic style and the serenity of the Doric style with some daring architectural features.

Temple d'Apollon Épikourios à Bassae

Ce célèbre temple du dieu solaire et guérisseur fut construit vers le milieu du Ve siècle av. J.-C. dans la solitude des montagnes arcadiennes. Le mélange de l'archaïsme et de la sérénité du style dorique avec certaines audaces architecturales est caractéristique de cet édifice où se trouve le plus ancien chapiteau corinthien conservé.

معبد أبولون إبيكورويوس في موقع باساي

شُيِّد هذا المعبد الشهير لإله الشمس الشافي في منتصف القرن الخامس قبل الميلاد في عزلة الجبال والتلال. ويشكّل مزيج تقليد القديم وصفاء الفن الدوريّ ببعض غرائبه الهندسية ميزةَ هذا البناء حيث يوجد أقدم تاج عمود كورنثي تمّ الحفاظ عليه.

source: UNESCO/ERI

巴赛的阿波罗•伊壁鸠鲁神庙

这座著名的神庙是为康复之神和太阳神而建的,修于公元前5世纪中期,坐落在荒无人烟的阿卡迪亚群山之间。神庙有人类迄今为止发现的最古老的科林斯式柱头,建筑风格大胆,结合了早期希腊风格和明朗的陶立克(Doric)风格。

source: UNESCO/ERI

Храм Аполлона Эпикурейского в Бассах

Этот известный храм бога солнца и здоровья был построен к середине V в. до н.э. в пустынных горах Аркадии. Храм, в котором были обнаружены старейшие коринфские капители, сочетает архаику и чистоту дорического стиля со смелыми архитектурными новациями.

source: UNESCO/ERI

Templo de Apolo Epicuro en Bassae

Este célebre templo dedicado al dios del sol y la medicina fue construido a mediados del siglo V en una altura solitaria de las montañas de Arcadia. La mezcla del estilo arcaico con la serenidad del estilo dórico y algunas audacias arquitectónicas son las características más notables de este monumento que posee, además, el capitel corintio más antiguo de los descubiertos hasta la fecha.

source: UNESCO/ERI

バッサイのアポロ・エピクリオス神殿 

source: NFUAJ

Tempel van Apollo Epicurius in Bassae

Deze beroemde tempel van de god van de geneeskunde en de zon werd tegen het midden van de 5e eeuw voor Christus gebouwd in de eenzame hoogten van het Arcadisch gebergte. De tempel combineert de archaïsche stijl (gekenmerkt door onder meer een langwerpig oppervlak,een uitzonderlijke verhouding van vijftien kolommen aan de lange zijde en zes aan de voorgevel, en een noord-zuid plaatsing) met enkele gedurfde architecturale elementen (het gebruik van Ionische en Corinthische zuilen voor een Dorisch gebouw, de variatie in materialen en het originele ontwerp van de cella en het adyton). Het heiligdom behoort tot de eerste generatie post-Parthenon gebouwen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Temple d'Apollon Épikourios à Bassae © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le temple à colonnes d’Apollon Épikourios s’élève majestueusement au cœur du sanctuaire de Bassae, dans les montagnes arcadiennes. C’est l’un des monuments de l’antiquité classique les mieux préservés et un témoignage très impressionnant et évocateur de l’architecture grecque classique. Ses caractéristiques et son influence sur l’architecture classique lui confèrent une très grande importance.

Le temple fut construit à l’apogée de la civilisation grecque, dans la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. (420-400 av. J.-C.). Il était consacré à Apollon Épikourios par les habitants de Philagie qui croyaient que le dieu du soleil et de la guérison les avait protégés de la peste et des invasions. En 174 av. J.-C., Pausanias, le voyageur de l’Antiquité, admira la beauté et l’harmonie du temple qu’il attribua à Iktinos, l’architecte du Parthénon. Il semble que le temple fut oublié pendant 1 700 ans jusqu’à sa redécouverte au XVIIIe siècle, époque à laquelle il suscita un vif intérêt de la part des savants et des artistes. L’isolement du site a permis que de nombreuses et importantes caractéristiques demeurent en grande partie intactes. Le temple est l’un des premiers édifices post-parthénoniens et le plus ancien monument dans lequel sont représentés ensemble les trois ordres architecturaux de la Grèce antique : le dorique, l’ionique et le corinthien. Il abrite la plus ancienne colonne à chapiteau corinthien encore érigée. Le temple est également remarquable par un certain nombre de caractéristiques architecturales audacieuses et innovantes qui témoignent d’un tournant décisif dans la construction de temples. Par toute une série de dispositifs ingénieux, l’architecte est parvenu à équilibrer des éléments contrastants et à mêler archaïsme et modernité conférant ainsi au monument une valeur architecturale et artistique unique. Le temple ainsi que sa décoration sculpturale constituent l’un des témoignages les mieux préservés de l’âge d’or de la civilisation grecque antique (Ve siècle av. J.-C.).

Critère (i) : Le temple de Bassae représente une réalisation artistique unique, remarquable tant par ses traits d’archaïsmes (plan très allongé, avec un rapport exceptionnel de 15 colonnes sur les cotés longs pour 6 colonnes en façade ; orientation nord-sud) que par ses audaces innovatrices : recours aux ordres ionique et corinthien pour un édifice dorique, différenciation des matériaux, originalité du plan de la cella et de l’adyton.

Critère (ii) : Dans la mesure où le chapiteau de la colonne d’axe de Bassae est le plus ancien chapiteau corinthien conservé, le temple peut être considéré comme le modèle de tous les monuments corinthiens de la civilisation grecque, de la civilisation romaine et des civilisations qui ont suivi.

Critère (iii) : Isolé dans un environnement préservé, le temple de d’Apollon est un exemple éminent de sanctuaire votif hellénique en milieu rural.

Intégrité

Le bien du patrimoine mondial abrite en ses limites tous les attributs essentiels qui lui confèrent sa valeur universelle exceptionnelle. L’isolement relatif et la désignation de la zone environnante en tant que site archéologique ont été les garants essentiels de l’intégrité du monument. Tous les éléments importants du temple, tels que sa colonnade extérieure ainsi que de nombreuses caractéristiques de la composition architecturale interne, sont en grande partie intacts. La frise décorative composée de panneaux sculptés, qui faisait partie intégrante du bâtiment lors de sa conception, a été déposée en 1812 et est conservée au British Museum avec le chapiteau corinthien.

S’agissant de la gestion, une série d’interventions coordonnées ont été mises en œuvre afin de garantir la protection permanente de l’ensemble du site, avec notamment un abri de protection et un système de drainage destinés à réduire au maximum la détérioration liée aux conditions météorologiques extrêmes.

Authenticité

L’éloignement du bien des différents établissements a garanti un degré élevé d’authenticité. Le relatif oubli du site pendant 1 700 ans a été le garant de l’absence de modifications majeures apportées à la structure du temple après son achèvement au Ve siècle av. J.-C. En conséquence, la structure et la quasi totalité de ses matériaux de construction ont été préservés et le temple est l’un des édifices les plus authentiques de son époque.

L‘établissement d’une vaste zone de conservation autour du temple a permis de s’assurer que le site conserve son environnement d’origine dans un paysage naturel. Les travaux de restauration et de conservation du temple ont été réalisés conformément aux principes internationaux de restauration, et lorsque cela s’avère nécessaire, on a recours au calcaire local (un matériau semblable à celui utilisé pour la construction du monument) pour les ajouts au bâtiment. Le temple et le paysage environnant, conservés presque intacts au cours des siècles, impressionnent le visiteur contemporain qui appréhende les premières expressions de tendances qui ont été déterminantes pour l’évolution de l’art et de l’architecture.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien est protégé en vertu des dispositions de la Loi N° 3028/2002 sur « la protection des antiquités et du patrimoine culturel en général ». La vaste zone qui entoure le temple d’Apollon Épikourios a été déclarée « site archéologique » (Décret ministériel 44671/1836/5-11-1986). En 1996, suite à une série d’expropriations, une zone supplémentaire de 4,5 ha a été ajoutée au site archéologique. Le bien dispose d’une zone tampon d’une superficie suffisante tandis que le secteur qui entoure le bien est exempt de tout bâtiment susceptible de faire obstacle au contact visuel avec le monument ou le site archéologique.

Le bien est placé sous la juridiction du Ministère de la culture, de l’éducation et des affaires religieuses, et plus particulièrement de l’Éphorat des antiquités d’Eleia, le service régional du ministère compétent en la matière qui a entrepris les travaux de sauvegarde et de protection du monument. Le Comité pour la conservation du temple d’Apollon Épikourios, établi en 1975, est en charge de superviser avec plus d’efficacité les travaux systématiques nécessaires à la conservation du monument. Les travaux de restauration du temple ont débuté en 2001 et sont toujours en cours. Les ressources financières nécessaires à leur mise en œuvre proviennent du budget de l’État et des fonds de l’Union européenne.

Le monument et ses environs sont clos et protégés 24 heures sur 24 afin de réduire au maximum tout risque de vandalisme. La faiblesse inhérente à la structure du bâtiment et les effets néfastes du climat et de l’environnement, notamment les températures extrêmes, les vents forts, les précipitations et l’activité sismique, constituent les plus graves menaces pour le bien. En conséquence, les travaux de restauration et de conservation visent à apporter des réponses à ces problèmes. Une grille antisismique ainsi qu’un dispositif de protection contre la foudre ont été installés sur le temple. Les futurs travaux prévus poursuivront la restauration en cours. Parmi les travaux envisagés, on citera le remplacement de l’abri de protection, qui a été construit afin de réduire au maximum les dommages causés par les conditions météorologiques extrêmes et de rendre meilleures les conditions nécessaires à l’exécution de grands travaux de restauration. Par ailleurs, l’installation prévue d’un système permanent d’approvisionnement en eau contribuera grandement à une protection plus efficace de tout le bien contre les risques d’incendie.