jump to the content

Vieille ville de Sana'a

Old City of Sana'a

Situated in a mountain valley at an altitude of 2,200 m, Sana’a has been inhabited for more than 2,500 years. In the 7th and 8th centuries the city became a major centre for the propagation of Islam. This religious and political heritage can be seen in the 103 mosques, 14 hammams and over 6,000 houses, all built before the 11th century. Sana’a’s many-storeyed tower-houses built of rammed earth (pisé) add to the beauty of the site.

Vieille ville de Sana'a

Édifiée dans une vallée de montagne à 2 200 m d’altitude, Sana’a a été habitée depuis plus de 2 500 ans. Aux VIIe et VIIIe siècles, la ville est devenue un important centre de propagation de l’islam. On retrouve ce patrimoine religieux et politique dans ses 106 mosquées, ses 12 hammams et ses 6 500 maisons qui datent tous d’avant le XIe siècle. Les maisons-tours aux nombreux étages et les maisons de pisé anciennes ajoutent encore à la beauté du site.

مدينة صنعاء القديمة

بنيت صنعاء في واد جبلي يرتفع الى 2200 متر وأصبحت مأهولة بالسكان منذ أكثر من 2500 سنة. وتحولت المدينة في القرنين السابع والثامن الى مركز هام لنشر الإسلام، فحافظت على تراث ديني وسياسي يتجلى في 106 مساجد و21 حماماً و6500 منزل تعود الى ما قبل القرن الحادي عشر. أما المساكن البرجية المتعددة الطبقات ومنازل الآجر القديمة فتزيد الموقع جمالاً.

source: UNESCO/ERI

萨那古城

萨那坐落于海拔2200米的山谷里,人类在那里的居住历史已超过2500年。在公元7世纪和8世纪期间,此城成为伊斯兰教的主要传播中心。其中的政治和文化遗产包括103座清真寺、14座哈玛姆寺和6000间会所,全部建于11世纪前。萨那城的多层塔楼为景点增添了美丽。

source: UNESCO/ERI

Старый город в Сане

Сана, расположенная в горной долине на высоте 2200 м над уровнем моря, населена уже более 2,5 тыс. лет. В VII-VIII вв. город стал крупным центром распространения ислама. О религиозном прошлом и политической жизни Саны можно судить по 103 мечетям, 14 общественным баням («хаммамы») и более 6 тыс. жилым домам; все они возведены до XI в. Многоэтажные жилые дома Саны, построенные из утрамбованной земли – «писе» - придают городу особый колорит.

source: UNESCO/ERI

Ciudad vieja de Sana’a

Edificada en un valle situado a 2.200 metros de altura sobre el nivel del mar, la ciudad de Sana’a tiene más de 2.500 años de historia. En los siglos VII y VIII fue un importante centro de propagación de la religión islámica. El legado de su esplendoroso pasado político y religioso lo atestiguan sus 103 mezquitas, 14 casas de baños públicos (hammam) y 6.000 viviendas construidas con anterioridad al siglo XI. Las casas-torre de múltiples pisos, edificadas con tierra apisonada, contribuyen a realzar la belleza del sitio.

source: UNESCO/ERI

サナア旧市街

source: NFUAJ

Oude stad van Sana’a

Sana’a wordt al meer dan 2.500 jaar bewoond. De oude stad ligt in een bergdal op een hoogte van 2.200 meter. In de 7e en 8e eeuw werd de stad een belangrijk centrum voor de verspreiding van de islam. Dit religieuze en politieke erfgoed komt tot uiting in de 103 moskeeën, 14 hammams en meer dan 6.000 huizen, die allemaal zijn gebouwd vóór de 11e eeuw. De gebouwen tonen een uitzonderlijk vakmanschap met betrekking tot het gebruik van lokale materialen en technieken. De huizen en openbare gebouwen van Sana’a zijn een goed voorbeeld van traditionele islamitische bewoning.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Située dans une vallée de montagne à 2 200 mètres d'altitude, la Vieille ville de Sana'a est définie par une extraordinaire densité de tours en pisé de terre et en brique cuites dressées sur plusieurs étages au-dessus de rez-de-chaussée bâtis en pierre, dans un décor étonnant de motifs géométriques de briques cuites et de blanc de chaux. Le ton ocre des habitations se confond avec la terre bistre des montagnes alentour. Dans la ville, les minarets percent la ligne d'horizon et les grands espaces de verdure des bustans (jardins) sont disséminés entre les maisons, les mosquées, les hammams et les caravansérails densément disposés.

Habitée depuis plus de 2 500 ans, la ville se vit conférer un statut officiel au IIe siècle avant J.-C. où elle servit d'avant-poste aux royaumes yéménites. Au Ie siècle après J.-C., elle devint le carrefour des routes du commerce terrestre. Le site de la cathédrale et le martyrium élevés à l'époque de la domination abyssine (525-75) attestent de l'influence chrétienne dont l'apogée coïncida avec le règne de Justinien. Les vestiges de l'ère préislamique ont été largement détruits par la profonde transformation de la ville à partir du VIIe siècle où Sana'a devint l'un des grands centres de propagation de la foi islamique, comme en attestent les vestiges archéologiques de la Grande Mosquée qui aurait été élevée du vivant même du Prophète. Les reconstructions successives de Sana'a sous la domination ottomane à partir du XVIe siècle ont respecté l'organisation de l'espace caractéristique des premiers siècles de l'Islam tout en modifiant l'aspect de la cité et en poursuivant son extension par une seconde ville à l'ouest. Les maisons de la vieille ville sont de construction relativement récente et ont une structure traditionnelle.

En tant qu'exemple éminent d'un ensemble architectural homogène reflétant les caractéristiques spatiales des premières années de l'Islam, la ville offre à travers son paysage une extraordinaire qualité artistique et picturale. Ses immeubles aux multiples étages constituent une prodigieuse réponse aux besoins défensifs tout en procurant des lieux d'habitation spacieux au nombre maximum de résidents à l'intérieur des murailles de défense de la cité. Les bâtiments témoignent de la qualité exceptionnelle de l'art de la construction à travers l'utilisation de matériaux et de techniques locales. Les maisons et les édifices publics de Sana'a, qui sont devenus vulnérables sous l'effet des mutations sociales contemporaines, sont un exemple éminent d'établissement humain islamique traditionnel.

Décrite par les historiens, les géographes et les érudits aux premiers temps de l'ère islamique et médiévale, Sana'a est associée aux civilisations de la Bible et du Coran.

Critère  (iv) :À l'intérieur de ses murailles partiellement conservées, elle offre l'exemple éminent d'un un ensemble architectural homogène dont la conception et les détails traduisent une organisation de l'espace caractéristique des premiers siècles de l'Islam qui a été respectée au fil du temps.

Critère (v) : Les maisons de Sana'a, devenues vulnérables sous l'effet des mutations sociales contemporaines, sont les témoins privilégiés d'un extraordinaire chef-d'œuvre d'habitat humain traditionnel.

Critère (vi) : Sana'a est directement et matériellement associée à l'histoire de la propagation de l'Islam durant les premières années de l'Hégire. La grande mosquée de Sana'a, édifiée en l'an 6 de l'Hégire, est connue comme étant la première mosquée érigée en dehors de La Mecque et Médine. La Vieille ville de Sana'a a contribué et joué un rôle majeur dans l'histoire du Yémen et du monde arabe et islamique à travers les contributions de personnalités yéménites historiques telles que Al Hassan B. Ahmed Al Hamdany, Ahamed Al Razy et Al Shawkany.

Intégrité (2011)

Une part importante de tous les éléments qui expriment la Valeur universelle exceptionnelle se trouve à l'intérieur du bien. Toutefois, l'accélération de nouveaux développements dans certains quartiers de la ville en érodent le caractère. L'intégrité visuelle du bien est menacée par le nombre croissant, dans le paysage environnant, de nouveaux hôtels modernes et de tours de télécommunication.

La disparition du système juridique traditionnel ou l'application de régimes nouveaux et supplémentaires, les transformations sociales et économiques accélérées, l'urbanisation galopante à l'intérieur et autour de la ville, et la disparition progressive des espaces ouverts, comme les bustans, au profit de la construction, créent d'insupportables pressions sur la ville et ses habitants.

Authenticité (2011)

Les attributs qui portent la Valeur universelle exceptionnelle sont la conception d'ensemble de la ville et de ses immeubles aux façades décorées, les matériaux de construction traditionnels et les espaces ouverts (bustans, maqashe, sarah'at) considérés comme une partie du cadre urbain de la ville, avec son apparence visuelle sur fond de montagnes. L'authenticité de ces attributs est vulnérable aux mauvaises pratiques de conservation et de développement. Les valeurs immatérielles qui y sont associées en termes d'activités socioéconomiques traditionnelles, avec un très fort pourcentage de propriétés, continuent d'être attestées. 

Eléments requis en matière de protection et de gestion (2011)

La protection de la Vieille ville de Sana'a est garantie par la loi de 1997 sur les antiquités ainsi que la loi de 2002 sur le bâti. La protection sera améliorée lorsque la loi sur la préservation des villes historiques entrera en vigueur. La préparation d'un plan de conservation et un inventaire exhaustif des bâtiments de la ville et de ses environs ont été effectués. L'Organisation générale pour la préservation des villes historiques au Yémen (GOPHCY) prévoit de développer le plan de conservation dans les années à venir. Il est également proposé de créer une unité de conservation pour engager tous les acteurs qui seront encouragés à participer à la préparation du processus du plan de gestion de la ville. Fondée en 1990, la GOPHCY est un organisme indépendant mis en place pour créer une stratégie appropriée de développement durable. Après l'entrée en vigueur de la nouvelle législation, elle deviendra l'autorité principale de gestion du bien du patrimoine mondial.

Dans sa décision concernant l'inscription, le Comité du patrimoine mondial « a recommandé qu'une zone tampon adéquate soit établie autour de la vieille ville ». Cette recommandation devrait être mise en œuvre afin d'améliorer la protection du bien dont les limites doivent aussi être clairement définies.

L'objectif à long terme est d'adopter clairement une stratégie en matière de préservation et de développement durable de la Vieille ville de Sana'a et de parvenir à mieux contrôler le cadre urbain tout en maintenant l'équilibre entre les activités commerciales et résidentielles.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Within its partially preserved wall, Sana'a is an outstanding example of a homogeneous architectural ensemble whose design and detail illustrate an organization of space characteristic of the early centuries of Islam which has been respected over time. The houses of Sana'a, which have become vulnerable as a result of contemporary social changes, are an outstanding example of a unique, traditional human settlement. Countless partial studies have been made of the houses of Sana'a, with the objective of eventual demolition. The beauty of the urban landscape of Sana'a, whose overall appearance should remain intact, attests that they should be preserved integrally.

The City of Sana'a, capital of Yemen since 1962, is a fine example of artistic and pictorial quality, now considered to be a homogenous ensemble made up of tower-houses built from rammed earth. Its history covers a period of over 2,000 years. Given official status in the 2nd century BC when it was an outpost of the Yemenite kingdoms, Sana'a (Arabic for 'fortified place') was associated with all the major historical events that took place in Arabia Felix. The site of the cathedral and the martyrium constructed during the period of Abyssinian domination (525-75) bear witness to Christian influence whose apogee coincided with the reign of Justinian.

The remains of the pre-Islamic period were largely destroyed as a result of profound changes in the city from 628. Beginning with the early years of the Hegira, Sana'a became a major centre for the spread of the Islamic faith. The Great Mosque is said to have been constructed while the Prophet was still living, with materials recovered from the Ghumdan Palace and the cathedral.

The successive reconstructions of Sana'a under Ottoman domination, beginning in the 16th century, respected the proportions and balance of the medieval city while changing its appearance. At the same time, a new city grew up to the west of the first settlement and is contiguous with it. The new city covers a similar surface area.

The houses in the old city are of relatively recent construction and have a traditional structure. The stone-built ground floor houses provisions and livestock. A staircase leads to the upper floors which normally comprise, successively, a large common room, which served as a meeting room for business affairs; the divan, used exclusively for festivities and family gatherings; smaller, private living quarters; and, last, on the top floor, the mafraj, a room where men meet in the afternoon. Large windows line three walls of the room forming a kind of loggia. The only differentiating feature of these tower-like houses is the size and number of floors (there may be as many as nine), and the quality of the ornamental and painted decoration of the windows, friezes and coping.

Source : UNESCO/CLT/WHC