jump to the content

Châteaux forts et enceintes du roi Édouard Ier dans l'ancienne principauté de Gwynedd

Castles and Town Walls of King Edward in Gwynedd

The castles of Beaumaris and Harlech (largely the work of the greatest military engineer of the time, James of St George) and the fortified complexes of Caernarfon and Conwy are located in the former principality of Gwynedd, in north Wales. These extremely well-preserved monuments are examples of the colonization and defence works carried out throughout the reign of Edward I (1272–1307) and the military architecture of the time.

Châteaux forts et enceintes du roi Édouard Ier dans l'ancienne principauté de Gwynedd

Dans l'ancienne principauté de Gwynedd située dans le nord du pays de Galles, les châteaux forts de Beaumaris et Harlech, dus au plus grand ingénieur militaire de son temps, James de Saint George, et les ensembles fortifiés de Caernarfon et de Conwy, tous extrêmement bien conservés, sont un témoignage de valeur sur l'œuvre de colonisation et de défense menée tout au long de son règne (1272-1307) par le roi d'Angleterre Édouard Ier et sur l'architecture militaire de son époque.

القلاع المحصنة وأسوار الملك ادوارد الاول في إمارة غوينيد القديمة

تحتضن إمارة غوينيد القديمة الواقعة شمال بلاد الغال قلعتي بوماري وهارليتش المحصنين اللذين شيدهما المهندس العسكري الأعظم في عصره جايمس دو سانت جورج بالإضافة الى مجمّعي كيرفانون وكونوي المحصّنين. وقد تم الحفاظ على هذه المواقع بصورة ممتازة لتصبح شاهداً قيّماً على العمل الاستعماري والدفاعي الذي أنجزه ملك انكلترا إدوارد الأول طيلة مدة حكمه (1272 - 1307) وعلى الهندسة العسكرية السائدة في عصره.

source: UNESCO/ERI

圭内斯郡爱德华国王城堡和城墙

博马里斯和哈勒赫城堡(主要由军事工程师圣乔治建造)及卡那封和康韦防御工事位于威尔士北部圭内斯郡的前首府。它们保存极为完好,是爱德华国王统治时期(1272-1307年)殖民和防御工事的典型,反映了当时的军事建筑风格。

source: UNESCO/ERI

Замки и крепости короля Эдуарда I в древнем княжестве Гуинедд

Замки Бомарис и Харлех (в основном это работа виднейшего военного инженера того времени Джеймса из Сент-Джорджа) и укрепленные комплексы Карнарвон и Конви находятся на территории древнего княжества Гуинедд в северном Уэльсе. Эти исключительно хорошо сохранившиеся памятники являются свидетелями колонизации и оборонительных работ, имевших место при правлении Эдуарда I (1272-1307 гг.), а также - примером военной архитектуры того времени.

source: UNESCO/ERI

Castillos y recintos fortificados del rey Eduardo I

Situados en el antiguo principado de Gwynedd, al norte del País de Gales, los castillos de Beaumaris y Harlech fueron construidos por James de Saint George, el mejor ingeniero militar de su época. Al igual que los recintos fortificados de  Caernarfon y Conwy se hallan en un estado de conservación admirable y constituyen no sólo un valioso testimonio de la obra colonizadora y defensiva llevada a cabo por el rey Eduardo I de Inglaterra a lo largo de todo su reinado (1272-1307), sino también un ejemplo excepcional de la arquitectura militar medieval.

source: UNESCO/ERI

グウィネズのエドワード1世の城群と市壁群

source: NFUAJ

Kastelen en stadsmuren van koning Edward in Gwynedd

De kastelen van Beaumaris en Harlech - grotendeels het werk van de grootste militaire ingenieur uit die tijd, James of Saint George - en de versterkte complexen van Caernarfon en Conwy bevinden zich in het voormalig vorstendom Gwynedd, in het noorden van Wales. Deze uiterst goed bewaard gebleven monumenten zijn voorbeelden van de kolonisatie- en defensiewerken uitgevoerd onder het bewind van Edward I (1272-1307) en van de militaire architectuur van die tijd. Beaumaris en Harlech gelden als unieke artistieke prestaties door de manier waarop de karakteristieke 13e-eeuwse dubbele wandstructuren worden gecombineerd met een sterk gecoördineerd centraal ontwerp.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Châteaux de Caernarfon, Châteaux forts et enceintes du roi Édouard Ier dans l'ancienne principauté de Gwynedd © Richard0
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse  

Les quatre châteaux de Beaumaris, Conwy, Caernarfon et Harlech et les villes fortifiées associées de Conwy et Caernarfon dans le Gwynedd, au nord du Pays de Galles, sont les plus beaux exemples d’architecture militaire de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle en Europe, comme le prouvent leur état complet, leur parfait état de conservation, leur témoignage d’un espace domestique organisé et l’extraordinaire répertoire de leurs formes architecturales médiévales.

Les châteaux, qui composent un groupe stylistique cohérent, sont un exemple magistral d’architecture militaire médiévale conçue et réalisée par James de Saint George (env. 1230-1309), architecte en chef du roi Édouard Ier d’Angleterre et le plus grand architecte militaire de son temps. La documentation de l’époque très complète et détaillée des châteaux, tant en matière technique, sociale qu’économique, et la pérennité des villes fortifiées adjacentes de Caernarfon et de Conwy, en font des références majeures de l’histoire médiévale.

Les châteaux de Beaumaris et de Harlech sont des réalisations artistiques uniques par la manière dont ils associent des structures à double enceinte typiques du XIIIe siècle à un plan central et par la beauté de leurs proportions et de leur appareil.

Critère (i) : Beaumaris et Harlech représentent une réalisation artistique unique par l'association de la structure à double enceinte caractéristique de l'architecture militaire de la fin du XIIIe siècle avec un plan central de caractère très concerté et par la beauté des proportions et de l'appareil. Ce sont les chefs d'œuvre de James de Saint George, maître des œuvres du roi qui fut également gouverneur de Harlech entre 1290 et 1293.

Critère (iii) : Les châteaux royaux de l'ancienne principauté de Gwynedd sont un témoignage unique sur le bâtiment au Moyen Âge dans la mesure où cette commande royale est entièrement documentée. Les livres de compte publiés par Taylor dans L’histoire des travaux royaux (« The History of the King's Works ») édité par Colvin, Londres (1963), précisent l'origine des travailleurs, appelés de toutes les régions d'Angleterre, décrivent la mise en œuvre des matériaux de la carrière sur le chantier, détaillant le financement des travaux, illustrant la vie quotidienne des ouvriers et de la population, et constituent ainsi l'une des références majeures de l'histoire médiévale. 

Critère (iv) : Les châteaux et les fortifications de l’ancienne principauté de Gwynedd sont le meilleur exemple d'architecture militaire de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle en Europe. Leur construction, entreprise en 1283, parfois entravée par les révoltes galloises de Madog ap Llywelyn en 1294, se poursuivit jusqu'en 1330 à Caernarfon et 1331 à Beaumaris. Ils n'ont subi que peu de restaurations et offre, à l'état pur, un véritable répertoire de formes architecturales médiévales : barbacanes, pont-levis, portes fortifiées, chicanes, réduits, donjons, tours et courtines. 

Intégrité

Tous les châteaux ont, à titre individuel, un haut degré d’intégrité grâce à la cohérence de leur organisation, à leur conception innovante et à la qualité de leur construction restée intacte.

L’ensemble des quatre châteaux d’Édouard Ier intègre, au sein des limites du bien, toutes les structures défensives médiévales – châteaux et fortifications des villes –hormis  les zones organisées d’habitat ou les zones en bord de mer. Tous les attributs défensifs sont présents sur le territoire du bien, cependant les villes faisant partie intégrante du système défensif, administratif et économique et la localisation en front de mer contribuant de même au système défensif et au commerce, il pourrait être envisagé d’étendre les limites actuelles, assez étroites, afin d’inclure tous ces  attributs.

La relation essentielle entre chaque château et son paysage côtier est demeurée intacte, et dans deux cas, l’interdépendance entre le château et la ville est, encore à ce jour, un trait marquant du paysage urbain. Tandis que les limites du bien pourraient faire l’objet d’un réexamen, son paysage étendu doit être protégé. Il n’y a actuellement aucune zone tampon mais le « cadre constitutif » et les « perspectives visuelles significatives » de chaque château ont été identifiés et définis dans le plan de gestion.

Des projets d’aménagements urbains peu compatibles avec le bien, tant dans les villes qu’à l’intérieur des terres, et des projets sur la côte ou en mer empiétant sur le cadre paysager des châteaux pourraient représenter des menaces potentielles. Au cours des années passées, aucun de ces projets ne s’est avéré poser de graves problèmes. Il est nécessaire de protéger le cadre des châteaux afin de garantir la force de leur lien avec l’arrière-pays.

Authenticité

L’authenticité des quatre châteaux médiévaux et des deux circuits sur les fortifications a été conservée malgré quelques travaux de reconstruction à Caernarfon à la fin du XIXe siècle. Au cours des cent dernières années, la conservation des châteaux et des enceintes a été menée suivant le principe de conservation tel qu’en l’état, et seules des interventions ou des modifications intrusives minimes ont été entreprises. Les plans, la forme, les matériaux et les éléments constitutifs des châteaux demeurent en grande partie inchangés. Ils présentent toujours un grand répertoire de formes architecturales médiévales : barbacanes, pont-levis, portes fortifiées, chicanes, réduits, donjons, tours et courtines. Les fortifications de Caernarfon et de Conwy demeurent inchangées et constituent pour les paysages urbains qu’elles enserrent une enceinte presque entière.

Le cadre général des quatre châteaux est en grande partie intact, à l’exception de l’aménagement de la plaine à Harlech et d’un projet récent à Caernarfon. Les châteaux conservent ainsi leur capacité à faire la démonstration très lisiblement de leur importance, de leur puissance défensive et de leur présence impressionnante. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le Gouvernement du Royaume-Uni protège les biens du patrimoine mondial au moyen d’une protection règlementaire des sites et bâtiments à titre individuel et d’orientations en matière de planification spatiale.  Les quatre châteaux et les deux circuits sur les fortifications sont protégés par un classement au titre de « monument d’importance nationale » et par leur statut de « monument placé sous tutelle », ils sont à ce titre entretenus par un organisme approprié en charge de la conservation au sein du gouvernement selon les principes de conservation  en vigueur actuellement. Les quatre châteaux sont protégés par des plans locaux, par des orientations en matière de planification et, pour chacun d’entre eux, par un plan de gestion du patrimoine mondial régulièrement révisé. Harlech est situé sur le territoire du Parc national de Snowdonia et  les quatre châteaux sont dans des zones de conservation qui comprennent le cadre immédiat des châteaux et des fortifications. Leur cadre général a été classé « cadre constitutif » et les perspectives visuelles sont protégées. Dans le cadre de la procédure de révision du plan de gestion, une évaluation des limites sera entreprise.

L’ensemble de ces diverses mesures garantit que les châteaux font l’objet d’un contrôle rigoureux de l’aménagement qui pourrait avoir un impact sur leur cadre. Les plans de gestion des zones côtières (Shoreline Management Plans) et les Évaluations des risques d’inondations de l’Agence de l’environnement (Environment Agency’s Flood Risk Assessments) permettent de protéger les sites de l’érosion côtière et de tout projet d’aménagement du littoral peu propice à l’intégrité du bien, gardant ainsi intactes les perspectives  visuelles essentielles le long de la côte.

Le tourisme et les visites sont gérés dans le cadre de la Stratégie de gestion de l’environnement historique du Gouvernement du Pays de Galles (Welsh Government’s Historic Environment Strategy) mise en œuvre par le biais du plan de gestion du patrimoine mondial, qui prévoit des politiques de promotion, d’accès, d’interprétation et de gestion des visiteurs.

Le Comité de pilotage du patrimoine mondial (The World Heritage Steering Group) auquel participent les propriétaires des sites, les autorités locales, le gouvernement et le grand public, est en charge de la mise en œuvre du plan de gestion qui garantit la conservation, le contrôle de l’aménagement, l’usage du bien à des fins éducatives et l’accessibilité du public. 

Description longue
[Uniquement en anglais]

The castles and fortified towns of Gwynedd are the finest examples of late 13th-century and early 14th-century military architecture in Europe. Their construction, begun in 1283 and at times hindered by the Welsh uprisings of Madoc ap Llewellyn in 1294, continued until 1330 in Caernarvon and 1331 in Beaumaris. They have only undergone minimal restoration and provide, in their pristine state, a veritable repertory of medieval architectural forms: barbicans, drawbridges, fortified gates, chicanes, redoubts, dungeons, towers and curtain walls.

The royal castles bear unique testimony of construction in the Middle Ages. The accounts that have survived specify the origin of the workmen, who were brought in from all regions of England, and describe the use of quarried stone on the site. They outline financing of the construction works and provide an understanding of the daily life of the workmen and population and thus constitute one of the major references of medieval history.

Throughout his reign (1272-1307) Edward I, King of England, worked to expand and defend his domain, implementing at the same time a military and settlement policy whose traces are still visible from the Pyrenees to Scotland. Above all in Wales, it is the major illustration of the great construction policy of his reign: a series of superb castles, which in some cases are combined with new towns surrounded by fortified walls, are the examples of the medieval urban planning.

From 1283 he undertook a castle-building programme of unprecedented scale. What he did was to station garrisons so as to quell any possible revolts, foster the settlement of castral towns by settlers and finally illustrate in a more symbolic than strategic fashion English power.

In 20 years, 10 fortresses were built, not to mention those restored after being wrested from the enemy. From among this series of constructions, located close together, are Beaumaris Castle, on the south-east coast of the island of Anglesey; the fortified structures of Caernarvon and Conway castles on the north-west coast of Wales; and Harlech Castle, north of Cardigan Bay.

The typological, technical and stylistic coherence of these constructions are explained by the fact that all were built by the same man, the king's chief architect in Wales. Beaumaris and Harlech, begun in 1283, are of virtually the same design (the massive square of the inner wall is surrounded by an octagonal wall flanked by towers) both being the work of the Savoyard architect James de Saint George, the greatest military engineer of his time.

Beaumaris and Harlech represent a unique artistic achievement in that they combine the double-wall structure which is characteristic of late 13th-century military architecture with a highly concerted central plan and in terms of the beauty of their proportions and masonry. These are the masterpieces of James de Saint George who, in addition to being the king's chief architect, was governor of Harlech from 1290 to 1293.

The Caernarvon and Conway ensembles, where the royal castle, the ordinary residence of the governor and garrison are the keystone of the military installation which also comprises an adjacent fortified town, are very instructive regarding Edward I's policy in Wales. The castral towns, of a regular layout, were inhabited by English settlers who were able to muster up a militia in times of revolt.

Source : UNESCO/CLT/WHC