English Français

Parc national de Kaziranga

Kaziranga National Park

In the heart of Assam, this park is one of the last areas in eastern India undisturbed by a human presence. It is inhabited by the world's largest population of one-horned rhinoceroses, as well as many mammals, including tigers, elephants, panthers and bears, and thousands of birds.

Parc national de Kaziranga

En plein cœur de l'Assam, le parc de Kaziranga, l'une des dernières zones de l'Inde du Nord qui n'aient pas été modifiées par l'homme, abrite la plus importante population de rhinocéros unicornes du monde, ainsi que de nombreux autres mammifères – tigres, éléphants, panthères, ours – et des milliers d'oiseaux.

روضة كازيرانغا الوطنية

يضمّ منتزه كازيرانغا الذي يقع في ولاية آسام وهو أحد آخر مناطق الهند الشمالية التي لم يغيرها الإنسان أهمّ سلالة وحيد القرن في العالم، بالإضافة إلى ثدييات عديدة أخرى كالنمور والفيلة والفهود والدببة وآلاف العصافير.

source: UNESCO/ERI

卡齐兰加国家公园

卡齐兰加国家公园位于印度阿萨姆邦中心地带,是印度东部最后一批没有人类活动骚扰的地区之一。这个公园里生活着世界上最大种群、最多数量的独角犀牛,还有许多其他哺乳动物,包括老虎、大象、豹、熊和数以千计的鸟类。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Казиранга

Этот парк, расположенный в центре штата Ассам, является одной из немногих в восточной Индии областей с нетронутой человеком природой. Здесь обитают однорогие носороги (самая крупная в мире популяция этого вида), тигры, слоны, пантеры и медведи, а также отмечены огромные скопления птиц.

source: UNESCO/ERI

Parque nacional de Kaziranga

Situado en el corazón del Estado de Assam, este parque abarca una de las pocas zonas de la India septentrional que no han sufrido alteraciones por la presencia del ser humano. Posee la población de rinocerontes de un solo cuerno más numerosa del mundo, así como muchos otros mamíferos –tigres, elefantes, panteras y osos, etc.– y miles de aves.

source: UNESCO/ERI

カジランガ国立公園
世界の最多雨地帯アッサム盆地を流れる、インド第2の大河ブラフマプトラ川。この川筋の移動と土砂の堆積の跡に広がる平野にこの国立公園は位置する。ここはインドサイの絶好の生息地で、また、インド象、虎、水牛、ペリカンなども生息している。インドサイの生息数は現在地球上で2000頭ほどでそのうち1200頭がこの地にいる。

source: NFUAJ

Nationaal park Kaziranga

Dit nationaal park ligt in het hart van Assam. Het is een van de laatste gebieden in Oost-India die niet door menselijke aanwezigheid wordt verstoord. Het park wordt bewoond door ‘s werelds grootste aantal éénhoornige neushoorns en veel andere zoogdierensoorten, zoals tijgers, olifanten, panters en beren. Het gebied ligt op de zuidoever van de (rivier) Brahmaputra, aan de voet van de Mikir heuvels. De talloze waterplassen in het park zorgen voor een rijke voedselvoorziening en duizenden trekvogels – meer dan 100 soorten – komen seizoensafhankelijk op bezoek. De vogels komen overal vandaan, zelfs uit Siberië.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Wild Asian Elephant © M & G Therin-Weise
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le parc national de Kaziranga représente l’une des dernières aires naturelles non modifiées par l’homme dans la région du nord-est de l’Inde. Couvrant 42 996 hectares et située dans l’État de l’Assam, c’est la plus grande aire intacte et représentative des plaines d’inondation de la vallée du Brahmapoutre. Les fluctuations des eaux du Brahmapoutre donnent des exemples spectaculaires de processus riverains et fluviaux dans cette vaste zone de prairies alluviales humides d’herbes hautes entrecoupées de nombreuses mares larges et peu profondes frangées de roseaux,  de bouquets d’arbres feuillus et de forêts semi-sempervirentes. Kaziranga passe pour être l’un des meilleurs refuges de la vie sauvage au monde. La contribution du parc à la sauvegarde du rhinocéros unicorne de l’Inde au bord de l’extinction à l’aube du XXe siècle a permis de reconstituer la plus importante population de cette espèce, ce qui est une réussite spectaculaire en matière de conservation. Le bien abrite aussi un grand nombre d’autres espèces menacées comme le tigre, l’éléphant, le buffle d’eau sauvage et l’ours, ainsi que des espèces aquatiques comme le dauphin du Gange. C’est une aire importante pour les oiseaux migrateurs.

Critère (ix): Les fluctuations des eaux du Brahmapoutre déterminent des exemples spectaculaires de processus riverains et fluviaux. L’érosion des berges du fleuve, la sédimentation et la formation de nouvelles terres et de nouveaux plans d’eau, ajouté à une succession de prairies et de forêts, sont autant d’exemples remarquables de processus écologiques et biologiques dynamiques permanents. Les prairies alluviales humides occupent près des deux-tiers de la surface du parc et sont entretenues par le brûlage et les inondations annuelles. Ces processus naturels créent des ensembles d’habitats qui sont aussi responsables d’une grande diversité dans les rapports entre les prédateurs et leurs proies.

Critère (x): Kaziranga a été inscrit comme étant la première aire mondiale de protection du rhinocéros unicorne de l’Inde où a été recensée la plus forte population de cette espèce, estimée aujourd’hui à plus de 2 000 têtes. Le bien offre aussi un habitat à un certain nombre d’espèces menacées dans le monde, comme le tigre, l’éléphant d’Asie, le buffle d’eau sauvage, le gaur, le cerf des marais, le cerf Sambar, le cerf cochon, le langur à capuchon, le gibbon houlock ou encore l’ours lippu. Le parc qui compte l’une des plus fortes densités de tigres en Inde, a été déclaré Réserve de tigres depuis 2007. La situation du parc à la jonction de l’itinéraire aérien d’Australasie et indoasiatique montre que ses terres marécageuses jouent un rôle primordial pour la conservation des espèces menacées d’oiseaux migrateurs à travers le monde. On trouve aussi des dauphins du Gange menacés d’extinction dans quelques-uns des lacs de bras morts fermés.

Intégrité

Le parc de Kaziranga jouxte des villages sur trois côtés, d’où la difficulté d’assurer la protection du site contre les incursions illégales de braconniers et de bergers. L’introduction de la peste bovine et de buffles domestiques a eu des effets négatifs sur la population de buffles d’eau sauvages, y compris l’hybridation et la contamination génétique du bétail sauvage restant. Le braconnage du rhinocéros a toujours été un sérieux problème, mais la population reste stable dans l’ensemble ou est en augmentation. Un autre facteur est l’inondation saisonnière qui pousse un grand nombre d’animaux à émigrer en dehors du parc où ils sont susceptibles d’être chassés ou abattus en représailles des dommages causés aux cultures. La présence de la route nationale 37 très fréquentée le long des limites méridionales de Kaziranga a favorisé la multiplication d’établissements humains qui perturbent les mouvements de la faune sauvage dans ce paysage. Parallèlement à la migration du fleuve qui a aussi entraîné la perte d’environ 5 000 hectares de forêts entre 1925 et 1986, le parc national s’est étendu au nord en intégrant une partie du Brahmapoutre, bien qu’il n’ait pas encore été proposé d’inclure cette extension dans le bien du patrimoine mondial. Le maintien d’une connectivité fonctionnelle entre le parc et les collines de Karbi Anglong, et la création d’une zone tampon au sud du parc amélioreraient considérablement l’intégrité du bien.

Eléments requis en matière de gestion et de protection

Le bien bénéficie du plus haut degré de protection juridique et d’un solide cadre législatif au terme des dispositions de la loi indienne de 1972 sur la protection de la vie sauvage et de la loi indienne de 1927 sur les forêts/réglementation de 1891 sur les forêts de l’Assam. Le parc a une longue histoire en matière de protection depuis plus d’un siècle, qui se traduit par une reconstitution spectaculaire de la population de rhinocéros. Le parc a été déclaré Réserve de tigres en 2007 et compte six nouvelles extensions qui bénéficient du renforcement de ses mesures de gestion et de protection. Le bien reçoit le soutien du gouvernement au niveau national et régional ainsi que la participation d’organisations nationales et internationales pour la conservation. La gestion du site relève de l’administration du Département des forêts de l’Assam, guidée par un plan de gestion légalement approuvé. L’état de protection et de conservation actuel du bien est considéré comme l’un des plus satisfaisants en Inde. Toutefois, le braconnage du rhinocéros, l’érosion des berges du fleuve, les espèces envahissantes, la pression du tourisme, la densité de la circulation routière et le pâturage du bétail (en particulier dans les zones qui ont été rattachées au parc) sont les principales menaces qui pèsent sur le site. Il convient d’adopter une stratégie à long terme afin de traiter les questions relatives au tourisme, la recherche et le contrôle de l’habitat et de la vie sauvage, les conflits entre l’homme et la vie sauvage, ainsi que les questions de délimitation du parc national compte tenu des différents ajouts. Afin d’assurer des flux financiers réguliers qui sont indispensables au fonctionnement du parc, la création de la Fondation pour la conservation du tigre de Kaziranga a constitué une mesure phare. L’administration du parc a également pris des mesures visant à améliorer l’infrastructure et des dispositions relatives au bien-être du personnel. Le renforcement des liens institutionnels avec les autres services gouvernementaux et organismes opérationnels au bénéfice des communautés locales dans les villages limitrophes du bien demeure un objectif de gestion important pour les autorités du parc.