jump to the content

Fôret Białowieża

Białowieża Forest

This is an extension of and new proposal for the Belovezhskaya Pushcha / Białowieża transboudary site on the border between Poland and Belarus, inscribed on the World Heritage List in 1979. Situated on the watershed of the Baltic Sea and Black Sea, this immense range of primary forest includes both conifers and broadleaved trees. The modification to the property translates as a reduction of over 5000 hectares on the Belarus side and a vast extension of the Polish section, from 5069 to 59,576 hectares. Covering a total area of 141,885 hectares, this transboundary property is exceptional for the opportunities it offers for biodiversity conservation. It is home to the largest population of the property’s iconic species, the European bison.

Fôret Białowieża

Extension et nouvelle proposition de « Forêt Belovezhskaya Pushcha/Bialowieża », inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1979. Situé sur la ligne de partage des eaux entre la mer Baltique et la mer Noire, ce vaste massif de forêt ancienne comprend à la fois des conifères et des feuillus. La modification apportée au bien se traduit par une diminution de plus de 5000 ha du côté bélarussien et par une vaste extension du secteur polonais qui passe de 5069 à 59576 ha. D’une superficie totale de 141 885 ha, ce bien transfrontalier apparaît comme une région irremplaçable pour la conservation de la biodiversité. On y trouve la plus grande population de bisons d’Europe, l’espèce emblématique du bien.

  • Anglais
  • Français
Fôret Belovezhskaya Pushcha / Bialowieza © Mateusz Szymura
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse  

La Forêt Bialowieza est un vaste complexe forestier qui se trouve à la frontière entre la Pologne et le Bélarus. Grâce à plusieurs décennies de protection, la Forêt a survécu dans son état naturel jusqu’à aujourd’hui. Le Parc national Bialowieza, en Pologne, a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1979 et agrandi en 1992, pour inclure Belovezhskaya Pushcha, Bélarus. La vaste extension du bien, en 2014, aboutit à un bien de 141 885 ha avec une zone tampon de 166 708 ha. 

Ce bien comprend un complexe de forêts de plaine caractéristiques de l’écorégion terrestre des forêts mixtes d’Europe centrale. La zone a une importance exceptionnelle pour la conservation compte tenu de l’échelle de ses anciennes forêts qui comprennent de vastes zones non perturbées où les processus naturels sont en cours. En conséquence, le site est riche en bois mort, sur pied et tombé, et l’on y trouve donc une diversité élevée de champignons et d’invertébrés saproxyliques. Le bien protège une faune diverse et riche dont 59 espèces de mammifères, plus de 250 espèces d’oiseaux, 13 amphibiens, 7 reptiles et plus de 12'000 espèces d’invertébrés. L’emblème du bien est le bison d’Europe : environ 900 spécimens vivent dans l’ensemble du bien, soit près de 25% de la population mondiale totale et plus de 30% des animaux vivant en liberté. 

Critère (ix) : La Forêt Bialowieza conserve un complexe divers d’écosystèmes de forêts protégés qui illustrent l’écorégion terrestre des forêts mixtes d’Europe centrale, et une gamme d’habitats non forestiers associés, notamment des prairies humides, des vallées fluviales et autres zones humides. La région a une valeur exceptionnellement élevée pour la conservation de la nature, avec de vastes forêts anciennes. La vaste étendue de forêts d’un seul tenant entretient des chaînes alimentaires complètes, y compris des populations viables de grands mammifères et de grands carnivores (loup, lynx, loutre) entre autres. La richesse en bois mort, sur pied et tombé, explique la grande diversité de champignons et d’invertébrés saproxyliques. La longue tradition de recherche sur les écosystèmes forestiers peu perturbés et les nombreuses publications, y compris la description de nouvelles espèces, contribuent aussi de façon importante aux valeurs du bien inscrit. 

Critère (x) : La Forêt Bialowieza est une région irremplaçable pour la conservation de la biodiversité, en particulier du fait de ses dimensions, de son statut de protection et de sa nature essentiellement non perturbée. On y trouve la plus grande population en liberté de l’espèce emblématique du bien, le bison d’Europe. Par ailleurs, les valeurs pour la conservation de la biodiversité sont immenses avec la protection de 59 espèces de mammifères, plus de 250 espèces d’oiseaux, 13 espèces d’amphibiens, 7 espèces de reptiles et plus de 12’000 espèces d’invertébrés. La flore est diverse et importante au plan régional et le bien est également remarquable pour la conservation des champignons. Plusieurs nouvelles espèces y ont été décrites et de nombreuses espèces menacées sont encore bien représentées. 

Intégrité

Le bien est une région vaste et cohérente conservée par toute une gamme de titres de protection, qui représente toute la gamme des écosystèmes forestiers de la région, et fournit un habitat à de grands mammifères. La présence de vastes régions non perturbées est cruciale pour les valeurs de conservation de la nature. Certains des écosystèmes représentés dans le bien (prairies et zones humides, corridors fluviaux) ont besoin d’entretien par gestion active en raison de la diminution du débit d’eau et de l’absence d’activités agricoles (coupe de foins). La zone tampon proposée par les deux États parties semble suffisante pour fournir une protection effective à l’intégrité du bien contre les menaces venues de l’extérieur de ses limites. Compte tenu des barrières qui se trouvent à l’intérieur du bien et de l’isolement relatif de celui-ci dans les paysages agricoles environnants, il y a quelques problèmes de connectivité qui nécessitent une gestion et un suivi continus. 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien bénéficie d’une protection juridique et institutionnelle dans les deux États parties grâce à la création d’une diversité d’aires protégées. 

La protection et la gestion ont besoin d’une coopération solide et efficace entre les États parties mais aussi entre les institutions à l’intérieur de chaque État partie. Le Parc national Bialowieza (Pologne), l’Administration forestière polonaise et les autorités du Parc national Belovezhskaya Pushcha ont signé un accord concernant la préparation et l’application d’un plan de gestion intégrée pour le bien proposé et pour établir un comité directeur transfrontalier. En outre, l’État partie Pologne a élaboré un accord établissant un comité directeur entre le Parc national et l’Administration des forêts dans le but d’adopter une approche coordonnée de la gestion intégrée. Il est essentiel de garantir le fonctionnement effectif de ce comité directeur, notamment par des réunions régulières, ainsi que sa participation à la coordination et la gestion transfrontalières. Il est essentiel que les Parcs nationaux des deux États parties maintiennent des plans de gestion efficaces et légalement adoptés, et un plan de gestion adopté du Parc national Bialowieza (Pologne), pour soutenir son inclusion dans le bien, est une condition essentielle et à long terme. 

Il importe de garantir que le plan de gestion intégrée du bien traite toutes les questions clés concernant la gestion effective de ce bien, en particulier des forêts, des prairies et zones humides, et qu’il soit dûment financé à long terme pour garantir son application efficace. 

Pour protéger le bien, la principale obligation à long terme consiste à assurer la gestion efficace et bien financée de la conservation, et à maintenir les interventions de gestion nécessaires pour les valeurs naturelles. Parmi les menaces nécessitant une attention à long terme au moyen de programmes de suivi et de gestion continue, il y a la gestion des feux, les obstacles à la connectivité, notamment les routes, les brise-feux et la clôture des limites. Il y a également place pour améliorer, de façon continue, certains aspects de la gestion, notamment en ce qui concerne la connectivité à l’intérieur du bien et dans le paysage en général, et obtenir aussi un engagement renforcé de la communauté.