English Français

Parc national de Mana Pools, aires de safari Sapi et Chewore

Mana Pools National Park, Sapi and Chewore Safari Areas

On the banks of the Zambezi, great cliffs overhang the river and the floodplains. The area is home to a remarkable concentration of wild animals, including elephants, buffalo, leopards and cheetahs. An important concentration of Nile crocodiles is also be found in the area.

Parc national de Mana Pools, aires de safari Sapi et Chewore

Au bord du Zambèze, de grands escarpements surplombent le fleuve et les plaines inondables où l'on trouve une concentration remarquable de faune sauvage comprenant notamment éléphants, buffles, léopards et guépards. Les crocodiles du Nil y sont également très nombreux.

محمية مانا بولز الوطنية ومناطق سافاري سابي وشيووري

ترتفع على ضفاف نهر زامبيزي منحدرات عالية مطلة على النهر والسهول المعرّضة للفيضان التي تحوي تجمعاً كبيراً من الحيوانات البرية كالفيلة والجواميس وفهود الليوبارد وفهود الغيبارد، بالإضافة الى عدد كبير من تماسيح النيل.

source: UNESCO/ERI

马纳波尔斯国家公园、萨比和切俄雷自然保护区

在赞比西河河岸,悬崖突兀,洪水冲成的平原为野生动物的生存提供了乐土,这里有大象、水牛群、豹子和猎豹。其中,尼尔鳄鱼是这个地区的一个重要种群。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Мана-Пулс, охотничьи резерваты Сапи и Чеворе

В этом месте русло реки Замбези перегораживается выходами коренных пород, образуя несколько стариц. Водно-болотные угодья привлекают массу диких животных, включая слонов, буйволов, леопардов и гепардов. Это также место больших скоплений нильского крокодила.

source: UNESCO/ERI

Parque Nacional de Mana Pools y zonas de safari de Sapi y Chewore

Este sitio se halla a orillas del Zambeze, en una zona donde se yerguen grandes farallones que dominan el río y las llanuras inundables. El parque alberga una cantidad excepcional de animales salvajes, en particular elefantes, búfalos, rinocerontes negros, leopardos y onzas. También se encuentran ejemplares abundantes del cocodrilo del Nilo.

source: UNESCO/ERI

マナ・プールズ国立公園、サピとチュウォールのサファリ地域

source: NFUAJ

Nationaal Park Mana Pools, Sapi en de Chewore safarigebieden

Dit gebied in Zimbabwe beslaat 676,600 hectare en wordt aan de noordkant beschermd door de Zambezi rivier en in het zuiden door een steile, meer dan 1.000 meter hoge helling. Hierdoor vormt het een schuilplaats voor enorme congregaties van Afrika's grote zoogdieren, die zich ophouden in de uiterwaarden van de Zambezi. Zo zijn er olifanten, buffels, luipaarden en jachtluipaarden. Verder staat de Zambezi rivier bekend om zijn aanzienlijke aantallen nijlpaarden en Nijlkrokodillen. Qua landschap zijn het Nationaal park Mana Pools en de Sapi en Chewore safarigebieden spectaculair. In de safarigebieden mag gejaagd worden mits men rekening houdt met het toegestane jachtquotum.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Mana Pools National Park, Sapi and Chewore Safari Areas
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le site du patrimoine mondial du Parc national de Mana Pools, Aires de safari Sapi et Chewore est un site au paysage et aux processus écologiques spectaculaires. Protégé par le Zambèze au nord et par le relief abrupt de l’escarpement (qui s’élève à plus de 1 000 mètres au-dessus de la vallée) au sud, ce bien qui s’étend sur 676 600 hectares, abrite d’immenses congrégations de populations de grands mammifères d’Afrique qui se concentrent dans ses plaines inondables. Les « Mana Pools » sont d’anciens lits du Zambèze et les processus géologiques en cours sont un bon exemple d’érosion et de dépôt par un grand fleuve saisonnier où la succession de la végétation sur les dépôts alluviaux se dessine clairement. Si le rhinocéros noir a disparu depuis l’inscription du bien, d’énormes troupeaux d’éléphants et de buffles, suivis du zèbre, du nyala et de beaucoup d’autres espèces d’antilopes et de leurs prédateurs, comme le lion et la hyène, migrent chaque année dans la région pendant les mois d’hiver au climat sec. Le fleuve est aussi réputé pour son grand nombre d’hippopotames et de crocodiles du Nil. Une abondante avifaune permet d’observer plus de 450 espèces répertoriées d’oiseaux résidents et migrateurs. La chasse réglementée selon un système de quota est autorisée dans les aires de safari.

Critère (vii) : La congrégation annuelle d’animaux sur les rives du parc le long du vaste Zambèze constitue l’un des plus magnifiques spectacles de nature sauvage en Afrique.

Critère (ix) : Les « bancs de sable » constituent un bon exemple d’érosion et de dépôt par un grand cours d’eau saisonnier (malgré les modifications du débit fluvial dues au barrage de Kariba). La succession de la végétation sur les dépôts alluviaux présente une structure claire. Les mouvements saisonniers des grands mammifères dans la vallée offrent un grand intérêt du point de vue écologique en raison des différences entre les espèces, comme à l’intérieur de chacune d’elles.

Critère (x) : Au moment de l’inscription la justification de ce critère était que la région était l’un des plus importants refuges du rhinocéros noir d’Afrique et de plusieurs autres espèces dites menacées à l’époque. Aujourd’hui, le rhinocéros noir a disparu de la réserve qui abrite encore d’importantes populations d’espèces menacées, comme l’éléphant et l’hippopotame, ainsi que d’autres espèces menacées, comme le lion, le guépard ou le lycaon. Le léopard et l’hyène brune, classés en voie d’extinction, et une grande population de crocodiles du Nil sont aussi protégés dans le bien. Le site est également considéré comme un refuge important pour nombre de plantes et d’oiseaux.

Intégrité

Le bien se compose de trois aires protégées contiguës : le parc national de Mana Pools (219 600 ha), l’aire de safari Sapi (118 000 ha) et l’aire de safari Chewore (339 000 ha), couvrant une superficie totale de 676 600 hectares. Les trois autres aires de conservation adjacentes, qui ne font cependant pas partie du bien, sont : l’aire de safari Urungwe (287 000 ha), l’aire de safari Dande (52 300 ha) et l’aire de safari Doma (76 400 ha). À cela s’ajoute le Parc national du Zambèze inférieur, en Zambie (409 200 ha), qui jouxte le bien sur l’autre rive du fleuve. Le bien passe pour être relativement intact et d’une taille suffisante pour préserver les processus écologiques naturels et fonctionnels et en saisir les valeurs naturelles et esthétiques. Les barrières naturelles que forment le Zambèze au nord et le relief abrupt de l’escarpement au sud protègent le bien contre une dégradation environnementale et d’autres utilisations des terres. Il n’y a pas d’établissement humain permanent à l’intérieur du bien.

La principale menace pour l’intégrité du bien est que l’écologie du fleuve est dominée par l’effet régulateur du barrage de Kariba. Il y a aussi la menace permanente de la construction d’un autre barrage sur le Zambèze à la hauteur des gorges de Mapata, ce qui supprimerait effectivement le principal intérêt du site. La possibilité d’une prospection pétrolière dans la réserve a également été évoquée.

Lors de son inscription en 1984, le bien comptait quelque 500 rhinocéros noirs, mais suite au braconnage à la fin de 1994 il n’en restait plus que dix. Les animaux ont été déplacés et mis en sécurité ailleurs, mais le braconnage demeure un problème pour la réintroduction du rhinocéros et d’autres espèces comme l’éléphant.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien est administré en termes juridiques selon les dispositions de la loi du Zimbabwe sur les parcs et la faune et la flore sauvages Cap. 20: 14 de 2008 (révisée) et la politique sur la faune et la flore sauvages et les parcs de la vallée du Zambèze inférieur. Cette législation principale assure la protection juridique des ressources que comporte le bien. Celui-ci a un périmètre bien défini et une zone tampon dont la démarcation physique est nécessaire. Chacune des trois aires a des plans de gestion intégrée du parc fonctionnels qui exigent des personnels et des moyens en nombre suffisant pour leur mise en œuvre. Les gestionnaires ont mis en place un système de surveillance régulière des valeurs naturelles du bien et des programmes sont en cours non seulement pour maintenir les habitats et le relief dans leur état naturel, éviter les perturbations et autres impacts sur la faune et la flore sauvages, mais encore préserver les valeurs esthétiques du site.

Le bien nécessite un plan de gestion intégrée en tant que bien du patrimoine mondial afin d’assurer la priorité à long terme de la protection des valeurs naturelles et se prémunir contre les empiètements et les impacts de la chasse sportive (aire de safari Sapi), le braconnage, le canotage sur le Zambèze, la pêche, l’installation de camps/chalets pour les touristes et autres aménagements préjudiciables. L’utilisation de la gestion des visiteurs à la fois pour éviter les impacts négatifs et donner des possibilités d’expérimenter la valeur du bien de manière durable est un impératif à long terme pour le bien. Des projets sont en cours pour donner au Parc national de Mana Pools (Zimbabwe) et au Parc national du Zambèze inférieur (Zambie) le statut de parc transfrontalier, ce qui renforcera la gestion de l’aire tout entière.