jump to the content

Cathédrale de Cologne

Cologne Cathedral

Begun in 1248, the construction of this Gothic masterpiece took place in several stages and was not completed until 1880. Over seven centuries, successive builders were inspired by the same faith and a spirit of absolute fidelity to the original plans. Apart from its exceptional intrinsic value and the artistic masterpieces it contains, Cologne Cathedral testifies to the enduring strength of European Christianity.

Cathédrale de Cologne

Commencée en 1248, la construction de ce chef-d'œuvre de l'art gothique se fit par étapes et s'acheva en 1880. Au cours de ces sept siècles, ses bâtisseurs successifs furent animés de la même foi et d'un esprit de fidélité absolue aux plans d'origine. Outre son exceptionnelle valeur intrinsèque et les chefs-d'œuvre qu'elle recèle, la cathédrale de Cologne témoigne de la force et de la persistance de la foi chrétienne en Europe.

كاثدرائية كولونيا

بدأ بناء الكاتدرائية وهي تحفة من الفن القوطي في العام 1248. جرى العمل بها على مراحل إلى أن انتهت كلياً في العام 1880. خلال القرون السبعة، تحلّى البناة المتوالون بالإيمان نفسه وبروح الوفاء المطلق للمخططات الأصلية. وبالإضافة إلى قيمتها بحدّ ذاتها والى التحف الفنية التي تحتويها، فإن كاثدرائية كولونيا شهادة عن قوة وتواصل الإيمان المسيحي في أوروبا.

source: UNESCO/ERI

科隆大教堂

哥特式科隆大教堂始建于1248年,历经几个阶段的修建,直到1880才建成。在修建科隆大教堂的七个世纪中,一代代建筑师们秉承着相同的信念,做到了绝对忠实于最初的设计方案。除了其自身的重要价值和教堂内的艺术珍品以外,科隆大教堂还表现了欧洲基督教经久不衰的力量。

source: UNESCO/ERI

Кафедральный собор в городе Кëльн

Начатое в 1248 г. строительство этого шедевра готики проходило в несколько стадий, и было завершено только в 1880 г. Более семи столетий сменяющие друг друга строители вдохновлялись все той же верой и духом абсолютной преданности первоначальным замыслам. Кроме исключительной ценности самого здания и художественных шедевров, которые в нем находятся, Кëльнский собор важен как символ сохранения силы христианства в Европе.

source: UNESCO/ERI

Catedral de Colonia

Iniciada en 1248, la construcción de esta obra de arte gótico fue realizada por etapas y culminó en 1880. A lo largo de esos siete siglos, sus sucesivos constructores fueron animados por una misma fe y un espíritu de total fidelidad a los planos arquitectónicos primigenios. Además del excepcional valor de su arquitectura y de las obras de arte que contiene, esta catedral constituye un testimonio de la gran fuerza y la perdurabilidad de la fe cristiana en Europa.

source: UNESCO/ERI

ケルン大聖堂

source: NFUAJ

Dom van Keulen

De bouw van dit gotische meesterwerk begon in 1248 en werd uitgevoerd in verschillende fasen tot het klaar was in 1880. Meer dan zeven eeuwen lang werden de opeenvolgende bouwers geïnspireerd door hetzelfde geloof en een geest van absolute trouw aan de oorspronkelijke plannen. De westelijke gevel is de grootste kerkgevel ter wereld met een oppervlak van 7000 vierkante meter, geflankeerd door 2 torens van elk 156 meter. Afgezien van de uitzonderlijke intrinsieke waarde en de artistieke meesterwerken die het bevat, getuigt de Dom van Keulen van de blijvende kracht van het Europese christendom.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Cathédrale Cologne © Manhart/UNESCO
Justification d'inscription

Le Comité a décidé d'inscrire le bien proposé sur la base des critères culturels (i), (ii) et (iv), considérant que le monument possède une valeur universelle exceptionnelle car c'est un exemple exceptionnel du génie créateur de l'homme. Construit sur une période qui couvre plus de six siècles, il constitue un puissant témoignage de la force et de la persistance de la foi chrétienne en Europe depuis le Moyen Age jusqu'à la période contemporaine.

Description longue

La cathédrale de Cologne, construite sur plus de six siècles, présente une valeur intrinsèque exceptionnelle, et contient de nombreux chefs-d'œuvre. Elle constitue un témoignage capital de la vitalité et de la vigueur de la foi chrétienne dans l'Europe médiévale et moderne.

Les chrétiens se réunissaient pour célébrer leur culte dans une maison privée de la Cologne romaine, près de la muraille de la ville. À la suite de l'édit de Milan, en 313, lorsque Constantin proclama la liberté de culte, cette construction fut transformée en église, flanquée d'un atrium, d'un baptistère et d'une habitation, peut-être destinée à l'évêque. Ce modeste ensemble fut étendu et agrandi au cours des siècles suivants. L'immense construction, connue depuis le XIIIe  siècle comme « mère et maîtresse de toutes les églises d'Allemagne », fut consacrée en septembre 1322.

Les fouilles réalisées après la Seconde Guerre mondiale, ainsi que différents documents du Moyen Âge, nous renseignent sur son plan et sur son décor : il s'agissait d'une basilique à trois nefs, dotée d'un vaste atrium sur sa façade ouest. Une chapelle palatine à deux étages, dans le style de la chapelle de Charlemagne à Aix-la-Chapelle, fut ajoutée au sud du transept au début du XIe  siècle ; elle fut à son tour réunie par deux hautes arcades, à l'est, avec l'église collégiale Sainte-Marie ad Gradus .

En dépit de ses dimensions importantes, cette cathédrale fut jugée trop petite pour accueillir les foules de pèlerins qui s'y pressaient pour adorer les reliques que Magi avait rapportées de Milan en 1164. Englebert, voulant transformer la cathédrale de son archevêché en l'une des plus importantes du Saint Empire romain, décida de construire un édifice entièrement nouveau, mais ces travaux, retardés par son meurtre, en 1225, ne commencèrent qu'en 1248. En 1569, une grande partie de la nef centrale et des quatre nefs latérales était terminée, ainsi que l'essentiel de la haute tour méridionale, du côté est. En dépit de nombreuses tentatives, la cathédrale demeura cependant inachevée au cours des siècles suivants.

Lorsque les Français s'emparèrent de Cologne en 1794, l'archevêque et le chapitre se déplacèrent à Aix-la-Chapelle, et l'édifice fut d'abord utilisé comme entrepôt de blé et de fourrage, puis comme église paroissiale. Les travaux reprirent lorsque Cologne passa à la Prusse en 1815. Karl Friedrich Schinkel visita le monument en 1816, et y envoya son brillant élève Ernst Friedrich Zwirner comme architecte de la cathédrale, mais les travaux ne reprirent pas avant 1840. En 1880, l'édifice était achevé, après 632 ans et 2 mois.

La cathédrale de Cologne est une basilique à cinq nefs du haut gothique, avec un transept saillant et une façade flanquée de deux tours, qui présente aujourd'hui un aspect parfaitement homogène. La partie ouest a été commencée en 1330 selon un style différent, sans que cela soit perceptible dans la physionomie générale de l'édifice. Les travaux du XIXe  siècle se sont fidèlement conformés au style et aux techniques de construction médiévaux. L'aménagement d'origine du chœur est encore très bien conservé : il comporte notamment un autel élevé, placé sur un énorme monolithe de marbre blanc, des stalles en chêne sculpté (1308-1311), des écrans peints (1332-1340), 14 statues sur des piliers (1270-1290), et les vitraux en verre polychrome qui forment le plus important cycle de ce type de témoignage dans toute l'Europe du XIVe  siècle. La cathédrale contient également une remarquable série de tombes de douze archevêques, datable entre 976 et 1612.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Les chrétiens avaient l'habitude de se rencontrer pour prier dans une maison privée dans le quartier nord-est de la Cologne romaine à proximité du mur d'enceinte. Après la publication de l'Edit de Milan en 313, quand l'empereur Constantin déclara la liberté de culte, ce bâtiment fut agrandi et transformé en une église. A proximité, se trouvait un atrium, un baptistère, et une maison d'habitation sans doute pour l'évêque. Cet ensemble modeste fut agrandi au cours des siècles suivants.

On attribue à l'archevêque Hildebold, ami et conseiller de Charlemagne, l'idée de construire la première grande cathédrale romane sur le site. Cet immense bâtiment reconnu dès le 13ème siècle comme la "mère et protectrice de toutes les églises qui sont en Allemagne " fut consacré en septembre 870 par l'archevêque Willibert. Les fouilles qui suivirent la deuxième guerre mondiale et les documents de l'époque donnent des informations quant à sa forme et sa décoration. Elle fut d'abord une basilique avec une nef flanquée de deux collatéraux ; elle mesurait environ 95 m de longueur (deux vaisseaux supplémentaires furent ajoutés au milieu du l0ème siècle, créant ainsi la première église à cinq vaisseaux située hors de Rome) avec un atrium devant la façade ouest. La chapelle du Palatinat, à deux étages, semblable à la Chapelle de Charlemagne à Aix vint compléter le transept sud au début du 11ème siècle. Au cours de la seconde moitié de ce même siècle, la basilique fut reliée à l'église collégiale SainteMarie ad Gradus par deux arcades élevées.

En dépit de ses imposantes dimensions, cette cathédrale fut considérée comme trop petite pour recevoir le grand nombre de pèlerins qui venaient visiter les reliques des Rois Mages que l'archevêque Reinald von Dassel avait fait transporter depuis Milan en 1164. L'ambition d'Engelbert de transformer sa cathédrale archiépiscopale en l'une des plus importantes du Saint Empire romain, l'incita à décider la construction d'un bâtiment complètement nouveau. Les travaux furent retardés en raison de son assassinat en 1225 pour ne commencer qu'en 1248.

L'idée originelle avait été de ne démolir que le transept ouest du bâtiment existant de façon à ce que le reste serve d'église archiépiscopale mais, faute de précautions au moment de la démolition, un incendie détruisit totalement l'édifice. Une cathédrale complètement nouvelle pouvait donc être construite sous la responsabilité de Maître Gerhard. Il semble que ce dernier connaissait bien les grandes cathédrales françaises, en particulier, Amiens à laquelle il n'avait vraisemblablement pas travaillé car s'il emprunta à cette dernière quelques-uns de ses éléments artistiques, il ne reprit aucune des innovations techniques dont elle avait bénéficié. Gerhard mourut vers 1260 et le chantier se poursuivit jusqu'en 1299, sous la direction de son assistant Arnold. Les travaux progressèrent régulièrement sur le chevet (face est) où furent installées les fenêtres peintes vers 1310. En 1322, au terme de 74 ans de construction, le chapitre de la cathédrale fut en mesure de prendre possession des lieux ; c'est lui qui consacra le maître-autel.

Les travaux sur la partie ouest de la cathédrale se poursuivirent sous la direction de plusieurs maîtres jusqu'à ce qu'en 1560, le chapitre ordonne leur interruption sans que jamais la raison n'en soit donnée. A cette époque, une grande partie de la nef et des collatéraux (selon les plans de la cathédrale romane) était terminée, de même que la structure principale de la haute tour sud de la partie ouest. En dépit de nombreux efforts, la cathédrale resta ainsi inachevée pendant les siècles qui suivirent, seuls quelques ajouts de décoration et de mobilier furent apportés. Quand les Français s'emparèrent de Cologne en 1794, l'archevêque et le chapitre s'enfuirent vers Aix. Le bâtiment fut utilisé comme grenier pour le grain et le foin puis elle devint une église paroissiale. Cependant, elle suscita à nouveau de l'intérêt et un grand mouvement apparut en faveur de la fin de la construction. Cologne passa aux mains de la Prusse en 1815 et les travaux reprirent. Karl Friedrich Schinkel visita la cathédrale en 1816 et envoya son talentueux élève Ernst Friedrich Zwimer comme nouvel architecte de la cathédrale. Les travaux ne reprirent pas avant 1840, financés par le roi de Prusse François-Guillaume IV et par l'Association indépendante des Amis de la Cathédrale (qui rassembla d'énormes fonds en organisant des loteries). En 1880, l'édifice était terminé, 632 ans et 2 mois après avoir été commencé.

Au cours des raids aériens de la deuxième guerre mondiale, la cathédrale fut sévèrement endommagée : elle fut touchée par 14 bombes lourdes qui la laissèrent en piteux état. Le chevet bénéficia de travaux de restauration et de reconstruction qui furent terminés à temps pour les cérémonies du centenaire en 1948. Les autres parties de la cathédrale ne furent complètement restaurées qu'en 1956.

Source : évaluation des Organisations consultatives