English Français

Port, forteresses et ensemble monumental de Carthagène

Port, Fortresses and Group of Monuments, Cartagena

Situated in a bay in the Caribbean Sea, Cartagena has the most extensive fortifications in South America. A system of zones divides the city into three neighbourhoods: San Pedro, with the cathedral and many Andalusian-style palaces; San Diego, where merchants and the middle class lived; and Gethsemani, the 'popular quarter'.

Port, forteresses et ensemble monumental de Carthagène

Situé à l'abri d'une baie de la mer des Caraïbes, ce port possède les fortifications les plus complètes d'Amérique du Sud. Un système de zones divise la ville en trois quartiers distincts : San Pedro avec la cathédrale et de nombreux palais de style andalou, San Diego où vivaient les marchands et la petite bourgeoisie, et Gethsemani, le « quartier populaire ».

مرفأ و حصون ومجموعة أثريّة- كارتاخينا

يقع هذا المرفأ في فيء أحد خلجان البحر الكريبي وفيه حصون أمريكا اللاتينيّة الأكثر اكتمالاً. وتنقسم المدينة إلى أحياء ثلاثة منفصلة: سان بيدرو التي تحتوي الكاتدرائيّة والعديد من القصور من الطراز الأندلسي، وسان دييغو حيث كان يقيم التجّار والبورجوازيّون، وغتسماني وهو الحيّ الشعبي.

source: UNESCO/ERI

卡塔赫纳港口、要塞和古迹群

卡塔赫纳位于加勒比海海湾,有着南美面积最大的防御工事。这个城市分为三个区:圣佩德罗,拥有大教堂和许多安达卢西亚风格的宫殿;圣地亚哥,商人和中产阶级的居住区;以及盖特塞马尼,人们称之为“平民区”。

source: UNESCO/ERI

Порт, укрепления и памятники города Картахена

Расположенная на берегу залива Карибского моря Картахена обладает самыми мощными укреплениями во всей Южной Америке. Город разделяется на три зоны: Сан-Педро с кафедральным собором и многочисленными дворцами в андалузском стиле, Сан-Диего, где проживали торговцы и представители среднего класса, и Гефсемани – «народный квартал».

source: UNESCO/ERI

Puerto, fortalezas y conjunto monumental de Cartagena

Resguardado en una bahía del mar Caribe, el puerto de Cartagena posee el conjunto de fortificaciones más completo de toda Sudamérica. Un sistema de zonificación divide la ciudad en tres barrios diferenciados: el de San Pedro, con la catedral y numerosos palacios de estilo andaluz; el de San Diego, antiguo lugar de residencia de los mercaderes y la pequeña burguesía; y la barriada popular de Getsemaní.

source: UNESCO/ERI

カルタヘナの港、要塞群と建造物群

source: NFUAJ

Haven, forten en monumenten van Cartagena

Cartagena ligt in een baai in de Caribische Zee en was een van de drie belangrijkste havens in West-Indië. Het is een goed voorbeeld van militaire architectuur uit de 16e tot de 18e eeuw; het heeft de meest uitgebreide en meest complete vestingwerken in Zuid-Amerika. Een zonesysteem verdeelt de stad in drie wijken: San Pedro, met de kathedraal en vele paleizen in de Andalusische stijl, San Diego, waar kooplieden en de middenklasse woonden en Gethsemani, de ‘populaire wijk’. De oude stad van Cartagena heeft z’n koloniale charme behouden, waaronder smalle straatjes geflankeerd door mooie binnendeuren en uitstekende balkons.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Port, forteresses et ensemble monumental de Carthagène © OUR PLACE The World Heritage Collection
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Située sur la côte nord de la Colombie, à l’abri d’une baie de la mer des Caraïbes, la ville de Carthagène des Indes s’enorgueillit de posséder les fortifications les plus importantes et l’un des systèmes les plus complets de fortifications militaires d’Amérique du Sud. La position stratégique de la ville explique que cet éminent exemple de l’architecture militaire des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles fut aussi l’un des plus importants ports des Caraïbes. Le port de Carthagène – avec celui de La Havane et de San Juan, Porto Rico – a été un lien essentiel sur la route des Indes occidentales et donc un chapitre important de l’histoire de l’exploration du monde et des grands itinéraires maritimes commerciaux. Dans les rues étroites de cette ville coloniale fortifiée, on trouve de nombreux monuments civils, religieux et résidentiels de grande beauté et importance.

Carthagène a été pendant plusieurs siècles un point focal de confrontation entre les principaux pouvoirs européens qui cherchaient à contrôler le « Nouveau Monde ». Des fortifications défensives ont été édifiées par les Espagnols en 1586 et ont été renforcées et étendues à leurs dimensions actuelles au XVIIIe siècle, en profitant des défenses naturelles qu’offraient les nombreux chenaux et passes de la baie. Le système initial de fortifications incluait l’enceinte urbaine, le port fortifié de San Matias à l’entrée de la passe de Bocagrande et la tour San Felipe del Boquerón. Peu à peu, toutes les passes naturelles furent placées sous le contrôle de forts : San Luis et San José, San Fernando, San Rafael et Santa Bárbara à Bocachica (la passe sud-ouest) ; Santa Cruz, San Juan de Manzanillo et San Sebastián de Pastelillo autour de baie intérieure ; et le formidable Castillo San Felipe de Barajas, perché sur le rocher escarpé qui domine la ville vers l’est et protège l’accès à l’isthme de Cabrero. Protégés par les murs défensifs de la cité, se trouvent les trois quartiers du centre historique : le quartier du Centre, où se dresse la cathédrale de Carthagène, le couvent de San Pedro Claver, le Palais de l’Inquisition, le Palais du Gouvernement et de nombreuses belles résidences des plus riches familles ; San Diego (ou Santo Toribio), où vivaient les marchands et artisans des classes moyennes ; et Getsemaní, le quartier de banlieue autrefois habité par les travailleurs pauvres et les esclaves qui contribuaient en grande partie à l’activité économique de la ville.

Critère (iv) : Carthagène est un exemple éminent d’architecture militaire des XVIe, XVIIe, et XVIIIe siècles, le plus étendu du Nouveau Monde et l’un des plus complets.

Critère (vi) : Carthagène, a été avec La Havane et San Juan de Porto Rico (déjà inscrits sur la Liste du patrimoine mondial), un relais essentiel sur la route des Indes occidentales. Le bien s’inscrit dans la thématique générale de la découverte du monde et des voies du grand commerce maritime.

Intégrité

À l’intérieur des limites du port, des forteresses et de l’ensemble monumental de Carthagène sont situés tous les édifices, les constructions et les espaces nécessaires qui justifient sa valeur universelle exceptionnelle. Le bien de 192,32 ha est de taille suffisante pour bien assurer la représentation complète des caractéristiques et processus qui incarnent l’importance du bien. Ce dernier ne souffre pas d’effets négatifs du développement ni/ou de négligence.

Authenticité

Les éléments constitutifs du port, des fortifications et de l’ensemble monumental de Carthagène sont authentiques en termes d’emplacement et de cadre, de formes et de conceptions, de matériaux et de substance. Le bien constitue un exemple exceptionnel d’architecture militaire espagnole des XVIe, XVIIe, et XVIIIe siècles, et les ouvrages des fortifications restent d’authentiques exemples de certains des plus importants ingénieurs militaires de cette période – notamment Juan Bautista (Giovanni Battista) Antonelli, Juan de Herrera y Sotomayor, Antonio de Arévalo, Ignacio Sala et Juan Bautista MacEvan.

Le port et les monuments de cette ville vivante et de ses alentours ont subi divers changements au fil du temps, notamment en raison du développement et de l’augmentation du tourisme. Des projets de rénovation et d’infrastructure ont été mis en œuvre ou vont l’être dans la ville, notamment un nouveau système de transport, le Transcaribe. Ces modifications risquent de menacer l’authenticité de la ville. Des changements d’utilisation entraînés par le tourisme pourraient aussi avoir un impact négatif sur l’authenticité des fonctions et de l’esprit du lieu. Les travaux de dragage dans le chenal de Bocachica constituent aussi un facteur de risque pour les fortifications.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le port, les forteresses et l’ensemble monumental de Carthagène appartiennent à différents propriétaires : personnes privées, institutions, l’Église catholique romaine et aux autorités gouvernementales nationales et locales. Le centre historique a été classé Monument national selon les dispositions de la loi n° 163 de 1959. D’autres instruments juridiques concernant la protection du bien incluent la loi n° 32 de 1924 (conservation et mise en valeur des monuments de Carthagène) ; la loi n° 11 de 1932 (Commission pour les Monuments historiques et le Tourisme) ; la loi n° 5 de 1940 (Loi sur les Monuments nationaux) ; la loi n° 49 de 1945 ; le décret 264 de 1963 (qui régit la loi n° 163 de 1959) ; la loi n° 397 de 1999 (Loi générale sur la Culture) ; et la loi n° 1185 de 2008 (les interventions exigent une autorisation préalable du Ministère de la Culture). Au niveau local, le décret 977 de 2001 a approuvé le Plan de gestion territoriale (Plan de Ordenamiento Territorial, POT), dont une section est consacrée au centre historique. Les organisations concernées par la gestion du bien incluent, au niveau national, le Ministère de la Culture, la Direction du Patrimoine, le Groupe de Protection des biens d’intérêt culturel, et le Conseil des Monuments nationaux ; et, au niveau local, le Secrétariat de la Planification (Gouvernement du District de Carthagène), l’Institut du Patrimoine et de la Culture de Carthagène (IPCC), la Société d’Amélioration des services d’utilité publique, et la Corporation du Centre historique de Carthagène. Au niveau local, il y a une certaine redondance des activités entre les agences officielles et non gouvernementales, ce qui aboutit parfois à une certaine complication du système de gestion. Il existe une zone tampon de 304,09 ha, dite « zone d’influence ».

Maintenir la valeur universelle exceptionnelle du bien au cours du temps va exiger d’achever, d’approuver, d’adopter et de mettre en œuvre le Plan de protection et de gestion (PEMP) du Centre historique de Carthagène ; de terminer la délimitation de tous les éléments du système de fortifications ; d’entreprendre les mesures prioritaires définies pour la conservation de l’ensemble des murs d’enceinte et de la cité fortifiée ; de définir et d’appliquer un plan systématique d’interventions et de suivi pour les murs défensifs et les fortifications voisines ; de protéger au maximum le cadre naturel unique de la baie de Carthagène ; de créer une vaste zone à l’intérieur de laquelle des arrêtés limiteraient la hauteur des constructions contemporaines ; de renforcer les activités résidentielles et en rapport avec le tourisme, de modifier l’utilisation inappropriée de certains bâtiments et de développer des projets stratégiques dans le centre historique et sa « zone d’influence » ; et de veiller à ce que les interventions – notamment le dragage du chenal de Bocachica et le projet de Transcaribe – ne compromettent pas la valeur universelle exceptionnelle, l’authenticité et l’intégrité du bien. Il serait souhaitable de préciser les missions et fonctions de chacun et de présenter plus clairement le travail entre les divers acteurs sociaux (fonctionnaires et groupes non gouvernementaux) afin de renforcer le dialogue et le travail en commun entre eux.