jump to the content

Couvent bénédictin Saint-Jean-des-Sœurs à Müstair

Benedictine Convent of St John at Müstair

The Convent of Müstair, which stands in a valley in the Grisons, is a good example of Christian monastic renovation during the Carolingian period. It has Switzerland's greatest series of figurative murals, painted c. A.D. 800, along with Romanesque frescoes and stuccoes.

Couvent bénédictin Saint-Jean-des-Sœurs à Müstair

Caractéristique du renouveau monastique chrétien à l'époque carolingienne, le couvent de Müstair, situé dans une vallée des Grisons, conserve le plus important ensemble de peintures murales de Suisse, exécutées vers 800, ainsi que des fresques et des stucs de l'époque romane.

دير القديس يوحنا للراهبات في موستاير

يحافظ دير موستاير الذي يجسّد ميزة للنهضة الرهبانية المسيحية في العصر الكارولينجي والقابع في وادي غراوبندن على أهم مجموعة من اللوحات الجدارية العائدة الى عام 800 في سويسرا وعلى الجدرانيات والنقوش الجصية المرتقية الى العهد الروماني.

source: UNESCO/ERI

米兹泰尔的木笃会圣约翰女修道院

米兹泰尔的木笃会圣约翰女修道院位于格里森州的一个山谷中,是卡洛林王朝时期极具基督教革新运动特征的修道院的典范。修道院内保存有具像壁画,于公元800年绘制完成,并保存有罗马时期的水彩绘画,堪称瑞士最伟大的艺术杰作。

source: UNESCO/ERI

Бенедиктинский монастырь Св. Иоанна в Мюстаире

Монастырь в Мюстаире, находящийся в горной долине в кантоне Гризон, это наглядный пример обновления деятельности христианских монастырей в эпоху Каролингов. Он обладает крупнейшим в Швейцарии собранием фигурных настенных росписей, относящихся к IХ в., а также романскими фресками и лепниной.

source: UNESCO/ERI

Convento benedictino de Saint-Jean-des-Soeurs en Müstair

Situado en un valle del cantón de los Grisones, este convento es un exponente característico de la renovación de la vida monástica cristiana en la época carolingia. Conserva frescos y estucos del período románico, así como el conjunto de pinturas murales más importante de toda Suiza, ejecutado hacia el año 800.

source: UNESCO/ERI

ミュスタイルのベネディクト会聖ヨハネ修道院

source: NFUAJ

Benedictijner klooster van Sint Johannes in Müstair

Het klooster van Müstair – in een vallei in de Graubünden – is een goed voorbeeld van christelijke kloostervernieuwing tijdens de Karolingische periode. Het heeft de grootste reeks figuratieve muurschilderingen van Zwitserland – geschilderd omstreeks 800 na Christus – en Romaanse fresco’s en stucwerk. Het klooster werd waarschijnlijk omstreeks 780 na Christus gesticht door de bisschop van Chur. Vanaf het begin van de 9de eeuw stond het bekend als een instelling van de Benedictijnen, het werd pas in 1163 een klooster. Het belangrijkste gebouw van het kloostercomplex is de kerk, gewijd aan Sint Johannes de Doper.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Couvent bénédictin Saint-Jean-des-Sœurs à Müstair © Editions Gelbart
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Couvent bénédictin Saint-Jean-des-Soeurs à Müstair, situé dans une vallée des Grisons à l’extrémité sud-est de la Suisse au sud des Alpes, fut fondé vers 775, probablement sur l’ordre de Charlemagne. Dès le début du IXe siècle, il est attesté comme étant un établissement de religieux bénédictins, et il devient abbaye de femmes dans la première moitié du XIIe siècle. L’activité religieuse est poursuivie de manière ininterrompue jusqu’à nos jours, l’abbaye devenant prieuré en 1810. L’ensemble du couvent se compose aujourd’hui de l’église conventuelle carolingienne et de la chapelle Sainte-Croix, de la tour d’habitation de l’Abbesse von Planta, de l’ancienne résidence de l’évêque, qui inclut deux cours rectangulaires. La cour d’économie à l’ouest est entourée des enceintes du cloître avec deux tours d’entrée et des bâtiments agricoles.

Le bien reflète à la fois l’histoire de sa construction et des relations politiques et socio-économiques dans cette région et dans le reste de l’Europe, sur plus de 1200 ans, et donne ainsi un exemple cohérent de l’architecture conventuelle carolingienne au fil du temps.

L’église conventuelle abrite le cycle le plus important de fresques de l’époque carolingienne conservé in situ. La date de création de ces fresques se situe dans la première moitié du IXe siècle. L’église, conservée en grande partie dans son style carolingien, avait été pensée dès le départ comme un espace destiné à être orné de peintures : des représentations de l’histoire du Christ décoraient tout son pourtour, sur les absides et les parois. Les scènes disposées selon une trame décorative où les éléments entretenaient entre eux une correspondance thématique et spatiale, sont un exemple exceptionnel de l’iconographie chrétienne.

Critère (iii) : L’ensemble du couvent est un exemple des plus cohérents d’architecture conventuelle de l’époque carolingienne et du Haut Moyen Âge, possédant le cycle de peintures le plus étendu actuellement connu pour la première moitié du IXe siècle. Les peintures figuratives d’époque romane, et surtout carolingienne, sont particulièrement importantes pour suivre l’évolution de certains thèmes iconographiques chrétiens, comme celui du Jugement Dernier. 

Intégrité

Le bien comprend tout l’ensemble du monastère avec les éléments annexes de l’exploitation agricole à l’intérieur du mur d’enceinte. Le bien inclut ainsi tous les éléments nécessaires pour exprimer sa Valeur universelle exceptionnelle.

Authenticité

La recherche historique et archéologique a déterminé, en respectant strictement la substance originale, tous les travaux de restauration, continuant depuis la campagne de 1947-1951. Le bien remplit les conditions d’authenticité non seulement en ce qui concerne la substance matérielle, mais aussi d’un point de vue fonctionnel : le couvent est toujours un centre religieux des sœurs bénédictines.

Eléments en matière de protection et de gestion

Le bien bénéficie d’une protection légale de tous les niveaux étatiques et profite ainsi de la protection la plus complète. La protection fédérale est inscrite en tant que servitude dans le registre foncier à faveur de l’autorité compétente de la Confédération qui doit donner son accord pour tous travaux prévus dans le site. Le classement cantonal assure également la conservation sous l’autorité compétente cantonale et interdit toute démolition. Le bien se situe dans une zone de protection dans le plan local d’urbanisme de la Commune. Les limites du bien ne sont pas constructibles et garantissent le maintien des valeurs paysagères du site.

La Fondation « Pro Kloster Müstair » qui existe depuis 1968 est chargée de la gestion et la conservation du site. Elle est composée d’un conseil de fondation, d’une direction et d’un directeur. Elle établit et réalise notamment le concept de conservation et de recherche archéologique, le concept de financement, de communication et d'exploitation. Elle établit le budget annuel du site, planifie et contrôle en tant que maître d'œuvre les travaux d'entretien et de restauration.

Une convention entre la Fondation et les sœurs bénédictines règle la gestion et la coordination des différents besoins et demandes, concernant la recherche scientifique et archéologique ainsi que l’entretien de l’ensemble, la fonction religieuse, l’exploitation agricole et les attentes des visiteurs. Les contacts réguliers et étroits avec les autorités compétentes de tous les niveaux étatiques garantissent un usage du bien sous la primauté de sa conservation.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The Benedictine Convent of St John at Müstair, in the upper valley of the Canton of Grisons, bears exceptional testimony to a Carolingian civilization and art which has disappeared. It is one of the most coherent examples of conventual architecture and painting of the Carolingian period and the early Middle Ages.

This convent was, most likely, founded around 780 by the Bishop of Chur at the behest of Charlemagne. It is noted from the beginning of the 9th century as being an establishment of Benedictines. It did not become a convent until 1163.

The most important construction of the monastic complex, including two cloisters, is the church, dedicated to St John the Baptist. Formed by a simple rectangular hall some 20 m long, it is closed at the east by three tall semi-circular apses, adorned on the exterior by blind arcades.

In the church, the removal of the Gothic ceiling (1908-9) and of the whitewash (1947-51) brought to light important vestiges of frescoes dating from the Romanesque period (approximately 1150-70) and, more important still, from the Carolingian period. This is, in fact, the most important cycle of painting which is currently known dating from around 800. These figurative paintings (scenes from the Old and New Testaments), of a fine aesthetic quality, painted in a limited range of ochres, reds and browns, postdate the frescoes of Castelseprio and San Salvatore in Brescia. They are particularly important in understanding the evolution of certain Christian iconographic themes, such as the Last Judgement. The panels are framed with painted strips of garlands and ribbons, and culminate at the top in a large cornice that reproduces an architectural feature. Sadly, the cycle has suffered considerable damage, both because of ill-conceived restorations and because of the repainting of the apses, which probably took place between 1165 and 1180, whereas the frescoes on the side walls, with the Stories of David, were removed and placed in the Landesmuseum in Zürich.

Other precious artworks preserved in the Benedictine complex date from successive centuries: dating from the Romanesque period are, in addition to the frescoes preserved in the church's apse area, the large statue in painted stucco depicting Charlemagne (1165), located in the choir, and on the left wall of the same room a fine Romanesque relief depicting the Baptism of Christ (1087).

Within the enclosure walls of the monastery are found other early elements, among them, in particular, in the north-west quarter, the residence of Bishop Norbert with its remarkable decor of frescoes and stucco-work in the two-storey chapel (11th and 12th centuries).

The other rooms in the abbey, which for the most part date back to the 18th century, are located around the main cloister and contain documents, models related to the religious complex, reliquaries, robes, and object of sacred art, dating from the 13th to the 18th centuries.

During the Gothic and Baroque periods, it was subjected to major modifications, like the rest of the complex: two rows of columns divided the interior into three aisles, a matroneum was installed, and the original wooden ceiling was replaced by a vaulted roof; on the exterior, in the 15th century, adjoining the right-hand side of the church, a stout tower with a square plan was built, a tower-house for the Abbess of the convent.

Source : UNESCO/CLT/WHC