jump to the content

Le Taj Mahal

Taj Mahal

An immense mausoleum of white marble, built in Agra between 1631 and 1648 by order of the Mughal emperor Shah Jahan in memory of his favourite wife, the Taj Mahal is the jewel of Muslim art in India and one of the universally admired masterpieces of the world's heritage.

Le Taj Mahal

Immense mausolée funéraire de marbre blanc édifiée entre 1631 et 1648 à Agra sur l'ordre de l'empereur moghol Shah Jahan pour perpétuer le souvenir de son épouse favorite, le Taj Mahal, joyau le plus parfait de l'art musulman en Inde, est l'un des chefs-d'œuvre universellement admirés du patrimoine de l'humanité.

تاج محل

إنّ تاج محل هو ضريح جنائزي هائل شُيّد من الرخام الأبيض بين عامي 1631 و1648 في أغرا بناءً على أوامر الإمبراطور المغولي شاه جهان بهدف تخليد ذكرى زوجته المفضّلة. ويشكّل تاج محل الذي يُعتبر أفضل جوهرة في الفن الإسلامي في الهند إحدى أبرز تُحف التراث البشري التي هي محطّ إعجاب العالم بأسره.

source: UNESCO/ERI

泰姬陵

泰姬陵是一座由白色大理石建成的巨大陵墓清真寺,是莫卧儿皇帝沙贾汗(Shah Jahan)为纪念他心爱的妃子于1631年至1648年在阿格拉修建的。泰姬陵是印度穆斯林艺术的瑰宝奇葩,是世界遗产中令世人赞叹的经典杰作之一。

source: UNESCO/ERI

Мавзолей Тадж-Махал (город Агра)

Великолепный мавзолей из белого мрамора был возведен в Агре между 1631 и 1648 гг. по приказу могольского императора Шах-Джахана в память о его любимой жене. Тадж-Махал – это жемчужина мусульманского искусства в Индии и один из всеми признанных шедевров всемирного наследия.

source: UNESCO/ERI

Taj Mahal

Edificado entre 1631 y 1648 por orden del emperador mogol Shah Jahan para perpetuar la memoria de su esposa favorita, este grandioso mausoleo de mármol blanco es el más precioso joyel del arte musulmán en la India y una de las obras maestras universalmente admiradas del patrimonio cultural de la humanidad.

source: UNESCO/ERI

タージ・マハル

source: NFUAJ

Taj Mahal

Dit gigantische mausoleum – opgetrokken uit wit marmer – werd tussen 1631 en 1648 gebouwd in Agra in opdracht van de Mogolse Keizer Shah Jahan, ter nagedachtenis aan zijn favoriete echtgenote Mumtaz Mahal. Het is het kroonstuk van de islamitische kunst in India en wordt universeel gezien als één van de meesterstukken op de Werelderfgoedlijst. Het mausoleum is gebouwd op de rechteroever van de (rivier) Yamuna en staat in een geweldige Mogolse tuin die bijna 17 hectaren beslaat. De Taj Mahal wordt beschouwd als het grootste architectonische werk binnen de Indo-islamitische cultuur. Het reliëfwerk in het marmer en de ingelegde edel- en halfedelstenen maken het een buitengewoon monument.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Taj Mahal se dresse sur la rive droite de la rivière Yamuna, au cœur d’un immense jardin moghol de près de 17 hectares, situé dans le District d’Agra, dans l’État de l’Uttar Pradesh. Édifié sur l’ordre de l’empereur moghol Shah Jahan en mémoire de son épouse Mumtaz Mahal, ce monument, dont la construction a commencé en 1632, a été achevé en 1648. La mosquée, le pavillon des invités et l’entrée principale au sud, de même que la cour extérieure et ses cloîtres, y ont été ajoutés ultérieurement et achevés en 1653. La présence de plusieurs inscriptions historiques et coraniques en caractères arabes a facilité l’établissement de la chronologie du Taj Mahal. Maçons, marbriers, mosaïstes, sculpteurs, peintres, calligraphes, bâtisseurs spécialisés dans l’édification de dômes et autres artisans venus de l’ensemble de l’empire, ainsi que d’Asie centrale et d’Iran, ont été réquisitionnés pour participer à la construction du Taj Mahal, sous les ordres de son principal architecte, Ustad-Ahmad Lahori.

Le Taj Mahal est considéré comme le plus grand joyau architectural de l’art indo-islamique. Sa beauté architecturale reconnue repose sur une combinaison rythmée de pleins et de vides, d’éléments concaves et convexes, d’ombres et de lumières, où les arcs et les coupoles en rehaussent l’aspect esthétique. La polychromie de parterres d’un vert éclatant qui bordent des allées aux teintes rougeâtres sous un ciel d’un bleu lumineux met en valeur les changements constants de tonalités et de nuances que prend le monument. Les sculptures en marbre avec incrustations de pierres précieuses et semi précieuses confèrent à l’édifice toute son originalité. 

Le caractère unique du Taj Mahal réside dans plusieurs innovations véritablement remarquables qui ont été introduites par les horticulteurs et architectes de Shah Jahan. L’un des traits de génie qui a inspiré l’aménagement du site est d’avoir placé la tombe, non pas au centre, mais à une extrémité du jardin divisé en quatre parties, de telle sorte que, vu de loin, cette disposition accentue l’effet de profondeur et de perspective. Le monument est aussi l’un des meilleurs exemples de tombeau surélevé. Le tombeau lui-même trône sur une plate-forme carrée surélevée, les quatre côtés de la base octogonale délimitée par les minarets se prolongeant au-delà du carré formé par les angles. Le sommet de la plate-forme est accessible par une volée latérale de marches aménagée au centre de la façade sud. La composition du plan horizontal du Taj Mahal est un modèle d’équilibre, avec la chambre funéraire octogonale au centre, flanquée de porches et de quatre salles à chaque angle. Ce plan est reproduit au niveau supérieur. L’extérieur de la tombe est de forme carrée, avec des angles biseautés. La chambre principale, coiffée d’un dôme en bulbe, qui contient les cénotaphes de Mumtaz Mahal et de Shah Jahan, obéit à un plan strictement octogonal. La magnifique balustrade octogonale en marbre ajouré qui entoure les deux cénotaphes est d’une qualité d’exécution exceptionnelle. Finement polie, elle est richement ornée d’incrustations. Les bandeaux décoratifs sont incrustés de pierres précieuses représentant des motifs floraux d’une admirable perfection. Les teintes et les nuances des pierres utilisées confèrent une apparence quasi réelle aux motifs floraux et végétaux. Le cénotaphe de Mumtaz Mahal est placé exactement au centre de la chambre funéraire, sur une plate-forme rectangulaire ornée de motifs floraux incrustés. Le cénotaphe de Shah Jahan, plus grand que celui de Mumtaz Mahal, a été installé aux côtés du premier, sur son flanc ouest, une trentaine d’années plus tard. Les cénotaphes supérieurs sont purement commémoratifs, les vraies sépultures se trouvant dans la chambre funéraire souterraine (crypte), comme il était d’usage pour les tombeaux des empereurs moghols.

Les quatre minarets isolés, placés dans les angles de la plate-forme, ajoutent une dimension jusqu’alors inconnue à l’architecture moghole. Tout en apportant une sorte de référence spatiale à l’édifice, ils créent aussi un effet tridimensionnel.

L’élément le plus imposant du complexe du Taj Mahal, près de la tombe, est la porte principale qui se dresse majestueusement au centre du mur sud de l’avant-cour. Sur sa façade nord, la porte est flanquée de galeries doubles à arcade. Les galeries ouvrent sur le jardin, partagé par deux allées en quatre carrés, eux-mêmes subdivisés par des allées plus étroites disposées en croix, selon le style des jardins clos des traditions timourides et persanes. Les murs d’enceinte à l’est et à l’ouest comportent, en leur centre, un pavillon.

Le Taj Mahal est dessiné selon un plan parfaitement symétrique, conçu pour faire plus particulièrement ressortir la symétrie bilatérale par rapport à un axe central sur lequel sont disposés les principaux éléments. Sa structure en maçonnerie de briques hourdées au mortier de chaux est revêtue de grès rouge et de marbre et sertie d’incrustations de pierres précieuses et semi précieuses. La mosquée et le pavillon des invités du Taj Mahal, en grès rouge, marque un fort contraste avec la tombe en marbre disposée au centre. Les deux édifices reposent sur une vaste plate-forme surmontant la terrasse en façade. Les structures de la mosquée et du pavillon des invités sont identiques. Elles comportent une imposante salle de prières de forme oblongue, composée de trois travées voûtées formant un arc avec le portail central monumental. L’encadrement des arcs et les tympans sont revêtus de marbre blanc. Les tympans sont entièrement recouverts d’arabesques florales en marqueterie de pierre et les arcs sont bordés de moulures en forme de cordage torsadé.

 

Critère (i) : Le Taj Mahal, qui allie la perfection d’harmonie et une qualité d’exécution exceptionnelle, représente le plus beau joyau architectural et artistique de toute l’architecture funéraire indo-islamique. Ce chef d’œuvre architectural sur le plan de la conception, du traitement et de l’exécution de l’édifice possède des qualités esthétiques uniques d’équilibre, de symétrie et d’harmonie entre ses divers éléments.

 

Intégrité

L’intégrité est maintenue par le caractère intact de la tombe, de la mosquée, du pavillon des invités, de l’entrée principale et de l’ensemble du complexe du Taj Mahal. Le tissu physique est en bon état, et la stabilité structurelle, la nature des fondations, la verticalité des minarets et d’autres aspects constructifs du Taj Mahal ont été étudiés et font l’objet d’un suivi régulier. Pour contrôler l’impact des détériorations causées par les polluants atmosphériques, une station de surveillance de l’air mesure en continu la qualité de l’air et contrôle les facteurs de détérioration pouvant affecter le site au fil du temps. Une gestion appropriée de la zone tampon élargie et l’application des réglementations y afférentes sont nécessaires pour assurer la protection du cadre du bien. En outre, les futurs projets de développement d’équipements touristiques nécessiteront de veiller à ce que l’intégrité fonctionnelle et visuelle du bien soit maintenue, particulièrement en relation avec le Fort d’Agra.

 

Authenticité

La tombe, la mosquée, le pavillon des invités, l’entrée principale et l’ensemble du complexe du Taj Mahal continuent de satisfaire aux conditions d’authenticité définies lors de l’inscription. Bien que des travaux importants de réparation et de conservation aient été effectués depuis la période britannique en Inde, ils n’ont pas compromis les caractéristiques originelles des édifices. Concernant les futurs travaux de conservation, nécessité s’imposera de se conformer aux orientations garantissant que les attributs, tels que la forme et la conception, continueront d’être préservés.

 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

La gestion du complexe du Taj Mahal est placée sous la responsabilité de l’Archaeological Survey of India, et divers cadres législatifs et réglementaires ont été établis pour garantir la protection juridique du monument et le contrôle de la zone réglementée autour du monument, parmi lesquels la loi sur les monuments anciens et les sites et vestiges archéologiques (AMASR 1958) et les décrets d’application correspondants 1959 (amendements et validation), qui sont adaptés à la gestion d’ensemble du bien et des zones tampons. D’autres lois annexes assurent la protection du bien en termes de développement dans les environs.

Une surface de 10.400 mètres carrés a été définie autour du Taj Mahal pour protéger le monument contre la pollution. Dans une décision rendue en décembre 1996, la Cour suprême de l’Inde a rendu une décision interdisant l’utilisation de charbon/coke dans les industries situées dans la Zone Taj Trapèze (TTZ) et invitant à leur reconversion au gaz naturel ou à leur réimplantation en dehors de la TTZ. La TTZ comprend 40 monuments protégés, parmi lesquels trois sites inscrits sur la liste patrimoine mondial – le Taj Mahal, le Fort d’Agra et Fatehpur Sikri.

Les fonds octroyés par le gouvernement fédéral sont suffisants pour les zones tampons. Les fonds octroyés par le gouvernement fédéral sont suffisants pour permettre la conservation, la préservation et l’entretien du complexe dans son ensemble dans le cadre des activités de surveillance du site conduites sous la responsabilité du chef du service archéologique de l’Agra Circle. La mise en œuvre d’un plan de gestion intégré est nécessaire pour garantir le maintien des conditions existantes du bien, en particulier à la lumière des fortes pressions occasionnées par les visiteurs qui nécessiteront une gestion appropriée. Le plan de gestion devrait par ailleurs fixer des lignes directrices adaptées pour les projets de développement d’infrastructures et établir un plan d’utilisation publique détaillé.

Description longue

L'imposant mausolée de marbre blanc du Taj Mahal a été construit à Agra entre 1631 et 1648 sur l'ordre de l'empereur moghol Chah Jahan. C'est le joyau de l'art musulman en Inde, et l'un des chefs-d'œuvre les plus admirés au monde. Il doit certainement partiellement sa réputation aux circonstances mouvementées de sa construction. Chah Jahan, pour perpétuer le souvenir de son épouse favorite, Mumtaz Mahal, qui mourut en 1631, lui fit construire cette mosquée funéraire. Le monument, commencé en 1632, fut achevé en 1648. Une opinion invérifiable, mais bien ancrée, veut qu'il ait été construit par une équipe internationale composée de plusieurs milliers de maçons, de marbriers, de mosaïstes et de décorateurs travaillant sous les ordres de l'architecte de l'empereur, Ustad Ahmad Lahori.

Situé sur la rive droite de la Yuamuna, à l'intérieur d'un jardin moghol de près de 17 ha, ce monument funéraire, entouré par quatre minarets détachés, domine de sa masse octogonale coiffée par un dôme en bulbe le dédale de perspectives dessiné par les allées et les bassins. La rigueur d'une élévation parfaite, au dessin d'une pureté stupéfiante, est masquée, et presque contredite, par un décor féerique où le marbre blanc, le principal matériau utilisé dans l'édifice, ressort et fait scintiller les rinceaux végétaux, les bandeaux décoratifs et les inscriptions calligraphiques qui sont marquetées en pierre dure polychrome. Les matériaux nécessaires à sa construction ont été apportés de toute l'Inde et de l'Asie centrale, et le marbre blanc Makrana de Jodhpur. Les pierres précieuses utilisées pour les incrustations viennent de Bagdad, du Pendjab, d'Égypte, de Russie, de Golconda, de Chine, d'Afghanistan, de Ceylan, de l'océan Indien et de Perse. Le style architectural moghol, tout à fait spécifique, combine des éléments et des styles empruntés aux architectures de Perse, d'Asie centrale et du monde islamique.

La Darwaza, la majestueuse porte d'entrée, est une grande structure de grès rouge à trois niveaux, terminée en 1648, avec une salle centrale octogonale voûtée et de petites pièces sur ses côtés. La porte est formée d'une haute arche centrale flanquée de part et d'autre d'une aile sur deux niveaux. Ses murs portent des versets du Coran en calligraphie noire arabe. Les petits pavillons coiffés de coupoles sont de style hindou, et soulignent le statut royal du complexe. La porte était à l'origine bordée d'argent, aujourd'hui remplacé par du cuivre, et décorée de 1 000 clous dont les têtes étaient des pièces de monnaie de l'époque.

Le Bageecha, le jardin d'agrément traversé par les allées, est planifié dans le style classique moghol char  baah. Deux canaux en marbre scandés de fontaines et bordés de cyprès partent du bassin cruciforme surélevé situé au centre du jardin, le partageant ainsi en quatre carrés égaux ; chacun de ces carrés comporte 16 parterres, soit un total de 64 parterres contenant chacun environ 400 plantes. Le jardin a été dessiné de manière à maintenir une symétrie parfaite. Les canaux, qui renvoient un reflet parfait du Taj Mahal, étaient peuplés de poissons colorés, et les jardins de magnifiques oiseaux.

Le Taj Mahal lui-même, situé dans la partie nord du jardin, repose sur deux bases, l'une de grès, au-dessous d'une plate-forme carrée rendue en damier noir et blanc, et surmontée par une énorme terrasse de marbre blanc veiné de bleu, aux quatre côtés de laquelle se trouvent quatre minarets. Les côtés est et ouest de la tombe sont occupés par des constructions en grès rouge identiques. La Masjid (mosquée), qui sanctifie la zone et servait de lieu de culte, se trouve à l'ouest ; à l'est, la Jawab ne pouvait être utilisée pour la prière, puisqu'elle tourne le dos à La Mecque. La Rauza, la partie centrale du mausolée, sur la plate--forme, est carrée, avec des angles biseautés ; chacun d'entre eux est coiffé par une petite coupole, tandis que la partie centrale est coiffée par la coupole double principale, surmontée par un fleuron en étain. À l'intérieur, la chambre principale est octogonale, avec une haute coupole. Cette chambre contient les fausses tombes de Mumtaz et de Chah Jahan, dont les corps ont été déposés dans des répliques exactes placées dans une chambre souterraine. Ces deux tombes sont de facture exquise, et décorées de pierres précieuses qui sont les plus belles d'Agra.

Les chatoiements du marbre blanc du Taj Mahal scintillent au clair de lune, se teintent délicatement de rose à l'aube, et reflètent le soir les teintes du soleil couchant. C'est dans une tour octogonale du fort d'Agra, de l'autre côté de la Yamuna, que Chah Jahan passa ses derniers jours, prisonnier de son fils Aurangzeb, usurpateur de son trône, en regardant la tombe de sa bien-aimée Mumtaz.

Source : UNESCO/CLT/WHC