English Français
Aidez maintenant !

Ensemble monumental de Hampi

Group of Monuments at Hampi

The austere, grandiose site of Hampi was the last capital of the last great Hindu Kingdom of Vijayanagar. Its fabulously rich princes built Dravidian temples and palaces which won the admiration of travellers between the 14th and 16th centuries. Conquered by the Deccan Muslim confederacy in 1565, the city was pillaged over a period of six months before being abandoned.

Ensemble monumental de Hampi

Hampi est le site, austère et grandiose, de la dernière capitale du dernier grand royaume hindou de Vijayanagar, dont les princes extrêmement riches firent édifier des temples dravidiens et des palais qui firent l'admiration des voyageurs entre le XIVe et le XVIe siècle. Conquise par la Confédération islamique du Deccan en 1565, la ville fut livrée au pillage pendant six mois, puis abandonnée.

مجمّع النصب في هامبي

هامبي هو الموقع المُهيب والفخم لآخر عاصمة للمملكة الهندوسية الكبيرة الأخيرة فيجايانجار التي شيّد فيها الأمراء الأثرياء معابد دراويدية وقصوراً كانت محطّ إعجاب المسافرين بين القرن الرابع عشر والقرن السادس عشر. وبعدما هاجمها الاتحاد الإسلامي من دِكان عام 1565 تعرضت المدينة للسلب والنهب لفترة ستة أشهر ثم تركت.

source: UNESCO/ERI

汉皮古迹群

宏伟庄严的汉皮遗址是印度最后一个王朝查耶那加尔帝国最后的首都。14世纪至16世纪期间,富可敌国的王子们建造许多德拉威庙宇和富丽堂皇的宫殿,它们至今仍吸引着世界各地的旅行者。1565年亨比被穆斯林攻占,抢掠达6个月之久,最终城市被洗劫一空,毁于一旦。

source: UNESCO/ERI

Памятники Хампи

Величественный комплекс Хампи был последней столицей последнего великого индуистского государства – Виджаянагар. Его сказочно богатые правители воздвигли дравидские храмы и дворцы, которые вызывали восхищение путешественников в XIV-XVI вв. Завоеванный в 1565 г. союзом мусульман Декана, город был отдан на разграбление в течение шести месяцев, а затем заброшен.

source: UNESCO/ERI

Conjunto monumental de Hampi

Sitio austero y grandioso a la vez, Hampi fue el lugar donde estaba emplazada la capital del último gran reino hindú gobernado por la dinastía de los Vijayanagar. Estos soberanos, fabulosamente ricos, hicieron edificar templos dravidianos y palacios que causaron la admiración de los viajeros acudidos de todas partes entre los siglos XIV y XVI. Conquistada por la Confederación Islámica del Decán en 1565, la ciudad fue entregada al saqueo durante seis meses y luego fue abandonada.

source: UNESCO/ERI

ハンピの建造物群

source: NFUAJ

Monumentengroep van Hampi

De monumenten in Hampi vormen de (restanten van de) laatste hoofdstad van het laatste grote Hindoe Koninkrijk Vijayanagar. De fabelachtig rijke prinsen bouwden Dravidische tempels en paleizen die de bewondering won van reizigers tussen de 14e en 16e eeuw. In 1565 werd de stad veroverd door de Deccan islamitische confederatie en zes maanden lang geplunderd, om daarna verlaten te worden. Hampi is een eerbetoon aan de verdwenen beschaving van het koninkrijk van Vijayanagar, die haar hoogtepunt bereikte onder het bewind van Krishna Deva Raya (1509-1530). Verrijkt door de katoenhandel en handel in specerijen was Hampi één van de mooiste steden van de middeleeuwse wereld.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Ensemble monumental de Hampi © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le site austère et grandiose de Hampi est composé principalement des vestiges de la capitale de l’empire de Vijayanagara (XIVe– XVIe siècles), dernier grand royaume hindou. D’une superficie de 4 187,24 ha, il est situé dans le bassin de la Tungabhadra, dans le centre de l’État du Karnataka, district de Bellary.

Le paysage grandiose de Hampi est dominé par la rivière Tungabhadra, des collines escarpées et des plaines ouvertes, riches en vestiges. Plus de 1 600 vestiges subsistent et témoignent de la sophistication des divers systèmes urbains, royaux et sacrés ; il s’agit notamment de forts, d’éléments situés en bordure de la rivière, d’ensembles royaux et sacrés, de temples, de sanctuaires, de salles à colonnes, de mandapas, de monuments commémoratifs, de portes, de postes de contrôle, d’écuries, d’ouvrages hydrauliques, etc.

Parmi ces vestiges, le complexe du temple de Krishna, l’ensemble de temples de Narasimha, Ganesa et Hemakuta, le complexe du temple d’Achyutaraya, le complexe du temple de Vitthala, le complexe du temple de Pattabhirama, le complexe du Lotus Mahal méritent plus particulièrement d’être mentionnés. Les grands ensembles de temples dravidiens étaient entourés de petites agglomérations suburbaines (puras) où l’on trouvait des sanctuaires secondaires, des bazars, des quartiers résidentiels et des réservoirs appliquant des technologies hydrauliques uniques et où l’architecture urbaine et de défense était habilement et harmonieusement intégrée dans le paysage. Les vestiges mis au jour sur le site donnent une idée de la prospérité économique et du statut politique de jadis, signes d’une société très développée.

En plein essor sous l’empire de Vijayanagara, l’architecture dravidienne se caractérise, dans sa forme ultime, par des dimensions massives, des enceintes en arc-de-cloître et de hautes tours surplombant les entrées encadrées de piliers décorés.

Le temple de Vitthla est l’ouvrage le plus délicatement orné du site et représente l’apogée de l’architecture des temples de l’époque Vijayanagara. Il s’agit d’un ensemble complet, avec tous les éléments associés, tels que le Kalyana Mandapa et l’Utsava Mandapa à l’intérieur d’une enceinte en arc-de-cloître percée de trois gopuram d’accès. Outre les espaces habituellement présents dans les temples contemporains, on y trouve également un sanctuaire Garuda qui a la forme d’un râtha en granit, une rue avec un grand bazar, un grand Pushkarani (réservoir étagé) avec un Vasantotsava mandapa (pavillon de cérémonie) au centre), des puits et un réseau de dalots.

Ce qui caractérise également les temples de Hampi, ce sont les larges rues flanquées de mandapas, apparues quand les fêtes du char ont été intégrées aux rituels dont elles font désormais partie intégrante. Le char en pierre, devant le temple, est également un témoignage du rituel religieux. La plupart des structures sont en granit d’origine locale, en brique cuite et en mortier de chaux. La maçonnerie de pierre et le système de poteaux et de linteaux avec toiture à lanterneau étaient la technique de construction privilégiée. Les murs de fortification massifs sont composés de pierres taillées de forme irrégulière avec joints en papier, dont le centre est rempli d’une maçonnerie en moellons sans liant. Les gopuras qui surplombent les entrées et le sanctuaire proprement dit sont en pierres et en briques. Les toits sont réalisés à l’aide d’épaisses dalles de granit recouvertes d’un revêtement imperméable à base de brique pilée et de mortier de chaux.

L’architecture Vijayanagara est également connue pour son emprunt d’éléments appartenant à l’architecture islamique indienne pour des bâtiments civils comme les bains de la Reine et les écuries des éléphants, témoignage d’une société multi-religieuse et multi-ethnique extrêmement évoluée. L’activité de construction s’est poursuivie à Hampi pendant 200 ans, reflétant l’évolution du contexte religieux et politique ainsi que les progrès de l’art et de l’architecture. La ville a atteint les proportions d’une grande métropole, immortalisée par de nombreux voyageurs étrangers qui la décrivaient comme l’une des plus belles cités. La bataille de Talikota (1565 apr. J.-C.) s’est soldée par la destruction d’une grande partie de son tissu physique.

L’architecture dravidienne survit dans le reste de l’Inde du Sud où elle s’est répandue grâce au mécénat des chefs Vijayanagara. Le Raya Gopura, édifié dans un premier temps dans les temples consacrés à Raja Krishna Deva Raya, est un monument fréquent dans tout le sud de l’Inde.

Critère (i) : L’intégration remarquable de la ville planifiée et défendue de Hampi, de son architecture exemplaire de temples et de son cadre naturel spectaculaire est une création artistique unique.

Critère (iii) : La ville offre un témoignage exceptionnel de la civilisation disparue du royaume de Vijayanagara, qui a atteint son apogée sous le règne de Krishna Deva Raya (1509-1530).

Critère (iv) :Cette capitale est un exemple remarquable d’un type de structure illustrant un épisode important de l’histoire : la destruction du royaume de Vijayanagara lors de la bataille de Talikota (1565) qui a laissé un ensemble de temples vivants, des vestiges archéologiques magnifiques sous forme de structures sacrées, royales, civiles et militaires élaborées, ainsi que des traces de son riche mode de vie, tous intégrés dans le cadre naturel.

Intégrité

La superficie du bien est suffisante pour englober, représenter et protéger les principales caractéristiques du site.

La majorité des monuments sont en bon état de préservation et de conservation. Les éléments extrêmement élaborés et sophistiqués donnent expression à des manifestations architecturales, des activités agricoles, des systèmes d’irrigation, des sentiers plus ou moins bien délimités, des blocs rocheux et des rochers, des expressions religieuses et sociales. Toutefois, le maintien de ces conditions d’intégrité pose des difficultés majeures principalement liées aux pressions du développement, planifié et non planifié, qui mettent en péril le paysage, ainsi qu’aux empiètements et aux modifications d’utilisation des sols, en particulier l’augmentation de l’activité agricole à visée commerciale qui pourrait nuire à la stabilité physique des divers monuments.

Il faudra accorder une attention particulière à la réglementation des constructions à usage résidentiel et des aménagements potentiels pour accueillir les visiteurs, ainsi que des infrastructures pour répondre aux besoins en matière de communication, en particulier en prévoyant des déviations (routes de contournement). Il est également important, pour préserver l’intégrité du bien, de traiter aussi l’impact visuel des équipements modernes d’électrification, des antennes de téléphone et autres éléments.

Description longue

La ville de Hampi offre un témoignage exceptionnel de la civilisation disparue du royaume de Vijayanagar, qui atteignit son apogée sous le règne de Krishna Deva Raya (1509-1530). C'est un remarquable ensemble documentant un moment historique précis : l'alliance entre les royaumes du sud de l'Inde, menacés par les musulmans, et les Portugais de Goa.

Le site austère et grandiose de Hampi, enrichi par le commerce du coton et des épices, fut l'ultime capitale du dernier grand royaume hindou de Vijayanagar. Ses princes fabuleusement riches construisirent des temples et des palais dravidiens qui en firent l'une des plus belles villes du monde médiéval. Elle a suscité l'admiration des voyageurs entre le XIVe et le XVIe siècle, qu'ils soient arabes (Abdul Razaak), portugais (Domingo Paes) ou italiens (Nicolò dei Conti). Conquise par la confédération musulmane du Deccan en 1565, après la bataille de Talikota, la ville fut pillée pendant six mois avant d'être abandonnée. Ses imposants vestiges monumentaux, partiellement dégagés et restaurés, font aujourd'hui de Hampi l'un des ensembles de ruines les plus impressionnants du monde entier.

Les temples de Ramachandra (1513) et de Hazara Rama (1520), avec leur architecture sophistiquée, où chaque élément de support est scandé par des faisceaux de piliers ou de colonnettes en saillie sur les murs richement sculptés, peuvent être comptés au nombre des plus extraordinaires constructions en Inde. Dans l'une des cours internes du temple de Vitthala, le petit monument figurant un char que deux éléphants, sculptés en ronde bosse, luttent pour entraîner dans leur course est une création insolite, parmi les favorites des touristes d'aujourd'hui comme elle l'était des voyageurs du passé.

Derrière les temples, le complexe impressionnant d'édifices civils, princiers ou publics (écuries des éléphants, bains de la Reine, Lotus Mahal, bazars, marchés) se trouve à l'intérieur des fortifications massives qui ne purent toutefois contenir l'assaut des cinq sultans du Deccan en 1565.

Source : UNESCO/CLT/WHC