English Français
Aidez maintenant !

Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan

Cultural Landscape and Archaeological Remains of the Bamiyan Valley

The cultural landscape and archaeological remains of the Bamiyan Valley represent the artistic and religious developments which from the 1st to the 13th centuries characterized ancient Bakhtria, integrating various cultural influences into the Gandhara school of Buddhist art. The area contains numerous Buddhist monastic ensembles and sanctuaries, as well as fortified edifices from the Islamic period. The site is also testimony to the tragic destruction by the Taliban of the two standing Buddha statues, which shook the world in March 2001.

Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan

Le paysage culturel et les vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan illustrent les développements artistiques et religieux qui, du Ier au XIIIe siècle, ont caractérisé l’ancienne Bactriane, intégrant diverses influences culturelles pour former l’école d’art bouddhique du Gandhara. Le site contient plusieurs ensembles monastiques et sanctuaires bouddhistes, ainsi que des édifices fortifiés de la période islamique. Il témoigne également de la tragique destruction des deux bouddhas debout par les taliban, qui ébranla le monde en mars 2001.

المنظر الثقافي والبقايا الأثرية في وادي باميان

يمثّل المنظر الثقافي والبقايا الأثرية في وادي باميان التطوّر الفنيّ والدينيّ الذي ميّز (إمبراطورية) "بختريان" القديمة بين القرن الأول والقرن الثالث عشر، فاجتمعت التأثيرات الثقافية المختلفة لتثمر عن المدرسة البوذيّة الفنيّة في غاندهارا. يحتوي الموقع على مجمّعات رهبانية مختلفة ومقدّسات بوذية عديدة، بالإضافة إلى مبانِ معزّزة تعود إلى العصر الإسلامي. ويشهد الموقع أيضاً على الدمار المأساوي لتمثالي بوذا الواقفين، وهو دمار أقدم عليه الطالبان وهزّ العالم في آذار/ مارس من العام 2001.

source: UNESCO/ERI

巴米扬山谷的文化景观和考古遗迹

巴米扬山谷的文化景观和考古遗址向世人展示了从公元1世纪至13世纪期间以古代巴克特里亚文化为特征的艺术和宗教发展。正是在这一发展过程中,佛教艺术的干达拉流派兼收并蓄了各种文化影响。这一地区汇集了大量的佛教寺院、庙宇,以及伊斯兰教时期的防御建筑。此遗址同时也见证了塔利班政权无情摧毁两尊立佛像的暴行。这一事件在2001年3月曾震惊世界。

source: UNESCO/ERI

Культурный ландшафт и археологические находки в долине Бамиан

Культурный ландшафт и археологические находки в долине Бамиан иллюстрируют развитие искусства и религии древней Бактрии с I до XIII вв., где различные культурные влияния интегрировались в гандхарскую школу буддийского искусства. Район содержит множество буддийских монастырских ансамблей и святилищ, укрепленных зданий, относящихся к мусульманскому периоду. Этот объект был свидетелем трагического разрушения талибами двух статуй стоящего Будды, которое шокировало мир в марте 2001 г.

source: UNESCO/ERI

Paisaje cultural y vestigios arqueológicos del Valle de Bamiyán

Este sitio es un exponente de las creaciones artísticas y religiosas características de la antigua Bactriana entre el siglo I y el XIII, en las que confluyeron distintas influencias culturales que desembocaron en la afirmación de la escuela de arte búdico del Gandhara. El sitio comprende varios conjuntos monásticos y santuarios budistas, así como edificios fortificados de la época islámica. El valle fue escenario de la trágica destrucción de las dos monumentales estatuas de Buda en pie, perpetrada por los talibanes en marzo de 2001, que causó una honda conmoción en el mundo entero.

source: UNESCO/ERI

バーミヤン渓谷の文化的景観と古代遺跡群 

source: NFUAJ

Het cultuurlandschap en de archeologische overblijfselen van de Bamiyan vallei

Het cultuurlandschap en de archeologische overblijfselen van de Bamiyan vallei laten artistieke en religieuze ontwikkelingen zien die van de 1e tot de 13e eeuw kenmerkend waren voor het oude Bakhtria. Hierbij werden verschillende culturele invloeden geïntegreerd in de Gandhara school van boeddhistische kunst. Het gebied kent talrijke boeddhistische kloosters, kapellen en heiligdommen daterend van de 3e tot de 5e eeuw n.Chr., maar ook versterkte bouwwerken uit de Islamitische periode. In de rotsen van Bamiyan zijn twee gigantische Boeddhabeelden - 55 en 38 meter hoog - uitgehouwen. Deze werden echter in 2001 verwoest door de Talibaan.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Vue générale de la vallée de Bamiyan © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Prise entre les hautes montagnes de l'Hindu Kush, sur le plateau central d'Afghanistan, la vallée de Bamiyan s'ouvre en un large bassin bordé au nord par un long défilé de hautes falaises rocheuses. Le Paysage culturel et les vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan forment un bien sériel composé de huit sites distincts dans la vallée et ses affluents. Sculptées dans les falaises de Bamiyan se trouvent les deux niches des statues de Bouddha géants (55 m et 38 m) détruites par les Talibans en 2001 et, au pied des collines entourant la vallée, d'innombrables grottes formant un vaste ensemble de monastères, de chapelles et de sanctuaires bouddhistes datant du IIIe au Ve siècle de notre ère. Dans plusieurs de ces grottes et niches, souvent reliées par des galeries, on trouve des vestiges de peintures murales et de Bouddha assis. Dans les vallées des affluents  du Bamiyan il y a d'autres groupes de grottes, dont celles de la vallée de Kakrak à quelque 3 km au sud-est des falaises de Bamiyan, qui sont plus d'une centaine datant du VIe au XIIIe siècle, où subsistent les fragments d'un Bouddha debout de 10 m de haut et un sanctuaire avec des décors peints de la période sassanide. Dans la vallée de Fuladi, à 2 km au sud-ouest des falaises de Bamiyan, se trouvent les grottes de Qoul-i Akram et Lalai Ghami qui contiennent aussi des éléments décoratifs.

Ponctuant le centre de la vallée sur une colline au sud de la grande falaise se dressent les ruines de la forteresse de Shahr-i Ghulghulah. Datée entre le VIe et le Xe siècle de notre ère, elle marque l'origine du peuplement de Bamiyan comme un lieu d'étape à l'embranchement de la Route de la Soie qui reliait la Chine et l'Inde à travers l'ancienne Bactriane. Plus à l'est, le long de la vallée de Bamiyan apparaissent les vestiges de murs de fortification et d'établissements datant du VIe au VIIIe siècle à Qallai Kaphari A et B, et encore plus à l'est (à environ 15 km à l'est des falaises de Bamiyan), à Shahr-i Zuhak où les plus anciens vestiges sont recouverts de développements du Xe au XIIIe siècle remontant à l'époque des dynasties islamiques Ghaznavide et de Ghor.

Le paysage culturel et les vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan illustrent les développements artistiques et religieux qui, du Ier au XIIIe siècle, ont caractérisé l'ancienne Bactriane, intégrant diverses influences culturelles pour former l'école d'art bouddhique du Gandhara. Les nombreux ensembles monastiques et sanctuaires bouddhistes, ainsi que les édifices fortifiés de la période islamique sont un témoignage de l'échange des influences indienne, hellénistique, romaine, sassanide et islamique. Le site est aussi témoin de réactions récurrentes face à l'art iconique, dont la plus récente est la destruction délibérée des deux statues de Bouddha debout en mars 2001, acte condamné par l'opinion internationale.

Critère (i) :Les statues de Bouddha et l'art rupestre de la vallée de Bamyan sont une représentation exceptionnelle de l'école du Gandhara dans l'art bouddhique de la région d'Asie centrale.

Critère (ii) : Les vestiges artistiques et architecturaux de la vallée de Bamyan, important centre bouddhiste sur la Route de la Soie, sont un témoignage exceptionnel de l'échange des influences indienne, hellénistique, romaine et sassanide, qui ont servi de fondations à une expression artistique particulière de l'école du Gandhara. À cela s'ajoute une influence islamique ultérieure.

Critère (iii) : La vallée de Bamyan est un témoignage exceptionnel d'une tradition culturelle d'Asie centrale aujourd'hui disparue.

Critère (iv) : La vallée de Bamyan est un exemple exceptionnel de paysage culturel illustrant une période significative du bouddhisme.

Critère (vi) : La vallée de Bamiyan est l'expression monumentale la plus importante du Bouddhisme occidental. Ce fut un centre de pèlerinage essentiel sur plusieurs siècles. Les monuments, en raison de leurs valeurs symboliques, ont souffert à différentes périodes de leur histoire, notamment lors de la destruction délibérée de 2001, qui secoua le monde entier.

Intégrité

Les ressources patrimoniales de la vallée de Bamiyan ont souffert de diverses catastrophes et certaines parties sont dans un état précaire. Une perte importante pour l'intégrité du site a été la destruction des statues des Bouddha géants en 2001. Toutefois, une proportion non négligeable de tous les attributs qui démontrent la valeur universelle exceptionnelle du site, telles que les formes architecturales bouddhistes et islamiques et leur place dans le paysage de Bamiyan, restent intacts sur les 8 sites à l'intérieur des limites du bien, y compris le vaste monastère bouddhiste dans les falaises de Bamiyan qui contenait les deux sculptures colossales de Bouddha. 

Authenticité

Le paysage culturel et les vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan continuent de témoigner des différentes phases culturelles de son histoire. Considérée comme un paysage culturel, la vallée de Bamiyan, avec ses vestiges artistiques et architecturaux, son occupation traditionnelle des sols et ses constructions simples en brique de terre, continue d'exprimer sa valeur universelle exceptionnelle tant par la forme et les matériaux, l'emplacement et le cadre, mais elle peut se révéler vulnérable au développement et exige une conservation et une gestion prudentes.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Les monuments et les vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan sont un bien public, propriété de l'Etat afghan. Toutefois, la zone tampon est en grande partie sous le régime de la propriété privée. Beaucoup de documents définissant la propriété ont été détruits au cours de décennies de conflit et de troubles civils, et sont maintenant en cours de rétablissement. La loi nationale sur la protection des biens culturels et historiques (Ministère de la Justice, 2I mai 2004)est en vigueur et stipule les bases des ressources financières et techniques.

La gestion du bien en série est placée sous l'autorité du Ministère de l'Information et de la Culture (MoIC) et de ses départements spécialisés (l'Institut d'Archéologie et le Département de préservation des monuments historiques), et du Gouverneur de la province de Bamiyan. Le Ministère de l'Information et de la Culture a un représentant provincial local à Bamiyan. Il y a 8 gardiens engagés spécialement pour protéger le site contre le vandalisme et le pillage, avec des moyens supplémentaires octroyés par le Ministère de l'Intérieur sous la forme d'un contingent de police chargé de la protection des biens culturels (Unité de police 012).

À l'heure actuelle, le système de gestion est provisoire avec l'aide de la communauté internationale qui fournit les moyens administratifs, scientifiques et techniques nécessaires. Depuis 2003, l'UNESCO dirige un plan de sauvegarde du bien en trois phases. Son objectif a été de consolider les niches des Bouddha, sauvegarder les artefacts qui ont survécu à la destruction des statues de Bouddha et rendre le site plus sûr, en poursuivant notamment les opérations complexes de déminage sur le terrain. Un plan de gestion du bien est en préparation dans le but de préparer et de mettre en œuvre un programme pour la protection, la conservation et la mise en valeur de la vallée de Bamiyan, entreprendre l'exploration et la mise au jour des vestiges archéologiques, et préparer et instaurer un programme de tourisme culturel durable dans la vallée. Le Gouverneur de la province est responsable de la mise en œuvre d'un plan de développement régional qui porte sur la réhabilitation de l'habitat, la mise en place de services de santé et d'éducation, et le développement des infrastructures et de l'agriculture.

En mars 2011, il a été conclu par des hauts responsables afghans et des experts internationaux lors d'une réunion du 9e Groupe de travail d'experts de Bamiyan accueilli par l'UNESCO que le site du patrimoine mondial est potentiellement prêt à être retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril d'ici à 2013, dans l'attente des progrès continus dans la réduction des risques pour la sécurité, la stabilité structurelle des vestiges des sculptures des deux Bouddha géants et leurs niches, la conservation des vestiges archéologiques et des peintures murales et la mise en œuvre du plan de gestion.

Description longue

La vallée de Bamiyan se trouve à 264 km, par la route, à l'ouest de Kaboul. Située à une altitude de 2 500 m, le long de la rivière Bamiyan, elle est enfermée dans les hautes montagnes de l'Hindu Kush, dans la partie centrale de l'Afghanistan. Elle était l'un des itinéraires de la route de la soie, et son magnifique paysage est associé à des figures légendaires. Ces deux aspects ont contribué à son développement comme centre religieux et culturel de toute première importance, habité et en partie urbanisé à partir du IIIe  siècle av. J.-C.

Le site se compose de huit zones majeures distinctes, séparées par des zones tampons :

  • Les falaises de Bamiyan , au nord de la vallée, où se trouvent les deux niches colossales qui contenaient les grandes statues de Bouddha debout.
  • Les carrières de la vallée du Kakrak , 3 km environ au sud-est des falaises de Bamiyan, datées entre le VIe et le XIIIe  siècle.
  • Les deux principaux groupes des grottes de la vallée de la Fuladi sont ceux de Qoul-i Akram et de Kalai Ghamai, où sont conservés d'importants décors.
  • Shahr-i Zuhak et Qallai? Kalai (ci-dessus) Kaphari présentent des murs de fortification, des tours et des citadelles construits en terre, datés entre le VIe et le VIIIe  siècle.
  • Shahr-i Ghulghulah est une citadelle fortifiée édifiée sur une colline, au centre de la vallée ; elle est datée entre le VIe et le Xe  siècle.

Le paysage culturel et les vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan illustrent les mouvements artistiques et religieux qui, du Ier au XIIIe  siècle, ont caractérisé l'ancienne Bactriane, en intégrant différentes influences culturelles de manière à former l'école d'art bouddhique du Gandhara. Le site contient plusieurs ensembles monastiques et sanctuaires bouddhistes, ainsi que des édifices fortifiés de la période islamique. Il témoigne également de la tragique destruction des deux bouddhas debout par les talibans, qui ébranla le monde en mars 2001.

 

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

L’Afghanistan était jadis la Bactriane, l’une des provinces de l’empire perse à l’époque des Achéménides. Alexandre le Grand, la dynastie séleucide et la dynastie Maurya d’Inde du Nord régnèrent ensuite sur la région. Les Kouchanes, groupe de tribus nomades, régnèrent à partir du IIe siècle avant notre ère, pour atteindre une apogée au IIe siècle après notre ère. Les Sassanides contrôlèrent l’Afghanistan à partir du milieu du IIIe siècle, les nomades d’Asie centrale régnèrent au Ve siècle, une coalition entre les Sassanides et les Turcs de l’ouest prit le pouvoir au milieu du VIe siècle. La Route de la Soie, qui traversait l’Afghanistan, contribua à la diffusion du bouddhisme venu d’Inde dans la région au Ier siècle de notre ère. Les Kouchanes étaient des mécènes des arts et de la religion, et furent responsables de l’introduction de l’art bouddhique dans le style bactrien, qui fut aussi influencé par l’art hellénistique et sassanide.

L’art et l’architecture islamique furent introduits à Bamyan au XIe siècle de notre ère, alors que la région centrale d’Afghanistan était sous le joug du sultan Mahmoud de Chazna (998-1030). La ville de Bamyan fut conçue sur le modèle de la région de Khorasan, en Iran. Sous le règne des Ghorides (1155-1212), le développement incluait les peuplements fortifiés de Shahr-i Bamyan (plus tard Ghulghulah), de Shahr-i Zuhak et de Shahr-i Khoshak. Au début du XIIIe siècle, l’armée de Genghis Khan ruina les villes de Bamyan et pilla les monastères bouddhistes. L’empereur moghol Aurangzeb (1618-1707) ordonna à son armée de détruire les jambes du grand Bouddha. La vallée fut abandonnée pour une longue période mais, à la fin du XIXe siècle, les grottes furent à nouveau habitées et utilisées comme abris pour des animaux domestiques. En 1979, la ville de Bamyan comptait plus de 7 000 habitants. Dans les années 1970, la région fut utilisée par les militaires. Dans les années 1990, elle fut exposée à des conflits armés. En 2001, les grands Bouddha furent détruits par les Talibans.

Source : évaluation des Organisations consultatives