jump to the content

Ancienne ville de Damas

Ancient City of Damascus

Founded in the 3rd millennium B.C., Damascus is one of the oldest cities in the Middle East. In the Middle Ages, it was the centre of a flourishing craft industry, specializing in swords and lace. The city has some 125 monuments from different periods of its history – one of the most spectacular is the 8th-century Great Mosque of the Umayyads, built on the site of an Assyrian sanctuary.

Ancienne ville de Damas

Fondée au IIIe millénaire av. J.-C., c'est l'une des plus anciennes villes du Moyen-Orient. Au Moyen Âge, Damas était le centre d'une industrie artisanale florissante (sabres et dentelles). Parmi les 125 monuments des différentes périodes de son histoire, la Grande Mosquée des Omeyyades du VIIIe siècle, édifiée sur le site d'un sanctuaire assyrien, est l'un des plus spectaculaires.

مدينة دمشق القديمة

تم تأسيس هذه المدينة في الألفية الثالثة قبل الميلاد، ما يجعل منها إحدى أقدم المدن في الشرق الأوسط. وكانت دمشق في القرون الوسطى مركزاً لصناعة حرفية مزدهرة (سيوف وقماش الدنتلاّ)، أما الجامع الأموي الكبير الذي شيد في القرن الثامن في موقع محراب أشوري فيعتبر الأروع بين 125 نصباً ترقى الى مراحل تاريخية مختلفة.

source: UNESCO/ERI

大马士革古城

大马士革古城建于公元前3000年,是中东地区最古老的城市之一。中世纪时期,大马士革是繁荣的手工业中心,专门于刀剑和饰带的制作。在它源于不同历史时期的125个纪念性建筑物中,以公元8世纪即倭马亚王朝哈里发时期的大清真寺最为壮观,大清真寺建在亚述国的一块圣地上。

source: UNESCO/ERI

Старый город в Дамаске

Основанный в 3-м тысячелетии до н.э., Дамаск является одним из старейших городов на Ближнем Востоке. В средневековье это был центр процветающих ремесел, прославившийся своими клинками и кружевами. В городе находится около 125 памятников, относящихся к разным периодам его истории. Один из самых значительных – Большая мечеть Омейядов, построенная в VIII в. на месте ассирийского святилища.

source: UNESCO/ERI

Ciudad vieja de Damasco

Fundada en el tercer milenio a.C., Damasco es una de las ciudades más antiguas del Oriente Medio. En la Edad Media fue el centro de una próspera industria artesanal especializada en la fabricación de espadas y encajes. De los 125 monumentos que conserva de los distintos períodos de su historia, uno de los más espectaculares es la gran mezquita de los omeyas, construida el siglo VIII en el emplazamiento de un santuario asirio.

source: UNESCO/ERI

古都ダマスクス

source: NFUAJ

Oude stad van Damascus

Damascus werd gesticht in het 3e millennium voor Christus en is daarmee een van de oudste steden in het Midden-Oosten. In de middeleeuwen was Damascus het centrum van een bloeiende ambachtelijke industrie, gespecialiseerd in zwaarden en kant. De stad bevat zo’n 125 monumenten uit verschillende perioden van de geschiedenis. Een van de meest spectaculaire is de 8e-eeuwse Grote Moskee van de Omajjaden, gebouwd op de plaats van een Assyrisch heiligdom. Ondanks de overheersende invloed van de islam, zijn de sporen van eerdere culturen duidelijk zichtbaar – in het bijzonder de Romeinse en Byzantijnse.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Grande Mosquée des Omeyyades © Sacred Sites
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Fondée au IIIe millénaire avant J.-C., Damas était un centre culturel et commercial important grâce à sa position géographique au carrefour de l'Orient et de l'Occident, entre l'Afrique et l'Asie. La vieille ville de Damas est considérée comme l'une des plus anciennes villes du monde continuellement habitées. Des fouilles à Tell Ramad, dans les faubourgs de la ville, ont montré que Damas était habitée dès 8.000 à 10.000 ans avant J.-C. Toutefois, jusqu'à l'arrivée des Araméens elle n'est pas attestée comme étant une ville importante. Au Moyen Âge, c'était le centre d'une industrie artisanale florissante, avec différents quartiers spécialisés dans des métiers ou artisanats particuliers.

La ville présente des témoignages exceptionnels des civilisations qui l'ont créée : hellénistique, romaine, byzantine et islamique. Le califat omeyyade, en particulier, a fait de Damas sa capitale, plantant le décor pour le développement continu de la ville en tant que cité arabe musulmane vivante, sur laquelle chaque dynastie ultérieure a laissé et continue de laisser sa marque.

En dépit de l'influence prédominante de l'Islam, on trouve encore des traces de cultures plus anciennes, en particulier romaine et byzantine, dans la ville. La cité actuelle est basée sur un plan romain et conserve l'aspect et l'orientation de la cité grecque, avec toutes ses rues orientées nord-sud ou est-ouest ; c'est un exemple majeur d'urbanisme.

Les preuves physiques visibles les plus anciennes remontent à la période romaine - les vestiges du Temple du Jupiter, ceux de diverses portes et une section impressionnante des remparts de la ville romaine. Damas a été la capitale du califat omeyyade. Cependant, en dehors de l'incomparable Grande mosquée, bâtie sur le site d'un temple romain et les vestiges d'une basilique chrétienne, il y a peu de restes visibles datant de cette époque importante de l'histoire de la ville. Les remparts actuels, la Citadelle, quelques mosquées et tombeaux du Moyen Âge sont conservés, mais la majeure partie du patrimoine bâti de la ville date de la période qui suit la conquête ottomane du début du XVIe siècle.

Critère (i) : Damas témoigne des niveaux esthétiques exceptionnels atteints par les civilisations qui l'ont créée. La Grande mosquée est un chef-d'œuvre d'architecture omeyyade qui, avec d'autres monuments importants de différentes époques tels que la Citadelle, le palais Azem, les medersas, les caravansérails, les bains publics et les résidences privées, atteste ce niveau.

Critère (ii) : Damas, en tant que capitale du califat omeyyade - premier califat islamique - a joué un rôle déterminant dans le développement ultérieur d'autres villes arabes. Avec sa Grande mosquée au cœur d'un plan urbain découlant du quadrillage greco-romain, la ville a servi de modèle au monde arabo-musulman.

Critère (iii) : Des sources historiques et archéologiques témoignent d'origines remontant au IIIe millénaire avant J.-C. et Damas est connue comme étant l'une des villes continuellement habitées les plus anciennes du monde. L'incomparable Grande mosquée est un monument rare et extrêmement important des Omeyyades. Les remparts actuels, la Citadelle, quelques mosquées et tombeaux datant du Moyen Âge ont été conservés et une grande partie du patrimoine bâti de la ville, y compris des palais et des demeures privées, date de l'après-conquête ottomane du début du XVIe siècle.

Critère (iv) : La Grande mosquée omeyyade, également appelée Grande mosquée de Damas, est l'une des plus grandes du monde et l'un des plus anciens sites de prière continue depuis l'apparition de l'Islam. En tant que telle, elle constitue une innovation culturelle, sociale et artistique importante.

Critère (vi) : La ville est étroitement liée à des événements historiques, des idées et des traditions importants, en particulier de la période islamique. Ils ont contribué à façonner l'image de la ville ainsi que l'impact de l'histoire et de la culture islamiques.

Intégrité (2009)

La ligne des remparts de la vieille ville marque les limites du bien. Bien que des quartiers situés à l'extérieur des remparts et correspondant à l'extension de la ville à partir du XIIIe siècle soient considérés comme liés à la vieille ville en termes d'importance historique et lui fournissent son cadre et son contexte, les principaux attributs de Valeur universelle exceptionnelle sont observés à l'intérieur des remparts. Il s'agit notamment du plan de la ville et de son tissu urbain dense, des remparts et des portes, ainsi que des 125 monuments protégés, notamment la Mosquée omeyyade, les medersas, les caravansérails, la Citadelle et des demeures privées.

Ces attributs sont sensibles à l'érosion à cause de l'absence d'approche traditionnelle de l'entretien et de la conservation et de l'utilisation de matériaux traditionnels, tandis que son cadre et son environnement sont menacés par l'absence de politique de conservation pour les quartiers historiques qui s'étendent au-delà des remparts et par des projets d'aménagement régionaux. 

Authenticité (2009)

Depuis l'inscription du bien, la configuration morphologique du bien et l'organisation spatiale du tissu urbain sont restées pour l'essentiel inchangées et les principaux attributs distincts ont été conservés. Cependant, des activités commerciales et semi-industrielles commencent à envahir la zone résidentielle de la cité fortifiée et ses faubourgs, portant par endroit atteinte à la valeur des attributs relatifs au tissu urbain et à leurs liens réciproques.

Besoins en matière de protection et de gestion (2009)

La responsabilité du contrôle de l'urbanisme dans la vieille ville et de sa gestion repose sur deux administrations publiques (la Commission pour la sauvegarde de la vieille ville et la Direction générale des antiquités et des musées (DGAM). La coopération technique pour les projets et programmes destinés à mettre la ville en valeur est assurée par le ministère de l'Administration locale et de l'Environnement avec le soutien d'organisations internationales. L'efficacité de la politique de conservation dépend de la pleine participation des diverses parties intéressées de la ville, tels que les partenariats public-privé, tous les niveaux de gouvernement, la communauté financière et les citoyens.

La protection juridique est assurée par la Loi n° 222 relative aux antiquités telle qu'amendée en 1999, qui vient s'ajouter à l'arrêté ministériel n° 192 de 1976, lequel classait la ville fortifiée patrimoine culturel et historique de la Syrie. La Loi n° 826 relative à la restauration/reconstruction de la ville à l'intérieur des remparts a été révisée à la lumière de l'évolution de la situation, des besoins et des possibilités offertes et vise à créer de nouvelles conditions pour la ville fortifiée.

Un Comité pour la protection et le développement de la vieille ville de Damas, composé de représentants des différents organismes, a été mis en place ; outre la responsabilité de la planification stratégique de la Vieille ville, il est chargé de coordonner les activités d'urbanisme et de construction.

Le projet de plan d'urbanisme intégré de la Vieille ville a été officiellement approuvé par décision ministérielle n° 37/A de 2010. Une zone tampon a également été délimitée, mais elle n'a pas encore été approuvée officiellement.

Il est nécessaire que le plan, une fois approuvé et mis en œuvre, clarifie les différents niveaux de protection à appliquer aux différentes parties du tissu urbain, définisse les interventions nécessaires ou autorisées et intègre la protection de la zone tampon à la protection de la ville.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Damascus is considered to be the oldest city as well as the oldest capital of the world. It is the cradle of historical civilizations, constituting a beacon of science and art over time, and a historical encyclopaedia which tells a great part of the history of humanity. In the same way, it represents a historical reference for comparing the systems of architecture and town planning over several thousand years.

Founded in the 3rd millennium BC, Damascus is one of the oldest cities in the Middle East. Dominated to the west by Mount Qasiyun and bounded to the east by the desert, Damascus was founded, with the name of Palmyra, in an oasis that was very fertile thanks to the presence of the River Barada, a meeting place for cultures and caravans. It was the capital of an Aramaic kingdom (11th-7th centuries BC), often at war with the kings of Israel and temporarily conquered by King David. After being defeated twice by the Assyrians, it was definitively conquered by Nebuchadnezzar in 600 BC. It fell into Persian hands in 530 BC, and then in 333 BC it was annexed to the empire of Alexander the Great. The two adjoining areas were unified by the Romans, during the reigns of Septimius Severus and his son Caracalla (AD 197-217). The city was enclosed by a single ring of enclosure walls that are still be identified. After the interval of rule by the Sassanid Parthians, in 636 its fate was sealed permanently as part of the Arab world, becoming the prestigious and monumental capital of the Umayyad caliph. The city then began to expand outside the enclosure walls and enjoyed a time of particular economic prosperity, which continued despite its loss of capital status under the Mameluke dynasty and the devastation wrought during the Mongol incursion.

Damascus preserves a few traces of its long history prior to the Arabic conquest, including some from the Roman period, such as the decumanus, mentioned in the Acts of the Apostles, which coincides with the present-day route that crosses the city from east to west, a road lined with columns which still preserves one of the three monumental arches.

The main entrance to the old city is the al Hamidiyeh souk. The Ayyubid Citadel of Damascus is a masterpiece of military architecture, and its courtyards, walls and two enormous entrances illustrate numerous historical events, including the conquest by Timur in 1400.

At the end of the 4th century, during the reign of Emperor Theodosius, on the site of the ancient Temple of Jove there was a Byzantine church dedicated to St John the Baptist and, since 706, the Great Mosque, built at the behest of al-Walid, the sixth Umayyad caliph. The complex has an external courtyard, bounded by a massive wall and flanked by three minarets in different styles. The inner courtyard has three sides with a covered double portico and the centre of it is covered by a dome for the ablution ritual that precedes the prayers. Adjoining the porticoes is the Dome of Treasure, a small octagonal pavilion covered with fine mosaics, and surmounted by a dome that stands on eight Corinthian columns. On the fourth side of the internal courtyard is the mosque proper, subdivided by arches into three parallel aisles, cut on a perpendicular line by a transect, the central part of which was covered by a wooden dome that was destroyed in 1401.

The arrangement of its component elements is reminiscent of the Christian churches of Syria and Armenia and represents a significant example of Umayyad art that continues, through the master craftsmen employed, the tradition of Byzantine art. The urban fabric underwent important transformations with the rise to power of the Abbasids: the urban centre ceased to be a unified organism and was divided up into autonomous quarters, each equipped with its own institutions, mosques, public baths, markets, and police corps. In this way, the rectangular blocks from the Hellenistic grid were transformed into the characteristic Islamic urban fabric. Over the centuries guilds of craftsmen and merchants established themselves around the Great Mosque, while the important Christian minority consolidated itself in the north-east quarters of the city, around the churches and sites associated with the conversation of St Paul.

Source : UNESCO/CLT/WHC