English Français
Aidez maintenant !

Centre historique de la ville d'Olinda

Historic Centre of the Town of Olinda

Founded in the 16th century by the Portuguese, the town’s history is linked to the sugar-cane industry. Rebuilt after being looted by the Dutch, its basic urban fabric dates from the 18th century. The harmonious balance between the buildings, gardens, 20 Baroque churches, convents and numerous small passos (chapels) all contribute to Olinda’s particular charm.

Centre historique de la ville d'Olinda

La ville a été fondée au XVIe siècle par les Portugais et son histoire est liée à l’industrie de la canne à sucre. Elle a été reconstruite après son pillage par les Hollandais et l’essentiel de son tissu urbain date du XVIIIe siècle. L’équilibre préservé entre les bâtiments, les jardins, les vingt églises baroques, les couvents et les nombreuses petites chapelles (« passos ») donne à Olinda une ambiance toute particulière.

الوسط التاريخي لمدينة أوليندا

في القرن السادس عشر، أسس البرتغاليون مدينة أوليندا التي يرتبط تاريخها بصناعة قصب السكر. وقد أعيد بناء هذه المدينة بعدما نهبها الهولنديون. ويرقى قسم أساسي من نسيجها الحضري إلى القرن الثامن عشر. كما تتميّز أوليندا بجو خاص تستمده من التوازن القائم بين الأبنية والحدائق والكنائس العشرين المشيّدة على الطراز الباروكي والأديرة والمعابد المتعددة (المعروفة بالبرتغالية بالـ "باسوس").

source: UNESCO/ERI

奥林达历史中心

这座城市是16世纪葡萄牙人建立的,其历史与蔗糖工业有着密切的联系。这里曾遭荷兰殖民者洗劫,后得以重建,基础城市建筑可以追溯到18世纪。城中的楼群、花园、20座巴洛克教堂、女修道院和为数众多的“帕索斯”(小教堂)之间布局和谐,相得益彰,赋予了奥林达城独特的魅力。

source: UNESCO/ERI

Исторический центр города Олинда

История этого города, основанного в XVI в. португальцами, связана с производством тростникового сахара. Городская застройка, восстановленная после разграбления города голландцами, относится в основном к XVIII в. Гармоничное сочетание зданий, садов, 20 барочных церквей, монастырей и множества небольших «пассос» (часовен) вносит свой вклад в особое очарование Олинды.

source: UNESCO/ERI

Centro histórico de la Ciudad de Olinda

La historia de esta ciudad, fundada por los portugueses en el siglo XVI, está vinculada a la industria de la caña de azúcar. Tuvo que ser reconstruida en el siglo XVII tras su saqueo por los holandeses y su tejido urbano data esencialmente del siglo XVIII. La arquitectura equilibrada de sus edificios y jardines, así como la de sus veinte templos barrocos, conventos y numerosos “passos” (capillas), da a esta ciudad un encanto muy especial.

source: UNESCO/ERI

オリンダ歴史地区
ブラジル北東部、ベルナンブーコ州の州都均衡の都市。6世紀以後、製糖業で繁栄したポルトガル人やオランダ人によって豪華な邸宅や教会、修道院が建てられた。現在でも、セー教会、ミゼリコルディア教会、サン・ベント修道院、サン・フランシスコ修道院、カルモ教会など、16~18世紀にかけての20以上の建造物が残り、独自のコロニアル様式が美しい風光の中に映えている。

source: NFUAJ

Historisch centrum van Olinda

De stad Olinda werd opgericht in de 16e eeuw door de Portugezen. De stad dankt haar snelle opkomst aan het verbouwen van suikerriet en het gebruik van slaven in de Pernambuco regio. In de 17e eeuw was de regio in handen van Nederlandse bezetters. Na hun aftocht in 1654, brandden zij Olinda volledig plat. De stad kwam wederom onder Portugees bestuur en het centrum werd herbouwd. De stedelijke stijl dateert uit de 18e eeuw. De harmonieuze balans tussen gebouwen, tuinen, twintig barok kerken, kloosters en talrijke kapelletjes (passos), dragen allemaal bij aan de bijzondere charme van Olinda.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Centre historique de la ville d'Olinda © Lyssuel Calvet
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

L'ensemble exceptionnel de paysage, d'urbanisme et d'architecture que présente le centre historique de la ville d'Olinda est un reflet éloquent de la prospérité engendrée par l'économie sucrière. Fondée en 1535 sur les collines qui surplombent l'océan Atlantique de la côte nord du Brésil, près de l'isthme de Recife où son port est situé, Olinda a été, à partir des dernières années du XVIe siècle, l’un des centres les plus importants de l'industrie de la canne à sucre, pilier de l'économie brésilienne pendant près de deux siècles. Cette ancienne capitale de la région administrative portugaise (capitania) de Pernambuco devint le symbole du sucre et de la richesse qu'il procure. Son centre historique est aujourd'hui marqué par un certain nombre d’édifices à l'architecture exceptionnelle situés dans la végétation luxuriante de jardins, de haies et d’enceintes de couvents, une masse de verdure baignée de lumière tropicale surplombant la plage de sable et l'océan.

Reconstruite par les Portugais, après avoir été pillée et incendiée par les Hollandais, Olinda présente un  parcellaire historique datant principalement du XVIIIe siècle, mais qui intègre quelques monuments plus anciens tels que l'église du XVIe siècle de São João Batista dos Militares. Olinda devint un noyau remarquable, d'abord comme centre économique, architectural et artistique, et plus tard comme centre de renouvellement des idées. L'équilibre harmonieux entre les édifices, les jardins, les  couvents, de nombreuses petites Passos (chapelles) et une vingtaine d'églises baroques contribuent tous au charme particulier du Centre historique de la ville d’Olinda. Celui-ci est dominé par la cathédrale Alto da Sé, le collège et l’église des Jésuites (actuelle église de Nossa Senhora da Graça), le Palacio Episcopal, l'église de la Miséricordia, les couvents des Franciscains, des Carmélites et des  Bénédictins, et divers bâtiments publics allant du XVIIe au XIXe siècle. Le raffinement étudié des décors  de ces ensembles architecturaux contraste avec la simplicité charmante des maisons, dont beaucoup sont peintes de couleurs vives ou revêtues de carreaux de céramique. Tous ces bâtiments sont situés dans un lacis de rues et de ruelles et dans un paysage de forêt tropicale luxuriante surplombant l’océan  qui différencie cette ville et lui donne son caractère unique.

Critère (ii) : Le centre historique d'Olinda comporte  un certain nombre de bâtiments exceptionnels tant du point de vue de leur architecture que de leur décoration, tels que  la cathédrale Alto da Sé, l'église de Nossa Senhora da Graça,  et des exemples d'architecture civile allant du XVIIe au XIXe siècle. La végétation luxuriante des bords de routes, des jardins, des haies et des enceintes des couvents forme un paysage dont le trait saillant est la ville nichée dans une masse de verdure, baignée de lumière tropicale, surplombant la plage de sable et l'océan.

Critère (iv) : A partir des dernières années du XVIe siècle, Olinda a été l’un des centres les plus importants de l'industrie de la canne à sucre, qui a été le pilier de l'économie brésilienne pendant près de deux siècles, et est devenue le symbole du sucre et de la richesse qu'il procure. L'ensemble exceptionnel de paysage, d'urbanisme et d'architecture dans le centre historique d’Olinda est un reflet éloquent de la prospérité engendrée par l'économie sucrière.

Intégrité

Tous les éléments constitutifs de la valeur universelle exceptionnelle se trouvent à l’intérieur des limites du centre historique de la ville d'Olinda, y compris ses grandes églises érigées sur les collines, ses imposantes structures multi-étages et son réseau de maison,  dans un paysage boisé recouvrant  un tissu urbain qui épouse merveilleusement  les contours de la topographie. Le centre historique de la ville, d’une superficie de 190 9 ha, est de taille suffisante pour présenter de manière adéquate et  complète les caractéristiques et processus qui assurent l'importance du bien. Le centre historique de la ville d'Olinda ne souffre pas des effets négatifs du développement ni de la négligence. Les effets négatifs potentiels  du développement urbain font l’objet de contrôles continus efficaces.

Authenticité

Le centre historique de la ville d'Olinda présente un  haut degré d'authenticité en termes  de situation et de cadre, de forme et de conception, de matériaux et de substance. Son emplacement et sa conception historique, les matériaux utilisés dans sa construction et la prédominance à l’origine de son caractère résidentiel  sont réaffirmés dans le plus ancien document dont on dispose sur ​​Olinda, la Charte Forale (Carta Foral), qui comprend le premier «plan directeur» de la ville et dans les plans hollandais  et les gravures de Frans Post (XVIIe siècle). Ses caractéristiques demeurent complétement intactes, ayant été conservées dans leur essence,  et constituent une unité qui peut être appréhendée  dans son ensemble ou séparément.

L'authenticité du bien est menacée par les processus  qui ont déstabilisé les pentes des collines, y compris le lent mouvement des pentes au cours des siècles, ce qui a affecté les fondations et provoqué des fissures dans les bâtiments; et, au cours des dernières années, l’augmentation du  niveau des eaux dans le sol couplée avec un système d’évacuation des eaux de pluie ou des eaux usées faible ou inexistant, l'enlèvement de la végétation,  la création  de remblais instables et les coupes pour la construction de logements.

 Elément requis en matière de protection et de gestion

Le centre historique de la ville d'Olinda est protégé par des instruments prévus dans une série de normes et de réglements spécifiques: inscriptions n° 412 dans le Livro do Tombo Histórico, n° 487 dans le Livro do Tombo de Belas Artes et n° 044 dans le Livro do Tombo Archéologico, Ethnografico e Paisagístico en 1968, désignant le site historique d'Olinda comme site du patrimoine culturel brésilien, mis en œuvre par le gouvernement fédéral par l'intermédiaire de l’Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional (Institut national du patrimoine historique et artistique - IPHAN); Notification fédérale de 1979, délimitant le site protégé et les régions avoisinantes; et le Sistema Municipal de Preservação (Système municipal de conservation), créé par la loi municipale n° 4119/1979 et constituant une Fondation, un Conseil (composé de représentants des gouvernements municipaux, provinciaux et fédéraux) et un Fonds d'affectation spéciale pour  la préservation. La désignation comme monument national a été conférée par l'Etat en 1980, en vue de protéger les caractéristiques physiques du site du point de vue historique, artistique et paysager.

Parmi les divers instruments administratifs et de gestion, on citera : une norme fédérale révisée régissant la préservation des sites du patrimoine, publiée en 1985; une loi municipale sur la préservation historique, rédigée en 1992; et un examen du système municipal de préservation, entrepris en 2010. Le programme Monumenta et l’IPHAN ont effectué des mesures de rénovation urbaine sur une large échelle et facilité l'attribution de fonds publics à des propriétés privées dans le but de préserver et de restaurer les structures historiques d’habitation. Le Plano de Ação para as Cidades Históricas (Plan d'action pour les villes historiques), lancé par l'IPHAN en 2010, implique les institutions fédérales et étatiques pour soutenir le développement, la restauration et la revitalisation des villes historiques dans le pays, parmi lesquels le Centre historique de la ville d'Olinda.

Pour maintenir la valeur universelle exceptionnelle du bien au fil du temps, il faudra développer des stratégies et des actions s’appuyant sur l'analyse scientifique, afin  d’éliminer ou d’atténuer les processus qui ont déstabilisé les pentes des collines;  maintenir des contrôles efficaces des effets négatifs possibles du développement urbain; définir des indicateurs de suivi pour ces interventions et celles à venir, afin de vérifier que ces interventions n'ont pas d’impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle, sur l'authenticité et sur l'intégrité du bien.

Description longue

Le centre historique d'Olinda, qui se trouve à quelques kilomètres au nord des installations portuaires, des zones industrielles et des gratte-ciel de Recife, conserve encore le charme d'une ville-musée de la période coloniale. Olinda a été fondée en 1537 par le Portugais Duarte Coelho Pereira, et dut son développement rapide à l'exploitation de la canne à sucre, cultivée dans la zone de Pernambouc, en recourant à une main-d'œuvre esclave.

À partir du XVIe siècle, des églises et des couvents, dont quelques rares exemples, comme l'église São João, existent encore aujourd'hui, y ont été construits par les différentes missions religieuses. Les Hollandais occupèrent la région de 1630 à 1654, et bâtirent au cours de cette période une ville soigneusement planifiée, à l'emplacement actuel de Recife. Pernambouc était habilement administrée par les Hollandais, et prospéra grâce à la production de sucre dans les plantations situées dans les riches plaines alluviales le long des côtes. Cependant, au moment même où ils créaient une administration pacifique et développée à Recife, les nouveaux venus incendièrent Olinda.

Les Portugais succédèrent aux Hollandais à Pernambouc en 1654, permettant ainsi à Olinda de renaître de ses cendres ; c'était à nouveau une bourgade brésilienne importante, un centre développé et culturel. Au début du XVIIIe siècle, une sévère rivalité se développa entre la ville, capitale administrative de la capitainerie et résidence des riches planteurs aristocratiques, et Recife, qui en était le centre commercial, essentiellement habité par des marchands, des armateurs et des dockers.

Recife continua cependant à prospérer, tandis qu'Olinda déclinait, et devint capitale de la province en 1827. En 1817, une rébellion armée contre le pouvoir portugais éclata à Pernambouc. La ville demeura pendant plusieurs années le foyer d'un soulèvement républicain et révolutionnaire, et tenta différentes insurrections, vouées à l'échec, contre les Portugais, en 1821-1822, 1824, 1831 et 1848. Pernambouc devint État de la République du Brésil en 1891.

Olinda remonte essentiellement au XVIIIe siècle, bien que la ville ait incorporé quelques monuments plus anciens. Les édifices les plus importants d'Olinda sont l'église épiscopale, le collège et l'église des jésuites (actuelle église de Graça), les monastères et couvent franciscains, carmélites, bénédictins, et les églises de la Misericórdia, d'Amparo et de São João Batista.

Le caractère exceptionnel du centre historique lui est conféré par l'équilibre, généralement maintenu, entre les bâtiments publics et privés, les jardins et le dessin de l'ancien parcellaire. C'est une ville qui offre des points de vue inattendus : de multiples églises et couvents baroques, de nombreux passos (chapelles ou oratoires) y surgissent à l'improviste au débouché d'une rue. Le raffinement du décor de ces ensembles architecturaux contraste avec la simplicité charmante des maisons qui sont peintes de vives couleurs, ou revêtues de plaques de terre cuite.

Au cours des dernières décennies, Olinda - ville d'art, très appréciée des artistes - a fait l'objet de nombreuses mesures de protection. D'importants édifices comme l'église de Graça, avec le collège des jésuites antérieur, le couvent do Carmo et le palais épiscopal ont tous été plus ou moins complètement restaurés. La construction de nouveaux édifices est soumise à un plan régulateur, et la zone de protection a été agrandie en 1979.

Source : UNESCO/CLT/WHC