English Français
Aidez maintenant !

Cathédrale Sainte-Marie et église Saint-Michel d'Hildesheim

St Mary's Cathedral and St Michael's Church at Hildesheim

St Michael's Church was built between 1010 and 1020 on a symmetrical plan with two apses that was characteristic of Ottonian Romanesque art in Old Saxony. Its interior, in particular the wooden ceiling and painted stucco-work, its famous bronze doors and the Bernward bronze column, are – together with the treasures of St Mary's Cathedral – of exceptional interest as examples of the Romanesque churches of the Holy Roman Empire.

Cathédrale Sainte-Marie et église Saint-Michel d'Hildesheim

L'église Saint-Michel a été bâtie de 1010 à 1020 selon un plan symétrique à deux absides, caractéristique de l'art roman ottonien en Vieille Saxe. Son décor intérieur, notamment son plafond de bois et ses stucs peints, de même que les trésors de la cathédrale Sainte-Marie, célèbre pour ses portes et sa colonne de bronze de Bernward, sont autant de témoignages du plus haut intérêt sur ce que furent les églises romanes du Saint Empire romain.

كاتدرائية القديسة مريم وكنيسة القديس ميخائيل في هايلديسهايم

تم تشييد كنيسة القديس ميخائيل بين العامين 1010و 1020بحسب نظام متناسق بصدرين للكنيسة وهي ميزة الفن الروماني الأتوني في ساكس القديمة. يُعتبر ديكورها الداخلي، ولا سيما السقف الخشبي بملاطه المدهون بالإضافة إلى كنوز كاتدرائية القديسة مريم المعروفة بأبوابها وعمودها البرونزي من برنفارد، مثالا حيّا عما كانت عليه الكنائس الرومانية في عهد الإمبراطورية الرومانية المسيحية.

source: UNESCO/ERI

希尔德斯海姆的圣玛丽大教堂和圣米迦尔教堂

圣米迦尔教堂建造于公元1010年至1020年间,严格遵循了对称的设计理念,两个对称的半圆形后殿是老撒克逊(Old Saxony)时期典型的奥图罗马式(Ottonian Romanesque)风格。教堂的内部装潢设计也是神圣罗马帝国的罗马式教堂风格,特别是木制天花板、粉刷的墙壁,以及有名的青铜门和伯那德青铜圆柱。圣玛丽大教堂的装饰也是这一风格。

source: UNESCO/ERI

Кафедральный собор Cв. Марии и церковь Св. Михаила в городе Хильдесхайм

Церковь Св. Михаила была построена между 1010 и 1020 гг. и имеет симметричный план с двумя апсидами, что было характерно для оттонианского этапа развития романского стиля в Старой Саксонии. Ее интерьер - деревянный потолок и расписанная штукатурная отделка, знаменитые бронзовые двери и бронзовая колонна Бернварда - наряду с сокровищами собора Cв. Марии представляют исключительный интерес как примеры романских церквей Священной Римской Империи.

source: UNESCO/ERI

Catedral de Santa María e iglesia de San Miguel de Hildesheim

La Iglesia de San Miguel fue construida entre 1010 y 1020 con arreglo a un trazado simétrico con dos ábsides, característico de las obras del estilo románico otoniano de Sajonia. Su techo de madera y estuco pintado, así como los tesoros de la catedral de Santa María, célebre por sus puertas y la columna de bronce de Bernward, constituyen un excepcional testimonio de las iglesias románicas del Sacro Imperio Romano Germánico.

source: UNESCO/ERI

ヒルデスハイムの聖マリア大聖堂と聖ミカエル教会

source: NFUAJ

Dom van Sint Maria en Sint Michaëlskerk in Hildesheim

De Sint Michaëlskerk werd gebouwd tussen 1010 en 1020 volgens een symmetrisch ontwerp met twee apses, kenmerkend voor de Ottoonse romaanse kunst in het oude Saksen. Het interieur – met name het houten plafond en het geschilderde stucwerk, de beroemde bronzen deuren en de Bernward bronzen kolom – de eerste gietsels van deze grootte sinds de oudheid zijn van uitzonderlijk belang. Dat geldt ook voor de schatten van de dom van Sint Maria, waaronder de bronzen kroonluchter uit 1060 met een diameter van zes meter. Zowel de kerk als de dom gelden als voorbeelden van de romaanse kerken van het Heilige Roomse Rijk.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Cathédrale Sainte-Marie et église Saint-Michel d'Hildesheim © Public Domain
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

L’ancienne église de l’abbaye bénédictine Saint-Michel d’Hildesheim, située dans le nord de l’Allemagne, est l’un des principaux monuments de l’art médiéval, bâti de 1010 à 1022 par Bernward, évêque d’Hildesheim. Saint-Michel est l’une des rares constructions importantes réalisées en Europe vers le début du millénaire qui transmette encore une impression unifiée de qualité artistique, sans avoir subi de mutilations substantielles ni de transformations critiques dans ses structures de base et détaillées.

L’église Saint-Michel a été bâtie suivant un plan de base symétrique à deux absides, caractéristique de l’art roman ottonien dans la Vieille Saxe. Son décor intérieur, en particulier le plafond de bois et les stucs peints, de même que les trésors de la cathédrale Sainte-Marie – notamment ses célèbres portes de bronze et sa colonne de bronze de Bernward – sont autant de témoignages du plus haut intérêt sur ce que furent les églises romanes du Saint Empire romain. L’harmonie de la structure interne de Saint-Michel et de son extérieur massif est une réalisation exceptionnelle de l’architecture de cette époque. De plan basilical, à absides opposées, l’église se caractérise par son dessin symétrique : ses chœurs est et ouest sont précédés chacun par un transept qui saille très largement des nefs latérales ; ses élégantes tourelles circulaires dans l’axe des pignons des bras des deux transepts contrastent avec la silhouette des tours-lanternes massives qui se trouvent à leur croisée. Dans la nef, la présence de piliers d’imposte carrés alternant selon un rythme original avec des colonnes aux chapiteaux cubiques crée un type d’élévation qui était appelé à rencontrer un grand succès dans l’art ottonien et roman.

La cathédrale Sainte-Marie, reconstruite après l’incendie de 1046, a conservé sa crypte d’origine. La disposition de la nef, avec une alternance caractéristique de deux colonnes consécutives pour un pilier, a été calquée sur celle de Saint-Michel, mais ses proportions sont beaucoup plus élancées.

L’église Saint-Michel et la cathédrale Sainte-Marie avec son trésor contiennent une série exceptionnelle d’éléments de décor intérieur qui forment un ensemble tout à fait unique pour la compréhension des plans utilisés à l’époque romane. Les portes de bronze de Sainte-Marie, datant de 1015, représentent des scènes du livre de la Genèse et de la vie du Christ, et la colonne de bronze de Saint-Michel, de 1020 environ, avec son décor en spirale inspiré par la colonne de Trajan, illustre des épisodes du Nouveau Testament. Ces deux bronzes exceptionnels, les premiers de cette dimension depuis l’Antiquité, furent commandés par l’évêque Bernward. Ils sont  actuellement conservés dans la cathédrale Sainte-Marie. La couronne de lumière de l’évêque Hézilon et les fonts baptismaux de bronze plaqué d’or de l’évêque Conrad (vers 1225-1230), situés dans la cathédrale, présentent également un intérêt particulier. Enfin, Saint-Michel expose les stucs peints de la clôture du chœur et l’étonnant plafond, long de 27,6 m et large de 8,7 m, représentant l’arbre de Jessé, qui recouvre la nef. Ces deux œuvres furent exécutées à la suite de la canonisation de saint Bernward en 1192 – les stucs à l’extrême fin du XIIe siècle et le plafond vers 1130. Ce plafond avec ses 1300 pièces de bois, est l’un des deux seuls exemples conservés d’une structure extrêmement vulnérable, l’autre étant celui de Zillis en Suisse.

Critère (i): Les bronzes de Bernward et le plafond de l’église Saint-Michel représentent une réalisation artistique unique.

Critère (ii): L’église Saint-Michel a exercé une influence considérable sur le développement de l’architecture médiévale.

Critère (iii): La cathédrale Sainte-Marie et l’église Saint-Michel d’Hildesheim et leurs trésors artistiques permettent une compréhension plus globale et plus immédiate qu’aucun autre ensemble du décor des églises romanes de l’Occident chrétien.

Intégrité

Étant donné que les églises sont elles-mêmes situées sur des zones surélevées, les bâtiments environnants ne sont pas écrasants et ne perturbent pas trop la vue sur et depuis ces églises dans le paysage urbain. Par ailleurs, le plan médiéval de la ville est parfaitement bien conservé et correspond à la période de construction du bien (XIe et XIIe siècles). La cathédrale Sainte-Marie et l’église Saint-Michel contiennent tous les éléments nécessaires pour exprimer leur valeur universelle exceptionnelle. Le bien est d’une taille appropriée et toutes les caractéristiques et structures permettant d’exprimer son importance en tant qu’exemples exceptionnels de l’art et de l’architecture  du Saint Empire romain y sont présents.

Authenticité

Malgré les destructions qui survinrent pendant la seconde guerre mondiale, l’église Saint-Michel est restée intacte jusqu’au niveau de l’avant-toit, bien qu’elle ait subi une restauration majeure. Tous les éléments importants de la conception peuvent encore être vus aujourd’hui sous leur forme complète et inchangée. Une pièce maîtresse de l’intérieur de l’église est le plafond en bois du début du XIIIe siècle, qui fut temporairement enlevé pendant la guerre et est unique au monde. Tous les autres éléments intérieurs de la cathédrale Sainte-Marie et de l’église Saint-Michel qui expriment la valeur universelle exceptionnelle du bien, sont dans un état tout aussi authentique. La cathédrale Sainte-Marie fut presque totalement détruite pendant la seconde guerre mondiale, mais de nombreuses parties des cloîtres et de la chapelle attenante demeurèrent épargnées, en particulier le précieux mobilier intérieur. Toutes les installations amovibles furent enlevées et mises en sûreté en temps utile.

Lors de la reconstruction après 1945 et pour tous les travaux ultérieurs de réparation et de restauration, l’objectif principal a été de recréer l’aspect médiéval des deux grands édifices sur la base des dernières recherches.

Exigences de protection et de gestion

Les lois et règlements de la République fédérale d’Allemagne et de l’État de Basse-Saxe garantissent la protection cohérente de la cathédrale Sainte-Marie et de l’église Saint-Michel d’Hildesheim. Ces édifices sont classés comme monuments selon la Loi sur la protection des monuments de Basse-Saxe. Les activités de construction à l’extérieur du bien sont régies par les dispositions du paragraphe 8 de la Loi sur la protection des monuments.

En outre, une zone tampon a été classée pour assurer la protection continue et la conservation durable de perspectives importantes et de l’intégrité structurelle de la cathédrale Sainte-Marie et de l’église Saint-Michel ainsi que de leurs environs immédiats. Enfin, le paragraphe 2 de la Loi sur la protection des monuments contient une clause spéciale relative à la protection des biens du patrimoine mondial en Basse-Saxe.

Les problèmes de conservation et de construction sont préparés et gérés en étroite coopération entre les propriétaires, le Bureau d’État pour les monuments historiques, le ministère des Sciences et de la Culture et divers comités scientifiques. Le système de gestion consiste en une série de mesures d’entretien et de conservation, qui sont vérifiées chaque année et, le cas échéant, régulièrement actualisées pour assurer la protection du bien.

 

Description longue

L'église Saint-Michel a exercé une influence importante sur l'histoire de l'architecture. Ce complexe constitue un témoignage exceptionnel d'une civilisation disparue, avec ses deux édifices et leurs trésors artistiques qui permettent d'appréhender d'une façon extrêmement globale et immédiate ce qu'était une église romane dans l'Occident chrétien.

L'ancienne église de l'abbaye bénédictine Saint-Michel, construite entre 1010 et 1022 par Bernward, évêque d'Hildesheim, est l'un des principaux monuments de l'art médiéval. De plan basilical à absides opposées, l'église se caractérise par son dessin symétrique ; ses chœurs est et ouest sont précédés chacun par un transept qui saille très largement des nefs latérales, et ses élégantes tourelles circulaires dans l'axe des pignons des bras des deux transepts contrastent avec la silhouette des tours-lanternes massives qui se trouvent à leur croisée. Dans la nef, la présence de piliers d'imposte carrés alternant selon un rythme original avec des colonnes aux chapiteaux cubiques crée un type d'élévation qui était appelé à rencontrer un grand succès dans l'art othonien et roman.

La cathédrale Sainte-Marie, reconstruite après l'incendie de 1046, a conservé sa crypte d'origine. La disposition de la nef, avec une alternance de deux colonnes consécutives par pilier, a été calquée sur celle de Saint-Michel, mais ses proportions sont beaucoup plus élancées. L'église Saint-Michel et la cathédrale contiennent une série exceptionnelle d'éléments de décor intérieur qui forme un ensemble tout à fait unique, représentatif des idéaux de l'époque romane. C'est notamment le cas de portes de bronze, datées de 1015, qui figurent des éléments du livre de la Genèse et de la vie du Christ, et de la colonne de bronze datée de 1020 environ, dont le décor en spirale, inspiré par la colonne de Trajan, figure des scènes du Nouveau Testament.

Ces deux bronzes fondus, les premiers de cette dimension depuis l'Antiquité, ont été commissionnés par l'évêque Bernward pour l'église Saint-Michel ; ils sont actuellement conservés dans la cathédrale. La couronne de lumière de l'évêque Hezilon et les fonts baptismaux de bronze plaqué d'or de l'évêque Conrad, à la cathédrale, présentent également un important intérêt.

Source : UNESCO/CLT/WHC