jump to the content

Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers

National History Park – Citadel, Sans Souci, Ramiers

These Haitian monuments date from the beginning of the 19th century, when Haiti proclaimed its independence. The Palace of Sans Souci, the buildings at Ramiers and, in particular, the Citadel serve as universal symbols of liberty, being the first monuments to be constructed by black slaves who had gained their freedom.

Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers

Ces monuments d’Haïti, le palais de Sans Souci, les bâtiments des Ramiers et tout particulièrement la Citadelle, qui remontent au début du XIXe siècle, époque où la République proclama son indépendance, sont chargés d’un symbolisme universel car ils sont les premiers à avoir été bâtis par des esclaves noirs ayant conquis leur liberté.

منتزه وطني تاريخي:القلعة، وقصر سان سوسي والمباني في رامييه

إنّ هذه النصب التاريخية في هايتي، أي قصر سان سوسي ومباني رامييه، لاسيما القلعة، العائدة للقرن التاسع عشر وهي حقبة أعلنت فيها الجمهورية استقلالها، تتّسم بقيم أخلاقية عالمية إذ أنها الأولى التي شيّدها قدامى العبيد بعدما استعادوا حريتهم.

source: UNESCO/ERI

国家历史公园:城堡、圣苏西宫、拉米尔斯堡垒

这些建筑可追溯到19世纪海地宣布独立的时期。圣苏西宫、拉米尔斯堡垒、尤其是古城堡对全世界来说都是自由的象征,因为它们是最先由获得自由的黑人奴隶修造的建筑。

source: UNESCO/ERI

Национальный исторический парк – Цитадель Ла-Ферьер, дворец Сан-Суси и укрепления Рамьер

Эти памятники датируются началом XIX в., когда Гаити провозгласило свою независимость. Дворец Сан-Суси, здания в Рамьере и Цитадель являются символами свободы, так как это были первые сооружения, воздвигнутые получившими свободу чернокожими рабами.

source: UNESCO/ERI

Parque Histórico Nacional – Ciudadela, Sans Souci y Ramiers

Estos monumentos datan de principios del siglo XIX, cuando Haití proclamó su independencia. El palacio de Sans Souci, los edificios de Ramiers y, en particular, la Ciudadela son símbolos universales de la libertad por ser los primeros construidos por esclavos negros que habían conquistado su emancipación.

source: UNESCO/ERI

国立歴史公園-シタデル、サン・スーシ、ラミエ

source: NFUAJ

Nationaal historisch park – Citadel, Sans Souci, Ramiers

Het nationaal historisch park – Citadel, Sans Souci, Ramiers ligt in het noorden van Haïti. Deze Haïtiaanse monumenten dateren uit het begin van de 19e eeuw, toen de onafhankelijkheid van Haïti werd uitgeroepen. Het paleis van Sans Souci, de gebouwen in Ramiers en in het bijzonder de Citadel dienen als universele symbolen van vrijheid. Het zijn namelijk de eerste monumenten gebouwd door zwarte slaven toen ze hun vrijheid hadden teruggewonnen. Op 1 januari 1804 – na 14 jaar strijd van de zwarte eilandslaven tegen de kolonisten – riep Jean-Jacques Dessallines, de belangrijkste revolutieleider, Haiti uit tot onafhankelijke Republiek.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Parc national historique – Citadelle, Sans Souci, Ramiers
Description longue

e bien offre une remarquable illustration de l'histoire d'Haïti à l'aube de son indépendance. Ses monuments remontent au début du XIXe siècle, lorsque Haïti proclama son indépendance. Le palais Sans-Souci, les édifices des Ramiers et, tout particulièrement, la citadelle sont les premiers monuments construits par des esclaves noirs qui venaient à peine de briser leurs chaînes ; ce sont donc des symboles universels de liberté.

Situé à l'intérieur du parc national historique créé par décret présidentiel en 1978, dans un cadre naturel splendide formé de pics rocheux recouverts par une végétation luxuriante, la citadelle Henri, le site des Ramiers et le palais Sans-Souci représentent pour les Haïtiens les premiers monuments de leur indépendance.

Le 1er janvier 1804, après quatorze ans de luttes des esclaves noirs de l'île contre les colonisateurs, Jean-Jacques Dessalines, le principal meneur de la révolution, proclama l'indépendance de la République d'Haïti. L'empereur Dessalines chargea immédiatement Henri Christophe, l'un de ses généraux, de construire une énorme forteresse sur le pic Laferrière, ou pic Henri, 28 km au sud-ouest du cap d'Haïti.

À la mort de Dessalines, en 1807, la République haïtienne fut divisée en deux États : la partie sud, gouvernée par Pétion, et la partie nord, où Christophe s'autoproclama roi en 1811. La citadelle Henri, conçue à l'origine pour défendre la liberté, fut maintenue comme forteresse par le nouveau despote mais elle ne fut inaugurée qu'en 1813. Au cours de cette même époque, le roi Christophe (Henri Ier) entreprit la construction d'un palais magnifique entouré de jardins, au pied de la route d'accès à la citadelle, près du village de Milot. Le palais Sans-Souci, dont ne subsistent guère plus que des ruines, est aujourd'hui en cours de restauration. Il doit sa beauté étrange à la manière exceptionnelle dont il se fond dans son cadre de montagnes, ainsi qu'à ses emprunts à des styles architecturaux différents, et réputés inconciliables. L'escalier baroque et les terrasses de style classique, les jardins étagés rappelant Potsdam ou Vienne, les canaux et les bassins librement inspirés de Versailles confèrent une qualité onirique malaisément définissable à la création de ce roi mégalomane.

Construction militaire et manifeste politique, la citadelle Henri, construite à une altitude de 970 m, couvre une superficie de l'ordre de un hectare. C'est l'un des meilleurs exemples conservés d'ingénierie militaire du début du XIXe siècle. Son plan a été dessiné par le Haïtien Henri Barré, mais il est probable que le général Christophe joua un rôle fondamental dans sa conception, et notamment dans celle de trois de ses éléments : les masses saillantes remarquablement articulées entre elles de manière à permettre un recours cohérent aux pièces d'artillerie ; le système complexe d'alimentation en eau et de citernes ; les murs défensifs colossaux qui rendaient cette citadelle imprenable. Elle pouvait abriter une garnison de 2 000 hommes, et jusqu'à 5 000 en cas de nécessité. 

Source : UNESCO/CLT/WHC