English Français

Sites préhistoriques Jomon dans le nord du Japon

Jomon Prehistoric Sites in Northern Japan

The property consists of 17 archaeological sites in the southern part of Hokkaido Island and northern Tohoku in geographical settings ranging from mountains and hills to plains and lowlands, from inland bays to lakes, and rivers. They bear a unique testimony to the development over some 10,000 years of the pre-agricultural yet sedentary Jomon culture and its complex spiritual belief system and rituals. It attests to the emergence, development, maturity and adaptability to environmental changes of a sedentary hunter-fisher-gatherer society which developed from about 13,000 BCE. Expressions of Jomon spirituality were given tangible form in objects such as lacquered pots, clay tablets with the impression of feet, the famous goggle eyed dogu figurines, as well as in ritual places including earthworks and large stone circles reaching diameters of more than 50 metres. The serial property testifies to the rare and very early development of pre-agricultural sedentism from emergence to maturity.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Sites préhistoriques Jomon dans le nord du Japon

Ce bien rassemble 17 sites archéologiques situés dans le sud de l’île d’Hokkaido et le nord de la région de Tohoku situés des paysages variés : montagnes, collines, plaines et basses terres, baies intérieures, lacs et rivières. Ils constituent un témoignage unique du développement, sur une période de 10 000 ans, de la culture préagricole toutefois sédentaire Jomon, de son système complexe de croyances spirituelles et de ses rituels. Ce site témoigne de l’émergence, du développement et de l’adaptabilité aux changements environnementaux d’une société de chasseurs, pêcheurs, cueilleurs sédentaires qui se développa à partir de 13000 ans AEC environ. La dimension spirituelle des Jomon s’est matérialisée par des pots laqués, des tablettes d’argile avec l’empreinte de pieds ainsi que les fameuses figurines dogu (poupées d’argile) à « lunettes de neige », ainsi que des sites rituels tels que des ouvrages en terre et de grands cercles de pierres atteignant des diamètres de plus de 50 mètres. Ce bien sériel témoigne du développement rare et très ancien d’une sédentarisation préagricole, de son émergence à sa maturité.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

مواقع جومون من حقبة ما قبل التاريخ في شمال اليابان

يتألَّف هذا الموقع من 17 موقعاً أثرياً، ويقع في الجزء الجنوبي من جزيرة هوكايدو وشمال منطقة توهوكو، ضمن مشهد جغرافي يتنوع بين الجبال والتلال والسهول والأراضي المنخفضة، والخلجان الداخلية والبحيرات والأنهار. وتعتبر هذه المواقع شاهدة فريدة على التطور الذي طرأ عبر 10 آلاف عام على ثقافة شعب جومون الذين كانوا مستقرين في المنطقة على الرغم من أنَّهم كانوا يعيشون مرحلة ما قبل الزراعة، وعلى منظومة معتقداتهم وطقوسهم الروحية المعقدة. كما أنَّها تشهد على نشأة مجتمع مستقر يعتمد على الصيد البري وصيد الأسماك وجمع الثمار في الألف الثالث عشر قبل الميلاد، وعلى تطور هذا المجتمع ونضجه وتكيُّفه مع التغيرات البيئية. وكان شعب جومون يعبرعن روحانيته من خلال أغراض يصنعها مثل الأواني المطلية والألواح الطينية التي تحمل طبعة أقدام، ودمية "دوغو" المشهورة ذات العينين الجاحظتين، وكذلك كان يعبر عنها من خلال حفر الأرض وإنشاء دوائر كبيرة من الأحجار يتجاوز قطرها الخمسين متراً. وتشهد هذه الممتلكات المتسلسلة على التطور النادر والضارب في القدم للاستقرار خلال فترة ما قبل الزراعة، وذلك منذ نشأته حتى وصوله إلى مرحلة النضج.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

日本北部的绳纹史前遗址群

绳纹史前遗址群由北海道南部和东北地方北部的17个考古遗址组成,覆盖从山区和丘陵到平原和低地、从内陆海湾到湖泊河流的多样化地理环境。它们见证了进入农耕社会之前就已定居下来的绳纹文化及其复杂的精神信仰体系和仪式在过去一万多年的发展。该遗址群还展现了从公元前13000年左右发展起来的以狩猎-捕鱼-采集为基础的定居社会的产生、发展、成熟和对环境变化的适应。这里有绳纹人精神信仰的承载实物,如漆壶、有足印的泥板、著名的目镜粘土俑(dogu),以及包括土垒和直径超过50米的大石圈在内的仪式场所。这一系列遗迹展示了罕见的农耕前定居社会从出现到成熟的极早期发展。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Доисторические памятники Дзёмон на севере Японии

Этот объект состоит из 17 археологических памятников в южной части острова Хоккайдо и северной части Тохоку, расположенных в различных географических районах - от гор и холмов до равнин и низменностей, от внутренних заливов до озер и рек. Эти памятники являются уникальным свидетельством развития на протяжении около 10000 лет доземледельческой, но оседлой культуры Дзёмон и ее сложной системы духовных верований и ритуалов. Они также свидетельствуют о возникновении, развитии, зрелости и приспособляемости к изменениям окружающей среды оседлого общества охотников-рыболовов-собирателей, которое развивалось примерно с 13000 до н.э. Выражения духовности Дзёмон обрели осязаемую форму в таких предметах, как лакированные горшки, глиняные таблички с оттиском ног, знаменитые фигурки догу с выпученными глазами, а также в ритуальных местах, включая земляные валы и большие каменные круги, достигающие в диаметре более 50 метров. Серийный объект свидетельствует о редком и очень раннем развитии доземледельческого оседлого образа жизни.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Sitios prehistóricos jomon en el norte de Japón

El sitio consta de 17 yacimientos arqueológicos en el sur de la isla de Hokkaido y el norte de Tohoku, en entornos geográficos que van desde montañas y colinas hasta llanuras y tierras bajas, desde bahías interiores hasta lagos y ríos. Son un testimonio único del desarrollo, a lo largo de unos 10.000 años, de la cultura preagrícola pero sedentaria de la cultura jomon y de su complejo sistema de creencias espirituales y rituales. Atestiguan la aparición, el desarrollo, la madurez y la adaptabilidad a los cambios medioambientales de una sociedad sedentaria de cazadores-pescadores-recolectores que se desarrolló a partir de aproximadamente 13.000 años a.C. Las expresiones de la espiritualidad jomon se plasmaron en objetos como vasijas lacadas, tablillas de arcilla con las huellas de los pies, las famosas figurillas dogu de ojos prominentes, así como en lugares rituales que incluyen terraplenes y grandes círculos de piedra que alcanzan diámetros de más de 50 metros. El sitio en serie corrobora el desarrollo raro y muy temprano del sedentarismo preagrícola desde su aparición hasta su apogeo.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
Site de Sannai Maruyama © Sannai Maruyama Jomon Culture Center
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les Sites préhistoriques Jomon dans le nord du Japon comprennent 17 sites archéologiques qui représentent le mode de vie préagricole et la culture spirituelle complexe d’un peuple de la préhistoire. Situés dans le sud de l’île d’Hokkaido et de l’autre côté du détroit de Tsugaru dans la partie nord de la région de Tohoku, ce bien en série témoigne de l’émergence, du développement et de la maturité d’une société de chasseurs, pêcheurs, cueilleurs sédentaires qui se développa en Asie du Nord-Est d’environ 13 000 ans AEC à 400 ans AEC. La série d’établissements, de sites funéraires, de sites rituels et cérémoniels, de cercles de pierres et d’ouvrages en terre est située dans divers types de paysages – montagnes, collines, plaines et basses terres – ainsi qu’à proximité de baies intérieures, de lacs et de rivières.

Cette région du nord du Japon possédait de riches ressources arboricoles et aquatiques, des forêts d’arbres à feuilles caduques qui comptaient de nombreux arbres à noix et des conditions de pêche idéales résultant de la rencontre de courants chauds et froids au large des côtes. Sur une période de plus de 10 000 ans, le peuple Jomon poursuivit son mode de vie de chasseurs, pêcheurs et cueilleurs sans passer à un mode de vie agraire, s’adaptant aux changements environnementaux induits par les périodes de réchauffement et de refroidissement du climat et les transgressions et régressions marines correspondantes.

Les populations Jomon commencèrent à se sédentariser il y a environ 15 000 ans, comme l’ont indiqué à titre provisoire dans un premier temps l’utilisation de la poterie, puis la construction d’habitations et de sites rituels plus permanents, ainsi que l’exploitation annuelle de ressources environnantes. Dès les premières phases de sédentarisation, les populations Jomon développèrent une culture spirituelle complexe. Ils élevèrent des tombes et créèrent des dépôts rituels, des tumuli et des cercles de pierres qui étaient probablement utilisés pour des rites et des cérémonies, confirmant ainsi un lien social entre les générations et entre les établissements.

Critère (iii) : Les Sites préhistoriques Jomon dans le nord du Japon apportent un témoignage exceptionnel d’une société préhistorique de chasseurs, pêcheurs et cueilleurs sédentaires, rare dans le monde, qui entretenait une culture spirituelle complexe, comme en témoignent les artefacts archéologiques tels que les tablettes d’argile portant l’empreinte de pieds ainsi que les fameuses figurines dogu à « lunettes de neige » et les vestiges de tombes, des dépôts rituels, des tumuli et des cercles de pierres.

Critère (v) : Les Sites préhistoriques Jomon dans le nord du Japon sont un exemple éminent de modes sédentaires d’établissement et d’utilisation des terres depuis l’émergence du sédentarisme jusqu’à son épanouissement et sa maturité finale. Le peuple Jomon a conservé un mode de vie basé sur la chasse, la pêche et la cueillette sur une longue période, s’adaptant aux changements climatiques sans altérer la terre de manière significative, comme le faisaient les sociétés agraires. Pour se procurer des aliments de manière stable, des établissements étaient installés en différents lieux, notamment à proximité des rivières, où l’on pouvait attraper les poissons remontant les cours d’eau, des estrans, où l’on pouvait pêcher les mollusques et les crustacés, et des forêts d’arbres à noix, où l’on pouvait cueillir des baies et des noix. Les outils et les compétences ont été développés pour se procurer de la nourriture en fonction des conditions spécifiques des différents lieux.

Intégrité

L’intégrité du bien en série repose sur les vestiges archéologiques qui illustrent les caractéristiques culturelles et les types de sites de l’ancienne culture Jomon dans le nord du Japon. Le bien est composé de sites archéologiques qui illustrent les débuts du sédentarisme et la séparation progressive entre les zones d’habitation et les zones d’inhumation ; de sites qui reflètent la diversité des établissements pendant la période chaude de transgression marine et des établissements centraux qui possèdent des sites rituels ; et enfin de sites qui démontrent la maturité du sédentarisme à travers des cercles de pierres, des cimetières et des établissements. Les sites révèlent aussi, dans une certaine mesure, leur interaction avec l’environnement. Les éléments constitutifs du bien en série sont individuellement d’une taille suffisante et, en tant qu’ensemble, ils renferment tous les vestiges archéologiques importants qui comportent des établissements et des espaces cérémoniels ainsi que des types de terrain et des caractéristiques qui signalent leur emplacement et leur environnement. Le bien en série est protégé par la loi et ne souffre pas d’impacts négatifs dus à des catastrophes naturelles ou à des développements à grande échelle. Il existe cependant plusieurs constructions modernes qualifiées d’« éléments non conformes », qui ont un impact sur les vues depuis et/ou vers les éléments constitutifs. Des plans visant à atténuer ces impacts, par exemple en plantant des arbres, ou à éliminer des éléments non conformes dans le futur ont été développés.

Authenticité

Le bien en série possède un haut degré d’authenticité en termes de situations, formes et conceptions, matériaux et substances, usages et fonctions, traditions et techniques et esprit et impression, la plupart des vestiges archéologiques étant restés enfouis et intacts pendant des milliers d’années ; certains vestiges, tels que les cercles de pierres, sont visibles à la surface du sol. Les vestiges archéologiques traduisent donc de manière crédible et véridique la valeur universelle exceptionnelle du bien pour ce qui est de l’ancienne culture Jomon dans le nord du Japon.

Dans certains cas, les autorités locales ont construit des répliques interprétatives grandeur nature de certains des éléments principaux, en particulier les habitations souterraines et les dépôts de coquillages. Ces répliques aident à expliquer aux visiteurs certains des éléments authentiques qui sont enfouis sous une couche protectrice de terre. Tandis que ces modèles grandeur nature sont présentés comme des répliques et non des reconstructions, et construites de manière à n’avoir aucun impact sur les dépôts archéologiques, de nouvelles technologies sont néanmoins explorées, qui pourraient aider les visiteurs à visualiser certains des éléments archéologiques authentiques qui doivent rester enfouis sous terre.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Tous les éléments constitutifs du bien sont classés et protégés par la loi sur la protection des biens culturels en tant que sites historiques ou sites historiques spéciaux, et des mesures strictes de protection et de conservation à long terme sont en place. En outre, une zone tampon appropriée a été délimitée autour de chaque élément constitutif, dans laquelle des mesures juridiques et réglementaires sont en vigueur pour contrôler les activités afin d’assurer une protection appropriée du bien.

Un plan de conservation et de gestion global définit les politiques de base pour soutenir la valeur universelle exceptionnelle, l’authenticité et l’intégrité du bien en série dans son ensemble. Le Conseil pour la conservation et l’utilisation des sites préhistoriques Jomon inscrits au patrimoine mondial et d’autres organismes ont été établis sur la base de ce plan. La conservation et la gestion des éléments constitutifs sont favorisées de manière globale sous la supervision du gouvernement national du Japon et en coordination avec d’autres organisations concernées. Les gouvernements locaux et préfectoraux d’Hokkaido, Aomori, Iwate et Akita en charge de chaque élément constitutif ont élaboré des plans de gestion et d’utilisation individuels et ont également intégré la conservation, la gestion et l’utilisation de chacun des éléments constitutifs dans leurs plans administratifs de base. L’état de conservation des éléments constitutifs individuels fait l’objet d’un suivi périodique et systématique sur la base d’indicateurs principaux spécifiques.

La question essentielle qui requiert une attention à long terme est que six des éléments constitutifs comprennent des zones détenues par des propriétaires privés. L’acquisition de la totalité de chaque élément constitutif permettra de mieux assurer la mise en œuvre d’activités de conservation pertinentes et selon un calendrier approprié.