English Français
Aidez maintenant !

Le précipice à bisons Head-Smashed-In

Head-Smashed-In Buffalo Jump

In south-west Alberta, the remains of marked trails and an aboriginal camp, and a tumulus where vast quantities of buffalo (American Bison) skeletons can still be found, are evidence of a custom practised by aboriginal peoples of the North American plains for nearly 6,000 years. Using their excellent knowledge of the topography and of buffalo behaviour, they killed their prey by chasing them over a precipice; the carcasses were later carved up in the camp below.

Le précipice à bisons Head-Smashed-In

Dans le sud-ouest de l'Alberta, les vestiges de pistes balisées, les restes d'un campement autochtone et un tumulus où l'on a trouvé d'énormes quantités de squelettes de bisons illustrent un usage pratiqué pendant près de six millénaires par les peuples autochtones des grandes plaines de l'Amérique du Nord. Ceux-ci, grâce à leur connaissance très précise de la topographie du terrain et du comportement des bisons, pourchassaient les troupeaux vers le précipice et dépeçaient ensuite les carcasses dans un campement en contrebas.

جرف البيسون المغروز الرأس

في جنوب غرب مقاطعة ألبرتا، تشهد آثار المدارج الموسومة وبقايا مخيم سكنته الشعوب الأصلية وإحدى الجثوات التي تحوي كميّات كبيرة من الهياكل العظمية الخاصة بحيوان البيسون على عادة فريدة درجت لمدة ست آلاف سنة تقريباً لدى الشعوب الأصلية المنتشرة في السهول الشاسعة لأميركا الشمالية. وبفضل الإطلاع العميق لهؤلاء الشعوب على تضاريس هذا المكان وعلى سلوك البيسون، كانوا يطاردون قطعان البيسون باتجاه الجرف ثم يقطّعون هياكلها العظمية في المخيم الذي يقع في أسفل الجرف.

source: UNESCO/ERI

美洲野牛涧地带

在艾伯塔省(Alberta)的西南部,发现了标有记号的数条小道、土著人营房和坟地遗址,里面存有大量的野牛(美洲野牛)骨骼,向人们生动地展示了近六千年前的北美平原上土著人的生活习俗。他们利用对地形的熟悉和对野牛习性的了解,将牛群追赶到悬崖边,迫使其跳崖摔死,然后在下面的营房里分割尸体。

source: UNESCO/ERI

Место охоты на бизонов - «Хэд-Смешт-Ин-Баффало-Джамп-Комплекс»

На юго-западе провинции Альберта обнаружены старые маркированные погонные тропы, а также следы лагерей аборигенов и могильники с огромным количеством бизоньих скелетов. Всё это свидетельства традиционных приемов охоты коренных жителей Северной Америки, применяемых ими на протяжении почти 6 тыс. лет. Используя свое хорошее знание местности и поведения бизонов, индейцы подгоняли их к крутому обрыву, с которого те падали и разбивались насмерть. Затем туши разделывались в расположенных внизу лагерях.

source: UNESCO/ERI

Despeñadero de bisontes Head-Smashed-In

En este sitio del sudoeste de la provincia de Alberta, se han hallado vestigios de pistas balizadas, restos de un campamento de nativos y un túmulo con enormes cantidades de osamentas de bisontes. Todos estos elementos ilustran una costumbre practicada durante seis milenios por los pobladores aborígenes de las grandes llanuras de América del Norte. Gracias a su exacto conocimiento de la topografía del terreno y del comportamiento de los bisontes, los nativos acosaban sus manadas hasta un precipicio para despeñarlas. Luego, descuartizaban a los animales en un campamento instalado en la base del despeñadero.

source: UNESCO/ERI

ヘッド-スマッシュト-イン・バッファロー・ジャンプ

source: NFUAJ

Head-smashed-in buffalo jump

Het landschap van de Head-smashed-in buffalo jump (ingeslagen-kop buffelsprong) ligt in het zuidwesten van Alberta. Er bevinden zich de overblijfselen van gemarkeerde paden, een kamp voor de inheemse bevolking en een grafheuvel waar nog steeds enorme hoeveelheden buffel (Amerikaanse Bizon) skeletten liggen. De restanten zijn het bewijs dat inheemse volkeren van de Noordelijke -Amerikaanse vlakten hier bijna 6.000 jaar hebben gewoond. Dankzij uitstekende kennis van het gebied en het gedrag van buffels, kon de inheemse bevolking de buffels doden door ze over een afgrond te jagen. De karkassen werden later opgedeeld in het ondergelegen kamp. Deze jachttechniek werd de buffalo jump (buffelsprong) genoemd.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Le précipice à bisons Head-Smashed-In © Maureen J. Flynn
Valeur exceptionnelle

La valeur du paysage du précipice à bisons Head-Smashed-In réside dans son intérêt scientifique, archéologique et culturel. Les quantités de carcasses de bisons enfouies sous la falaise illustrent un usage pratiqué pendant près de six millénaires par les peuples autochtones des Plaines d’Amérique du Nord. Ce paysage illustre remarquablement les pratiques de chasse de subsistance qui ont perduré jusqu’à la fin du XIXe siècle et font encore partie de la 'base de savoirs traditionnels' des nations des Plaines d’Amérique du Nord. Il donne de précieuses informations sur le mode de vie et les pratiques des cultures de chasse traditionnelles ailleurs dans le monde.

Critère (vi) : Le précipice à bisons Head-Smashed-In est l’un des sites les mieux préservés, les plus étendus et les plus anciens qui illustrent les pratiques de chasse communales et le mode de vie des peuples des Plaines d’Amérique du Nord qui, pendant plus de cinq millénaires, ont subsisté grâce aux énormes troupeaux de bisons qui existaient en Amérique du Nord.

Description longue

Dans le sud-ouest de la province d'Alberta, le précipice à bisons de Head-Smashed-In est l'un des plus importants sites de chasse identifiés à ce jour. À la limite d'un paysage de collines et de grands plateaux traversés par des passes naturelles, c'est une haute falaise de grès orientée vers l'est, qui se prêtait à merveille aux méthodes de chasse primitives.

Pendant des milliers d'années, les habitants des Plaines ont chassé le bison du nord de l'Amérique. Le style de vie des Indiens des Plaines étant dépendant de la chasse aux bisons, ceux-là mirent au point de nombreuses techniques de chasse pour assurer leur subsistance. La plus sophistiquée d'entre elles, pour tuer ces animaux, était celle du précipice à bisons. Head-Smashed est l'un des sites les plus anciens et les mieux préservés de ce type, avec son réseau complexe de sentiers et ses riches stratigraphies archéologiques encore intactes.

Le site a été utilisé pour chasser le bison de 3600 à 2600 av. J.-C., puis sporadiquement vers 900 av. J.-C., enfin, de manière continue, de 200 à 1850 apr. J.-C. Exploré pour la première fois en 1938, il fait l'objet, depuis 1960, de fouilles systématiques qui ont considérablement enrichi notre connaissance des armes et des outils préhistoriques et, surtout, ont remis en question nos idées sur l'utilisation du gibier pour se nourrir, se vêtir et se loger.

Un vaste bassin de drainage, de 40 km2, se trouve à l'est de la colline. C'est un pâturage naturel riche en eau et en fourrages variés, frais pendant tout l'automne, et qui attirait donc naturellement les troupeaux de bisons.

Au début de la chasse, les « coureurs de bisons », des jeunes gens entraînés à connaître les animaux, incitaient le troupeau à les suivre en imitant les gémissements d'un veau perdu. Lorsque les bisons se rapprochaient des sentiers de rabattage (de longues lignes de monticules de pierre créées pour diriger les animaux vers le précipice), les chasseurs les entouraient de toutes parts et les effrayaient en criant et en agitant leurs vêtements. Lorsque les animaux parvenaient au bord de la falaise, les premiers d'entre eux tentaient de s'arrêter, mais la pression exercée par ceux qui les suivaient les précipitait au bas de la falaise.

Sous le site du précipice, d'épais dépôts stratifiés témoignent d'une utilisation remontant à plus de 5 700 ans. Ces dépôts consistent en couches de déchets accumulées, de pierres taillées et d'ossements, auxquelles on donne le nom de lœss. Au cours des milliers d'années de fréquentation du site, le lœss s'est accumulé sur une hauteur de près de 11 m. Les objets découverts sur place comportent des os, des outils en pierre usagés ou cassés et des instruments d'affûtage, des milliers de pointes en pierre, de javelots ou de flèches, ainsi que quelques couteaux et haches en pierre.

Les chasseurs établissaient leur camp, après avoir fini de dépecer les bisons, dans la plaine située juste sous le précipice. Quelques cercles de tipis, avec les pierres utilisées pour les bloquer contre le vent, sont encore visibles au niveau de la prairie. C'est là que la viande était découpée en fines lanières et placée sur des supports pour sécher au soleil. Les os longs des pattes étaient écrasés pour extraire leur moelle ; de nombreux puits de cuisson mis au jour dans cette zone par les archéologues montrent que ces os étaient aussi bouillis pour produire de la graisse, en jetant des cailloux chauffés à blanc dans des puits souterrains alignés, remplis d'eau.

Le précipice à bisons de Head-Smashed-In est associé à la survie de la race humaine au cours de la préhistoire, et témoigne d'une coutume à laquelle les premiers habitants du nord de l'Amérique sont restés fidèles au cours de près de 6 000 ans. Sa taille est bien plus considérable que celle des sites analogues découverts au XIXe siècle en Europe, comme Solutré en France (chasse de chevaux sauvages) ou Vestonice en Tchécoslovaquie (chasse de jeunes mammouths).

Source : UNESCO/CLT/WHC