English Français
Aidez maintenant !

Parc national de Serengeti

Serengeti National Park

The vast plains of the Serengeti comprise 1.5 million ha of savannah. The annual migration to permanent water holes of vast herds of herbivores (wildebeest, gazelles and zebras), followed by their predators, is one of the most impressive natural events in the world.

Parc national de Serengeti

Dans les vastes plaines de Serengeti, sur un million et demi d'hectares de savanes, les migrations annuelles vers les points d'eau permanents d'immenses troupeaux de millions d'herbivores – gnous, gazelles, zèbres – suivis de leurs prédateurs, offrent un spectacle d'un autre âge, l'un des plus impressionnants au monde.

روضة سيرنقيطي الوطنية

يمكن التمتع في سهول سيرنقيطي الشاسعة وعلى امتداد مليون هكتار ونصف من السهب (سافانا) بمنظر من عصر آخر يعتبر من أروع المشاهد في العالم ويتمثل في الهجرة السنوية لقطعان من ملايين الحيوانات الآكلة للأعشاب كظبي النو والغزلان وحمار الزرد، يتبعها مفترسوها الى نقاط مياه لا تنضب.

source: UNESCO/ERI

塞伦盖蒂国家公园

在广袤的塞伦盖蒂平原上有150万公顷的大草原和数量众多的食草动物羚羊、瞪羚和斑马。每年,当它们为寻找水源而迁徙时,总有食肉动物尾随其后,这是世界上最壮观的景象之一。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Серенгети

Безбрежные равнинные саванны этого парка занимают площадь 1,5 млн. га. Круглогодичная непрекращающаяся миграция сопровождаемых хищниками крупных стад копытных (антилопы гну, газели, зебры), которые ищут водопой, считается одним из самых ярких сезонных явлений в дикой природе.

source: UNESCO/ERI

Parque Nacional de Serengeti

En este parque de un millón y medio de hectáreas de vastas llanuras de sabana, las inmensas manadas de millones de herbívoros –ñus, gacelas y cebras– y los predadores que les siguen en sus migraciones anuales en busca de abrevaderos estables, ofrecen uno de los más impresionantes espectáculos del mundo de la naturaleza.

source: UNESCO/ERI

セレンゲティ国立公園

source: NFUAJ

Nationaal park Serengeti

De Serengeti-vlakte beslaat 1,5 miljoen hectare savanne en herbergt de grootste migratie van dieren ter wereld. Zo'n twee miljoen gnoes en honderdduizenden andere hoefdieren (gazellen en zebra’s) doen mee aan een jaarlijkse cirkelvormige trektocht door Kenia en Tanzania op zoek naar grasland en water. De enorme massa herbivoren wordt gevolgd door roofdieren wat een zeer indrukwekkend, natuurlijk spektakel oplevert. De biologische diversiteit van het park is zeer hoog. Er leven ten minste vier bedreigde of uitstervende diersoorten: de zwarte neushoorn, de olifant, wilde honden en cheeta’s.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Dans les vastes plaines du Parc national de Serengeti, sur 1,5 million d’hectares de savane, la migration annuelle de deux millions de gnous, plus des centaines de milliers de gazelles et de zèbres –  suivis de leurs prédateurs – à la recherche de pâturages et d’eau est un des spectacles les plus impressionnants qu’offre la nature dans le monde. La diversité biologique du parc est très grande, avec au moins quatre espèces animales mondialement menacées ou en danger : le rhinocéros noir, l’éléphant, le chien sauvage et le guépard.

 

Critère (vii) : La plaine de Serengeti est le lieu de la plus grande migration animale restant intacte dans le monde, dans laquelle plus d’un million de gnous plus des centaines de milliers d’autres ongulés s’engagent dans un trek circulaire annuel de 1 000 km, à cheval sur les deux pays voisins du Kenya et de Tanzanie. Ce phénomène spectaculaire a pour cadre un paysage exceptionnel de « plaines infinies » : 25 000 km2 d’étendues sans arbres de courtes savanes spectaculairement plates, parsemées de crêtes crénelées (kopjes), et de rivières et de zones boisées. Le Parc présente aussi une des plus grandes et des plus diverses interactions prédateurs-proies du monde entier, ce qui en fait une expérience esthétique particulièrement impressionnante.

 

Critère (x) : Le remarquable gradient spatio-temporel de facteurs abiotiques tels que les précipitations, la température, la topographie et la géologie, les sols et les systèmes de drainage dans le Parc national de Serengeti se manifeste dans de très divers habitats aquatiques et terrestres. La combinaison de sols volcaniques et de l’impact écologique de la migration a pour résultat un des écosystèmes les plus productifs de la Terre, supportant le plus grand nombre d’ongulés et la plus forte concentration de grands prédateurs dans le monde. L’écosystème contient deux millions de gnous, 900 000 gazelles de Thomson et 300 000 zèbres, qui sont les troupeaux dominants. Les autres herbivores sont les suivants : 7 000 élands, 27 000 damalisques, 18 000 bubales, 70 000 buffles, 4 000 girafes, 15 000 phacochères, 3 000 cobs, 2 700 éléphants, 500 hippopotames, 200 rhinocéros noirs, dix espèces d’antilopes et dix espèces de primates. Les grands prédateurs comprennent 4 000 lions, 1 000 léopards, 225 guépards, 3 500 hyènes tachetées et 300 chiens sauvages. Parmi ceux-ci, le rhinocéros noir Diceros bicornis, le léopard Panthera pardus, l’éléphant africain Loxodonta africana et le guépard Acynonix jubatus figurent sur la Liste rouge de l’UICN. Il y a plus de 500 espèces d’oiseaux qui sont en permanence ou saisonnièrement présentes dans le Parc, dont cinq espèces sont endémiques de la Tanzanie. Le Parc a la plus nombreuse population d’autruches de Tanzanie et probablement d’Afrique, ce qui fait que cette population revêt une importance mondiale.

 

Intégrité

Le Parc national de Serengeti est au cœur de l’écosystème de Serengeti, défini par la zone couverte par la migration annuelle. Le bien est contigu à l’Unité de conservation de Ngorongoro, zone de 528 000 ha déclarée site du Patrimoine mondial en 1979. L’écosystème comprend aussi la Réserve de gibier de Maswa (2 200 km2) au sud, les réserves de gibier de Grumeti et d’Ikongo à l’est, la Réserve nationale de Maasai Mara au Kenya (1 672 km2) au nord et la Zone de chasse contrôlée du gibier de Loliondo à l’ouest. Tout l’écosystème est intact et aucun obstacle ne gêne la migration. Le Parc national de Serengeti est suffisamment vaste et intact pour garantir la survie et la vigueur de toutes les espèces qu’il contient s’il est gardé dans son état actuel, mais il n’assure pas en soi la protection de tout l’écosystème. Cependant, toutes les autres composantes de l’écosystème jouissent d’une protection plus ou moins grande. Une menace potentielle est le projet de construction d’une infrastructure de transport à travers le Serengeti. Cela aurait pour effet de couper en deux l’écosystème avec des conséquences probablement négatives pour le Serengeti. Ajouter la Réserve de gibier de Maswa et la Réserve nationale de Maasai Mara à la Liste du Patrimoine mondial, ou leur attribuer le statut de zone tampon renforcerait la sauvegarde des valeurs universelles exceptionnelles de ce bien.

Une autre menace potentielle pesant sur l’intégrité du Parc est la rareté de l’eau de surface pour les animaux durant les années de sécheresse, étant donné qu’une seule rivière (Mara) coule en permanence à travers le Parc. Une extension des limites du Parc jusqu’au lac Victoria offrant aux animaux un couloir leur permettant d’accéder à l’eau en période de sécheresse doit être étudiée à l’avenir.

 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le site est doté de limites bien conçues et partiellement marquées, et depuis 2009 des fonds ont été alloués pour les marquer intégralement. Sa gestion est régie à la fois par des politiques internationales et nationales, et par des obligations juridiques. L’Ordonnance sur les parcs nationaux de 1959 (chap. 412) charge les Parcs nationaux de Tanzanie de gérer le site. De plus, la Loi sur la conservation de la faune et de la flore sauvages de Tanzanie de 1974 et la Loi sur la conservation de la faune et de la flore sauvages de 2009 prévoient respectivement la protection des ressources du site et celle des ressources des zones adjacentes. Un Plan général de gestion (2006-2016) a été formulé pour guider la gestion quotidienne du site de manière durable et est actuellement mis en œuvre. Le Plan donne des orientations sur les modalités d’exécution des diverses activités sous quatre thèmes principaux : gestion de l’écosystème, services de communication extérieure, gestion du tourisme et fonctionnement du Parc. Le site bénéficie d’un niveau raisonnable de ressources humaines et financières pour assurer une gestion efficace, mais à mesure que les activités se développent, le manque de ressources suffisantes reste un problème potentiel pour l’avenir. Les principaux soucis de la gestion concernent le braconnage, la pression touristique, les incendies et le manque de capacités adéquates de suivi des ressources. Un autre problème de gestion important  est l’eau : en dépit de nombreuses sources d’eau durant la saison des pluies, il n’y a qu’une seule rivière permanente (Mara) qui est transnationale, et cette rivière est actuellement confrontée à de multiples menaces transfrontalières d’origine humaine.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The area of savannah and open woodland comprises some 1.5 million hectares and contains the largest herds of grazing animals in the world and the carnivores that prey on them, providing a wildlife spectacle that is second to none. The great migrating herds are continuously moving through the entire ecosystem, but the sight is most impressive in May and June, when the animals travel en masse from the central plains to the permanent water holes on the western side of the park. The Serengeti ecosystem contains much more than these dominant species.

The annual migration is dominated by wildebeest in enormous numbers - some 190,000 in the 1950s, 1.69 million in 1989, but 1.27 million in 1991; also by Burchell's zebra (some 200,000), Thomson's gazelle, with some eland and topi, each harvesting the grass most suited to it. The herds are followed by prides of lion numbering up to 3,000 individuals, spotted hyena, striped hyena, golden jackal, side-striped jackal and black-backed jackal. The last packs of the endangered wild dog disappeared in 1991. A rabies epidemic killed three of the packs, but there is no agreement on the full cause of the disappearance.

There are large herds of antelope of many species. On the grasslands are eland, lesser kudu, roan antelope, oribi, Grant's gazelle, hartebeest, steenbock, topi and oryx, also buffalo. In the woodlands are grimmia, impala and Kirk's dikdik. In the swamps are reedbuck and waterbuck. Among the kopjes are klipspringer, as well as giraffe and olive baboon; and on the mountains, mountain reedbuck.

Other characteristic larger mammals are leopard, cheetah (classed as vulnerable), caracal, African elephant (endangered: estimated number 1,357 in 1994), black rhinoceros (critically endangered: there are very few left), hippopotamus and giraffe. Smaller mammals include numerous species of bat, bushbaby, vervet monkey, patas monkey, black and white colobus monkey and olive baboon, aardvark, ground pangolin, cape hare, porcupine, three species of hyrax and many other rodents, bat-eared fox, two species of otter, ratel, zorilla, common genet, large spotted genet, African civet, seven species of mongoose, aardwolf, serval, golden cat, African wildcat and bushpig. Reptiles include Nile crocodile, Nile monitor lizard, African rock python, blacknecked spitting cobra and puff adder.

Over 500 bird species include 34 raptors, 6 vultures and aggregations of over 20,000 waterbirds. There are ostrich, marabou stork, lesser flamingo, African fish eagle, tawny eagle, lesser falcon (vulnerable), secretary bird, helmeted guineafowl, crowned crane, kori bustard, black-winged pratincole, black-winged plover, Caspian plover, white-winged black tern, Fischer's lovebird, purpuratus, southern ground hornbill, greycrested helmet shrike, Karamoja apalis (vulnerable), redthroated tit and several birds of restricted distribution such as rufous-tailed weaver.

Serengeti is contiguous with Ngorongoro Conservation Unit, an area of 528,000 ha declared a World Heritage site in 1979. But even the combined Serengeti-Ngorongoro ecosystem of some 2 million hectares does not include the entire ecosystem. It is felt that the Serengeti National Park is sufficiently large to ensure the survival of all the species contained therein if it is maintained as at present, but that it does not by itself ensure the protection of the entire migratory ecosystem.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique
[Uniquement en anglais]

Protected area since 1940. In 1929, 228,600ha of central Serengeti was declared a game reserve. National park status in 1951 with extensive boundary modifications in 1959. Included with the adjoining Maswa Game Reserve as part of Serengeti-Ngorongoro Biosphere Reserve in 1981. Accepted as part of a World Heritage Site in 1981.

Source : évaluation des Organisations consultatives