English Français

Ouvrages de défense vénitiens du XVIe au XVIIe siècle : Stato da Terra - Stato da Mar occidental

Venetian Works of Defence between the 16th and 17th Centuries: Stato da Terra – Western Stato da Mar

This property consists of 6 components of defence works in Italy, Croatia and Montenegro, spanning more than 1,000 km between the Lombard region of Italy and the eastern Adriatic Coast. The fortifications throughout the Stato da Terra protected the Republic of Venice from other European powers to the northwest and those of the Stato da Mar protected the sea routes and ports in the Adriatic Sea to the Levant. They were necessary to support the expansion and authority of the Serenissima. The introduction of gunpowder led to significant shifts in military techniques and architecture that are reflected in the design of so-called alla moderna / bastioned, fortifications, which were to spread throughout Europe.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Ouvrages de défense vénitiens du XVIe au XVIIe siècle : Stato da Terra - Stato da Mar occidental

Ce bien consiste en 6 éléments d’ouvrage de défense situés en Italie, en Croatie et au Monténégro, qui se répartissent sur plus de 1 000 km entre la région lombarde, en Italie, et la côte orientale de l’Adriatique. Les fortifications du Stato da Terra protégeaient la République de Venise, au nord-ouest, des autres puissances européennes, et celles du Stato da Mar, les routes maritimes et les ports de la mer Adriatique vers le Levant. Elles furent nécessaires pour soutenir l’expansion et le pouvoir de la Sérénissime. L’introduction de la poudre à canon entraîna d’importants changements dans les techniques et l’architecture militaires qui se reflètent dans la conception des fortifications alla moderna (ou bastionnées) qui allaient se répandre dans toute l’Europe.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Fortificaciones venecianas de defensa de los siglos XVI al XVII: Stato da Terra – Stato da Mar Occidental
Este sitio consta de 6 fortificaciones castrenses situadas en Croacia, Italia y Montenegro que se extienden a lo largo de más de 1.000 kilómetros, desde la Lombardía italiana hasta la costa oriental del Mar Adriático. Las fortificaciones terrestres del “Stato da Terra” defendían el flanco noroeste de la Serenísima República de Venecia, mientras que las navales del “Stato da Mar” protegían sus puertos y las rutas marítimas que iban del Adriático hasta Bizancio y el Cercano Oriente para apoyar el poderío y la expansión de la Serenísima. Con el uso innovador de la artillería en el arte de la guerra la concepción de la arquitectura y las técnicas castrenses se modificó profundamente, dando lugar a la construcción de fortificaciones “alla moderna” (esto es, con baluartes) que más tarde se extenderían por toda

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Venetiaanse verdedigingswerken tussen de 15e en 17e eeuw: Stato da Terra – westelijk Stato da Mar

Deze Werelderfgoedsite bevat vijftien componenten in Italië, Kroatië en Montenegro en overspant meer dan duizend kilometer tussen de Lombardische regio in Italië en de oostelijke Adriatische kust. De verdedigingswerken door heel het gebied van de Stato da Terra beschermde de republiek Venetië tegen Europese machten in het noordwesten. De werken in de Stato da Mar beschermde de zeeroutes en havens van de Adriatische zee tot de Levant. De verdedigingswerken waren noodzakelijk om de gebiedsuitbreiding en authoriteit van de Serenissima (Venetianen) te ondersteunen. De introductie van het buskruit leidde tot belangrijke veranderingen in militaire technieken en architectuur. Het ontwerp van de zogenoemde alla modernal bastions, verspreidde zich door heel Europa.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Espagnol
  • Néerlandais
Venetian Works of Defence between 15th and 17th Centuries © Municipality of Palmanova
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les ouvrages de défense vénitiens du XVIe au XVIIe siècle : Stato da TerraStato da Mar occidental se composent de six éléments constitutifs situés en Italie, en Croatie et au Monténégro et se répartissant sur plus de 1 000 km entre la région lombarde en Italie et la côte orientale de l’Adriatique. Ils représentent dans leur ensemble les ouvrages défensifs de la Sérénissime du XVIe au XVIIe siècle, la période la plus importante de la longue histoire de la République vénitienne ; et illustrent les conceptions, adaptations et opérations de défense alla moderna qui allaient apparaître dans toute l’Europe.

L’introduction de la poudre à canon entraîna d’importants changements dans les techniques et l’architecture militaires, qui se reflètent dans la conception des fortifications – dénommées alla moderna. L’organisation et les défenses du Stato da Terra (protégeant la république vis‑à‑vis d’autres puissances européennes au nord-ouest) et du Stato da Mar (protégeant les routes maritimes et les ports de la mer Adriatique vers le Levant) furent nécessaires pour soutenir l’expansion et le pouvoir de la république de Venise.

Le vaste territoire de la Sérénissime fut incontestablement le champ quasi exclusif de la genèse du système alla moderna ou bastionné pendant la Renaissance ; et les vastes réseaux défensifs innovants créés par la république de Venise sont d’une importance historique, architecturale et technologique exceptionnelle. Les attributs de la valeur universelle exceptionnelle sont des ouvrages en terre et structures de fortification et de défense de la République vénitienne aux XVIe et XVIIe siècles. Les environnements paysagers leur apportent une forte contribution, et renforcent les qualités visuelles des six éléments constitutifs ; de même que les structures urbaines et défensives de périodes antérieures (médiévales) ou plus récentes de l’histoire (comme les modifications et ajouts des périodes napoléonienne et ottomane) qui permettent aux éléments de la série d’être fidèlement représentés et à la cohérence tactique de chaque site militaire d’être reconnue dans sa configuration finale.

Critère (iii) : Les ouvrages de défense vénitiens fournissent un témoignage exceptionnel sur la culture militaire alla moderna qui évolua au sein de la république de Venise aux XVIe et XVIIe siècles, impliquant de vastes territoires et interactions. Dans leur ensemble, les éléments témoignent d’un réseau ou système défensif pour le Stato da Terra et le Stato da Mar occidental, centré dans la mer Adriatique ou Golfo di Venizia, qui possédait des dimensions civiles, militaires et urbaines s’étendant au-delà, traversant la région méditerranéenne jusqu’au Levant.

Critère (iv) : Les ouvrages de défense vénitiens présentent les caractéristiques du système fortifié alla moderna (système bastionné) construit par la république de Venise pour s’adapter à des changements qui furent introduits à la suite de l’utilisation accrue d’armes à feu. Dans leur ensemble, les six éléments constitutifs illustrent d’une manière exceptionnelle les caractéristiques du système alla moderna, parmi lesquelles ses capacités techniques et logistiques, ses stratégies de combat modernes et ses nouvelles exigences architecturales à l’intérieur du Stato da Terra et des parties occidentales du Stato da Mar.

Intégrité

Les six éléments constitutifs des ouvrages de défense vénitiens au sein du Stato da Terra et des parties occidentales du Stato da Mar représentent dans leur ensemble les attributs nécessaires de la valeur universelle exceptionnelle de ce patrimoine transnational, dont leur diversité typologique, intégrité visuelle et état de conservation. Ce bien en série laisse ouverte l’éventualité d’une future proposition d’inscription d’exemples qui sont susceptibles de représenter, d’une manière exceptionnelle et complémentaire, les applications des technologies alla moderna dans toute l’étendue de la République vénitienne en cette période de l’histoire dans le Stato da Mar du Levant ou oriental. L’état de conservation des éléments constitutifs individuels est bon d’une manière générale, bien que leur intégrité soit variable, et dans certains cas vulnérable en raison d’aménagements et de contraintes dues au tourisme, passés et actuels. Bien que des extensions complémentaires puissent être réalisées pour les zones tampons (en particulier pour les éléments de Zadar et Kotor), les délimitations des six éléments constitutifs sont appropriées.

Authenticité

Les ouvrages de défense vénitiens au sein du Stato da Terra et des parties occidentales du Stato da Mar et le phénomène de l’architecture militaire alla moderna ont été étudiés de manière approfondie, avec le soutien d’abondantes pièces d’archives, de documents, de dessins d’architecture, de cartes et de maquettes. Compte tenu de leurs objectifs et de leurs emplacements, de nombreux changements sont intervenus sur les éléments constitutifs sélectionnés, notamment des dommages aux différentes époques de conflits des périodes napoléonienne, autrichienne et ottomane et du XXe siècle.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

La protection légale des éléments constitutifs des ouvrages de défense vénitiens au sein du Stato da Terra et des parties occidentales du Stato da Mar a été établie aux niveaux national et régional/local dans chacun des trois États parties. Les cadres prévus pour la protection juridique comprennent des lois sur la protection du patrimoine culturel et de l’environnement. En Italie, les trois éléments constitutifs sont protégés par le « Code du patrimoine culturel et paysager » (2004) qui fixe le cadre réglementaire national pour les travaux de conservation, y compris la protection d’éléments paysagers importants ; et chaque élément est également protégé par des plans territoriaux régionaux et municipaux et par des mesures de protection locales qui réglementent les transformations urbaines. En Croatie, les deux éléments constitutifs sont protégés par la « loi sur la protection et la préservation des biens culturels », et l’inscription au registre des biens culturels ; de même que par des mesures de protection locales qui réglementent les transformations urbaines. Au Monténégro, l’élément constitutif sélectionné est protégé par la « loi sur la protection des biens culturels » et des ordonnances subordonnées ; et la « loi sur l’aménagement du territoire et la construction » et des mesures de protection locales qui réglementent les transformations urbaines.

La gestion du bien transnational en série est organisée à des niveaux de responsabilité et d’activité transnational, national, régional et local. Un protocole d’accord transnational, qui a été signé en décembre 2015, prévoit une coordination entre les trois États parties et établit l’équipe de coordination internationale responsable de la coordination, de la mise en œuvre et de l’actualisation régulière du plan de gestion transnational. Des objectifs de gestion du patrimoine communs, un cadre pour des études d’impact sur l’environnement et un résumé des projets en cours sont fournis par le plan de gestion transnational. La préparation aux risques est fournie par les États parties pour les risques de catastrophes naturelles pertinents, parmi lesquels les tremblements de terre, les incendies de forêts et l’élévation du niveau de la mer. En raison des pressions complexes et des niveaux de tourisme élevés pour certains des éléments constitutifs de ce bien en série, des plans de conservation et de gestion au niveau de chacun des sites sont nécessaires, y compris des plans de gestion des visiteurs et des études de la capacité d’accueil touristique.

L’équipe de coordination internationale est soutenue par des groupes de coordination nationale dans chaque pays, composés des autorités nationales, régionales et locales concernées. Les ressources financières et les sources d’expertise et de formation pour la conservation des éléments constitutifs de ce bien en série ont été définies. Un système global de suivi a été établi, mais pourrait être élargi grâce au travail de l’équipe de coordination internationale, en particulier par rapport aux contraintes dues aux visiteurs.