English Français

Taputapuātea

Taputapuātea
Taputapuātea on Ra’iātea Island is at the centre of the ‘Polynesian Triangle’, a vast portion of the Pacific Ocean, dotted with islands, and the last part of the globe to be settled by humans. The property includes two forested valleys, a portion of lagoon and coral reef and a strip of open ocean. At the heart of the property is the Taputapuātea marae complex, a political, ceremonial and funerary centre. It is characterized by several marae, with different functions. Widespread in Polynesia, the marae were places where the world of the living intersected the world of the ancestors and the gods. Taputapuātea is an exceptional testimony to 1,000 years of mā'ohi civilization.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Taputapuātea

Taputapuātea, sur l’île de Ra’iātea, se trouve au cœur du « Triangle polynésien », une vaste portion de l’océan Pacifique parsemée d’îles, dernière partie du globe à avoir été peuplée. Le bien comprend deux vallées boisées, une partie de lagon et de récif corallien, et une bande de pleine mer. Au cœur de ce bien se trouve le marae Taputapuātea, un centre politique, cérémoniel et funéraire. Il se caractérise par plusieurs marae aux fonctions bien distinctes. Répandus en Polynésie, les marae étaient des espaces de liaison entre le monde des vivants et celui des ancêtres et des dieux. Taputapuātea apporte un témoignage exceptionnel de 1 000 ans de civilisation mā'ohi.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Taputapuātea
Situado en la isla de Raiatea, el sitio de Taputapuātea se halla en el centro del “Triángulo Polinesio”, la vasta extensión de pequeños archipiélagos del Océano Pacífico que ha sido la última parte del mundo poblada por sociedades humanas. El territorio del sitio comprende dos valles boscosos, una porción de la laguna y del arrecife coralino de la isla, y una zona de mar abierto. En medio de este paisaje típicamente polinesio se halla la “marae” Taputapuātea, un recinto formado por un patio pavimentado con una gran piedra erguida en su centro, que estaba destinado a la celebración de actos políticos, ceremonias religiosas y ritos funerarios. Muy extendidas por toda la Polinesia, las “marae” indicaban el punto de intersección entre el mundo de los vivos y el de los antepasados muertos. Taputapuātea constituye un testimonio excepcional de la civilización mā'ohi, cuya antigüedad se remota a unos mil años atrás.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Taputapuātea

Taputapuātea op het eiland Ra’iatea ligt in het centrum van de ‘Polynesische Driehoek’, een groot gebied in de Stille Oceaan, bezaaid met eilanden, en het laatste deel van de aarde waar mensen zich vestigden. De site omvat twee beboste valleien, een deel van een lagune, een koraalrif en een stuk open oceaaan. In het hart van de site ligt het Taputapuātea marae complex, een politiek, ceremonieel en funerair centrum. Het is een geplaveide binnenplaats met een grote staande steen in het midden. De marae zijn wijdverspreid in Polynesië; het zijn plaatsen waar de wereld van de levenden die van de voorouders kruist. Taputapuātea is een exceptionele getuige van de duizend jaar oude beschaving van de mā'ohi.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Espagnol
  • Néerlandais
Taputapuatea: Vue de Taputapuātea depuis la passe Te Ava Mo'a © SCP
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Taputapuātea est un paysage culturel, terrestre et marin, sur l’île de Raiatea. Raiatea est au centre du « Triangle polynésien », une vaste portion de l’océan Pacifique parsemée d’îles, la dernière partie du globe à avoir été peuplée par les sociétés humaines. Au cœur du bien se trouve l’ensemble du marae Taputapuātea, un centre politique, cérémoniel, funéraire et religieux. Cet ensemble est positionné entre terre et mer, à l’extrémité d’une péninsule qui s’avance dans le lagon entourant l’île. Les marae sont des espaces sacrés, cérémoniels et sociaux, que l’on rencontre partout en Polynésie. Dans les îles de la Société, les marae ont pris la forme de cours pavées quadrilatérales, avec une plateforme rectangulaire à une extrémité, appelée un ahu. Ils exercent simultanément de nombreuses fonctions.

Au centre de l'ensemble du marae Taputapuātea se trouve le marae Taputapuātea lui-même, qui est dédié au dieu ‘Oro et est l’endroit où le monde des vivants (Te Ao) croise le monde des ancêtres et des dieux (Te Pō). Il exprime également le pouvoir et les relations politiques. L’importance croissante de Taputapuātea parmi les marae de Raiatea et dans la région plus large est liée à la dynastie des ari’i (chefs) Tamatoa et à l’expansion de leur pouvoir. Taputapuātea était le centre d’une alliance politique qui réunissait deux régions étendues, englobant la majeure partie de la Polynésie. L’alliance fut maintenue grâce aux rassemblements réguliers de chefs, de guerriers et de prêtres qui venaient d’autres îles pour se réunir à Taputapuātea. La construction de pirogues à balancier et la navigation sur l’océan furent des compétences essentielles pour entretenir ce réseau.

Un paysage traditionnel borde les deux côtés de l’ensemble du marae Taputapuātea, celui-ci étant tourné vers Te Ava Mo'a, une passe sacrée dans le récif qui borne le lagon. Le motu Atāra est un îlot du récif, qui offre un habitat aux oiseaux marins. Les embarcations arrivant de haute mer attendaient ici avant d’être conduites dans la passe sacrée, puis officiellement accueillies à Taputapuātea. Côté terre, ’Ōpoa et Hotopu’u sont des vallées boisées cernées par des crêtes et la montagne sacrée Tea’etapu. Les parties hautes des vallées comptent des marae plus anciens, comme le marae Vaeāra’i et le marae Taumariari, des terrasses agricoles, des vestiges archéologiques d’habitations et des caractéristiques portant des noms associés à des dieux et des ancêtres. La végétation des vallées est constituée d’un mélange d’espèces, certaines étant endémiques de Raiatea, d’autres étant présentes dans d’autres îles polynésiennes, et d’autres encore étant des espèces alimentaires apportées par d’anciens Polynésiens pour y être cultivées. Les attributs du bien forment dans leur ensemble un paysage culturel relique, terrestre et marin, associatif et exceptionnel.

Critère (iii) : Taputapuātea illustre de manière exceptionnelle 1 000 ans de civilisation mā’ohi. Cette histoire est représentée par l’ensemble du marae Taputapuātea en bordure de mer et la diversité des sites archéologiques dans les hautes vallées. Cet ensemble reflète l’organisation sociale avec des paysans vivant dans les hautes terres et des guerriers, des prêtres et des rois établis près de la mer. Il témoigne également de la compétence de ce peuple en matière de navigation sur des pirogues à balancier, franchissant de longues distances sur l’océan, grâce à l’observation de phénomènes naturels, et transformant les îles nouvellement occupées en des lieux qui couvraient les besoins de leur population.

Critère (iv) : Taputapuātea offre des exemples éminents de marae : des temples avec des fonctions cultuelles et sociales, construits par le peuple mā’ohi du XIVe au XVIIIe siècle. Les marae étaient les points d’intersection entre le monde des vivants et celui des ancêtres. Leur forme monumentale reflète la concurrence entre les chefs ari’i pour obtenir prestige et pouvoir. Le marae Taputapuātea est lui-même une expression concrète de l’alliance capitale formée par sa hiérarchie de chefs et le culte qui lui était associé, des pierres de ce marae étant transportées sur d’autres îles pour y fonder d’autres marae du même nom.

Critère (vi) : En tant que foyer ancestral de la culture polynésienne, Taputapuātea revêt une importance exceptionnelle pour les peuples de la Polynésie tout entière, par la manière dont il symbolise leurs origines, les relie à leurs ancêtres et en tant qu’expression de leur spiritualité. Ces idées et connaissances vivantes sont inscrites dans les paysages terrestres et marins de Raiatea et, en particulier, dans les marae pour les rôles centraux qu’ils jouèrent autrefois.

Intégrité

Le bien est un paysage culturel relique et associatif dont les attributs sont matériels (sites archéologiques, lieux associés à une tradition orale, marae) et immatériels (récits des origines, cérémonies et savoir traditionnel). Il est un exemple exceptionnel de la juxtaposition et de la continuité de valeurs anciennes (traditionnelles) et modernes (contemporaines) du peuple mā’ohi et de sa relation avec le paysage naturel. Le bien comprend tous les éléments nécessaires pour exprimer la valeur universelle exceptionnelle. La zone tampon est appropriée et ne contient aucun élément qui devrait être situé dans le bien.

Authenticité

Des informations crédibles et objectives confirment l’authenticité des principaux attributs physiques du bien. Les sources immatérielles et les traditions orales du peuple mā’ohi sont variées et se renforcent également mutuellement. Il existe une convergence entre les connaissances orales et les sources documentaires basées sur des témoignages laissés par les premiers explorateurs et missionnaires. En somme, ces facteurs démontrent que les informations sont authentiques. Les efforts entrepris ces dernières années par la communauté pour recueillir des connaissances relatives au bien et transmettre le savoir traditionnel ont renforcé l’authenticité du paysage culturel. Certains marae de l’ensemble du marae de Taputapuātea ont été restaurés, mais le plan de cet ensemble et la plupart des matériaux eux‑mêmes sont d’origine.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

L’ensemble du marae Taputapuātea est protégé depuis 1952 en vertu de la loi de la Polynésie française et a été récemment classé comme monument historique. Un système de protection et de planification, appelé une Zone de site protégé, qui est en train d’être mis en place devrait couvrir l’ensemble du bien et de la zone tampon. Un comité directeur oriente la gestion du bien depuis 2012. Ce comité s’emploie à créer une structure de gestion permanente pour le bien et un plan de gestion a été adopté en 2015. Le plan préservera les sites de mémoire qui témoignent de l’ancienne civilisation mā’ohi, protégera les marae, maintiendra les environnements terrestres et marins du paysage culturel et du paysage maritime et préservera et transmettra des connaissances et compétences traditionnelles. Un secrétariat composé de trois personnes gérera le bien, de concert avec un bureau doté de personnel et le comité directeur.