English Français

Bursa et Cumalıkızık : la naissance de l’Empire ottoman

Bursa and Cumalıkızık: the Birth of the Ottoman Empire

This property is a serial nomination of eight component sites in the City of Bursa and the nearby village of Cumalıkızık, in the southern Marmara region. The site illustrates the creation of an urban and rural system establishing the Ottoman Empire in the early 14th century. The property embodies the key functions of the social and economic organization of the new capital which evolved around a civic centre. These include commercial districts of khans, kulliyes (religious institutions) integrating mosques, religious schools, public baths and a kitchen for the poor, as well as the tomb of Orhan Ghazi, founder of the Ottoman dynasty. One component outside the historic centre of Bursa is the village of Cumalıkızık, the only rural village of this system to show the provision of hinterland support for the capital.

Bursa et Cumalıkızık : la naissance de l’Empire ottoman

Ce site est une inscription en série de huit sites se trouvant dans la ville de Bursa (ou Brousse), dans le sud de la région de Marmara. Le site illustre la création d’un système urbain rural fondateur de l’Empire ottoman au début du XIVe siècle. Le bien illustre les fonctions principales de l’organisation sociale et économique de la nouvelle capitale qui se développa autour d’un nouveau centre civique. Ces éléments comprennent des quartiers commerciaux de khans, des kulliyes (institutions religieuses) qui englobent des mosquées, des écoles religieuses, des bains publics et une cuisine pour les pauvres ainsi que le tombeau d’Orhan Gazi, le fondateur de la dynastie ottomane. Un élément situé en dehors du centre historique de Bursa, le village de Cumalıkızık, le seul village rural de ce système, est destiné à montrer le soutien apporté par l’arrière-pays à la capitale.

ブルサとジュマルクズック:オスマン帝国発祥の地
トルコ北西のウルダー山麓にある古都ブルサには、14世紀初め、オスマン帝国のスルタンがビザンティン時代の城郭を初期オスマン建築の伝統的手法で造り替えた建物が並ぶ。イスラム社会特有の慈善寄付制度(ワクフ)を最も効果的に活用した例として、モスクやマドラサ、ハマム、公営の台所、墓などからなるキュッリーイェと呼ばれる複合施設がある。貧富の差にかかわらず人々が使用で来るようにした。5人のスルタンそれぞれが開設しているが、ブルサから約10km離れたジュマルクズックは当時の面影を最もよくとどめるワクフ集落である。

source: NFUAJ

Bursa en Cumalıkızık: de geboorte van het Ottomaanse Rijk

Dit werelderfgoed bestaat uit acht plaatsen in de stad Bursa en het nabijgelegen dorp Cumalıkızık, in het zuiden van de Marmara regio. De plaatsen illustreren het ontstaan van een stedelijk en landelijk systeem dat begin 14e eeuw leidde tot het ontstaan van het Ottomaanse Rijk. Het gebied toont de belangrijkste sociale en economische functies van Bursa, de nieuwe hoofdstad die ontstond rondom een nieuw stedelijk centrum. Hier bevonden zich commerciële wijken, külliyes (religieuze instellingen) die moskeeën, religieuze scholen, publieke baden en een keuken voor de armen met elkaar verbond en het graf van Orhan Ghazi – de grondlegger van de Ottomaanse dynastie. Het dorp Cumalıkızık ligt buiten het historisch centrum van Bursa en is het enige landelijke dorpje binnen het stedelijk-landelijk systeem. Het laat zien dat het achterland diende als voorziening voor de hoofdstad.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Japonais
  • Néerlandais
Bursa et Cumalıkızık : la naissance de l’Empire ottoman © Ministry of Culture and Tourism
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Situés sur les pentes du mont Ulu Dağ dans le nord-ouest de la Turquie, Bursa et Cumalikizik illustrent la création d’un système urbain et rural, fondateur de la première capitale de l’Empire ottoman et siège des sultans au début du XIVe siècle. Dans ce processus de création, Bursa a été la première ville définie par des kulliyes, dans le contexte d’un système de waqf (œuvres de bienfaisance d’utilité publique), déterminant l’expansion de la ville et ses traditions architecturales et stylistiques.

Le développement singulier de la ville est apparu à partir de cinq points focaux, essentiellement sur des collines, où cinq sultans (Orhan Ghazi, Murad I, Yildirim Bayezid, Çelebi Mehmed et Murad II) ont fondé des kulliyes composés de mosquées, madrasas (écoles), hammams (bains publics), imarets (cuisines publiques) et tombeaux. Ces kulliyes, faisant figure de centres avec des fonctions sociales, culturelles, religieuses et éducatives, ont déterminé les limites de la ville. Des maisons ont été construites près des kulliyes, devenant de véritables ensembles autour de ces kulliyes au fil du temps. Les kulliyes étaient également liés aux zones rurales par le biais du waqf. Par exemple, en tant que village waqf, signifiant qu’il appartenait en permanence à une institution (un kulliye), Cumalikizik se devait d’apporter un revenu au kulliye d’Orhan Ghazi, comme l’indiquent les documents historiques.

Les relations des cinq kulliyes de sultans, dont l’un constitue le cœur du foyer commercial de la ville, et Cumalikizik qui est le village waqf le mieux conservé de Bursa, représentent une méthodologie de planification urbaine unique. Une méthodologie mise en place lors de la fondation de la première capitale ottomane au début du XIVe siècle et qui s’est déployée jusqu’au milieu du XVe siècle.

Critère (i) : Bursa a été créée et gérée par les premiers sultans ottomans grâce à un système novateur et ingénieux, qui a fait naître un processus de planification urbaine inédit. En faisant appel aux confréries semi-religieuses appelées ‘Ahi’ pour s’occuper de la vie commerciale, et en exploitant au mieux le système de charité publique du waqf (associant kulliyes et villages), ils ont fondé des kulliyes, des noyaux procurant tous les services publics d’infrastructure avant la création des ensembles. Ces centres ont permis la création rapide d’une nouvelle capitale durable et animée, d’un des empires ayant connu une des croissances les plus rapides au monde.

Critère (ii) : Bursa, en tant que première capitale de l’Empire ottoman, a été d’une importance clé comme référence pour le développement de villes ottomanes postérieures. Cette nouvelle approche de l’aménagement urbain, introduite par les premiers sultans ottomans, reposant sur la construction de complexes d’infrastructures publiques en dehors du cœur de ville existant et de son enceinte, permettait de créer une nouvelle ville pour la population non urbaine. Le modèle de ville ottomane auquel il sera fait référence tout au long de l’expansion de l’Empire ottoman. La nouvelle capitale, avec ses fonctions sociales, religieuses et commerciales, reflète les valeurs de la société et celles qu’elle a acceptées de ses voisins, au cours des longues années de migration de l’Asie centrale vers l’Occident. Son architecture et ses styles rendent également compte de l’intégration d’influences byzantine, seldjoukide, arabe, perse et autres.

Critère (iv) : Bursa et Cumalikizik illustrent la première capitale des sultans ottomans, souverains d’un Empire qui s’est étendu, des dizaines d’années durant, de l’Anatolie au Yémen, en incluant des petits bouts d’Europe et d’Afrique du Nord. C’est là qu’a été élaboré un plan architectural unique appelé « style Bursa » ou « plan en T inversé ». Dans un premier temps, les mosquées au plan en T inversé comptaient des chambres d’hôtes et assumaient les fonctions de cuisine publique ou madrasa, des bâtiments qui seront dans un deuxième temps construits au sein des ensembles, en tant qu’édifices à part entière.

Les kulliyes, voulus comme des unités sociales pour répondre aux exigences de la société et faciliter la vie, ont façonné la ville en prenant la structure multifonctionnelle de ce plan type pour exemple. En d’autres termes, le plan en T inversé multifonctionnel est un mode de construction exceptionnel qui illustre de manière unique le système de planification urbaine à Bursa. Ces kulliyes, avec leurs constructions individuelles, constituent le noyau urbain de ce système et façonnent de manière caractéristique le paysage urbain de Bursa. Si les composantes architecturales individuelles de Bursa peuvent être considérées comme de remarquables exemples de ce type d’architecture, ce critère est obtenu à travers les ensembles, créés par ces éléments (khans, bedesten, mosquées, madrasas, tombeaux, bains publics et maisons).

Critère (vi) : Bursa est directement associée à d’importants événements historiques, mythes, idées et traditions du début de la période ottomane. L’image mystique de la ville, créée par la présence des tombeaux des premiers sultans ottomans et les célèbres Hacivat et Karagöz, deux ouvriers qui auraient participé à la construction du kulliye d’Orhan Ghazi, garde des liens étroits avec les débuts de la vie ottomane. De nombreux sultans et courtisans, puis les chefs du monde musulman, ont reconnu l’importance de Bursa comme capitale spirituelle de l’Empire ottoman, même après la conquête d’Istanbul, et prouvé leur loyauté envers leurs ancêtres et la ville en choisissant Bursa comme lieu de sépulture.

Intégrité

Les composantes en série ont été choisies pour représenter tous les éléments de la ville et d’un village, comme système de planification et de développement. Elles ont été choisies à partir des structures clés qui ont créé le système urbain, permettant l’expansion, en très peu de temps, d’une ville capitale nouvellement fondée et édifiée. Les seuls éléments manquants du système original dans son ensemble sont certains des villages, qui faisaient initialement partie du système et dont Cumalikizik est l’exemple le mieux conservé.

Si le système de planification urbaine est représenté à travers les kulliyes ainsi que le quartier commerçant qui s’est développé autour de l’un de kulliyes, les ensembles résidentiels qui entourent les kulliyes ont contribué au processus d’expansion urbaine. Leur protection dans le cadre de la gestion générale est essentielle à l’intégrité urbaine, en termes aussi bien visuels que spatiaux. Il semble possible que des composantes additionnelles, notamment réseaux routiers, portes ou quartiers résidentiels, puissent contribuer à la représentation d’un processus intégral d’expansion urbaine à l’avenir.

Concernant le caractère intact, les kulliyes ont partiellement souffert de destructions lors du séisme de 1855 et ont subi en conséquence des réparations. Certaines des cuisines publiques intégrées dans les kulliyes ont été perdues au fil du temps. Néanmoins, les kulliyes continuent de nos jours de servir de points focaux et espaces publics des divers quartiers résidentiels. Les constructions dans les zones des khans, qui se sont développées autour de l’Emir Khan (partie du kulliye d’Orhan Ghazi), dans l’axe commercial historique, conservent encore aujourd’hui leurs fonctions originales. Toutefois, Pirinç Han et Kapan Han ont partiellement été endommagés après l’ouverture de nouvelles rues lors de travaux de construction au XIXe siècle. Qui plus est, le village de Cumalikizik, avec ses exemples uniques d’architecture civile, a gardé son caractère rural. Le cadre de ce village contribue à la compréhension de la fonction de village et de production agricole servant à assurer la subsistance du kulliye.

Authenticité

Bursa et Cumalikizik, développés comme un tout intégré par les cinq premiers sultans ottomans, illustrent la naissance de l’Empire ottoman aux XIVe et début du XVe siècles. Tout en conservant une certaine quantité du tissu original des XIVe et XVe siècles, certains des kulliyes dans les éléments en série comportent des ajouts du XIXe siècle et des reconstructions partielles. D’autres structures, comme certaines des unités commerciales, ont connu destruction et reconstruction à la suite d’un incendie. Pourtant, la zone des khans a conservé la culture des marchands de l’ère ottomane à nos jours, avec ses rituels traditionnels comme la première vente du jour, le marchandage, les relations maître-apprenti et les rapports de bon voisinage entre marchands. Les plans des cours des khans ont conservé leur authenticité de forme et de conception et ont été efficaces pour défendre leurs fonctions commerciales jusqu’à présent.

Dans les kulliyes, des modifications d’usage et de fonction ont eu lieu mais sont bien documentées. Dans le complexe Muradiye, par exemple, la cuisine publique est utilisée comme restaurant et le hammam comme centre pour personnes présentant des difficultés physiques. Dans le complexe Yesil, la madrasa est devenue le musée de l’art islamique turc. Les kulliyes sont restés des points focaux qui répondent aux besoins sociaux, culturels et religieux des habitants, conformément à leurs fonctions publiques originales, et continuent de refléter les caractéristiques ottomanes de Bursa.

Le village of Cumalikizik, dans son paysage agricole, offre un sentiment général d’authenticité élevée. Très peu de maisons sont utilisées à des fins autres que résidentielles et le village semble avoir conservé une atmosphère spéciale, donnant une impression de temps anciens. Plusieurs aspects, comme la structure du village, la forme et les agencements des maisons, les matériaux utilisés, en particulier la pierre locale pour le rez-de-chaussée, le bois pour les étages supérieurs et la typologie des toits, les champs de culture et le cadre général donnent une impression originale en dépit de quelques reconstructions du XIXe siècle et réparations régulières entreprises à d’autres moments. Il est important pour la préservation de l’intégrité de Cumalikizik de garantir la présence continue des habitants locaux et d’éviter les processus de commercialisation intense.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien et l’ensemble de ses éléments sont protégés au plus haut niveau national en vertu des dispositions de la Loi pour la protection du patrimoine culturel et naturel (loi n° 2863). Cela signifie que le ministère de la Culture et du Tourisme, en tant qu’institution centrale responsable de la conservation et de la gestion de l’ensemble des objets du patrimoine matériel et immatériel de désignation nationale, a la responsabilité ultime des éléments en série. Les bâtiments, qui étaient originellement la propriété du waqf, sont aujourd’hui sous la responsabilité de la Direction régionale des Fondations (Waqf). Tous les projets et demandes qui se rapportent à un bien du waqf doivent être soumis à la Direction régionale des Fondations pour obtenir un permis. En outre, des plans de conservation à l’échelle 1/1000 sont en place pour tous les éléments du site. Les projets et demandes concernant ces bâtiments doivent obtenir l’approbation du Conseil régional de la conservation des biens culturels de Bursa.

Le plan de gestion de Bursa (zone des khans et kulliyes des sultans) et Cumalikizik a été élaboré afin de sensibiliser le public et offrir un cadre partagé au sein duquel toutes les personnes, institutions et organismes autorisés et concernés, ont pris part, bénéficiant de la connaissance et de l’expérience de toutes les parties prenantes dans ce processus. Le plan de gestion a été élaboré et est coordonné par l’Unité de gestion du site de Bursa, qui est affiliée à la municipalité métropolitaine de Bursa, conformément au supplément 2 de la Loi n° 2863 (Réglementation sur la gestion des sites). Le plan de gestion a été approuvé par le Conseil de coordination et de supervision et par le Conseil de la municipalité métropolitaine de Bursa, dans le cadre d’un processus qui a intégré les contributions du Conseil consultatif. Le plan de gestion mis en œuvre joue un rôle important dans la réalisation de la conservation et de la gestion du bien. Il exige un réexamen et des actualisations régulières pour répondre aux besoins et défis changeants, selon les indicateurs d’assurance qualité définis dans le plan et les indicateurs de suivi ajoutés ultérieurement.

Comme les éléments en série ne reflètent que le cœur du processus d’expansion urbaine de la capitale ottomane, une gestion intégrée des zones tampons environnantes et des zones commerciales situées entre les différents éléments du site est essentielle pour la compréhension de ce système de planification urbaine unique. Il est donc fondamental que les mécanismes de gestion et les considérations patrimoniales soient incorporés dans les politiques d’urbanisme et de zonage pour le centre historique de Bursa et prévoient d’y accorder une grande attention le cas échéant. Dans le cadre de cette approche de gestion générale, l’importante circulation et les défis que pose le stationnement autour des éléments du site devraient être examinés.

Le plan de gestion approuvé, dont les objectifs et mesures ont été déclinés en sept thèmes, joue un rôle important pour guider le potentiel de la ville dans la bonne direction.