English Français
Aidez maintenant !

Station baleinière basque de Red Bay

Red Bay Basque Whaling Station

Red Bay, established by Basque mariners in the 16th century at the north-eastern tip of Canada on the shore of the Strait of Belle Isle is an archaeological site that provides the earliest, most complete and best preserved testimony of the European whaling tradition. Gran Baya, as it was called by those who founded the station in 1530s, was used as a base for coastal hunting, butchering, rendering of whale fat by heading to produce oil and storage. It became a major source of whale oil which was shipped to Europe where it was used for lighting. The site, which was used in the summer months, includes remains of rendering ovens, cooperages, wharves, temporary living quarters and a cemetery, together with underwater remains of vessels and whale bone deposits. The station was used for some 70 years, before the local whale population was depleted.

Station baleinière basque de Red Bay

Red Bay, installée par des marins basques au XVIe siècle sur les rives du détroit de Belle-Isle, est un site archéologique qui constitue le témoignage le plus ancien et le plus complet de la tradition européenne de la chasse à la baleine. Gran Baya – le nom donné par les fondateurs en 1530 – servait de base à la chasse côtière, au dépeçage, à l’extraction de l’huile et à son stockage. Vendue en Europe, l’huile était la principale source d’éclairage. Le site, qui n’était habité que pendant l’été, comprend des vestiges de fourneaux (fondoirs), d’ateliers d’assemblage de tonneaux, d’un wharf, de bâtiments d’habitation, d’un cimetière, ainsi que des vestiges sous-marins (épaves de bateaux et ossuaires de baleines). L’endroit a servi pendant près de 70 ans avant que la population locale de baleines ne s’effondre.

Estación ballenera vasca de Bahía Roja

source: UNESCO/ERI

Red Bay Baskisch walvis(verwerkings)station

Red Bay werd in 1530 opgericht door Baskische zeelieden in het noordoostelijke puntje van Canada langs de kust van de Straat van Belle Isle. De plek is een van de eerste, meest complete en best bewaarde voorbeelden van Europese walvisvangst. Het station werd gebruikt voor het jagen op en slachten van walvissen om walvisvet en -olie te verkrijgen. Red Bay was een belangrijke bron van walvisolie voor Europa, waar het werd gebruikt voor verlichting. De plek bevat overblijfselen van ovens, kuiperijen, werven, tijdelijke woonruimten en een begraafplaats. Onder water liggen restanten van schepen en walvisbotten. Het station werd ongeveer 70 jaar gebruikt, voordat de lokale walvisbevolking was uitgeput.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Espagnol
  • Néerlandais
Station baleinière basque de Red Bay © Parks Canada.
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Situé au nord-est du Canada, dans le Labrador, sur les rives du détroit de Belle Isle, Red Bay présente une implantation maritime arctique des marins basques au XVIe siècle. C’est le témoignage archéologique le plus ancien, le plus complet et le mieux conservé d’une station baleinière préindustrielle. Elle permettait d’organiser la chasse côtière estivale des baleines, leur dépeçage, puis l’extraction de l’huile et son stockage. Vendue en Europe, elle était principalement destinée à l’éclairage. Le bien comprend des vestiges de fourneaux à huile, d’ateliers de tonnellerie, de wharf, d’habitat et de cimetière, ainsi que des épaves subaquatiques de bateaux et les restes osseux des baleines.

Critère (iii) : La Station baleinière basque de Red Bay offre un exemple exceptionnel de la tradition de la chasse à la baleine établie par les Basques au XVIe siècle pour la production d’huile et son commerce en Europe. Par la diversité de ses vestiges archéologiques, c’est la station baleinière de ce type la plus étendue, la mieux conservée et la plus complète.

Critère (iv) : La Station baleinière basque de Red Bay offre un ensemble pleinement intelligible d’éléments archéologiques illustrant la mise en place d’un processus proto-industriel de production quantitative d’huile de baleine, durant le XVIe siècle.

 Intégrité

Le bien comprend tous les éléments tant terrestres que subaquatiques qui illustrent toutes les grandes phases du processus de la chasse à la baleine. Les différents attributs du bien sont globalement bien conservés et leurs relations territoriales restent inscrites et lisibles dans le paysage. Ils expriment donc convenablement la valeur universelle exceptionnelle du bien ; mais, peu visibles, une politique active et approfondie d’interprétation est nécessaire. La connaissance du système sociotechnique mis en œuvre est suffisante pour pouvoir pleinement interpréter l’ensemble des vestiges conservés à Red Bay.

 Authenticité

Les différents attributs constitutifs du bien présentent une authenticité indiscutable, ainsi que le paysage général autour du village actuel de Red Bay. Toutefois, l’authenticité perçue par un visiteur reste limitée à l’impression paysagère du fait que les attributs matériels sont recouverts, ce qui est justifié par les impératifs de la conservation. Le centre d’interprétation est essentiel à la compréhension du site et de son authenticité.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Red Bay a été classé Lieu historique national du Canada en 1979. Le système de gestion et de protection du bien est en place, de longue date ; il est efficace et les compétences de chacun des acteurs sont bien identifiées. Le Comité de gestion a été institué dans la suite de la rédaction du dossier de proposition d’inscription, entre les quatre partenaires institutionnels de la gestion du bien. Le Plan de gestion du Lieu historique national du Canada de Red Bay s’articule avec le Plan de gestion de la station baleinière de Red Bay qui réunit l’ensemble des partenaires de la gestion du bien. La protection actuelle du bien, après une intense phase de recherches archéologiques dans les années 1970-1990, est assurée par un recouvrement stable des vestiges tant terrestres que maritimes. La gestion actuelle est donc un suivi de l’état de conservation et un développement des structures d’interprétation et d’accueil des visiteurs.