jump to the content

Taxila

Taxila

From the ancient Neolithic tumulus of Saraikala to the ramparts of Sirkap (2nd century B.C.) and the city of Sirsukh (1st century A.D.), Taxila illustrates the different stages in the development of a city on the Indus that was alternately influenced by Persia, Greece and Central Asia and which, from the 5th century B.C. to the 2nd century A.D., was an important Buddhist centre of learning.

Taxila

Du très ancien tumulus néolithique de Saraikala aux remparts de Sirkap, datant du IIe siècle av. J.-C., et à la ville de Sirsukh, du Ier siècle apr. J.-C., Taxila illustre les étapes du développement urbain d'une ville de l'Indus soumise tour à tour aux influences de la Perse, du monde hellénique et de l'Asie centrale, et qui, du VIe siècle av. J.-C. au IIe siècle de l'ère chrétienne, fut le siège d'une université bouddhique florissante.

تاكسيلا

تجسد تاكسيلا ابتداءً من الحقبة النيوليتية القديمة في سرايكلا المؤلفة من أسوار سيركاب التي تعود الى القرن الثاني ق.م. الى مدينة سيرسوخ التي تعود الى القرن الاول قبل الميلاد، خطوات التطور المدني لاحدى مدن الهندوس الخاضعة بكاملها لتأثيرات الفرس والعالم الهيلينستي وآسيا الوسطى والتي كانت مقرًّا للجامعة البوذية المزدهرة في القرن الثاني من الحقبة المسيحيّة.

source: UNESCO/ERI

塔克希拉

从远古新石器时代的萨赖卡拉坟墓到公元前200年锡尔凯波的防御工事再到公元1世纪的锡尔苏克城,我们可以从塔克希拉了解印度河畔城市的发展历程。它在各个时期分别受到了波斯、希腊和中亚的影响。从公元前5世纪到公元2世纪,这座城市还是重要的佛学中心。

source: UNESCO/ERI

Древний город Таксила

Руины Таксилы на реке Инд отражают разные стадии в развитии города: от древних неолитических могильников Сарай-калы до остатков городов Сиркап (II в. до н.э.) и Сирсух (I в. н.э.). Город находился поочередно под влиянием Персии, Греции и Центральной Азии, а с V в. до н.э. до II в. н.э. был важным буддийским центром образования.

source: UNESCO/ERI

Taxila

Desde la construcción del antiquísimo túmulo neolítico de Saraikala hasta la edificación de la ciudad de Sirsukh en el siglo I d. C., pasando por la erección de las murallas de Sirkap en el siglo II a.C., el sitio de Taxila ilustra las etapas de desarrollo urbano de una ciudad del valle del Indo sometida sucesivamente a la influencia de Persia, Grecia y el Asia Central. Desde el siglo V a.C. hasta el siglo II d.C. fue, además, sede de un importante centro de enseñanza budista.

source: UNESCO/ERI

タキシラ

source: NFUAJ

Taxila

Taxila illustreert de verschillende stadia in de ontwikkeling van een stad aan de Indus; van de oude neolithische grafheuvel van Saraikala, tot de aarden wallen van Sirkap in de 2e eeuw voor Christus en de stad Sirsukh uit de 1e eeuw na Christus. De stad onderging afwisselend de invloed van Perzië, Griekenland en Centraal-Azië. Van de 5e eeuw voor tot de 2e eeuw na Christus was het een belangrijk boeddhistisch centrum van onderwijs. Taxila is een uitgestrekt complex van ruïnes waaronder een mesolithische grot (khanpur grot), vier nederzettingen (Saraidala, Bhir, Sirkap en Sirsukh) en een aantal boeddhistische kloosters uit verschillende periodes.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Taxila © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Taxila, situé dans le district de Rawalpindi, dans la province du Pendjab au Pakistan, est un vaste site en série qui comprend une caverne mésolithique et les vestiges archéologiques de quatre sites d’habitation anciens, des monastères bouddhistes, ainsi qu’une mosquée et une médersa musulmanes. Situé stratégiquement à une intersection de la Route de la Soie reliant la Chine à l’Occident, Taxila a atteint son apogée entre le Ier et le Ve siècle. C’est maintenant l’un des plus importants sites archéologiques d’Asie. Les ruines des quatre sites de peuplement de Taxila révèlent le plan de l’évolution urbaine sur le sous-continent indien pendant plus de cinq siècles. L’un de ces sites, le tertre de Bhir, est associé à l’événement historique de l’entrée triomphante d’Alexandre le Grand à Taxila.

L’ensemble des sites archéologiques de Saraikala, Bhir, Sirkap et Sirsukh est d’une importance unique pour illustrer l’évolution de l’établissement urbain sur le sous-continent indien. Le tertre préhistorique de Saraikala représente le premier site de peuplement de Taxila, avec des traces de peuplement au Néolithique, à l’âge du bronze et à l’âge du fer. Le tertre de Bhir est la première cité historique de Taxila, sans doute fondée au VIe siècle av. J.-C. par les Achéménides. Ses murs de pierre, les fondations de ses maisons et ses rues tortueuses représentent les premières formes d'ur­banisation du sous-continent. Bihr est aussi associée à l’entrée triomphante d’Alexandre le Grand à Taxila en 326 av. J.-C. Sirkap était une ville fortifiée, fondée au milieu du IIe siècle av. J.-C. Les nombreuses maisons privées, les stupas et les temples sont disposés sur un plan quadrillé hellénistique et illustrent la forte influence occidentale sur l'archi­tecture locale. La ville a été détruite au Ier siècle. par les Kouchans, une tribu d’Asie centrale. Vers le nord, les fouilles des ruines de la ville kouchane de Sirsukh ont mis au jour un rectangle irrégulier de murs en pierre de taille et des bastions circulaires. Ces murs montrent l’influence précoce des formes architecturales d’Asie centrale sur celles du sous-continent.

Le site en série de Taxila comprend également la caverne de Khanpur – où l’on a retrouvé des objets microlithiques stratifiés de la période mésolithique –, ainsi que plusieurs monastères bouddhistes et des stupas de différentes périodes. Les monuments bouddhistes édifiés dans toute la vallée de Taxila l’ont transformée en centre religieux et en destination pour des pèlerins venus d’aussi loin que l’Asie centrale et la Chine. Les sites archéologiques de Taxila comprennent l’ensemble et le stupa de Dharmarajika, les groupes de bâtiments de Khader Mora et de Kalawan, les monastères de Giri, le stupa et le monastère de Kunala, l’ensemble de Jandial, les vestiges des stupas de Lalchack et de Badalpur et leurs monastères respectifs, les vestiges monastiques de Mohra Moradu, les vestiges de Pipplian et les vestiges de Jaulian, et le stupa et les vestiges de Bahalar. L’ensemble de Giri inclut aussi les vestiges d’une mosquée musulmane à trois dômes, d’une ziarat (tombe) et d’une médersa (école) de la période médiévale.

Critère (iii) :Les ruinesde quatre sites de peuplement de portée universelle à Taxila (Saraidala, Bhir, Sirkap et Sirsukh) révèlent le plan de l’évolution urbaine sur le sous-continent indien pendant plus de cinq siècles. Taxila est le seul site de cette importance unique sur le sous-continent.

Critère (vi) :Le tertre deBihr est associé à l’événement historique de l’entrée triomphante d’Alexandre le Grand à Taxila.

Intégrité

On trouve à l’intérieur des limites du bien tous les éléments nécessaires à l’expression de la valeur universelle exceptionnelle de Taxila. L’exposition des vestiges archéologiques aux extrêmes d’un climat tropical, à la croissance incontrôlée de la végétation et aux séismes représente un risque pour l’intégrité générale du bien ; ainsi que l’expansion des zones industrielles dans la vallée de Taxila (malgré le fait qu’elles soient en dehors de la zone tampon), l’extraction du calcaire à l’explosif et les activités d’exploitation de carrières dans la vallée et  les fouilles illégales par des pillards sur les sites des monastères bouddhistes.

Authenticité

L’ensemble archéologique de Taxila est authentique en termes de formes et de conception, de matériaux et de substance, d’emplacements et de cadres. Le bien est entretenu de manière à le protéger et à le préserver de toutes modifications de son authenticité. Les plans de conservation veillent particulièrement à l’authenticité pour maintenir la conception, les traditions, les techniques, les emplacements et les cadres d’origine, selon les principes internationaux.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Taxila est une antiquité protégée selon la loi sur les antiquités de 1975, adoptée par le Parlement de la République islamique du Pakistan. La loi de 2010 du 18e amendement de la Constitution (loi n° X de 2010) a conféré au gouvernement du Pendjab et au gouvernement de Khyber Pakhtunkhwa toute autorité administrative et financière sur tous les sites du patrimoine situés dans ces provinces. La Direction générale de l’Archéologie et des Musées du gouvernement provincial du Pendjab et la Direction de l’Archéologie de Khyber Pakhtunkhwa sont responsables de la gestion et de la protection de Taxila, qui comprend 18 sites archéologiques, dont dix se trouvent dans la province du Pendjab et huit dans la province de Khyber Pakhtunkhwa. Toutes les activités entreprises sur le site sont préparées par le comité de gestion du site et approuvées par un groupe compétent avant mise en œuvre. Le financement est assuré par le gouvernement provincial du Pendjab et le gouvernement provincial de Khyber Pakhtunkhwa ; il est cependant considéré comme insuffisant.

Maintenir la valeur universelle exceptionnelle du bien au fil du temps va exiger d’achever, d’approuver et de mettre en œuvre le plan de gestion du bien et de renforcer le plan de gestion d’ensemble en matière de normes internationales et de démarches scientifiques ; de réaliser les études scientifiques requises sur le contrôle de la végétation pour limiter les dégâts sur la maçonnerie et les structures des monuments ; d’entreprendre une évaluation d’impact des industries lourdes, des terrains militaires et des activités d’exploitation de carrières dans la région, et de redéfinir si nécessaire les limites du bien dans le cadre de cette évaluation ; de gérer les limites et zones tampons existantes pour protéger le cadre du bien ; d’appliquer à Taxila le programme national qui vise à empêcher les fouilles illégales et le trafic objets fabriqués ; et de renforcer la coopération entre la planification, le développement et les organismes chargés du patrimoine culturel.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Taxila lies 30 km north-west of Rawalpindi on the Grand Trunk Road. It is one of the most important archaeological sites in Asia. Situated strategically on a branch of the Silk Road that linked China to the West, the city flourished both economically and culturally. Taxila reached its apogee between the 1st and 5th centuries AD. Buddhist monuments were erected throughout the Taxila valley, which was transformed into a religious heartland and a destination for pilgrims from as far afield as Central Asia and China. That Taxila was very famous can be deduced from the fact that it is mentioned in several languages. In Sanskrit, the city was called Takshaçila (Prince of the Serpent Tribe); in Pâli it was known as Takkasilâ; the Greeks knew the town as Taxila, which the Romans rendered as Taxilla; the Chinese called it Chu-ch'a-shi-lo.

Taxila is a vast complex of ruins, some 30 km north-west of modern Islamabad, which includes a Mesolithic cave (Khanpur cave), four settlement sites (Saraidala, Bhir, Sirkap and Sirsukh), a number of Buddhist monasteries of various periods and above Giri, Muslim mosques and madrasas of the medieval period. The Bhir mound is the earliest historic city of Taxila and was probably founded in the 6th century BC by the Achaemenids, according to legend by a son of the brother of the legendary hero Rama. The first town was situated on a hill that commanded the river Tamra Nala, a tributary of the Indus. It was an important cultural centre and it is said that the Mahabharata was first recited at Taxila. Stone walls, house foundations and winding streets represent the earliest forms of urbanization on the subcontinent.

Sirkap was a fortified city founded during the mid-2nd century BC. Taxila was the capital of a kingdom called Hinduš (Indus country) and consisted of the western half of the Punjab. It was added to the Achaemenid empire under Darius I the Great, but the Persian occupation did not last long. The many private houses, stupas and temples are laid out on the Hellenistic grid system and show the strong Western classical influence on local architecture. The city was destroyed in the 1st century AD by the Kushans of central Asia.

To the north, excavations of the ruins of the Kushan city of Sirsukh have brought to light an irregular rectangle of walls in ashlar masonry with rounded bastions. This wall attests to the early influence of Central Asian architectural forms on those of the subcontinent.

The city of Sirkap (Severed Head), chronologically the second major city of Taxila, is to be found spreading down the Hathial Spur and on to the plains of the Taxila valley. It is bounded by the Tamra stream and to the north and south by the Gau stream, which today has been almost completely obliterated by a modern road and water channel. The present layout of the city was established by the Bactrian Greeks sometime around 180 BC and takes the form of a wide and open grid system. In general, the city presents a better planned architecture than Bhir Mound. The city is encompassed by a mighty wall over 5 km long and up to 6 m thick. There may well have been an entrance on each of the four sides originally, but today the only one evident is the northern wall and it is through here that visitors normally enter the city. A number of temples and monasteries can be found here: Apsidal Temple, Sun Temple, Shrine of the Double Headed Eagle, Kunala Monastery and Ghai Monastery.

The major attraction in this city is the Great Stupa, one of the largest and most impressive throughout Pakistan, located just 2 km east of Bhir Mound and Sirkap. The chapels and chambers around the Great Stupa were built at various times from the 1st century BC to the post-Kushan period. These structures display a wide range of designs and probably were donated by pilgrims, possibly representing various schools of Buddhism.

Other sites of interest include the city of Sirsukh which is believed to belong to the Kushan period. To the north of Sirkap are four temples, all standing on earlier mounds and overlooking the city. They are all in the style of Greek temples. The best to visit is probably the one at Jandial, 1.5 km north of Sirkap.

Source : UNESCO/CLT/WHC