English Français
Aidez maintenant !

Parc national de Kahuzi-Biega

Kahuzi-Biega National Park

A vast area of primary tropical forest dominated by two spectacular extinct volcanoes, Kahuzi and Biega, the park has a diverse and abundant fauna. One of the last groups of eastern lowland (graueri) gorillas (consisting of only some 250 individuals) lives at between 2,100 and 2,400 m above sea-level.

Parc national de Kahuzi-Biega

Vaste étendue de forêt tropicale primaire, le parc est dominé par deux volcans éteints spectaculaires, le Kahuzi et le Biega. Il est peuplé d'une faune abondante et variée. Situé entre 2 100 et 2 400 m d'altitude, il y vit l'une des dernières populations de gorilles des plaines de l'est (graueri), qui compte environ 250 individus seulement.

منتزه كاهوزي بييغا الوطني

يشرف على هذه المساحة الشاسعة من الغابات العذراء بركانان خامدان شاهقان هما بركان كاهوزي وبركان بييغا وتقطنها حيوانات كثيرة ومتنوعة. كما تعيش على ارتفاع يتراوح بين 2100 و2400 متر إحدى تجمعات غوريلا الجبال الأخيرة التي تضم نحو 250 غوريلا ليس إلاّ.

source: UNESCO/ERI

卡胡兹-别加国家公园

这是卡胡兹和别加两座壮观的死火山雄踞的大片原始热带森林,公园有种类丰富、数量繁多的动物资源。其中最后的山地大猩猩群之一(大约只由250头组成)就生活在海拔2100至2400米之间的地区。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Кахузи-Биега

Крупные массивы девственных экваториальных лесов, над которыми доминируют два живописных потухших вулкана Кахузи и Биега, дают приют богатой и разнообразной фауне. Одна из последних в мире популяций горной гориллы (примерно 250 животных) обитает на высотах 2100-2400 м.

source: UNESCO/ERI

Parque nacional de Kahuzi-Biega

Este sitio abarca una vasta extensión de bosque tropical primario, dominada por la cima de dos majestuosos volcanes extintos: el Kahuzi y el Biega. Poblado por una fauna abundante y variada, el parque alberga una de las últimas poblaciones de gorilas de las planicies orientales (graueri), integrada tan sólo por unos 250 especímenes que viven a una altitud de 2.100 a 2.400 metros sobre el nivel del mar.

source: UNESCO/ERI

カフジ-ビエガ国立公園

source: NFUAJ

Nationaal park Kahuzi-Biega

Dit Nationaal park omvat een uitgestrekt gebied van primair tropisch regenwoud dat wordt gedomineerd door twee spectaculaire vulkanen, Kahuzi (3.308 meter) en Biega (2.790 meter). Het park ligt op het breukvlak van de Albertine rift en het Congobekken en vormt een uitzonderlijke habitat voor de bescherming van het regenwoud en de oostelijke laaglandgorilla's (graueri). Er leeft hier een groep van zo’n 250 graueri, ze vormen een van de laatste groepen oostelijke laaglandgorilla’s. Het gebied is meer dan 600.000 hectare groot en bestaat uit dichte laaglandregenwouden en Afromontane bossen, met bamboebossen, subalpine weiden en heide op de bergen Kahuzi en Biega.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Gorille prénommé Ninja © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Situé à cheval sur le Rift Albertin et le Bassin du Congo, le Parc national de Kahuzi-Biega est un habitat exceptionnel pour la protection de la forêt tropicale humide et des gorilles des plaines de l’Est, Gorilla berengei graueri. Couvrant 600 000 ha, on y trouve des forêts denses humides tropicales de basse altitude ainsi que des forêts afro-montagnardes mélangées avec des forêts de bambou et quelques petites superficies de prairies subalpines et de bruyères sur les monts Kahuzi (3 308 m) et Biega (2 790 m).

Le parc abrite une flore et une faune d’une diversité exceptionnelle qui en font un des sites les plus importants de la vallée du Rift Albertin, elle-même une des régions écologiquement les plus riches d’Afrique et au niveau global. En particulier, la plus importante population du monde de gorilles de plaines de l’Est (ou de Grauer), sous-espèce endémique de République démocratique du Congo (RDC) et classée dans la catégorie En danger sur la Liste rouge de l’UICN, utilise la mosaïque des habitats qui se trouvent dans le bien.

 

Critère (x) : Le Parc national de Kahuzi-Biega abrite plus d’espèces de mammifères que tout autre site du Rift Albertin. Il est le deuxième site le plus important de la région aussi bien pour les espèces endémiques qu’en termes de richesse spécifique. Le parc compte 136 espèces de mammifères, parmi lesquelles le gorille de plaine de l’Est qui est la vedette et 13 autres primates comprenant des espèces menacées comme le chimpanzé, le colobe bai, et les cercopithèques de l'Hoest et d'Hamlyn. D’autres espèces extrêmement rares des forêts de l’est de la RDC y sont aussi présentes telles que la genette géante (Genetta victoriae) et la genette aquatique (Genetta piscivora). Des mammifères caractéristiques des forêts d’Afrique centrale vivent aussi dans le parc comme l’éléphant de forêt, le buffle de forêt, l’hylochère et le bongo.

Le bien est situé dans une importante zone d’endémisme (Endemic Bird Area) pour les oiseaux identifiés par BirdLife International. La Wildlife Conservation Society a dressé une liste complète d'oiseaux pour le parc en 2003 avec 349 espèces dont 42 endémiques. De même, le parc a été également reconnu comme un Centre de diversité pour les plantes par l’UICN et le WWF en 1994 avec au moins 1 178 espèces répertoriées dans la zone de haute altitude, la partie basse restant encore à inventorier. Le parc est un des rares sites d’Afrique subsaharienne où la transition floristique et faunique de basse à haute altitude est observable. Il comprend en effet tous les stades de végétation forestière allant de 600 m à plus de 2 600 m, des forêts denses humides de basse et moyenne altitudes aux forêts submontagnardes jusqu’aux forêts montagnardes et de bambou. Au-dessus de 2 600 m jusqu’au sommet des monts Kahuzi et Biega, s’est développée une végétation subalpine à bruyères, hébergeant la plante endémique Senecio kahuzicus. Le parc abrite aussi des formations végétales globalement peu répandues comme les marais et les tourbières d’altitude et les forêts marécageuses et ripicoles sur sols hydromorphes à toutes altitudes.

 

Intégrité

Les forêts du bien sont caractérisées par une continuité de la végétation du sommet des montagnes aux régions de basse altitude. Un couloir relie une zone de haute altitude de 60 000 ha à un secteur de basse altitude de 540 000 ha. La superficie du bien est considérée comme suffisante pour maintenir sa faune. Le maintien de la continuité de la végétation est primordial pour éviter la fragmentation des populations animales, en particulier des grands mammifères.

 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien est protégé par un statut de parc national et géré par l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN). Il dispose d’une infrastructure de gestion et de surveillance. Un plan de gestion doit être finalisé et approuvé.

Bien que la plus grande partie du bien soit inhabitée, quelques villages ont été inclus dans le parc lors de son extension en 1975, créant des litiges avec les populations. Ces problèmes doivent être résolus afin de renforcer l’efficacité des actions de conservation.

Les limites du bien devraient aussi être matérialisées, surtout là où elles ne sont pas constituées par des limites naturelles. Ceci est particulièrement important tant en basse altitude qu’au niveau du couloir névralgique reliant les parties haute et basse du parc.

Le secteur de haute altitude est traversé par une route nationale à faible trafic. La maîtrise de l’intensité de ce trafic est importante afin d’éviter un impact sur les populations d’espèces menacées dans ce secteur, notamment celles des gorilles.

Au moment de l’inscription du bien en 1980, des défis avaient été souligné, y compris les problèmes économiques qui ont entraîné une grave diminution de l’efficacité de la gestion et de la protection nécessaires pour garantir la survie des espèces du parc et la continuité de ses écosystèmes. Il avait également été noté qu’en raison de problèmes logistiques, d’importantes parties du parc n’ont été que rarement voire même jamais visitées par le personnel en sous-effectif de gardes, et le braconnage a augmenté.

L’instabilité politique dans la région, en provoquant le déplacement de milliers de personnes, représente une menace très sérieuse pour l’intégrité du bien et les populations de grands mammifères du parc ont décliné de façon dramatique.  Le parc ne disposant pas de zone tampon, s’assurer la coopération des populations riveraines pour la conservation du bien est l’une des tâches principales de gestion, en particulier dans les zones à forte densité humaine.

Un autre enjeu clé de la gestion est celui du contrôle du braconnage et de l’exploitation minière artisanale dans les anciens sites d’extraction. La chasse de gibier pour la viande de brousse ainsi que la conversion des habitats y sont considérées comme des conséquences de la présence de nombreux mineurs dans le parc. Les ressources financières et humaines étant insuffisantes, il devient impératif d’obtenir des moyens supplémentaires afin de renforcer l’efficacité de gestion, y compris idéalement par la création d’un « Trust Fund ».

Description longue
[Uniquement en anglais]

The park is situated in the eastern part of the country, 50 km west of the town of Bukavu, near Lake Kivu and the Rwandan border. It consists of a smaller sector on the eastern side covering part of the Mitumba Mountains, and a larger western sector in the Zairean central basin. The two zones are connected by a narrow corridor. The entrance to the park is at Tshivanga, on the eastern side.

The 75,000 ha eastern sector is entirely montane. The massif is part of the Mitumba Mountain range, the western mountains of the Great Rift Valley. The two main peaks, Mount Kahuzi (3,308 m) and Mount Biéga (2,790 m) are extinct volcanoes, and the massif dates from the late Tertiary or early Quaternary.

The lowland sector in the Zairean central basin covers the watersheds of the tributaries of the Luka and Lugulu rivers. These both drain into the River Lualaba. The extension lies below 1,500 m apart from isolated peaks such as Mount Kamani (1,700 m), and consists of mountains cut by deep valleys. Undulating terrain in the west forms a belt between the two zones.

The western zone is forested by equatorial rainforest, with transition forest between 1,200 m and 1,500 m. In the eastern zone, six different primary vegetation types have been distinguished: mountain rainforest, high-altitude rainforest, swamp forest, bamboo forest, subalpine heather and swamp and peat bog.

The park was established to protect 200-300 eastern lowland (Grauer's) gorilla occurring mainly in the forests at 2,100-2,400 m, but also in the lower rainforest. The 'mosaic' of biotypes makes the park an excellent gorilla habitat. Other primates include eastern chimpanzee, and numerous Cercopithecinae and Colobinae. Other mammals include elephant, forest hog and many antelope and duiker. Avifauna includes the endemic Rockefeller's sunbird, Grauer's broadbill, Grauer's warbler and Shelley's crimsonwing.

Endemic mammal species include giant gennet, Aquatic civet, Maclaud's horseshoe bat, Ruwenzori least otter shrew, owl-faced monkey, eastern needle-clawed galago, Thomas' tree squirrel and Alexander's bush squirrel.

Fifteen villages of shifting cultivators were located in the eastern sectors of the park when it was created and continue to be occupied. The park is situated in one of the most densely populated areas of the country. Some 90% of the population of Kivu is rural, mainly dependent on agriculture. Seven separate tribal groups live around the park including the Pygmy, Barega and Bashi peoples. Traditional livelihoods are based on shifting agriculture and subsistence hunting.

Source : UNESCO/CLT/WHC