jump to the content

Iles d’Ogasawara

Ogasawara Islands

The property numbers more than 30 islands clustered in three groups and covers surface area of 7,939 hectares. The islands offer a variety of landscapes and are home to a wealth of fauna, including the Bonin Flying Fox, a critically endangered bat, and 195 endangered bird species. Four-hundred and forty-one native plant taxa have been documented on the islands whose waters support numerous species of fish, cetaceans and corals. Ogasawara Islands' ecosystems reflect a range of evolutionary processes illustrated through its assemblage of plant species from both southeast and northwest Asia, alongside many endemic species.

Iles d’Ogasawara

Le bien compte plus de trente îles qui forment trois groupes et couvrent un total de 7 939 hectares. Elles offrent une grande variété de paysages et hébergent une faune riche, dont la roussette des Bonins qui est en danger critique d'extinction et 195 espèces d'oiseaux dont beaucoup sont en danger. On a décrit 441 taxons de plantes indigènes sur ces îles et leurs eaux comptent de nombreuses espèces de poissons et de cétacés, ainsi que des espèces coralliennes. Les écosystèmes des Iles d'Ogasawara reflètent tout un éventail de processus évolutionnaires, combinant des espèces de plantes d'Asie du Sud-Est et d'Asie du Nord-Ouest ainsi que de nombreuses espèces endémiques.

Ogasawara Islands,日本

小笠原群岛(Ogasawara Islands,日本)由三组共30多座岛屿组成,覆盖面积7393公顷。岛屿自然景观丰富多样,是一种属于极危物种的蝙蝠——小笠原大蝙蝠(Bonin Flying Fox),以及195种濒危鸟类等大量动物栖息的家园。在这些岛屿上已发现并记录了441种当地特有的植物类群,在其周边水域中生活着种类繁多的鱼类、鲸目动物和珊瑚。小笠原群岛的生态系统体现了一系列的生物进化过程,主要表现在这里不仅有着来自东南亚地区与西北亚地区的植物物种,同时还生长着大量当地特有物种。

source: UNESCO/ERI

Острова Огасавара

Территория заповедника насчитывает более 30 островов, объединенных в три группы. Его площадь составляет около 7393 га. Острова архипелага отличаются разнообразием ландшафтов. Чрезвычайно богата и местная фауна: здесь встречается бонинская летучая лисица, одна из разновидностей летучих мышей, находящихся под угрозой полного исчезновения. Птицы насчитывают 195 исчезающих видов. На островах документально засвидетельствовано существование четыреста сорока одного природного таксона. В окружающих архипелаг водах обитают многочисленные виды рыб, китообразных и кораллов. Экосистемы островов Огасавара отражают широкий спектр эволюционных процессов. Это можно наблюдать в сообществах видов растений, одни из которых берут свое происхождение в юго-восточной или северо-западной Азии, а многие другие являются эндемичными.

source: UNESCO/ERI

Islas de Ogasawara

Este sitio cuenta con más de treinta islas que forman tres grupos y abarcan una superficie de 7.393 hectáreas. Los variados paisajes insulares albergan una rica fauna, como el “zorro volador” de Bonin, un murciélago que se halla en grave peligro de extinción, y 195 especies de aves, muchas de las cuales también corren el riesgo de extinguirse. Se han catalogado 441 taxones de plantas nativas en estas islas y sus aguas albergan numerosas especies de peces, cetáceos y corales. Los ecosistemas del archipiélago de Ogasawara reflejan toda una serie de procesos de la evolución natural, puestos de manifiesto por la combinación de especies vegetales características del sudeste y noroeste de Asia con numerosas especies endémicas.

source: UNESCO/ERI

Ogasawara eilanden

Dit gebied beslaat een oppervlakte van 7.939 hectare en telt meer dan 30 eilanden, geclusterd in drie groepen. De eilanden bieden een verscheidenheid aan landschappen en zijn de thuisbasis van een schat aan fauna, waaronder de Bonin Flying Fox - een ernstig bedreigde vleermuis - en 195 bedreigde vogelsoorten. Tot nu toe zijn er 441 inheemse plantensoorten gevonden op de eilanden, waarvan de wateren talloze vissoorten, walvisachtigen en koralen onderhouden. De ecosystemen van de Ogasawara eilanden weerspiegelen een waaier van evolutionaire processen, geïllustreerd door de verzameling plantensoorten uit zowel het zuidoosten als het noordwesten van Azië en de vele inheemse soorten.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Néerlandais
Chichijima Island Group © Japan Wildlife Research Center
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les Îles d'Ogasawara se trouvent dans le Pacifique nord-occidental, à environ 1 000 km au sud de l'archipel nippon principal. Le bien en série se compose de cinq éléments sur une distance d'environ 400 km du nord au sud avec plus de 30 îles rassemblées dans trois groupes d'îles de l'archipel d'Ogasawara : Mukojima, Chichijima et Hahajima, en plus de trois îles individuelles : Kita-iwoto et Minami-iwoto du groupe Kazan et l'île isolée de Nishinoshima. Ces îles font partie du système de fosses de l'arc d'Izu-Ogasawara. Le bien couvre 7939 ha et comprend une partie terrestre de 6358 ha et un secteur marin de 1581 ha. Aujourd'hui, seules deux des îles du bien sont habitées, Chichijima et Hahajima.

Le paysage est dominé par des types forestiers subtropicaux et des zones arbustives sclérophylles environnées de falaises abruptes. Plus de 440 espèces de plantes locales vasculaires dont le taux d'endémisme s'élève jusqu'à 70 % dans la catégorie des plantes ligneuses. Les îles constituent l'habitat de plus de 100 espèces indigènes d'escargots répertoriées, dont plus de 90 % sont endémiques à ces îles.

Les îles sont un exemple éminent du processus d'évolution en cours dans les écosystèmes des îles océaniques, comme le démontrent les forts taux d'endémisme, la spéciation par la disparition sélective, l'évolution d'espèces marines en espèces terrestres, et leur importance pour l'étude scientifique de tels processus.

Critère (ix) : Les écosystèmes du bien sont le reflet de toute une gamme de processus d'évolution illustrés par un assemblage riche d'espèces de plantes originaires aussi bien d'Asie du Sud-Est que d'Asie du Nord-Est. On y trouve aussi un pourcentage très élevé d'espèces endémiques dans des groupes taxonomiques particuliers, résultant de ces processus d'évolution. C'est un centre important de spéciation active et en cours de la flore.

Les îles d'Ogasawara apportent une preuve précieuse des processus d'évolution avec leurs importants processus écologiques de radiation adaptative en cours dans l'évolution de la faune d'escargots terrestres ainsi que d'espèces de plantes endémiques. Les exemples de radiation adaptative à échelle fine entre différentes îles de l'archipel, et parfois à l'intérieur de ces îles, occupent un rôle central dans l'étude et la compréhension de la spéciation et de la diversification écologiques. Cette caractéristique est renforcée par le taux d'extinction relativement faible de taxons tels que les escargots terrestres.

C'est l'association entre la concentration de l'endémisme et l'étendue de la radiation adaptative évidente dans les îles d'Ogasawara qui fait que le bien occupe une place à part parmi les sites qui illustrent des processus d'évolution. Au regard de leur superficie réduite, les îles d'Ogasawara présentent des taux d'endémisme exceptionnellement élevés pour les escargots terrestres et les plantes vasculaires.

Intégrité

Les limites du bien en série englobent les valeurs clés du bien et sont bien conçues. Le zonage et la protection juridique apportent un cadre approprié tandis que les limites du Parc national d'Ogasawara servent de zone tampon globale fonctionnelle. Les aires marines protégées sont partiellement comprises et contribuent à renforcer la gestion de l'interface secteur terrestre - secteur marin et, en conséquence, son intégrité. Les problèmes d'intégrité ont essentiellement trait à des menaces extérieures, surtout les espèces exotiques envahissantes. Les effets d'espèces exotiques envahissantes et l'exploitation, autrefois, du bois, ont déjà modifié bien des habitats de l'archipel. De futures invasions pourraient compromettre les valeurs mêmes pour lesquelles les îles d'Ogasawara ont été reconnues et doivent donc faire l'objet d'une attention rigoureuse et continue. Un accès aérien futur éventuel ainsi qu'une augmentation du nombre de visiteurs et le développement correspondant pourraient avoir des effets marqués et même irréversibles sur un environnement insulaire fragile. Le contrôle de l'accès aux îles et des espèces exotiques envahissantes, qui sont des questions partiellement liées, est d'importance critique pour la conservation de l'archipel.

Mesures de protection et de gestion

La majeure partie du bien appartient à l'État et est placée sous l'autorité de différentes agences. Certaines terres appartiennent au village d'Ogasawara et d'autres sont privées. Le bien englobe cinq catégories d'aires protégées définies sur le plan juridique et gérées par trois organismes gouvernementaux nationaux et il est entouré par le Parc national d'Ogasawara, beaucoup plus vaste, qui sert de zone tampon fonctionnelle. Le bien est protégé par sept lois nationales qui se recouvrent dans leur juridiction et leurs objectifs et précisent le mandat du Ministère de l'environnement, de l'Organisme chargé des forêts et du Service culturel. Tous les conflits en matière de juridiction sont résolus dans le cadre de la structure d'un comité de liaison régional interagences.

Le Plan de gestion pluriagences 2010 des Îles d'Ogasawara, qui est accompagné par un Plan d'action pour la conservation de l'écosystème des îles d'Ogasawara, couvre une vaste zone de 129'360 ha et comprend des mesures de contrôle qui s'exercent au-delà du bien pour couvrir, par exemple, des voies de navigation maritime. Le plan traite de questions d'importance critique telles que l'accès aux îles et le contrôle des espèces exotiques envahissantes. Les activités de gestion sont précisées pour les différents groupes d'îles au sein du bien, et des mécanismes de coordination clairs ainsi que des plans de suivi sont prescrits. Le plan s'appuie sur les connaissances scientifiques et comprend des mesures prévues selon un calendrier précis et organisées selon leur priorité.

Les liens et le dialogue entre les chercheurs, les administrateurs et la communauté sont bénéfiques pour le bien. Le rôle du conseil scientifique est particulièrement louable, tout comme l'approche en matière de recherche qui est orientée vers la gestion adaptative. La participation locale et le maintien des avantages pour les communautés sont des éléments cruciaux de la gestion de cet archipel isolé.