jump to the content

Pitons, cirques et remparts de l’ile de la Réunion

Pitons, cirques and remparts of Reunion Island

The Pitons, cirques and remparts of Reunion Island site coincides with the core zone of La Réunion National Park. The property covers more than 100,000 ha or 40 % of La Réunion, an island comprising two adjoining volcanic massifs located in the south-west of the Indian Ocean. Dominated by two towering volcanic peaks, massive walls and three cliff-rimmed cirques, the property includes a great variety of rugged terrain and impressive escarpments, forested gorges and basins creating a visually striking landscape. It is the natural habitat for a wide diversity of plants, presenting a high level of endemism. There are subtropical rainforests, cloud forests and heaths creating a remarkable and visually appealing mosaic of ecosystems and landscape features.

Pitons, cirques et remparts de l’ile de la Réunion

Ce bien coïncide avec la zone centrale du Parc national de la Réunion. Il couvre une superficie de plus de 100 000 ha, soit 40% de la Réunion, une île composée de deux massifs volcaniques située dans le sud ouest de l'océan Indien. Dominé par deux pics volcaniques, le site présente une grande diversité d'escarpements, de gorges et de bassins boisés qui, ensemble, créent un paysage spectaculaire. Il sert d'habitat naturel à une grande diversité de plantes présentant un degré d'endémisme élevé. On y trouve des forêts ombrophiles subtropicales, des forêts de brouillard et des landes, le tout formant une mosaïque d'écosystèmes et de caractéristiques paysagères remarquables.

شِعاف جزيرة ريونيون وجروفها وحلباتها الجليدية

يوجد هذا الموقع في المنطقة المركزية من المرتع الوطني لجزيرة ريونيون (المحيط الهندي). وهو يغطي مساحة تبلغ أكثر من 100000 هكتار، أي ما يعادل 40℅ من الريونيون ـ الجزيرة المؤلفة من كتلتين جبليتين بركانيتين والتي تقع في جنوب غرب المحيط الهندي. ويضم الموقع، الذي تطل عليه قمتان بركانيتان، أنواعاً كثيرة من المنحدرات الشديدة، والأخاديد والأحواض المُشجّرة التي تمثل، في مجموعها، منظراً خلاباً. كما أنه يُعتبر منبتاً طبيعياً لزراعات كثيرة التنوع استوطنت هناك منذ عهد بعيد. وتوجد في هذا المنبت غابات مطيرة شبه استوائية، وغابات تغطيها الغيوم وأراضٍ بائرة، بحيث يؤلف مجموع هذه العناصر أشكالاً مختلفة من نُظم إيكولوجية ومناظر ذات خصائص متميزة.

source: UNESCO/ERI

留尼汪岛的山峰,冰斗和峭壁

这一自然遗址与留尼汪国家公园的中心区相邻,占地10多万公顷,即相当于留尼汪岛面积的40%。留尼汪岛由两座位于印度洋西南部的火山山脉组成。在此遗址内,两座高耸的火山峰、巨大的峭壁与三座悬崖边的冰斗俯瞰着岛屿,其下峭壁与森林覆盖着的峡谷与盆地交相呼应,共同形成一幅壮阔的图画。这里是植物的天然栖息地,不仅植物种类繁多,而且多为本地独特的品种。亚热带雨林、云雾林和沼泽地交织在一起,宛如一个由生态系统和各种景物组成的马赛克。

source: UNESCO/ERI

Пики, кратеры и валы на острове Реюньон

Этот объект включает центральную зону национального парка острова Реюньон. Его площадь превышает 100 тысяч га, составляя 40% общей площади этого острова в юго-западной части Индийского океана. Его наивысшими точками являются две горы вулканической природы. Здесь разбросаны множество скал, ущелий и лесных бассейнов, которые в совокупности создают пейзаж удивительной красоты. Объект является естественной средой обитания для самых разнообразных растений с высокой степенью эндемизма. Произрастающие здесь тенистые субтропические леса, влажные леса и болота образуют замечательную и приятную для глаза мозаику из экосистем и ландшафтов.

source: UNESCO/ERI

Pitones, circos y escarpaduras de la Isla de la Reunión

Este sitio abarca la zona central del Parque Nacional de la Isla de la Reunión, esto es, una extensión de 100.000 hectáreas equivalente al 40% de la superficie de esta isla, que está ubicada al sudoeste del Océano Índico y cuenta con dos macizos volcánicos. Dominado por dos picos volcánicos, el sitio posee un conjunto de escarpaduras, desfiladeros y lagunas con bosques, que forman un paisaje espectacular. Es el hábitat natural de una gran variedad de plantas con un alto grado de endemismo. Los bosques umbrófilos subtropicales, los bosques de niebla y las landas que pueblan el sitio forman todo un mosaico de ecosistemas y un paisaje de características excepcionales.

source: UNESCO/ERI

Pitons, keteldalen en wallen van het eiland Réunion

De Pitons, keteldalen en wallen van het eiland Réunion vallen samen met de kernzone van het nationaal park La Réunion. Het gebied omvat meer dan 100.000 hectare, 40% van La Réunion, een eiland met twee aangrenzende vulkanische massieven in het zuidwesten van de Indische Oceaan. Het gebied wordt gedomineerd door twee torenhoge vulkanische toppen, massieve bergwanden en drie klifomrande keteldalen. Het herbergt een grote verscheidenheid aan ruig terrein, beboste kloven en bekkens. Het eiland kent verder subtropische regenwouden, nevelwouden en open velden, die samen een mooi mozaïek vormen van ecosystemen en landschapselementen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Néerlandais
Trou de Fer : tête de vallée en amphithéâtre du Bras de Caverne © Hervé Douris
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La région des Pitons, cirques et remparts de l’île de La Réunion coïncide avec la zone centrale du Parc national de La Réunion. Le bien couvre plus de 100 000 ha, soit 40% de La Réunion, une île composée de deux massifs volcaniques adjacents et située dans le sud ouest de l’océan Indien. Dominé par deux pics volcaniques imposants, des murailles massives et trois cirques bordés de falaises, le bien présente une grande diversité de terrains accidentés et d’escarpements impressionnants, de gorges et de bassins boisés qui, ensemble, créent un paysage spectaculaire. Il comprend les habitats naturels avec leurs assemblages d’espèces les plus précieux de l’archipel des Mascareignes. Il protège des secteurs-clés d’un centre mondial reconnu de diversité des plantes et présente un taux d’endémisme remarquablement élevé pour de nombreux taxons. En conséquence, les Pitons, cirques et remparts de l’île de La Réunion apportent la contribution la plus significative et la plus importante à la conservation de la biodiversité terrestre de l’archipel des Mascareignes.

Critère (vii) : L’association du volcanisme, des glissements de terrain d’origine tectonique, et de l’érosion par les fortes pluies et les cours d’eau a donné un paysage accidenté et spectaculaire d’une beauté saisissante, dominé par deux volcans, le Piton des Neiges qui est endormi et le Piton de la Fournaise qui est extrêmement actif. Parmi les autres caractéristiques principales du paysage, il y a les « remparts » – des murailles rocheuses escarpées d’âge et de nature géologiques variables et les « cirques » que l’on peut décrire comme des amphithéâtres naturels massifs dont la hauteur et la verticalité sont vertigineuses. On trouve, dans le bien, des gorges profondes, partiellement boisées et des escarpements, avec des forêts ombrophiles subtropicales, des forêts de brouillard et des landes, le tout formant une mosaïque d’écosystèmes et de caractéristiques paysagères remarquables et très esthétiques.

Critère (x) : Le bien est un centre mondial de diversité des plantes avec un degré d’endémisme élevé. Il contient les derniers habitats naturels les plus importants pour la conservation de la biodiversité terrestre des Mascareignes, y compris une gamme de types forestiers rares. Compte tenu des impacts importants et partiellement irréversibles de l’homme sur l’environnement dans l’archipel des Mascareignes, le bien est le dernier refuge pour la survie d’un grand nombre d’espèces endémiques, menacées et en danger.

Intégrité

À partir d’efforts précédents de conservation de la nature et des forêts, le Parc national de la Réunion a été établi en 2007. Ce statut offre un cadre juridique adéquat pour garantir la protection du bien dont les limites coïncident avec celles du Parc national. Dans les limites du bien, on trouve les caractéristiques exceptionnelles du paysage naturel ainsi que presque tous les derniers écosystèmes naturels et quasi naturels de La Réunion et, en conséquence, ses valeurs-clés pour la biodiversité.

L’intégrité est menacée par plusieurs facteurs. Malgré les efforts de gestion permanents, les espèces exotiques envahissantes constituent un défi constant pour la gestion et une menace très réelle pour les valeurs du bien en matière de biodiversité. La perte avérée de nombreuses espèces indigènes de La Réunion et d’autres îles de l’archipel des Mascareignes au fil du temps illustre la gravité de cette menace.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien bénéficie d’une protection juridique effective grâce à son classement en Parc national. Pour veiller à la valeur universelle exceptionnelle du bien, il faudra une application efficace et adaptative du plan de gestion en évolution pour le Parc national de La Réunion ainsi que des ressources financières et en personnel suffisantes et à long terme. La gestion du Parc national dépend de consultations exhaustives avec les acteurs gouvernementaux et de la société civile et bénéficie de structures scientifiques, de recherche, socio-économiques et culturelles. Des consultations efficaces et utiles avec tous les acteurs concernés, y compris les communautés qui vivent dans les zones tampons et les zones environnantes, sont indispensables.

Des mesures s’imposent également pour répondre à plusieurs menaces spécifiques et pour garantir le maintien et le renforcement de la valeur universelle exceptionnelle. Une surveillance continue et l’application d’une stratégie complète pour contrôler et éradiquer les espèces exotiques envahissantes sont indispensables et devront être menées à long terme et de manière ininterrompue ainsi qu’avec un financement continu important. Certes, le terrain accidenté assure un certain degré de protection naturelle contre l’empiétement, mais les activités économiques anthropiques telles que l’agriculture, la sylviculture, la production d’énergie et le tourisme doivent être gérées tant à l’intérieur du bien que dans sa zone tampon de manière à ne pas nuire à l’intégrité du bien.

L’élaboration et l’application efficace d’une stratégie de développement touristique exhaustive tenant compte de la demande élevée sont également nécessaires. Il y a un équilibre délicat à trouver entre les effets économiques et pédagogiques positifs et les effets destructeurs d’un nombre excessif de touristes et d’activités inappropriées, de sorte que les stratégies pour le tourisme devront nettement donner la priorité à la protection des valeurs du bien, sans négliger les objectifs économiques.