English Français
Aidez maintenant !

Sites de bagnes australiens

Australian Convict Sites

The property includes a selection of eleven penal sites, among the thousands established by the British Empire on Australian soil in the 18th and 19th centuries. The sites are spread across Australia, from Fremantle in Western Australia to Kingston and Arthur's Vale on Norfolk Island in the east; and from areas around Sydney in New South Wales in the north, to sites located in Tasmania in the south. Around 166,000 men, women and children were sent to Australia over 80 years between 1787 and 1868, condemned by British justice to transportation to the convict colonies. Each of the sites had a specific purpose, in terms both of punitive imprisonment and of rehabilitation through forced labour to help build the colony. The Australian Convict Sites presents the best surviving examples of large-scale convict transportation and the colonial expansion of European powers through the presence and labour of convicts.

Sites de bagnes australiens

Le bien comprend une sélection de onze sites pénitentiaires, parmi les milliers établis par l'Empire britannique sur le sol australien aux XVIIIe et XIXe siècles. Les sites sont disséminés à travers le pays, de Fremantle en Australie occidentale, à Kingston et Arthur's Vale sur l'île de Norfolk, à l'est ; et des environs de Sidney, en Nouvelle-Galles du Sud, au nord, jusqu'aux sites de Tasmanie, au sud. Près de 166 000 hommes, femmes et enfants furent envoyés en Australie pendant plus de 80 ans, entre 1787 et 1868, condamnés par la justice britannique à la déportation dans les colonies pénitentiaires. Chacun des sites avait une vocation propre, qu'il s'agisse d'enfermement punitif ou de rééducation par le travail forcé au service du projet colonial. Le bien présente les meilleurs exemples survivants de la déportation à grande échelle de condamnés et de l'expansion colonisatrice des puissances européennes par la présence et le travail des bagnards.

مواقع سجون المنافي

يشمل هذا الموقع مجموعة مختارة من الإصلاحيات من بين آلاف الإصلاحيات التي أنشأتها الإمبراطورية البريطانية في أستراليا إبان القرن الثامن عشر والقرن التاسع عشر. وتقع هذه الإصلاحيات على المحيط البحري الخصيب الذي طُرد منه السكان الأصليون، وبصفة أساسية حول مدينة سيدني وفي جزيرة تاسمانيا وجزيرة نوفولك ومدينة فريمانتل. وضمت هذه السجون عشرات الآلاف من الرجال والنساء والأطفال الذين أدانتهم المحاكم البريطانية. وكان لكل موقع من هذه المواقع اختصاص معين، كالحبس العقابي أو إعادة التهذيب عن طريق تطبيق الأشغال الشاقة لصالح المشروع الاستعماري. ويقدم الممتلك أفضل الأمثلة الباقية على عمليات نفي المجرمين على نطاق واسع، وعلى التوسع الاستعماري الذي مارسته القوى الأوروبية باستخدام المحكوم عليهم بالأشغال الشاقة.

source: UNESCO/ERI

澳大利亚监狱遗址

18世纪和19世纪时,大英帝国在澳大利亚设立了数千所监狱。“澳大利亚监狱遗址”选取了其中的11座殖民监狱。它们主要位于悉尼附近和塔斯马尼亚岛上,但也有几所设在诺福克岛和弗里曼特尔市,其所在地大多是原住民已被驱逐了的、肥沃的海岸地区。这些监狱关押过被英国法院放逐到澳洲殖民地的成千上万名男性、女性和儿童。每座监狱都有自身的用途,它们或是惩罚性的监禁,或是让犯人通过劳动教养协助殖民的建设。“澳大利亚监狱遗址”是现存的大规模驱逐罪犯出境以及欧洲列强通过流放犯人和强制劳动进行殖民扩张的最佳例证。

source: UNESCO/ERI

Каторжные поселения

Памятник включает в себя 11 лагерей, отобранных среди тысяч тех, что были созданы Британской империей в Австралии в 18-19 веках. Они расположены по плодородной периферии моря, откуда были вытеснены аборигены, главным образом вокруг Сиднея и на острове Тасмания, а также на острове Норфолк и в районе города Фримэнтл. В этих тюрьмах содержались десятки тысяч мужчин, женщин и детей, приговоренных британским правосудием к тарнспортировке в каторжные колонии. Каждое учреждение отличалось своей спецификой – одни были местом тюремного заключения, другие служили перевоспитанию принудительным трудом, плодами которого пользовалась колониальная администрация. Памятник сохранил красноречивые свидетельства крупномасштабной депортации преступников и колониальной экспансии европейских держав за счет размещения там заключенных и эксплуатации их труда.

source: UNESCO/ERI

Sitios australianos de presidios

Este sitio comprende un grupo constituido tan sólo por once de los varios miles de colonias penitenciarias que el Imperio Británico estableció en Australia durante los siglos XVIII y XIX. Están situadas en el contorno marítimo fértil del que fueron expulsados los aborígenes, principalmente en los alrededores de las ciudades de Sydney y Fremantle, así como en las islas de Tasmania y Norfolk. En estos presidios vivieron decenas de miles de hombres, mujeres y niños condenados por la justicia británica. Tenían por finalidad específica el encarcelamiento punitivo de los presidiarios, o su reeducación mediante la realización de trabajos forzados en beneficio de los proyectos coloniales. Estos sitios constituyen los mejores ejemplos subsistentes del fenómeno de la deportación masiva de delincuentes y de la expansión de las potencias coloniales europeas mediante la explotación de mano de obra reclusa.

source: UNESCO/ERI

Australische gevangenisterreinen

Het terrein bestaat uit een selectie van elf strafrechtelijke instellingen – van de duizenden die het Britse Rijk neerzette op Australische bodem in de 18e en 19e eeuw. De gevangenisterreinen zijn verspreid over heel Australië. Rond de 166.000 mannen, vrouwen en kinderen werden tussen 1787 en 1868 door de Britse regering veroordeeld tot deze Australische gevangenenkolonies. Elke plek had een specifiek doel qua gevangenisstraf en rehabilitatiemethode; gedwongen arbeid ter opbouw van de kolonie. De Australische gevangenisterreinen zijn de best bewaarde voorbeelden van grootschalig transport van veroordeelden en de koloniale uitbreiding van de Europese mogendheden door de aanwezigheid en het werk van gevangenen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Néerlandais
Port Arthur © Departmnent of the Environment water Heritage and the Arts
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le bien est formé de onze sites complémentaires. Il apporte un exemple éminent et à grande échelle de la migration forcée de condamnés, par leur envoi au bagne dans les colonies lointaines de l’Empire britannique ; une pratique partagée par d’autres Etats coloniaux.

Les sites illustrent les différents types de bagnes organisés au service du projet de développement colonial, pour la construction, les ports, les infrastructures, l’exploitation des ressources, etc. Ils illustrent les conditions de vie des bagnards, des condamnés déportés loin de chez eux, privés de liberté et soumis au travail forcé.

Cette déportation et les travaux forcés qui lui étaient associés s’appliquèrent en masse, tant à des criminels qu’à des condamnés pour des peines relativement mineures, mais aussi pour des délits d’opinion et des opposants politiques. La peine du bagne en Australie s’appliquait également aux femmes et aux enfants à partir de 9 ans. Les bagnes témoignent d’un modèle de punition légale qui fut dominant aux XVIIIe et XIXe siècles dans les grands Etats coloniaux européens, parallèlement et à la suite de l’esclavage.

Le bien montre les diverses formes prises par la colonie pénitentiaire, en relations étroites avec les débats et les croyances sur la punition du crime aux XVIIIe et XIXe siècles en Europe, tant par l’exemplarité et la dureté de la peine à des fins dissuasives que par le projet de réformation sociale par le travail et la discipline. Ils influencèrent l’émergence d’un modèle pénitentiaire en Europe et en Amérique.

Au sein du système colonial établi en Australie, le bagne participa simultanément au rejet des populations aborigènes vers l’intérieur des terres, moins fertiles, et à la création d’une racine importante du peuplement de souche européenne.

Critère (iv) : Les sites de bagnes australiens apportent un exemple éminent de la transformation du bagne classique et des systèmes pénitenciers nationaux, au sein des grands Etats européens des XVIIIe et XIXe siècles, en un système de déportation et de travail forcé au sein du vaste projet colonial de l’Empire britannique. Ils illustrent la variété de la création de colonies pénitentiaires au service des besoins matériels multiples de l’aménagement d’un territoire nouveau. Ils témoignent d’un système carcéral poursuivant de nombreux objectifs allant de la punition sévère et dissuasive aux travaux forcés pour les hommes, les femmes comme les enfants, ainsi que de la réformation des condamnés par le travail et la discipline.

Critère (vi) : La déportation de criminels, de délinquants et de condamnés politiques vers les territoires coloniaux, par les grands Etats-nations entre le XVIIIe et le XXe siècle, forme une importante expérience de l’histoire humaine, notamment par ses dimensions pénales, politiques et coloniales. Les bagnes australiens présentent un exemple particulièrement complet des termes de cette histoire et des valeurs symboliques qui lui sont associées, en lien avec les débats de la société moderne et contemporaine en Europe. Ils illustrent une phase active de l’occupation du territoire colonial au détriment des Aborigènes, et le processus de création d’une population coloniale de souche européenne par la dialectique de la punition et de la déportation suivie par celle du travail forcé et de la réformation sociale sous la forme de l’insertion sociale en tant que colon.

Intégrité et authenticité

L’intégrité structurelle et paysagère du bien est inégale suivant les sites et le type de témoignage considéré. Elle a été affectée par des histoires locales parfois marquées de réutilisations ou de longs abandons. L’intégrité oscille entre des ensembles bien préservés et d’autres où elle peut être qualifiée de fragmentaire. En dehors de certaines perspectives visuelles en milieu urbain, la situation de l’intégrité du bien est par ailleurs bien contrôlée par les plans de gestion de sites.

Malgré la complexité d’un bien formant une série de onze sites distincts qui comprennent plus de 200 éléments porteurs des attributs de la valeur du bien, l’authenticité de la très grande majorité d’entre eux est bonne.

Mesures de protection et de gestion requises

Tous les sites constituant le bien sont inscrits sur la liste du patrimoine national (National Heritage List). Ils sont également protégés par la Loi de protection de l'environnement et de conservation de la biodiversité de 1999.

Il n’y a pas de menace majeure pesant directement sur les éléments constitutifs du bien en série.

La protection générale et la conservation du bien sont satisfaisantes. La conservation s’inscrit dans une dynamique globale positive par l’application des plans de conservation de chacun des sites. Une exception concerne les domaines de Brickendon et Woolmers lesquels nécessitent actuellement une assistance, tant pour la protection que pour la conservation.

Les systèmes de gestion des sites composant le bien sont appropriés et ils sont convenablement coordonnés par le Cadre stratégique de gestion du bien et son Comité de pilotage. Pour les sites comprenant des acteurs privés dans l’accueil des visiteurs, une amélioration de l’interprétation est cependant nécessaire ; celle-ci comprend les objectifs communs soulignés dans le Cadre stratégique de gestion. Il s’agit par ailleurs de considérer les structures d’accueil des visiteurs et leur développement dans le respect de la conservation paysagère des sites.

Description historique

La migration forcée de populations à des fins de travail contraint est une donnée partagée par de nombreuses sociétés humaines, à des périodes historiques très diverses et dans de multiples civilisations. Il s’agit le plus souvent de l’esclavage ou de la déportation de populations à la suite de conflits, mais pas seulement : aux époques moderne et contemporaine, le bagne lie une condamnation pénale à son application dans un territoire lointain, généralement accompagnées d’un travail forcé.  

Le bagne est dans un premier temps une forme d’enfermement des criminels à des fins de travaux forcés. En Europe, il se concentre dans les ports militaires, par exemple pour le service des galères ou pour les travaux pénibles dans les arsenaux, l’aménagement des infrastructures, etc. En temps de guerre, les camps de prisonniers à vocation de travail forcé présentent des similitudes d’organisation et d’objectifs.  

Associé au projet colonial, une nouvelle forme pénitentiaire apparaît au début du XVIIe siècle, dans les pays européens, par la transplantation durable de prisonniers vers les nouveaux territoires. Par le Transportation Act de 1718, l’Angleterre organise un tel système pour ses criminels dans ses colonies d’Amérique du Nord. La France fait de même après l’arrêt des galères, en 1748. La condamnation à la colonie pénitentiaire est en principe une peine carcérale sévère, pour une faute criminelle grave. De fait, en raison des besoins coloniaux de main-d’oeuvre, toutes sortes de fautes, souvent relativement mineures, entraînèrent l’envoi au bagne pour des durées plus ou moins longues. Les délits d’opinion ou d’appartenance à des sociétés politiques interdites furent aussi sanctionnés de cette manière.

À compter de 1775, l’Angleterre cessa la déportation de ses criminels vers l’Amérique, en raison des troubles qui conduisirent ces colonies à l’indépendance. L’Australie devint la destination de remplacement à partir de 1778, avec l’organisation progressive de nombreuses colonies pénitentiaires. La baie de Sydney fut la première région à en accueillir.  

L’apogée des transports pénitentiaires vers l’Australie culmine entre 1787 et 1868, avec 166 000 condamnés envoyés dans ses nombreux bagnes. L’Australie est alors un espace considérable, peuplé d’Aborigènes que l’on repousse rapidement des espaces côtiers les plus abrités et les plus fertiles. Du point de vue du colonisateur, tout est à construire, à commencer par les ports, les habitations, les routes, les fermes coloniales, etc. Les condamnés sont le plus souvent issus des classes populaires ; les femmes représentent 16 % d’entre eux et les enfants, passibles du bagne à compter de 9 ans, sont également assez nombreux.  

Le système du bagne australien a pris des formes très variées pour répondre à des objectifs multiples. Il est pensé au sein d’un vaste débat en Europe, à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles, sur les modes de punition du crime et sur le rôle social à attribuer à la déportation des condamnés. Les termes sont d’un côté la notion de punition et la recherche de la dissuasion du crime, d’un autre l’idée d’une réformation des comportements individuels par le travail et la discipline. La déportation comme force de travail au service du développement colonial, tout particulièrement pour les territoires les plus lointains, apparaît comme une réponse utile et efficace à ces différentes questions sociales en Angleterre, mais aussi dans d’autres pays européens comme la France et la Russie.  

En pratique, dans le cas australien, le bagne doit aussi contribuer à faire des détenus en fin de peine, à leur libération, des colons à part entière. La distance considérable entre l’Europe et l’Australie aboutit presque toujours à l’implantation définitive des bagnards libérés.  

Le système du bagne australien comprenait une série diversifiée de lieux et de systèmes pénitentiaires, allant du travail à l’extérieur au travail enfermé, du bagne de probation à la prison pure et simple ; il comprenait des colonies pénitentiaires destinées aux femmes ou aux enfants (Cascades Female Factory, Point Puer). Dans certains des bagnes, les prisonniers côtoyaient des colons libres (Brickendon & Woolmers Estates). Les conditions de vie étaient bien sûr très strictes, mais d’une dureté variable suivant les sites et leurs fonctions.  

L’encadrement et le transport des bagnards nécessitaient aussi la présence d’une administration pénitentiaire importante, l’organisation d’une flotte spécialisée, la présence de nombreux gardiens, etc.  

Les centres les plus sévères, pour les prisonniers jugés les plus dangereux, comprenaient un dispositif carcéral, des travaux forcés pénibles et souvent dangereux, des punitions corporelles comme le fouet ou des privations, l’enfermement en cellules d’isolement. La plupart des sites possédaient une prison et un quartier d’isolement ; mais certains sont des bagnes de punition, comme le pénitencier de l’île de Norfolk, Port Arthur, les mines de charbon de la presqu’île de Tasman. Ces bagnes furent réputés dans tout l’Empire britannique pour leur dureté, afin de maintenir la frayeur de la déportation dans la population et diminuer ainsi la criminalité en Grande- Bretagne et dans ses colonies.  

Le système des convicts gangs assurait les travaux publics, les routes et les ports en particulier. Le régime y était généralement sévère, les travaux très durs. Il s’agit des sites d’Old Great North Road, Hyde Park Barracks, Port Arthur, Coal Mines, Kingston and Arthur’s Vale Historic Area et Fremantle Prison.  

Pour les prisonniers jugés les moins dangereux, il existait des colonies de travail où les bagnards sont mis à disposition de projets privés, souvent des fermes. Les entrepreneurs les utilisaient sous leur responsabilité. Il s’agit ici des fermes de Brickendon et Woolmers, du domaine de l’ancienne maison du gouvernement. Le travail destiné aux femmes est d’un type manufacturier, comme à Cascades Female Factory, un centre textile. Il s’agit toutefois bien d’un enfermement avec son système de punition et de récompenses. Certaines colonies pénitentiaires utilisaient les femmes comme servantes, par exemple dans les domaines agricoles, le palais du gouvernement.  

Pour les bagnards ayant une bonne conduite, il était possible d’accéder à un système de peine allégée, conduisant progressivement à une libération anticipée. Dans l’esprit très prégnant de la réformation sociale des condamnés, il s’agissait d’un parcours de probation permettant d’évoluer progressivement vers une insertion sociale par le travail et, finalement, à la condition de colon à part entière.  

L’installation des pénitenciers en Australie, au coeur du dispositif colonial en construction, a eu des conséquences particulièrement néfastes pour les Aborigènes. Cela impliqua des désordres sociaux, des migrations forcées et la perte des terres fertiles, des épidémies dévastatrices en raison de l’absence d’immunité. Des conflits et des résistances ont émaillé l’implantation des colons comme des bagnards, souvent accompagnés de victimes.  

Les colonies pénitentiaires se perpétuèrent assez longuement après l’abolition officielle du système de la déportation des condamnés, jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, par leur propre dynamique de gestion des condamnés présents et par des pratiques similaires, mais moins massivement appliquées, comme l’exil.  

Le dernier bien a avoir eu une activité carcérale est la prison de Fremantle, fermée au début des années 1990.  

Actuellement, la plupart de ces sites sont devenus, entièrement ou pour partie, des lieux de mémoire, des musées ou des parcs.

Source : évaluation des Organisations consultatives