jump to the content

Pont-canal et canal de Pontcysyllte

Pontcysyllte Aqueduct and Canal

Situated in north-eastern Wales, the 18 kilometre long Pontcysyllte Aqueduct and Canal is a feat of civil engineering of the Industrial Revolution, completed in the early years of the 19th century. Covering a difficult geographical setting, the building of the canal required substantial, bold civil engineering solutions, especially as it was built without using locks. The aqueduct is a pioneering masterpiece of engineering and monumental metal architecture, conceived by the celebrated civil engineer Thomas Telford. The use of both cast and wrought iron in the aqueduct enabled the construction of arches that were light and d strong, producing an overall effect that is both monumental and elegant. The property is inscribed as a masterpiece of creative genius, and as a remarkable synthesis of expertise already acquired in Europe. It is also recognized as an innovative ensemble that inspired many projects all over the world.

Pont-canal et canal de Pontcysyllte

Situés au nord-est du pays de Galles, les 18 km du pont-canal et canal de Pontcysyllte représentent un exploit du génie civil de la Révolution industrielle. Achevé au début du XIXème siècle, le canal surmonte d'importantes difficultés géographiques. Sa construction a demandé des travaux de génie civil importants et audacieux car il s'agit d'un ensemble d'un seul bief, sans aucune écluse. Le pont-canal, conçu par le célèbre ingénieur Thomas Telford, est une œuvre pionnière par ses choix technologiques et sa hardiesse architecturale. Le recours à la fonte et au fer forgé a permis la réalisation d'arches légères et résistantes, ce qui confère au pont-canal une allure monumentale mais élégante. Le bien est inscrit en tant que chef d'œuvre du génie créateur humain et remarquable synthèse de l'expertise européenne de cette époque. Il s'agit aussi d'un ensemble innovateur qui a inspiré bien d'autres projets un peu partout dans le monde.

قناطر ماء وقناة بونكتيسيلت

تُعتبر قناة بونكتيسيلت، الواقعة في شمال ـ شرق مقاطعة ويلز والبالغ طولها 18 كيلو متر، إنجازاً فذّاً من إنجازات الهندسة المدنية للثورة الصناعية، اُستكمِل بناؤها في بداية القرن التاسع عشر (1805). ونظراً للمنطقة الجغرافية الوعرة التي اختيرت لإنشاء هذه القناة، فقد تتطلب ذلك إيجاد حلول مهمة وجريئة في مجال الهندسة المدنية، خاصة وأن هذا العمل تم دون استخدام الكوابح. وتمثل القنطرة إنجازاً نموذجياً رائعاً وبناية معمارية معدنية ضخمة، قام بتصميمها المهندس المدني الشهير توماس تيلفورد. أما استخدام المعدن المسبوك والحديد المزخرف في بناء القناة، فقد أتاح إنشاء قناطر خفيفة وضخمة، مما يعطي شعوراً عاماً بروعتها وجمالها. وتم تسجيل هذا الممتلك باعتباره يمثل إحدى روائع العقل البشري المبدع، وكخلاصة جامعة رائعة للخبرات التي سبق اكتسابها في أوروبا. وفضلاً عن ذلك، فقد تم التسليم بأن هذا الممتلك يمثل مجمعاً تجديدياً مهّد السبيل لتنفيذ العديد من المشروعات المماثلة في جميع أنحاء العالم.

source: UNESCO/ERI

Puente-canal y canal de Pontcysyllte

El canal de Pontcysyllte, que surca el nordeste del País de Gales a lo largo de 18 kilómetros, es una auténtica proeza de la ingeniería civil de la época de la Revolución Industrial. Su construcción, que se remonta a principios del siglo XIX, exigió superar importantes obstáculos geográficos y realizar importantes y audaces trabajos de ingeniería, ya que fue construido en un solo tramo sin exclusa alguna. El puente-canal, diseñado por el célebre ingeniero Thomas Telford, es una obra precursora tanto por la tecnología utilizada como por su monumental arquitectura metálica. El recurso simultáneo al hierro colado y forjado permitió la construcción de arcos ligeros y resistentes a la vez, que dan al puente-canal un aspecto imponente y elegante a la vez. El sitio se ha inscrito en la Lista del Patrimonio Mundial en su calidad de obra maestra del ingenio creativo humano, así como de síntesis notable de los conocimientos técnicos de la Europa de su tiempo. Con su inscripción se reconoce también su carácter de conjunto innovador que inspiró muchos otros proyectos de ingeniería en el mundo entero.

source: UNESCO/ERI

Pontcysyllte aquaduct en kanaal

Het 18 kilometer lange Pontcysyllte-aquaduct en kanaal liggen in het noordoosten van Wales. Ze zijn het resultaat van de civiele techniek tijdens de Industriële Revolutie, voltooid in de vroege 19e eeuw. De bouw van het kanaal vereiste ingrijpende, baanbrekende civieltechnische oplossingen, vooral omdat gebouwd werd zonder sluizen te gebruiken. Het aquaduct is een vernieuwend meesterwerk van techniek en monumentale metalen architectuur, ontworpen door de beroemde ingenieur Thomas Telford. Het gebruik van zowel giet- als smeedijzer maakte de constructie van lichte en sterke bogen mogelijk, waardoor een groots, maar elegant geheel ontstond. Het aquaduct en kanaal van Pontcysyllte gelden als inspiratie voor veel projecten over de hele wereld.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Espagnol
  • Néerlandais
Pont-canal et canal de Pontcysyllte © Crown Copyright
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le canal de Pontcysyllte est un exemple remarquable de construction d’une voie d’eau artificielle dans un environnement géographique difficile, à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Il a nécessité des travaux de génie civil importants et hardis. Le pont-canal de Pontcysyllte est un chef-d’œuvre pionnier d’ingénierie et d’architecture monumentale, par le célèbre ingénieur civil Thomas Telford. Il a été réalisé par des arches métalliques sur de fines et hautes piles maçonnées. Le pont-canal et le canal de Pontcysyllte sont des exemples précoces et exceptionnels des innovations apportées par la révolution industrielle en Angleterre, où ils ont permis un développement décisif des capacités de transport. Ils témoignent des échanges internationaux et d’influences très importants dans la navigation intérieure, dans le génie civil, dans l’aménagement du territoire et dans l’application du fer à la conception des structures.

Critère (i) : Le pont-canal de Pontcysyllte est un ouvrage d’art monumental très novateur, réalisé au moyen d’arches métalliques posées sur de hautes et fines piles maçonnées. C’est le premier grand chef-d’œuvre de l’ingénieur civil Thomas Telford, à la base d’une notoriété internationale exceptionnelle. Il témoigne des capacités de production alors uniques de l’industrie sidérurgique britannique.

Critère (ii) : La construction intensive des canaux en Grande-Bretagne, à compter de la seconde moitié du XVIIIe siècle, et particulièrement de celui de Pontcysyllte dans une région difficile, témoigne d’échanges techniques considérables et de progrès décisifs dans la conception et la réalisation des voies d’eau artificielles.

Critère (iv) : Le canal de Pontcysyllte et ses ouvrages d’art témoignent d’une étape marquante dans le développement des transports lourds au profit de la révolution industrielle. Ils sont des représentants exceptionnels de ses nouvelles possibilités techniques et monumentales.

Intégrité et authenticité

L’intégrité de la voie d’eau a été maintenue, dans des structures hydrauliques et de génie civil conformes à celles des origines. Toutefois, les berges historiques constituées de remblais ont posé d’importants problèmes de stabilité et d’étanchéité, notamment dans la seconde moitié du XXe siècle. Les réparations entreprises ont fait appel à des solutions techniques différentes des simples remblais initiaux, à la fois pour la résistance structurelle et l’étanchéité : béton, palplanches d’acier, géotextiles, etc. Du point de vue de l’intégrité, ces travaux de restauration ont permis de maintenir le fonctionnement hydraulique de la voie d’eau et de conserver ses caractéristiques morphologiques d’ensemble. L’intégrité des paysages du bien et de sa zone tampon contribue à l’expression de la valeur du bien. Le bien possède tous les éléments d’intégrité nécessaires à l’expression de sa valeur, comme grand canal historique de la révolution industrielle. Les quelques changements structurels intervenus sur les deux grands ponts-canaux sont restés secondaires, contribuant au maintien du bien dans sa situation d’usage. Les changements de matériaux sont restés limités au cours de l’histoire du bien. Au cours du XXe siècle, des réparations de maçonneries n’ont pas toujours respecté les mortiers et les pierres d’origine. Les bâtiments associés au canal et à son environnement proche offrent généralement un bon degré d’authenticité.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

La gestion technique et monumentale par British Waterways est satisfaisante. Le plan de gestion est convenable ; il définit bien les objectifs de la conservation, mais il gagnerait à unifier la préservation de la zone tampon et à définir un plan du développement touristique et d’interprétation du site.

Description historique

Afin de joindre Chester et l'estuaire de la Mersey à la Severn et au réseau des canaux des Midlands, le canal d'Ellesmere est envisagé au tout début des années 1790. Il est entrepris par une compagnie privée sous la conduite technique de l'ingénieur William Jessop (1745-1814). Trois embranchements sont mis en chantier à partir du point central d'Ellesmere. Le besoin d'eau et les riches réserves de charbon et de calcaire des vallées de la Dee et de la Ceiriog, dans les contreforts des montagnes du pays de Galles, incitent à étendre le projet dans cette direction par une quatrième section. Les travaux débutent en 1795.

Toutefois, pour relier le flanc nord de la Dee aux canaux d'Ellesmere, le franchissement des rivières Ceiriog et Dee, aux vallées bien marquées, présente deux obstacles majeurs. Jessop s'adjoint dès 1793 la collaboration de Thomas Telford (1757-1834) pour cet embranchement du canal. C'est un ingénieur et un architecte sorti du rang par ses qualités et son habileté à trouver des solutions techniques nouvelles aux questions de construction et de génie civil. Au moment de son embauche, il est déjà connu et il vient d'entreprendre divers ponts en fonte : pour le franchissement de la Severn, le pont-canal de Longdon. Il propose un pont métallique pour franchir la Tamise à Londres. Dans la même région, il travailla également à la construction de la route de Londres à Dublin.

Le franchissement de la Ceiriog à Chirk est le premier ouvrage à être envisagé, en 1795, par Jessop et Telford. Après d'importants débats, l'ouvrage en pierre est préféré. Peu après, quand il s'agit d'étudier le franchissement de la Dee, les conditions ont changé. D'une part la vallée est plus large et plus profonde, un ouvrage classique y serait extrêmement cher ; d'autre part les ponts métalliques commencent à faire leurs preuves. La solution de pont en fonte proposée par Telford est retenue et mise en oeuvre sous sa direction. Le canal ouvre jusqu'à Trevor le 26 novembre 1805. La partie qui prolonge le canal jusqu'à Horseshoe Falls est achevée en 1808.

Dès sa construction, le pont-canal de Pontcysyllte est célèbre par son ambition technique et architecturale très novatrice. À son achèvement, il apparaît comme une réussite exceptionnelle, amenant des commentaires élogieux de la part des ingénieurs et inspirant les artistes romantiques. Après les guerres napoléoniennes, il reçoit plusieurs visites d'ingénieurs et de savants étrangers.

Le pont-canal de Pontcysyllte a rendu Thomas Telford célèbre. Il fut considéré de son vivant comme le plus grand constructeur de ponts métalliques et de canaux de son époque. Il fut le premier président de la Société des ingénieurs civils de Londres, en 1825. Telford et son ouvrage de Pontcysyllte eurent une influence importante sur le développement international des canaux au début du XIXe siècle, en Grande-Bretagne, en Europe et en Amérique du Nord. Il participa à la construction d'autres canaux très connus : le canal calédonien en Écosse, le canal Gotha en Suède.

L'influence économique du canal fut importante pour la région, durant la première moitié du XIXe siècle, permettant de développer rapidement l'extraction du charbon, le travail du fer, les carrières de calcaire, la production de chaux. Les carrières d'ardoise des monts du pays de Galles et l'agriculture bénéficièrent également du canal. Dès 1815, ses investissements pourtant considérables sont remboursés et il devient une affaire très rentable. Son lien direct avec un vaste réseau de canaux, vers la Mersey, à travers les Midlands et jusqu'à Londres, favorisa grandement son usage.

À la différence de ce qui se passa dans d'autres régions, le chemin de fer ne fut pas un concurrent direct du canal mais plutôt un complément, par de petites lignes privées le desservant. Toutefois la situation du transport des pondéreux décline brutalement à la fin du XIXe siècle, suivant la décroissance de l'industrie lourde locale. Le trafic économique devient négligeable dès avant la Première Guerre mondiale.

Favorisé par un environnement paysager resté rural et aux vallées plaisantes, malgré l'industrie qui ne les modifia jamais profondément, le tourisme sur le canal commença dès 1884. Durant tout le premier tiers du XXe siècle, il existe de manière régulière et organisée, sous forme de petites croisières et de séjours champêtres. Toutefois, la crise des années 1930 puis la guerre lui portent un coup fatal.

En 1944, le canal d'Ellesmere est déclassé par un acte du Parlement, mais sa branche ouest est conservée, sous le nom de canal de Llangollen, en raison de son rôle dans l'adduction d'eau régionale. Il est toutefois en mauvais état, impropre à la navigation, le pont-canal n'est plus emprunté par les bateaux.

Une action en faveur de la navigation de plaisance et du patrimoine industriel, menée par des historiens et des écrivains passionnés, entraîna un renouveau d'intérêt au début des années 1950. Il se transforma en un véritable décollage touristique dans les années 1960, en Grande- Bretagne, ce qui contribua à la restauration du canal et à son entretien. Depuis 1954, il est géré et maintenu en état de navigation par British Waterways. C'est l'un des plus populaires et des plus fréquentés du Royaume-Uni.

Durant le XIXe siècle, le canal et ses ouvrages d'art ont été régulièrement entretenus. Il n'y a pas eu de changements structurels, mais simplement la réalisation de quais et de bâtiments sur ses rives pour répondre aux besoins du transport.

L'étanchéité du pont-canal de Chirk a été refaite en 1866- 1868, avec adjonction de sections en plaque de fonte aux extrémités. Le pont-canal de Pontcysyllte a connu des changements ponctuels de pièces métalliques ; son chemin de halage a été refait en tôles de fer en 1879.

En raison du déclin relativement précoce de son activité industrielle, à la fin du XIXe siècle, il n'a pas subi de transformation majeure. Il reflète donc bien la période de la révolution industrielle et ses transports fluviaux.

Plusieurs effondrements des berges en remblai se sont produits en 1945, 1960, 1982 et 1985, nécessitant d'importants travaux de réparation en certains endroits du canal. Il s'agit d'un point important du maintien de l'intégrité de la voie d'eau.

L'ouvrage de Pontcysyllte a été entièrement rénové, en 2003-2004, à l'occasion de son bicentenaire, dans un esprit élevé de respect de son patrimoine technique. Il s'agissait de nettoyer la corrosion de la fonte, de changer les pièces métalliques défectueuses par d'autres de même forme et de matériau similaire, de réparer la maçonnerie des piles et de restaurer complètement le chemin de halage et sa balustrade alors en mauvais état.

Le canal et le pont-canal de Pontcysyllte ont inspiré la politique de préservation des canaux en Grande-Bretagne et fortement aidé à prendre conscience de l'héritage laissé par l'époque industrielle.

Source : évaluation des Organisations consultatives