English Français
Aidez maintenant !

Ipogée de Ħal Saflieni

Ħal Saflieni Hypogeum

The Hypogeum is an enormous subterranean structure excavated c. 2500 B.C., using cyclopean rigging to lift huge blocks of coralline limestone. Perhaps originally a sanctuary, it became a necropolis in prehistoric times.

Ipogée de Ħal Saflieni

Énorme structure creusée dans le sol vers 2500 av. J.-C et revêtue d'un appareil cyclopéen. avec de grandes dalles de calcaire corallien, l'hypogée, qui fut peut-être d'abord un sanctuaire, devint une nécropole dès les temps préhistoriques.

ناووس حال صافليني

إن الناووس الذي كان على الأرجح معبدًا في البداية هو بناءٌ ضخمٌ شُيّد تحت الأرض حوالى 2500 ق.م. يغطّيه جهازٌ ضخمٌ مؤلّفٌ من بلاطاتٍ كبيرةٍ من الكلس المرجاني. وقد أصبح مقبرةً كبيرةً منذ عصور ما قبل التاريخ.

source: UNESCO/ERI

哈尔•萨夫列尼地下宫殿

哈尔·萨夫列尼地下宫殿是一个巨大的地下建筑,建于约公元前2500年,它是利用大型的传动索运输巨石和珊瑚石灰石建造而成。这座地下宫殿可能曾是避难所,但从史前时期起便成为大墓地。

source: UNESCO/ERI

Святилище Хал-Сафлиени

Эти гигантские подземные катакомбы – «ипогей» - были вырыты в середине 3-го тысячелетия до н.э.. Для того, чтобы поднять огромные блоки кораллового известняка, при строительстве катакомб использовались особо мощные устройства. Возможно, первоначально эти постройки несли функцию святилища, однако позже оно превратилось в место захоронения – некрополь.

source: UNESCO/ERI

Hipogeo de Hal Saflieni

Este hipogeo es una enorme estructura subterránea excavada hacia el año 2500 a.C., en la que se alzan bloques colosales de caliza coralina levantados con aparejos ciclópeos. Destinado probablemente en un principio a cumplir la función de santuario, se utilizó como necrópolis desde los tiempos prehistóricos.

source: UNESCO/ERI

ハル・サフリエニ地下墳墓

source: NFUAJ

Ħal Saflieni Hypogeum

Het hypogeum van Ħal Saflieni is een enorm ondergronds bouwwerk dat circa 2500 voor Christus gegraven is. Hierbij is gebruik gemaakt van een reusachtig touwwerk om grote blokken koraalachtig kalksteen naar boven te halen. Was het oorspronkelijk misschien een heiligdom, in de prehistorie werd het een necropolis. Dit ‘labyrint’, zoals het vaak wordt genoemd, bestaat uit een reeks ovale kamers en cellen, te bereiken via verschillende gangen. De megalithische muren zijn gemaakt van reusachtig metselwerk, grote onregelmatige blokken van krijtachtig koraalsteen zonder mortel. De belangrijkste kamers onderscheiden zich door hun koepelvormige gewelf en de aanwezigheid van nissen die deuren en ramen suggereren.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Hypogée de Hal Safliéni © Heiko Gorski
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

L’hypogée de Ħal Saflieni (cimetière souterrain) fut découvert en 1902 sur une colline dominant la partie centrale du Grand Harbour de La Valette, dans la ville de Paola. C’est un monument préhistorique unique, qui semble avoir été conçu comme un cimetière souterrain, contenant à l’origine les restes de quelque 7000 individus. Le cimetière fut utilisé tout au long des phases Żebbuġ, Ġgantija et Tarxien de la préhistoire maltaise, s’étendant d’environ 4 000 à 2 500 av. J.-C.

À l’origine, on entrait dans l’hypogée de Ħal Saflieni en passant par une structure au niveau du sol. Seuls quelques rares blocs de ce bâtiment d’entrée ont été découverts et sa forme et ses dimensions restent incertaines. Le plan de l’hypogée lui-même correspond à une série de trois niveaux superposés de chambres taillées dans du calcaire tendre à globigérines, à l’aide d’outils uniquement en chaille, silex et obsidienne et avec des bois d’animaux. Le plus ancien des trois niveaux est le plus élevé, creusé au sommet d’une colline. Un certain nombre d’ouvertures et de chambres pour l’inhumation des morts ont ensuite été taillées dans les côtés de la colline.

Les deux niveaux inférieurs ont également été entièrement creusés dans de la roche naturelle. Quelques rayons de lumière naturelle atteignaient le niveau intermédiaire, en passant pas une petite ouverture pratiquée dans le niveau supérieur, mais un éclairage artificiel a dû être utilisé pour circuler dans certaines chambres du niveau intermédiaire et du niveau inférieur, qui se trouve à 10,60 m au-dessous du niveau au sol actuel.

L’une des caractéristiques les plus frappantes de l’hypogée de Ħal Saflieni est le fait que certaines chambres semblent avoir été creusées pour imiter l’architecture des temples mégalithiques contemporains construits en surface. De fausses baies, inspirées de portes et fenêtres en trilithon, font partie des éléments caractéristiques. Et surtout, quelques chambres sont dotées de plafonds agrémentés d’un anneau de pierre taillée surplombant celui qui se trouve en-dessous pour imiter un toit en maçonnerie avec encorbellement. Cette forme rappelle la manière dont certains murs en maçonnerie des chambres des temples construits en surface ont des encorbellements vers l’intérieur, suggérant que ces chambres aussi étaient à l’origine couvertes par une toiture. 

Quelques murs et plafonds des chambres étaient décorées avec des motifs en spirale et alvéolaires en ocre rouge, un pigment minéral. Ces décorations sont les seules peintures murales préhistoriques découvertes sur les îles maltaises. Dans l’une de ces chambres décorées, il existe une petite niche qui renvoie l’écho d’une personne parlant dans celle-ci. Alors que cet effet n’a peut-être pas été créé intentionnellement, il est fort possible qu’il ait été exploité pour faire partie des rituels pratiqués à l’intérieur des chambres.

Les fouilles de l’hypogée de Ħal Saflieni ont fourni du matériel archéologique en abondance, notamment de nombreux ossements humains, ce qui donne à penser que le rituel funéraire se déroulait sur plus d’une phase. Il semble que les corps aient été probablement laissés exposés jusqu’à ce que la chair se décompose et se détache. Les ossements restants et ce qui semble être des biens personnels étaient ensuite rassemblés, puis enterrés dans les chambres avec de grandes quantités d’ocre rouge. L’utilisation de l’ocre semble avoir fait partie du rituel, peut-être pour imprégner les os avec la couleur du sang et de la vie. Les individus n’étaient pas ensevelis séparément, mais empilés les uns sur les autres.

Les objets d’art récupérés sur le site comprennent des poteries décorées avec des motifs complexes, des boutons en coquillage, des perles et amulettes en pierre et en argile, ainsi que de petits animaux et oiseaux sculptés dans la pierre, qui ont pu être portés à l’origine comme pendentifs. Les découvertes les plus saisissantes sont des figurines de pierre et d’argile représentant des formes humaines. La plus impressionnante de ces silhouettes est celle montrant une femme allongée sur un lit ou une « couche », communément appelée la « femme endormie ». Cette sculpture est en elle-même une œuvre d’art, témoignant d’un sens aigu du détail. 

Critère (iii): L’hypogée de Ħal Saflieni est un monument unique d’une valeur exceptionnelle. Il est le seul exemple connu en Europe de « labyrinthe » souterrain datant d’environ 4 000 à 2 500 av. J.-C. Par la qualité de son architecture et par son remarquable état de conservation, il constitue un monument essentiel de l’époque préhistorique.

Intégrité

L’hypogée de Ħal Saflieni est l’un des environnements les mieux préservés et les plus vastes qui ont subsisté depuis le néolithique. À l’exception des vestiges fragmentaires de l’entrée au niveau du sol, tous les attributs importants du bien, y compris les détails architecturaux et les décorations peintes sur les murs, sont demeurés intacts à l’intérieur des limites.

Les principales menaces pesant sur la préservation de l’hypogée de Ħal Saflieni sont les fluctuations des niveaux de température et d’humidité relative à l’intérieur du site, de même que l’infiltration de l’eau et des infestations biologiques.

Authenticité

L’hypogée de Ħal Saflieni, qui est l’un des deux plus importants sites funéraires des îles maltaises, est remarquablement bien conservé, à la différence des vestiges fragmentaires qui, habituellement, subsistent des structures construites à cette époque au-dessus- du sol.

La conservation étonnante des chambres taillées dans la roche permet d’étudier un système d’espaces reliés entre eux, qui sont dans un état très proche de celui où ils ont été conçus et expérimentés par un esprit néolithique. Le fait d’avoir imité l’intérieur d’un temple mégalithique bâti au-dessus du sol fournit non seulement le témoignage d’un système d’encorbellement qui fut utilisé pour couvrir les temples d’un toit, mais il est également important en termes d’évolution des processus humains de cognition et de représentation.

L’hypogée de Ħal Saflieni a également fourni plusieurs objets importants d’une grande importance artistique. Au premier rang de ceux-ci figure la statuette appelée la « femme endormie », une figurine miniature en céramique, qui est généralement considérée comme l’une des plus grandes œuvres d’art de la représentation anthropomorphique de la préhistoire.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le principal instrument juridique pour la protection des ressources du patrimoine culturel de Malte est la Loi sur le patrimoine culturel (2002), qui prévoit et régit des organismes nationaux chargés de la protection et de la gestion des ressources du patrimoine culturel. Le développement de la construction et l’occupation des sols sont réglementés par la loi sur l’environnement et la planification du développement (2010 et amendements ultérieurs), qui prévoit et régit l’Autorité de l’environnement et de la planification de Malte. L’hypogée de Ħal Saflieni est protégé par une zone tampon, et l’hypogée de Ħal Saflieni et sa zone tampon sont tous deux classés officiellement par l’Autorité de l’environnement et de la planification de Malte comme site archéologique de grade A, ce qui signifie qu’ils sont soumis à de multiples restrictions en matière de développement de la construction.

Un programme de suivi et de recherche, lancé afin de comprendre le microclimat régnant dans l’hypogée, fut suivi d’un programme de conservation du bien, élaboré et mis en œuvre dans les années 1990s ; les maisons situées directement au-dessus du site ont été acquises et démolies ; les niveaux de lumière à l’intérieur du bien sont strictement contrôlés ; et le nombre de visiteurs est limité. Ces mesures ont contribué à maintenir des niveaux de température et d’humidité stables, qui continuent d’être étroitement suivis.

Description longue

L'hypogée de Hal Safliéni est un bien culturel préhistorique d'une valeur considérable. Ce monument, construit vers 2500 av. J.-C., est le seul exemple connu de structure bâtie souterraine de l'âge du bronze.

Découvert par hasard en 1902 par un maçon qui construisait les fondations d'une maison, il a été fouillé sous la direction de Temi Zammit, le premier directeur du musée de Malte. Ces travaux ont mis au jour une riche moisson de mobilier archéologique : outre des os humains, beaucoup de céramique et d'ornements personnels, colliers et amulettes, petits animaux sculptés ou figurines plus grandes.

Ce labyrinthe, comme on l'appelle souvent, consiste en une série de chambres elliptiques et d'alvéoles de dimensions variées qui donnent accès aux différents couloirs. Les murs mégalithiques sont construits en appareil cyclopéen, fait de grands blocs irréguliers de calcaire corallien taillés avec des outils rudimentaires en silex ou en obsidienne, et montés à sec. Les salles principales se caractérisent par leur voûte en dôme et par leurs fausses baies élaborées, inspirées par les portes et les fenêtres des maisons réelles. L'hypogée, qui était à l'origine conçu comme un sanctuaire, et peut-être comme un lieu oraculaire, a été utilisé comme ossuaire dès la préhistoire, comme en témoignent les restes de plus de 7 000 individus mis au jour à la faveur de ces fouilles.

Le niveau supérieur consiste en une grande cavité dotée d'un passage central flanqué de part et d'autre par des chambres funéraires. Le niveau intermédiaire consiste en différentes chambres si soigneusement taillées qu'elles donnent l'impression d'une maçonnerie construite, ce qui est d'autant plus remarquable que ce travail a été entièrement réalisé avec des outils en silex ou en pierre. Des motifs peints en ocre rouge, curvilignes ou en spirale, sont encore visibles dans certaines zones. L'une des niches de la « chambre de l'Oracle » présente une acoustique remarquable, et renvoie l'écho. La façade courbe est magnifique, et l'architecture du monument remarquablement bien conservée.

Source : UNESCO/CLT/WHC