English Français
Aidez maintenant !

Ville protégée de San Miguel et sanctuaire de Jésus Nazareno de Atotonilco

Protective town of San Miguel and the Sanctuary of Jesús Nazareno de Atotonilco

The fortified town, first established in the 16th century to protect the Royal Route inland, reached its apogee in the 18th century when many of its outstanding religious and civic buildings were built in the style of the Mexican Baroque. Some of these buildings are masterpieces of the style that evolved in the transition from Baroque to neoclassical. Situated 14 km from the town, the Jesuit sanctuary, also dating from the 18th century, is one of the finest examples of Baroque art and architecture in the New Spain. It consists of a large church, and several smaller chapels, all decorated with oil paintings by Rodriguez Juárez and mural paintings by Miguel Antonio Martínez de Pocasangre. Because of its location, San Miguel de Allende acted as a melting pot where Spaniards, Creoles and Amerindians exchanged cultural influences while the Sanctuary of Jesús Nazareno de Atotonilco constitutes an exceptional example of the exchange between European and Latin American cultures. Its architecture and interior decoration testify to the influence of Saint Ignacio de Loyola’s doctrine.

Ville protégée de San Miguel et sanctuaire de Jésus Nazareno de Atotonilco

La ville fortifiée, établie au XVIe siècle pour protéger la route intérieure royale, a atteint son apogée au XVIIIe siècle quand de nombreux édifices religieux et civils ont été construits dans le style baroque mexicain. Certains de ces bâtiments sont des chefs-d’œuvre de ce style qui a évolué durant la transition du baroque au néoclassique. Situé à 14 km de la ville, le sanctuaire jésuite, datant également du XVIIIe siècle, est un des plus beaux exemples de l’art et de l’architecture baroques en Nouvelle Espagne. Il est constitué d’une grande église et de plusieurs chapelles plus petites, toutes décorées avec des peintures à l’huile de Rodriguez Juárez et des peintures murales de Miguel Antonio Martínez de Pocasangre. De par sa position, San Miguel de Allende a fait office de creuset où se mêlaient les influences culturelles espagnoles, créoles et amérindiennes. Le sanctuaire, lui, constitue un exemple exceptionnel d’échanges culturels entre l’Europe et l’Amérique latine. Son architecture et sa décoration intérieure sont des témoins de l’influence de la doctrine de Saint Ignace de Loyola.

مدينة سان ميغل المحمية وكنيسة خيسوس دي نازارينو دي أتوتونيلكو

أنشئت المدينة المحصَّنة في القرن السادس عشر لحماية الطريق الملكية المؤدية إلى الجزء الداخلي من البلاد، وبلغت أوجها في القرن الثامن عشر مع بناء العديد من صروحها الدينية والمدنية الرائعة تبعاً للأسلوب الباروكي المكسيكي. يشكل بعض هذه المباني روائع قائمة بذاتها، تتسم بأسلوب يمزج بين الفن الباروكي والكلاسيكي الحديث. وعلى مسافة 14 كلم من المدينة تقع كنيسة اليسوعيين العائدة إلى القرن الثامن عشر. تشكل الكنيسة أحد أبهى أمثلة الفن الباروكي والفن المعماري في "إسبانيا الجديدة". وهي مؤلفة من كنيسة كبرى ومجموعة من الكنائس الصغيرة، وقد زيِّنت بلوحات زيتية لرودريغز خواريز ولوحات جدارية لميغل أنطونيو مارتينيز دي بوكاسانغري. ونظراً إلى موقعها الجغرافي، كانت مدينة سان ميغل نقطة التقاء الإسبان والكرييوليين والهنود الأمريكيين الذين كانوا ينهلون منها التأثيرات الثقافية على نحو متبادل، في حين أن كنيسة خيسوس نازارينو دي أتوتونيلكو تشكل مثلاً استثنائياً للتبادل الثقافي بين أوروبا وأمريكا اللاتينية. وتشهد هندستها المعمارية وزخرفتها الداخلية على تأثير مبادئ ومعتقدات القديس إيغناسيو دي لويولا الدينية في هذا السياق الإقليمي.  

source: UNESCO/ERI

Город-заповедник Сан-Мигель и храм Иисуса из Назарета в Атотонилько

Город-крепость, построенный в XVI веке для защиты Королевской дороги внутри страны, своего расцвета достиг в XVIII столетии благодаря строительству большого числа храмов и жилых зданий в стиле мексиканского барокко. Многие из них – настоящие шедевры стиля, промежуточного между барокко и неоклассицизмом. Один из них – храм Иисуса из Назарета, расположенный в 14 км от Мехико, представляет собой образец барочной новоиспанской архитектуры. Это архитектурный ансамбль, состоящий из большого собора и нескольких малых церквей, все они украшены живописными работами Родригеса Хуареса и настенными росписями Мигеля Антонио Маринеса де Покасангре. Благодаря своему расположению Сан-Мигель де Альенде был своеобразным культурным перекрестком, местом взаимопроникновения традиций испанского, креольского и индейского народов, в то время как храм Иисуса из Назарета является уникальным примером смешения европейских и латиноамериканских культурных традиций. Архитектура и внутреннее убранство последнего отражают влияние идей Святого Игнасио де Лойоло.

source: UNESCO/ERI

Villa Protectora de San Miguel el Grande y Santuario de Jesús Nazareno de Atotonilco

Fundada en el siglo XVI para proteger el camino real del interior del país, la ciudad de San Miguel de Allende alcanzó su apogeo en el siglo XVIII, época en la que se construyeron numerosos edificios religiosos y civiles de estilo barroco mexicano. Algunos de ellos son obras maestras del estilo de transición entre el barroco y el neoclásico. Por su parte, el santuario de Jesús Nazareno de Atotonilco, construido por los jesuitas a unos 14 km de San Miguel, data también del siglo XVIII y es uno de los ejemplos más hermosos de la arquitectura y el arte barrocos de la Nueva España. Comprende una gran iglesia y una serie de capillas pequeñas ornamentadas con óleos de Juan Rodríguez Juárez y murales de Miguel Antonio Martínez de Pocasangre. Debido a su situación, San Miguel de Allende fue un verdadero crisol de influencias mutuas entre la cultura española, la criolla y la indígena, y constituye un ejemplo excepcional del intercambio cultural entre Europa y América Latina. Su arquitectura y ornamentación interior patentizan la influencia de la doctrina de San Ignacio de Loyola.

source: UNESCO/ERI

サン・ミゲルの要塞都市とヘスス・デ・ナサレノ・デ・アトトニルコの聖地

source: NFUAJ

Beschermende stad San Miguel en het Heiligdom van Jesús Nazareno de Atotonilco

De versterkte stad San Miguel bereikte in de 18e eeuw zijn hoogtepunt, toen veel van zijn religieuze en burgerlijke gebouwen werden gebouwd in de stijl van de Mexicaanse barok. Sommige van deze gebouwen zijn meesterwerken van de stijl die zich ontwikkelde tijdens de overgang van barok naar neoklassiek. Op 14 kilometer van de stad ligt het Jezuïtische heiligdom. Het dateert ook uit de 18e eeuw en is een van de mooiste voorbeelden van barokke kunst en de architectuur in het Nieuwe Spanje. Het heiligdom bestaat uit een grote kerk en een aantal kleinere kapellen, allemaal gedecoreerd met olieverfschilderijen en muurschilderingen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Ville protégée de San Miguel et sanctuaire de Jésus Nazareno de Atotonilco © Esparta Palma
Valeur universelle exceptionnelle

San Miguel de Allende est un exemple ancien de développement territorial et urbain rationnel dans les Amériques, associé à la protection d’une des principales routes intérieures espagnoles. La ville prospéra au XVIIIe siècle avec la construction d’édifices religieux et civils significatifs, qui témoignent de l’évolution des différentes tendances et des différents styles, du baroque au néogothique de la fin du XIXe siècle. Les résidences urbaines sont exceptionnellement grandes et opulentes pour une ville latino-américaine de taille moyenne, et témoignent de la transition du baroque au néoclassique. Le sanctuaire de Atotonilco est un remarquable ensemble architectural qui illustre une vision particulière, inspirée par la doctrine de Saint Ignace de Loyola. Sa décoration intérieure et tout particulièrement ses peintures murales font du sanctuaire un chef-d’œuvre du baroque mexicain. La ville et le sanctuaire, intimement liés, ont joué un rôle important dans le processus de l'indépendance mexicaine, avec des répercussions dans toute l’Amérique latine.

Critère (ii) : San Miguel de Allende constitue un exemple exceptionnel d’un échange d’influences considérable ; de par son emplacement, la ville a fait office de creuset où les Espagnols, les créoles et les Amérindiens échangeaient des influences culturelles, comme le reflète le patrimoine matériel et immatériel. Le sanctuaire de Jésus de Nazareth de Atotonilco constitue un exemple exceptionnel des échanges culturels entre les cultures d’Europe et d’Amérique latine ; la disposition architecturale et la décoration intérieure témoignent de l’interprétation et de l’adaptation de la doctrine de saint Ignace de Loyola à ce contexte régional particulier.

Critère (iv) : San Miguel de Allende est un exemple remarquable d’intégration des différentes tendances et des différents styles sur la base d’un schéma urbain du XVIe siècle. L’architecture religieuse et civile montre l’évolution de différents styles, bien intégrés dans un paysage urbain homogène. Les demeures urbaines sont exceptionnellement grandes et opulentes pour une ville latino-américaine de taille moyenne. Le sanctuaire de Atotonilco est un exemple exceptionnel d’établissement religieux particulier, abritant une décoration remarquable qui en fait un chef-d’œuvre du baroque mexicain.

Les conditions d’intégrité et d’authenticité requises sont remplies ; la ville et le sanctuaire ont fait l’objet de peu d’altérations significatives au fil du temps, les changements urbains se sont adaptés aux caractéristiques et à la dimension de la ville, et les travaux de restauration ont été entrepris dans le respect des principes théoriques et techniques appropriés.

Le système juridique en place assure la protection du bien de façon satisfaisante ; la ville et le sanctuaire présentent un état de conservation acceptable. Les politiques de gestion, les structures et les plans en place sont appropriés pour assurer la préservation des valeurs du bien, de l’intégrité et de l'authenticité.

Description historique

Le dossier de proposition d'inscription comprend un commentaire complet et extrêmement détaillé de l'histoire géographique, économique, sociale et culturelle de la région connue sous le nom de El Bajío, de la route royale intérieure et de San Miguel de Allende.

Entre 1521 et le milieu du XVIe siècle, les Espagnols établirent un réseau routier reliant différentes régions de la Nouvelle-Espagne. Parmi ces routes, la route royale intérieure, qui allait de Mexico à ce qui est aujourd'hui le sud des États-Unis, reliant d'importantes villes et des centres miniers. L'établissement de nouveaux villages le long de la route visait à installer de potentiels noyaux de défense, à coloniser le territoire et à fournir en ressources et en services les nouveaux centres miniers. En 1542, le franciscain Juan de San Miguel fonda le village indien de San Miguel. En 1555, ce peuplement fut l'une des grandes références qui présida à la fondation espagnole de San Miguel el Grande, qui avait pour vocation expresse de protéger la « route de Zacatecas ». Le site pour fonder San Miguel el Grande fut déterminé en fonction des possibilités qu'il offrait en matière de visibilité du territoire et d'approvisionnement en eau, ce qui était un élément fondamental pour développer une colonie.

San Miguel se trouve dans la région connue sous le nom du Bajío. Ces vastes plaines forment l'une des régions les plus riches du pays, grâce à ses ressources naturelles, ses sols fertiles et un climat clément. Toutes ces conditions favorisèrent, depuis les premiers temps de la colonisation, le développement d'activités minières, agricoles, l'élevage du bétail, le commerce et l'industrie. Le Bajío devint un aimant, favorisant le mélange des races et des cultures et constituant la première et plus grande entité capitaliste en Nouvelle-Espagne.

À la fin du XVIIe siècle, la population et les ressources économiques s'étaient accrues, comme le reflétaient les travaux publics, les édifices civils et religieux et les demeures des grandes familles espagnoles, situées près de la grand-place et le long des routes marchandes à l'entrée du village. La réparation des édifices publics et du siège du gouvernement était considérée comme une priorité, compte tenu du rôle politique et administratif du village dans la région.

Au XVIIIe siècle, la Nouvelle Espagne connut une reprise économique provoquée non seulement par la renaissance de l'industrie minière mais aussi par la croissance démographique permanente. Le système commercial dépendait d'un réseau de communications efficace, la région du Bajío possédait de nombreux villages, des villes de taille moyenne et d'autres plus grandes, dotées de fonctions spécifiques, comme Guanajuato ou Querétaro. L'urbanisation du Bajío fut un phénomène du XVIIIe siècle qui ne se répéta pas dans d'autres régions de Nouvelle-Espagne.

L'environnement urbain de San Miguel el Grande n'était pas seulement organisé d'après la législation relative à la fondation de villes et de villages espagnols, mais aussi en tenant compte des conditions topographiques, de l'accès aux ressources naturelles (particulièrement les terres et l'eau), de la répartition géographique du pouvoir civil et religieux, de l'éventail des activités économiques et des structures hiérarchiques de la population. Entre 1730 et 1760, les lieux de pouvoir et de contrôle du village furent transférés de l'ancienne Plaza Soledad à la place qui accueillait depuis le XVIe siècle le temple paroissial ; parallèlement, les propriétaires et les commerçants commencèrent à construire de nouvelles résidences.

Au début du XIXe siècle, San Miguel joua un rôle éminent dans le processus de l'indépendance mexicaine. L'un des principaux meneurs de la lutte pour l'indépendance, Ignacio Allende, était un natif de la ville, aujourd'hui baptisée en hommage à ce héros national. Le développement socio-économique au fil de ce siècle se reflète dans la construction de nouveaux édifices publics qui traduisaient l'évolution des goûts en matière d'architecture. L'exemple le plus remarquable en est la façade de l'église paroissiale, près de la Plaza de Armas, où un style néo-gothique fut ajouté à un bâtiment du XVIIIe siècle. D'autres éléments urbains et architecturaux témoignent de la modernisation de la ville à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, comme le théâtre Angela Peralta et le parc Benito Juárez.

Au milieu du XXe siècle, San Miguel attirait Mexicains et étrangers par son atmosphère, qui avait conservé son caractère colonial, la douceur de son climat et ses dimensions, parfaites pour offrir une bonne qualité de vie. De nombreux Américains s'installèrent dans la ville ou y passèrent de longues saisons. Ce phénomène social n'altéra pas le caractère de la ville ; au contraire, les étrangers contribuèrent à l'appréciation des valeurs urbaines et architecturales de la ville et à la préservation de son patrimoine, par la restauration et la rénovation des anciennes bâtisses. Parallèlement, le développement d'activités culturelles, comme la musique et le théâtre, contribua à préserver San Miguel en tant que centre historique animé. Dans le cadre de la loi fédérale de 1972 sur les zones et monuments archéologiques, artistiques et historiques, le centre historique de San Miguel a été classé zone de monuments historiques en 1982.

Le père Luis Felipe Neri de Alfaro fonda le sanctuaire de Jésus de Nazareth de Atotonilco le 20 juillet 1748. Le prêtre désirait apporter un enseignement chrétien, afin d'éviter les vols et les meurtres fréquents dans la région. L'ensemble comportait six églises ou chapelles et une immense maison pour les exercices spirituels, basés sur la doctrine de saint Ignace de Loyola. La fondation de ce sanctuaire reposait essentiellement sur l'oeuvre académique et théorique du père Alfaro, ainsi que sur l'esprit catholique issu du concile de Trente qui exalta chacun il y a deux siècles. La construction de l'ensemble monumental débuta le 3 mai 1740 et se poursuivit jusqu'en 1763. Depuis lors, le sanctuaire est un lieu de pèlerinage pour des fidèles venus de toutes les régions du pays et du continent. Du fait du rôle de San Miguel dans le processus d'indépendance, et parce que l'image populaire de la Vierge de Guadalupe vient de Atotonilco, on considère l'endroit comme un lieu historique national.

Source : évaluation des Organisations consultatives