jump to the content

Églises en bois de la partie slovaque de la zone des Carpates

Wooden Churches of the Slovak part of the Carpathian Mountain Area

The Wooden Churches of the Slovak part of Carpathian Mountain Area inscribed on the World Heritage List consist of two Roman Catholic, three Protestant and three Greek Orthodox churches built between the 16th and 18th centuries. The property presents good examples of a rich local tradition of religious architecture, marked by the meeting of Latin and Byzantine cultures. The edifices exhibit some typological variations in their floor plans, interior spaces and external appearance due to their respective religious practices. They bear testimony to the development of major architectural and artistic trends during the period of construction and to their interpretation and adaptation to a specific geographical and cultural context. Interiors are decorated with paintings on the walls and ceilings and other works of art that enrich the cultural significance of the properties.

Églises en bois de la partie slovaque de la zone des Carpates

Les églises en bois de la partie slovaque de la zone des Carpates, inscrites sur la Liste du patrimoine mondial comprennent deux églises catholiques romaines, trois protestantes et trois grecques orthodoxes construites entre le XVIème et le XVIIIème siècle. Ces édifices en bois sont un bon exemple d’une riche tradition locale d’architecture religieuse, marquée par la rencontre entre les cultures byzantine et latine. Les édifices présentent des différences typologiques dans leurs plans, leurs espaces intérieurs et leur apparence extérieure en fonction des différentes pratiques religieuses. Ils témoignent aussi du développement des courants artistiques et architecturaux pendant la période de construction ainsi que de leur interprétation et adaptation à un contexte géographique et culturel particulier. L’intérieur des églises est orné de peintures sur les murs et les plafonds et abrite des œuvres d’art qui enrichissent la valeur culturelle des biens.

كنائس من خشب في الجزء السلوفاكي من منطقة الكاربات

يشمل الموقع المدرج على قائمة التراث العالمي كنيستين كاثوليكيتين رومانيتين، وثلاث كنائس بروتستانتية، وثلاث كنائس يونانية أرثوذكسية، بُنيت بين القرنين السادس عشر والثامن عشر في قرى صغيرة وفقيرة من منطقة كانت تدعى في الماضي هنغاريا العليا. هذه الصروح الخشبية خير مثال عن تقليد محلي قيّم للهندسة المعمارية الدينية المطبوعة باللقاء بين الثقافتين البيزنطية واللاتينية. كما أن الصروح تشمل اختلافات على مستوى التخطيط والمجالات الداخلية ومظاهرها الخارجية، وذلك تبعاً لاختلاف الممارسات الدينية. وهي تشهد أيضاً على تطور التيارات الفنية والهندسية خلال فترة البناء، فضلاً عن تكيفها مع سياق جغرافي وثقافي خاص. وقد زيِّنت الكنائس من الداخل باللوحات، كما أنها تؤوي أعمالاً فنية تثري القيمة الثقافية للموقع.

source: UNESCO/ERI

Деревянные церкви в словацкой части Карпат

Деревянные церкви в словацкой части Карпат, занесенные в Список всемирного наследия, – это две римско-католические, три протестантские и три греко-православные церкви, возведенные между XVI и XVIII веками. Эти сооружения являются прекрасным образцом богатой местной культовой архитектуры, несущей отпечаток взаимопроникновения культур романских и византийских народов. Церкви отличаются друг от друга типологией оснований, внутреннего пространства и внешнего облика, определяемой принадлежностью к тому или иному религиозному культу. Они не только отражают развитие художественных и архитектурных тенденций, существовавших в период строительства, но и свидетельствуют об умении сочетать такие тенденции с географическими и культурными особенностями местности. Внутри стены и потолки церквей украшены настенной живописью, сохранившиеся здесь произведения искусства увеличивают культурную ценность уникальных памятников архитектуры.

source: UNESCO/ERI

Iglesias de madera de la parte eslovaca de los Cárpatos

Iglesias de madera de la parte eslovaca de los Cárpatos (Eslovaquia). Este sitio inscrito en la Lista del Patrimonio Mundial comprende dos iglesias católicas romanas, tres iglesias protestantes y tres iglesias ortodoxas griegas, que fueron erigidas entre los siglos XVI y XVIII. Construidos en madera, estos templos son una excelente muestra de la riqueza de la arquitectura religiosa local, marcada por la impronta del encuentro entre la cultura bizantina y la latina. Las iglesias presentan diferencias tipológicas en su planta, espacio interior y aspecto exterior, que se deben a la diversidad de las prácticas religiosas. Además, atestiguan la evolución de las principales corrientes arquitectónicas y artísticas predominantes en el periodo de su construcción, así como la interpretación y adaptación de las mismas a un contexto geográfico y cultural específico. Las paredes y techumbres de su interior están ornamentadas con pinturas y todas ellas poseen obras de arte que enriquecen su valor cultural.

source: UNESCO/ERI

カルパチア山地のスロバキア地域の木造教会群

source: NFUAJ

Houten kerken van het Slowaakse deel van de Karpaten

De Houten kerken van het Slowaakse deel van de Karpaten bestaan uit twee rooms-katholieke, drie protestantse en drie Grieks-orthodoxe kerken, gebouwd tussen de 16e en de 18e eeuw. Ze geven een goed voorbeeld van een rijke lokale traditie van religieuze architectuur, gekenmerkt door de vereniging van Latijnse en Byzantijnse culturen. De gebouwen vertonen een aantal typologische variaties in hun plattegronden, binnenruimtes (versierd met schilderijen aan muren en plafonds) en uiterlijk als gevolg van hun respectievelijke religieuze praktijken. Ze getuigen van belangrijke architecturale en artistieke trends gedurende hun bouwperiode en hoe men deze interpreteerde en aanpast e aan een specifieke geografische en culturele context.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Hronsek © Igor Supuka
Valeur universelle exceptionnelle

L’ensemble des églises en bois de la partie slovaque de la zone des Carpates illustre la coexistence de plusieurs confessions religieuses sur un petit territoire d’Europe centrale. La série des huit biens comprend des églises catholiques romaines, protestantes et grecques orthodoxes qui furent construites entre le XVIe et le XVIIIe siècles, pour la plupart dans des villages isolés, utilisant le bois comme matériau principal et des techniques traditionnelles de construction. Compte-tenu leurs caractéristiques communes, les églises présentent quelques variations typologiques, en fonction de la religion pratiquée, qui s’expriment dans les plans, les espaces intérieurs et l’apparence extérieure. Les églises témoignent aussi du développement de tendances artistiques et architecturales pendant la période de construction et leur interprétation et adaptation aux différents contextes géographiques et culturels. L’intérieur des édifices, murs et plafonds, est orné de peintures et abrite des œuvres d’art qui enrichissent la valeur culturelle des biens.

Critère (iii) : Les églises en bois offrent un témoignage remarquable de l’architecture religieuse traditionnelle du nord-ouest des Carpates et du caractère interethnique et interculturel d’un territoire relativement petit où les cultures latine et byzantine se sont rencontrées et croisées. Les églises luthériennes sont un exemple exceptionnel de tolérance religieuse en Haute Hongrie pendant la période des rébellions sanglantes contre les Habsbourg et les soulèvements du XVIIe siècle.

Critère (iv) : Les églises en bois sont exceptionnellement bien préservées et représentent l’un des meilleurs exemples d’architecture religieuse en bois en Europe construits entre le Moyen Âge et la fin du XVIIIe siècle. Leur apparence caractéristique, leur construction et leur décoration naïve proviennent en partie d’anciennes traditions locales influencées par les grands courants architecturaux des styles gothique, Renaissance et Baroque. Les concepts de constructions latins (occident) et orthodoxes (orient) se reflètent dans les structures en bois, créant une architecture religieuse spécifique, avec des conceptions, des solutions techniques et des expressions décoratives uniques.

Les édifices eux-mêmes, dans leur environnement actuel, présentent un état d’intégrité satisfaisant. Compte-tenu des caractéristiques particulières des matériaux et des techniques de construction, les bâtiments sont bien préservés et l’authenticité de leur conception et de leur forme, des matériaux et des techniques, de leur usage et des fonctions est assurée.

La protection légale est satisfaisante car les biens bénéficient d’une protection maximum au niveau national et local. La structure et les instruments de gestion sont appropriés, et la création d’un groupe de gestion assure la participation de toutes les parties prenantes.

Description historique

Les limites est et ouest des Carpates étaient en contact direct avec deux religions et deux cultures européennes essentielles : la chrétienté de Rome et celle de Byzance. Cet ensemble de bien proposés pour inscription illustre la coexistence de différentes confessions sur un territoire relativement petit de l'actuelle République slovaque. La chrétienté fut adoptée dans la région au début du Moyen Âge. Le mouvement de la Réforme s'étant étendu en Europe, la situation complexe militaire, politique et religieuse de la monarchie des Habsbourg conduisit l'empereur Léopold Ier à accepter, en 1681, quelques églises non catholiques en Haute Hongrie. Cette autorisation était régies par les « Articles », (d'où le nom des églises articulaires), qui établissaient certaines restrictions, par exemple, qu'il ne pouvait y avoir que deux églises dans chaque unité administrative et une dans les villes royales, les villes minières ou les villes frontières. Les églises articulaires devaient toujours être construites hors du centre ville.

Les parties centrale et orientales des Monts Carpates avaient aussi reçu l'influence de l'Empire byzantin (puis de l'Empire russe), ce qui explique la présence de communautés grecques orthodoxes, liées à des ethnies slavonnes particulières. Ces communautés construisirent des tserkwas (églises) selon la tradition grecque orthodoxe.

Le dossier de proposition d'inscription apporte des informations sur l'histoire de chaque bâtiment inclus dans la proposition d'inscription en série. Les paragraphes suivants résument les principales informations historiques.

- Hervartov, église Saint-François

La plus ancienne mention de l'existence du village de Hervartov date de l'année 1340. La date exacte de la construction de l'église en bois n'est pas connue. Si l'on se base sur les vestiges de l'autel gothique d'origine, qui fut probablement mis en place dans la seconde moitié du XVe siècle, les autels de Sainte-Catherine, de la Vierge Marie et de Sainte-Barbara datent des années 1460-1480. Cette supposition s'appuie sur le fait que l'architecture et la conception générale de l'intérieur de l'église en bois de Hervartov, comme la peinture à motifs géométriques au pochoir du chevet, peuvent être rapprochées, d'une certaine manière, de plusieurs églises du côté polonais des Monts Carpates.

- Trvdosin, église de Tous-les-Saints

Tvrdosin possédait déjà sa propre église et un presbytère en 1395 ; toutefois, la première trace écrite de l'existence d'un presbytère indépendant date de 1397. Cela ne certifie pas cependant que l'église de l'époque soit celle d'aujourd'hui. L'église actuelle fut probablement construite dans la seconde moitié du XVe siècle, que ce soit par la modification de l'ancienne église ou par la construction d'une église neuve. De cette époque, il reste une partie de l'autel gothique d'origine assez bien conservée, probablement édifié pour la nouvelle église. En 1559, la subordination partielle au Château voisin d'Orava est mentionnée ainsi que l'église servant aux rites des deux confessions. La Réforme connut des conditions favorables à Tvrdosin, et les églises en bois furent utilisées pendant une courte période par les protestants.

- Kezmarok, église articulaire

Kezmarok, comme beaucoup d'autres villes dans le voisinage, devint un centre de la Réforme en Haute Hongrie dans la première moitié du XVIe siècle. Les citadins appréciaient les enseignements de la Réforme favorisés par la présence d'une nombreuse population allemande restée en contact avec leur terre d'origine. Emericus Thokoly, natif de Kezmarok, prit la tête du soulèvement contre les Habsbourg, qui hâta la convocation de l'Assemblée de Soprony en 1681 et permit la construction de nouvelles Maisons de Dieu pour l'église protestante de la confession d'Augsbourg et l'église réformée helvétique. La première église articulaire ne fut probablement qu'une petite maison de prière construite par les fidèles de Kezmarok en 1687- 1688. Trop petite pour les communautés slovaque et allemande, elle ne fut qu'un édifice temporaire. Une délégation de bourgeois voyagea vers le Nord de l'Europe pour lever des fonds pour sa reconstruction. Ce n'est qu'après le soulèvement de Rakoczy et à la faveur d'un relâchement de la pression anti-Réforme en avril 1717 que le bâtiment ancien fut détruit et qu'une nouvelle église plus grande fut construite. Les travaux furent placés sous la responsabilité du maître charpentier George Muttermann. Peu de temps après, vraisemblablement la même année, une nouvelle église en rondins de bois d'if et de pin de grande qualité, fut achevée. Comme quelques autre bâtiments, les murs de l'église furent recouverts d'un enduit extérieur. L'église fut construite contre le mur d'une auberge plus ancienne qui fut transformée en sacristie.

- Lestiny, église articulaire

C'est la famille Zmeskal qui encouragea la population du village de Lestiny à embrasser le protestantisme. À l'époque, la famille aristocrate des Thurzo possédait le château d'Orava, et presque tout Orava appartenait à des fervents de la Réforme. Des charpentiers locaux construisirent l'église avec une structure en rondins de bois simple, sans tour ni clochers, dans les années 1688- 1689. Elle fut reconstruite dans les années 1770, quand l'extérieur fut recouvert de dalles coffrantes. En 1775, les paroissiens remplacèrent les dalles intérieures abîmées du coffrage et un artiste anonyme ajouta de nouveaux motifs décoratifs à la peinture qui ornait la nef à la fin du XVIIe siècle.

- Hronsek, église articulaire

La Réforme avait de nombreux sympathisants et fidèles au milieu du XVIe siècle au centre de la Slovaquie. En particulier, l'influence des villes minières voisines et les fréquents contacts entre les commerçants et les artisans allemands et la population locale favorisa la propagation des nouvelles idées de la Réforme. C'est pourquoi il n'est pas surprenant qu'à cette époque l'aristocratie de Hronsek et par conséquent leur vassaux, professaient la religion protestante. Bien que l'Assemblée de Soprony ait autorisé la construction de la nouvelle église de Hronsek en 1681, les fidèles continuèrent de se réunir au manoir Renaissance de Rothov pendant longtemps. Les fondations de pierre de la nouvelle église furent posées le 23 octobre 1725, alors que le nombre de fidèles avait augmenté et que la communauté était plus prospère. Les paroissiens construisirent cette église en une année et un jour. Elle fut consacrée le 31 octobre 1726. En tant que bâtiment assez exceptionnel en Slovaquie du point de vue de la technique de construction à ossature en bois, elle montre une influence étrangère dans son architecture. Les maîtres d'oeuvre sont restés anonymes. Ils ont probablement été appelés à Hronsek par les aristocrates de la communauté. Il est possible qu'ils soient venus d'Allemagne où l'utilisation de la construction à ossature en bois était répandue.

- Bodruzal, église Saint-Nicolas

L'église Saint-Nicolas fut construite par les fidèles en 1658 et, malgré de nombreuses réparations, c'est l'une des plus anciennes et des mieux conservées du rite oriental de Slovaquie.

- Ladomirova, église de l'Archange Saint-Michel

L'église Saint-Michel appartient au groupe de Lemkov des églises en bois de rite oriental (grec orthodoxe) des Carpates. La division horizontale de l'espace de la nef révèle la conjonction de différentes formations géométriques des niveaux de toitures, une zone avec une grande hauteur sous plafond et une forme Baroque de toitures à plusieurs étages posée sur un espace intérieur unique. Cela confirme la thèse selon laquelle le groupe de Lemkov n'a pas créé une forme originale d'église en bois dans les Carpates orientales, mais qu'il s'agit d'une variante de l'église de Boykowsky, avec une grande influence des édifices sacrés occidentaux. Dès l'année 1600, l'existence de l'église et du presbytère est mentionnée dans la paroisse de Ladomirova.

- Ruska Bystra, église Saint-Nicolas

L'église en bois de Ruska Bystra fut construite par les paroissiens dans la première moitié du XVIIIe siècle, vers 1720-1730. Comme elle est l'oeuvre sacrée de la communauté, il n'y a pas de date précise de son origine ou le nom du maître d'oeuvre ou du maître charpentier. Durant la visite sacerdotale de l'évêque Michel Emmanuel Olsavsky de Mukacevo le 25 juin 1750, l'église est mentionnée comme étant « en bon état ».

Source : évaluation des Organisations consultatives