English Français
Aidez maintenant !

Ville historique d'Ouro Preto

Historic Town of Ouro Preto

Founded at the end of the 17th century, Ouro Preto (Black Gold) was the focal point of the gold rush and Brazil’s golden age in the 18th century. With the exhaustion of the gold mines in the 19th century, the city’s influence declined but many churches, bridges and fountains remain as a testimony to its past prosperity and the exceptional talent of the Baroque sculptor Aleijadinho.

Ville historique d'Ouro Preto

Fondée à la fin du XVIIe siècle, la ville d’Ouro Preto (« l’Or noir ») a été le point de convergence de la ruée vers l’or et le centre de « l’Âge d’or du Brésil » au XVIIIe siècle. Avec l’épuisement des mines d’or au XIXe siècle, l’influence d’Ouro Preto a décliné, mais beaucoup d’églises, de ponts et de fontaines subsistent et témoignent de son ancienne prospérité et du talent exceptionnel du sculpteur baroque l’Aleijadinho.

مدينة أورو بريتو التاريخية

تأسست مدينة أورو بريتو (أو " الذهب الأسود") في أواخر القرن السابع عشر وشكّلت محور التهافت على الذهب ومركز "العصر الذهبي البرازيلي" في القرن الثامن عشر. ومع نضوب مناجم الذهب في القرن التاسع عشر، تقلّص نفوذ أورو بريتو، لكنّ هذه المدينة لا تزال تنعم بالعديد من الكنائس والجسور والينابيع التي تشهد جميعها على إزدهار أورو بريتو في السابق وعلى الموهبة الإستثنائية للنحات أليجادينيو المنتمي إلى العصر الباروكي ومصمم هذه الأعمال المعمارية.

source: UNESCO/ERI

欧鲁普雷图历史名镇

欧鲁普雷图(意思是黑色黄金)古镇建于17世纪末期,是18世纪淘金热和巴西黄金时代的焦点。到了19世纪,当地金矿资源日渐枯竭,这里的影响日渐减小,但当地众多的教堂、桥梁和喷泉仍然向人们展示着这里过往的繁荣和巴洛克风格雕刻家亚历昂德里诺(Aleijadinho)的非凡才华。

source: UNESCO/ERI

Исторический город Ору-Прету

Основанный в конце XVII в. город Ору-Прету («Черное Золото») стал в XVIII в. главным очагом «золотой лихорадки», что привело затем к наступлению «золотого века» Бразилии. После истощения золотых рудников в XIX в. значение города уменьшилось, но множество церквей, мостов и фонтаны остаются доказательством его прошлого процветания и исключительного таланта скульптора барокко Алейжадинью.

source: UNESCO/ERI

Ciudad histórica de Ouro Preto

Fundada a finales del siglo XVII, la ciudad de Ouro Preto (Oro Negro) fue el punto de convergencia de los buscadores de oro y el centro de la explotación de minas auríferas en el Brasil del siglo XVIII. La ciudad declinó con el agotamiento de sus minas a principios del siglo XIX, pero todavía subsisten muchas iglesias, puentes y fuentes que atestiguan su pasado esplendor y el talento excepcional del escultor barroco Antonio Francisco Lisboa, “El Aleijadinho”.

source: UNESCO/ERI

古都オウロ・プレト

source: NFUAJ

Historische stad van Ouro Preto

Ouro Preto (Zwarte Goud) werd opgericht eind 17e eeuw en vormgegeven door het samenvoegen van kleine nederzettingen in een heuvelachtig landschap. Tijdens de Gouden Eeuw van Brazilië in de 18e eeuw was de stad het middelpunt van de goudkoorts. Door de enorme mijnopbrengsten en de aanwezigheid van getalenteerde kunstenaars zijn er uitzonderlijke architectonische en kunstzinnige meesterwerken te vinden in deze stad. Met het uitputten van de goudmijnen in de 19e eeuw, nam de invloed van Ouro Preto af. Niettemin bleven veel kerken, bruggen en fonteinen overeind, getuigend van de vroegere voorspoed en het uitzonderlijke talent van de Barokke beeldhouwer Aleijandinho.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Ouro Preto © M & G Therin-Weise
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Fondée au début du XVIIIe siècle à 513 km au nord de Rio de Janeiro, la ville historique d'Ouro Preto  (Or noir) couvre les pentes abruptes de la Vila Rica (Riche Vallée), centre d’une riche région de mines d’or et capitale de la province du Minas Gerais  de 1720 à 1897. Le long de la route sinueuse originelle et avec un agencement  irrégulier qui épouse les contours du paysage, se trouvent des places, des bâtiments publics, des résidences, des fontaines, des ponts et des églises qui, ensemble, forment un groupe homogène exceptionnel présentant les belles formes curvilignes de l’architecture baroque. La ville historique d'Ouro Preto était en 1789 le centre symbolique du mouvement pour l’émancipation du Brésil, Inconfidencia Mineira, et accueillait des artistes exceptionnels à l’origine de bon nombre des œuvres les plus significatives de la période du baroque brésilien, en particulier l'église de São Francisco d'Assise par le fameux architecte et sculpteur Antonio Francisco Lisboa (Aleijadinho). L'isolement de la zone pendant la plus grande partie des XIXe et XXe siècles a entrainé une stagnation économique, qui a favorisé la préservation des constructions coloniales et du tissu urbain d'origine.

Critère (i): Située dans un paysage isolé et accidenté, la ville d'Ouro Preto  est un trésor du génie humain par la qualité esthétique de son architecture vernaculaire et savante, et de son tissu urbain irrégulier.  Les plus remarquables des chefs d’œuvres architecturaux de la ville sont représentés par des monuments religieux et des bâtiments administratifs, tels que le Palácio dos Governadores (Palais des gouverneurs), aujourd'hui l'Ecole des Mines, et  l'ancienne Casa de Câmara e Cadeia (centre administratif et pénitencier), qui abrite le Musée Inconfidência. Les églises baroques comportent des sculptures d’Antônio Francisco Lisboa, Aleijadinho, le plus grand artiste du Brésil colonial, et des plafonds couverts de fresques de Manuel da Costa Athaide, entre autres. Ceux-ci furent  les représentants de l’expression initiale d'une forme artistique considérée comme véritablement nationale et développée dans une région caractérisée  par son accès difficile et une pénurie de matériaux et de main-d'œuvre au XVIIIe   siècle.

Critère (iii): Le patrimoine bâti de la ville historique d'Ouro Preto est un témoignage exceptionnel des talents créatifs d'une société fondée sur la richesse minière des pionniers sous la domination coloniale portugaise. Bien que l'architecture, les peintures et les sculptures soient inspirées de modèles   introduits par les immigrés portugais, les œuvres se différencient considérablement de l'art contemporain européen, non seulement  par leur conception spatiale, mais aussi par leur traitement décoratif, en particulier les sculptures de pierre taillées sur les façades, caractéristiques  pour leur originalité et leur conception, ainsi que par l'utilisation combinée de deux matériaux, le gneiss et la stéatite. L'absence de couvents ou monastères officiels, en raison de l'édit de la Couronne portugaise qui interdisait l'établissement d’ordres religieux dans le  Minas Gerais, a conduit à la construction d'églises et de chapelles affichant la pleine splendeur, qualité et originalité des traditions artistiques combinées de deux cultures.

Intégrité

La ville historique d'Ouro Preto conserve son noyau urbain construit pendant  la période coloniale, y compris la diversité des bâtiments civils et religieux marqués par l’élégance de leurs  qualités esthétiques et architecturales, qui constituent la valeur universelle exceptionnelle. Ceux-ci ne sont pas tous dans un bon état de conservation;  certaines  maisons et églises souffrent d’une certaine négligence.

La ville historique est vulnérable à la croissance urbaine, au trafic, à l'industrialisation et à l'impact touristique. L'expansion d’Ouro Preto sur les collines environnantes, occupant des terrains géologiquement instables, des  espaces verts, des zones archéologiques et des espaces publics, constitue une menace de dommage irréversible sur  le paysage urbain.

Authenticité

Les exemples caractéristiques de l'architecture religieuse et civile et les œuvres d'art qui y sont liées ont été préservés à Ouro Preto tant en ce qui concerne leur forme et leur conception que  les matériaux et l’environnement immédiat. Une croissance contrôlée des zones périurbaines et la limitation de l'échelle des nouveaux bâtiments ont permis de maintenir le paysage urbain des XVIIIe et XIXe siècles en grande partie inchangé. En ce qui concerne les constructions résidentielles et commerciales de la ville, les modifications inévitables ont été autorisées, tout en préservant les façades d'origine. Les mesures de conservation adoptées par le gouvernement fédéral, avec le soutien du gouvernement local, fondées sur des normes d'urbanisme et des projets de conservation et de réhabilitation successifs ont permis d’assurer l'authenticité de ce bien culturel.

Eléments requis en matière de protection et de gestion  

Depuis les années 1930, la ville historique d'Ouro Preto a été identifiée comme devant être protégée à travers une série d'initiatives gouvernementales. La première relevait des décrets municipaux 13 de 1931 et 25 de 1932, pris par le maire João Velloso, qui portaient sur  la «préservation de la façade coloniale ».  Un an plus tard, le président Getúlio Vargas désigna la ville comme monument national. La création du Service national du patrimoine historique et artistique (Serviço do Patrimônio Histórico e Artístico National – SPHAN), aujourd'hui l'Institut national du patrimoine historique et artistique (Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico National - IPHAN), et la promulgation du décret-loi  25 du 30 novembre 1937, ont permis la mise en place des instruments juridiques nécessaires, qui sont toujours en vigueur aujourd’hui, pour assurer la protection de tous les biens culturels définis comme ayant une valeur exceptionnelle pour la nation. Sur la base de ce décret, l'architecture et le cadre urbain d’Ouro Preto ont été officiellement inscrits au Registre du patrimoine des Beaux-Arts (Livro de Tombo de Belas Artes) le 20 Janvier 1938.

Au début des années 1950, la ville a connu une expansion significative et une hausse des flux de trafic lourd en raison de l'émergence du développement économique de la région,  conséquence directe d’une augmentation de la production d’acier et des activités d'exploitation minière. Pour y faire face, le gouvernement fédéral a construit une autoroute périphérique désignée par le nom du premier directeur de SPHAN, Rodrigo Mello Franco de Andrade. Une deuxième mesure pour protéger la ville de la circulation excessive des véhicules a consisté en la construction d'un terminal pour autocars dans la banlieue d’Ouro Preto pour écarter du centre-ville la circulation des  autobus intra et inter Etats et des cars de tourisme.  En vue d'améliorer la gestion du patrimoine culturel d’Ouro Preto, l’IPHAN a ouvert un bureau technique dans la ville dans les années 1980, doté d'une équipe multidisciplinaire de professionnels. Au vu de ces mesures, le gouvernement brésilien a présenté à l’UNESCO un dossier de proposition d’inscription de la ville historique d'Ouro Preto comme site du patrimoine mondial. Le 5 Septembre 1980, la ville est devenue le premier bien culturel du Brésil inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. Le 15 Septembre 1986, l'IPHAN a renforcé la désignation patrimoniale du site par l’inscription dans le Registre des biens historiques et dans le Registre archéologique, ethnographique et du paysage.

Dans les années 1990, le Groupe consultatif technique (Grupo de Assessoramento Técnico - GAT) a été créé, composé d'experts techniques représentant l’IPHAN et le gouvernement municipal, ainsi que d'autres agences gouvernementales impliquées dans les efforts de conservation de la ville. Le Groupe a élaboré une série de directives visant à contrôler l'utilisation et l’occupation des sols dans le centre-ville, officiellement désignée  Zone de Protection Spéciale (Zona de Proteção Especial). Ces lignes directrices ont été formellement regroupées dans une directive spécifique de l’IPHAN publié en 2004.

De même, une série de règlements acceptés par les différents niveaux de gouvernement a servi à renforcer la version initiale du plan directeur municipal approuvé par la Loi complémentaire 1 du 19 Décembre 1996. Dix ans plus tard, le Plan directeur a été réexaminé  et mis à jour par une loi municipale complémentaire spécifique.

En complément de ces initiatives législatives, la municipalité a adopté un certain nombre d'autres mesures visant à réglementer l'utilisation des sols urbains, en particulier à travers la mise en place de modèles de projets architecturaux basés sur des "plans de conception communautaire" ( « Plantas Populares») pour les travaux de construction dans la municipalité d’Ouro Preto, mais en dehors de la zone inscrite sur la Liste du patrimoine de l'UNESCO, et la mise en place du Service municipal de génie et d’architecture publics (Serviço Municipal de Engenharia e Arquitetura Pública), chargé de fournir aux familles à faible revenu une assistance publique  technique gratuite pour la conception et la surveillance des projets de construction de logements sociaux.

En vue de renforcer la gestion partagée du site, la municipalité a créé en 2006 le Secrétariat municipal du patrimoine et du développement urbain (Secretaria Municipal de Patrimônio e Desenvolvimento Urbano), organisme composé d'une équipe multidisciplinaire de professionnels. Le Secrétariat fournit un appui aux Conseils municipaux du patrimoine naturel et de la politique urbaine  culturelle (Conselhos Municipais de Patrimônio Cultural e Natural  e de Políticas Urbanas) et il est financé par le Fonds de conservation du patrimoine (Fundo de Preservação do Patrimônio).

En 2010, l’IPHAN a édicté une réglementation qui définit les critères pour la préservation de l'architecture et du cadre urbain d’Ouro Preto, permet de contrôler les interventions dans la zone protégée au niveau fédéral, et abroge, par le même  processus, tous les règlements antérieurs régissant ces questions (y compris la superficie déclarée). Toujours en 2010, l'IPHAN a publié deux règlements  visant à améliorer la gestion de la ville: la directive 187 du 11 Juin 2010, régissant les procédures d’enquêtes sur des violations présumées des règles administratives impliquant des comportements ou des actions de nature à nuire ou à représenter un danger pour les structures du patrimoine culturel de la ville, et la directive 420 du 22 Décembre 2010, qui définit les procédures d'autorisation des interventions dans les structures patrimoniales protégées et leurs  zones environnantes.

Un certain nombre de défis restent à relever pour assurer une bonne gestion de la ville, améliorer la planification de l'expansion urbaine grâce à un renforcement du contrôle de l'occupation des collines environnantes, réglementer la planification des conditions générales de la circulation dans la zone urbaine entourant la zone protégée, et développer efficacement le potentiel touristique culturel de la région, en faisant de la ville une destination culturelle internationale, reconnue pour son riche patrimoine culturel.

Le remplacement des matériaux et des techniques traditionnelles par des moyens modernes et l'occupation des espaces ouverts à l'arrière des lots existants et au cœur du complexe sont la conséquence de  la demande de nouveaux logements, auxquels le développement significatif de l’Université fédérale et de l'Ecole technique locale a contribué.  Des mesures ont été prises aux niveaux fédéral et municipal pour enrayer cette tendance, effort qui a obtenu un succès modeste à ce jour.

Tout au long de la période décrite ci-dessus, la Ville historique d'Ouro Preto a bénéficié d'importants investissements visant à conserver et à restaurer son patrimoine culturel et à assurer ainsi la pérennisation du site pour les générations actuelles et futures.

Description longue

Située à 513 km au nord de Rio de Janeiro, Ouro Preto (« l'or noir ») a été l'épicentre du mouvement connu sous le nom d'Âge d'or du Brésil. Appelée à l'origine Vila Rica, cette ville a joué un rôle essentiel dans l'histoire du Brésil au XVIIIe siècle. Elle a été créée par les milliers d'aventuriers qui voulaient s'enrichir en exploitant les gisements d'or, bientôt suivis par de nombreux artistes qui s'y établirent et y créèrent de remarquables œuvres d'art, comme l'église São Francisco de Assis, construite par Antonio Francisco Lisboa (l'Aleijadinho).

Ouro Preto, l'ancienne capitale du Minas Gerais, est née de la découverte et de l'exploitation de l'or. La création, en 1698, de la capitainerie de São Paulo et du Minas do Ouro aboutit à la transformation des sites miniers antérieurs en villas (petites villes), dont la seconde fut Vila Rica, fondée en 1712. Le Minas Gerais devint capitainerie indépendante en 1720, avec Vila Rica pour capitale. La croissance de la ville fut rapide, et elle prit alors la physionomie typique d'un site minier. À la fin du XVIIIe siècle, elle devint l'un des centres du mouvement pour l'émancipation du Brésil de la domination coloniale, connu sous le nom d'Inconfidência Mineira. Un rapide déclin des ressources et de l'exploitation minières porta à la dégradation de l'économie de cette partie de la province. En 1823, son statut se modifia en celui de ville impériale, avec le nouveau nom d'Ouro Preto, ce qui aboutit à la création de multiples établissements d'enseignement de haut niveau. Le transfert de la capitale à Belo Horizonte, en 1897, marqua une nouvelle phase de déclin d'Ouro Preto qui n'est plus désormais, depuis les années trente du XXe siècle, qu'un centre principalement touristique.

La ville était formée de la réunion de petits groupes de maisons (arriais), pour la plupart à un ou deux étages, construites dans un paysage de collines ; ces maisons semblent se soutenir l'une l'autre, et créent une structure urbaine qui se façonne sur les contours du paysage. Toutefois, les ressources provenant de l'exploitation minière, ainsi que le talent d'artistes comme l'Aleijadinho ont suscité la création de remarquables chefs-d'œuvre architecturaux et artistiques. Un style « baroque minier », combinant avec succès les influences brésiliennes au baroque et au rococo européens, s'y est développé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

L'église São Francisco de Assis est considérée comme le chef-d'œuvre de l'architecture brésilienne. Ouro Preto conserve également un certain nombre d'autres belles églises (Notre-Dame du Pilar, le Rosário dos Homens Pretos, la Vierge de la Conceição et la Vierge du Carmel) ou de monuments séculiers (maison de la Baronne, chafarizes).

La place Tiradentes est le point central à partir duquel toutes les rues divergent. Elle est entourée d'imposants monuments publics et privés, comme l'ancien Parlement (1784), aujourd'hui musée de l'Inconfidência, et le palais des Gouverneurs, qui est devenu l'École des mines et de la métallurgie.

Le paysage d'Ouro Preto est également connu pour ses ponts et ses fontaines, qui mêlent harmonieusement paysage urbain et cadre naturel en un ensemble d'une grande beauté.

Source : UNESCO/CLT/WHC