jump to the content

Forêts sacrées de kayas des Mijikenda

Sacred Mijikenda Kaya Forests

The Mijikenda Kaya Forests consist of 11 separate forest sites spread over some 200 km along the coast containing the remains of numerous fortified villages, known as kayas, of the Mijikenda people. The kayas, created as of the 16th century but abandoned by the 1940s, are now regarded as the abodes of ancestors and are revered as sacred sites and, as such, are maintained as by councils of elders. The site is inscribed as bearing unique testimony to a cultural tradition and for its direct link to a living tradition.

Forêts sacrées de kayas des Mijikenda

Les forêts sacrées de kaya des Mijikenda consistent en 11 sites forestiers distincts qui s''étendent sur près de 200 km le long de la côte. Ils recèlent les vestiges de nombreux villages fortifiés, les kayas, du peuple Mijikenda. Les kayas, créés à partir du XVIème siècle ont été abandonnés dans les années 1940. Ils sont considérés aujourd''hui comme les demeures des ancêtres, révérés comme des sites sacrés et entretenus par les conseils d''anciens. Le site est inscrit en tant que témoignage unique d''une tradition culturelle et pour ses liens directs avec une tradition vivante.

غابات كايا ميجيكندا المقدسة

تشمل 11 موقعاً، وتبلغ مساحتها 200 كلم تقريباً على طول الساحل. فيها آثار لعدد من القرى المحصنة، المسماة "كايا"، والتي يتميز بها شعب ميجيكندا. أنشئت قرى "كايا" بدءاً من القرن السادس عشر، وأصبحت مهجورة في عام 1940. لكنها تعتبر اليوم بيوت الأسلاف ومواقع مقدسة تحرص الأجيال المتعاقبة على الاعتناء بها. وقد أدرج الموقع بوصفه شهادة فريدة عن تقليد ثقافي ولارتباطه المباشر بتقليد حي.

source: UNESCO/ERI

Леса кайя Миджикенда

состоят из 11 отдельных поселений, расположенных вдоль двухсоткилометровой береговой линии, где еще сохранились остатки многочисленных укрепленных деревень, называемых кайя, племени Миджикенда. Строительство кайя началось в XVI веке, а прекратилось в 40-е годы прошлого века. Местные жители полагают, что в них пребывают их предки, поэтому чтят кайя как святыни. Только советам старейшин дано право следить за их содержанием. Объект занесен в Список как уникальный памятник традиционной культуры, тесно связанной с современными традициями.

source: UNESCO/ERI

Bosques sagrados y kayas de los mijikenda

El sitio inscrito consta de 11 sitios independientes diseminados a lo largo de 200 km de costa. Muy ricos en vegetación, contienen los vestigios de numerosos pueblos fortificados, conocidos como kayas, del pueblo Mijikenda. Los kayas, creados en el siglo XVI pero abandonados en los años 1940, se consideran ahora morada de los ancestros y son venerados como sitios sagrados por parte de los consejos de ancianos. El sitio se inscribe como un testimonio único de una tradición cultural y su relación directa con una tradición todavía viva.

source: UNESCO/ERI

ミジケンダの聖なるカヤの森林

source: NFUAJ

Heilige Kaya bossen van Mijikenda

De heilige Kaya bossen van Mijikenda bestaan uit 11 afzonderlijke bosgebieden verspreid over ongeveer 200 kilometer langs de kust. Ze bevatten overblijfselen van een groot aantal versterkte dorpen – bekend als kayas – van de Mijikenda gemeenschap. De kayas werden gebouwd vanaf de 16e eeuw, maar verlaten in de jaren '40 van de vorige eeuw. Er zijn meer dan dertig kayas overgebleven. De Mijikenda zien ze als verblijfplaatsen van voorouders en vereren ze als heilige plaatsen. Ze onderhouden het bos rond de kayas om deze plaatsen te beschermen. De bosgebieden zijn bijna de enige overblijfselen van dit eens zo uitgestrekte kustbosgebied.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Forêts sacrées de kayas des Mijikenda
Valeur universelle exceptionnelle

Sur les 200 km de long de la province de la côte du Kenya s’étendent, essentiellement sur de petites collines, dix sites distincts densément boisés, dont les tailles varient de 30 à 300 hectares, et où l’on trouve les vestiges des villages fortifiés du peuple Mijikenda, les kayas. Cela représente plus de trente kayas subsistants.

Les kayas commencèrent à tomber en désuétude au début du XXe siècle et sont maintenant révérés comme les conservatoires des croyances spirituelles du peuple Mijikenda et sont considérés comme les demeures sacrées des ancêtres.

Les forêts autour des kayas ont été entretenues par la communauté Mijikenda pour protéger les tombes et les bosquets sacrés, et sont maintenant presque les seuls vestiges de la forêt jadis immense qui couvrait les plaines côtières.

Critère (iii) : Les kayas constituent des points focaux pour les croyances et pratiques religieuses des Mijikenda, passent pour être les demeures ancestrales de leurs différentes peuplades et sont considérés comme des lieux sacrés. À ce titre, ils ont une importance métonymique pour les Mijikenda et constituent une source fondamentale de leur sens d’appartenance au monde et de leur sens du lieu inspirés par le paysage culturel du Kenya contemporain. Ils sont considérés comme un élément caractéristique déterminant de l’identité Mijikenda.

Critère (v) : Depuis leur abandon en tant que lieux favoris de peuplement, on constate un transfert des kayas de l’aspect domestique du paysage Mijikenda à sa sphère spirituelle. Au cours de ce processus, certaines restrictions ont été imposées sur l’accès et l’utilisation des ressources naturelles des forêts. Conséquence directe, la biodiversité des kayas et des forêts environnantes s’est maintenue. Les kayas sont à la fois menacés de l’extérieur et au sein de la société Mijikenda par le déclin des savoirs traditionnels et du respect des pratiques.

Critère (vi) : Les kayas sont maintenant les conservatoires des croyances spirituelles des Mijikenda et sont considérés comme les demeures sacrées de leurs ancêtres. Étant donné la dispersion d’’un ensemble de sites sur une grande étendue, ils sont associés aux croyances d’importance locale et nationale, voire régionale, car ils dépassent les frontières du Kenya.

Les kayas font preuve d’authenticité mais les aspects associés aux pratiques traditionnelles sont extrêmement vulnérables. L’intégrité des kayas est subordonnée au caractère intact de leur cadre forestier qui a été compromis par Kaya Kinondo.

La gestion devra respecter les besoins des différents kayas et intégrer la conservation des ressources naturelles et culturelles et des pratiques de gestion traditionnelles et non traditionnelles ; il conviendra d’établir l’autorité des Anciens des kayas.

Description historique

La tradition orale rapporte que les Mijikenda quittèrent une terre connue sous le nom de Singwaya, que l'on croit être au nord de Tana, sur le territoire actuel de la Somalie, pour émigrer vers le sud au XVIe siècle. Leur migration fut incitée par l'expansion des peuples pastoraux, en particulier les Akwavi Masai, les Galla ou les Orma. Toujours selon la tradition, ces premiers colons fondèrent six villages fortifiés connus sous le nom de makaya, sur la crête qui s'étend parallèlement à la côte kenyane. Trois autres kayas furent ajoutés un peu plus tard.

Le clan A-Digo serait le premier groupe à avoir quitté les terres ancestrales de Singwaya, suivi par les clans ARibe, A-Giriama, A-Jibana, A-Chony et A-Kambe. Il existe plusieurs traditions orales relatives à leur migration, mais toutes racontent qu'ils s'installèrent en divers endroits sur leur parcours et qu'à un moment donné, ils se divisèrent en deux groupes, fondant Kaya Kinondo et Kaya Kwale. Au début du XVIIe siècle, ils essaimèrent encore à partir des deux principaux centres, et des kayas secondaires furent créés. De Singwaya, chacun des groupes apporta son propre talisman rituel tribal dénommé fingo, qui a été enterré dans le nouveau village. Les populations de Rabai, Kauma et Digo se sont formées plus tard le long de la côte de l'actuel Kenya. Elles ont assimilé l'identité Mijikenda et construit leurs propres kayas. Les dates suggérées par les légendes pour la fondation des premiers kayas vont de 1560 à 1870 pour le dernier. Pendant des siècles, les légendes rapportent que les habitants des premiers kayas développèrent des langues et des coutumes originales. Par la suite, la dispersion et l'abandon des villages fortifiés furent provoqués par la pression des populations et les conflits internes.

Les légendes sont corroborées par l'histoire écrite des villes marchandes côtières swahilies florissantes du XIIe au XIVe siècle, les marchands de la côte se mélangeant aux populations locales. Elles suggèrent un afflut de population Mijikenda au XVIIe siècle. La documentation portugaise du XVIIe siècle confirme aussi cette vision de l'histoire, qui implique que les Mijikenda étaient installés sur la côte au début du XVIIe siècle.

Il est aussi suggéré que l'étude des langues parlées sur la côte confirme les légendes. Les neuf dialectes distincts parlés par les neuf clans de Mijikenda sont étroitement liés entre eux et avec d'autres langues parlées sur la côte kenyane et tanzanienne. L'étude de ces langues suggère qu'une langue proto-« sabaki » de Somalie s'est divisée en mijikenda, pokomo et swahili entre le XVIe et le XVIIe siècle.

Ces dernières années, certains en sont venus à penser que les légendes considérées comme récits historiques sont des constructions politiques arabo-swahilies destinées à renforcer l'unité des Mijikenda et en même temps à les distinguer des Arabes et des populations de culture swahilie installés le long de la côte. Des fouilles archéologiques récentes entreprises dans certains kayas ont permis d'affiner l'interprétation des légendes. L'idée émerge selon laquelle les légendes sont une vision que portent les sociétés sur elles-mêmes, soulignant le caractère unique et distinct de chaque kaya et simplifiant et condensant sur une courte période des mouvements complexes de populations qui se sont déroulés sur plusieurs siècles.

Il apparaît aujourd'hui que les kayas étaient bien établis au début du XVIIe siècle et n'étaient pas des occupations centralisées monolithiques, mais entretenaient des relations avec l'intérieur des terres agricoles et constituaient des centres pour des villages très dispersés. Les Mijikenda pratiquaient l'agriculture de subsistance, travaillaient le fer et le cuivre et importaient le textile, le poisson et les poteries des villes côtières. Leur système de croyances reconnaissait un créateur omniprésent, Mulungu, et des esprits moins importants plus proches de la vie quotidienne. Le système de gouvernance reposait sur des classes d'âge transversales aux différents clans. Les plus anciens formaient le conseil tribal qui gouvernait par consensus et organisait les cérémonies annuelles.

Au cours du XIXe siècle, l'utilisation des villages fortifiés commença à décliner à mesure que les populations se dispersaient dans les fermes alentour ou les villes côtières. L'exode culmina au début du XXe siècle. Dans les années 1940, presque tous les kayas étaient inhabités. Les raisons de cet exode sont encore discutées mais le potentiel que représentait l'implication dans le commerce florissant entre les villes côtières, l'île de Zanzibar, l'Arabie et l'Inde semble être une bonne explication. D'autres facteurs étaient probablement la famine et les maladies.

L'impact immédiat de la dispersion des populations des kayas dans l'arrière-pays fut le début de la déforestation progressive autour des kayas. Ce phénomène, associé à la préservation concertée de la forêt dans le voisinage immédiat des kayas, renforça la distinction entre les kayas et leur environnement.

Ces dernières années, le mépris croissant pour les valeurs traditionnelles et la demande croissante de terres, de bois combustible, de minerai de fer et de matériaux pour la construction et la sculpture sur bois ont fait peser de sévères pressions sur les forêts de kayas. Ces 50 dernières années, beaucoup de kayas ont vu leur superficie réduite de manière drastique, et des terres jadis communautaires sont devenues des propriétés privées et ont été vendues à des spéculateurs nationaux ou étrangers. Les kayas proposés pour inscription, une partie du Kaya Kinondo, semblent être ceux qui ont le moins souffert.

Ces dix dernières années, les efforts pour protéger les kayas sont largement venus d'initiatives visant à protéger la biodiversité de ce qu'il reste de forêt en recourant aux pratiques traditionnelles.

Source : évaluation des Organisations consultatives