English Français
Aidez maintenant !

Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din

Crac des Chevaliers and Qal’at Salah El-Din

These two castles represent the most significant examples illustrating the exchange of influences and documenting the evolution of fortified architecture in the Near East during the time of the Crusades (11th - 13th centuries). The Crac des Chevaliers was built by the Hospitaller Order of Saint John of Jerusalem from 1142 to 1271. With further construction by the Mamluks in the late 13th century, it ranks among the best-preserved examples of the Crusader castles. The Qal’at Salah El-Din (Fortress of Saladin), even though partly in ruins, represents an outstanding example of this type of fortification, both in terms of the quality of construction and the survival of historical stratigraphy. It retains features from its Byzantine beginnings in the 10th century, the Frankish transformations in the late 12th century and fortifications added by the Ayyubid dynasty (late 12th to mid-13th century).

Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din

Ces deux châteaux illustrent l’échange d’influences culturelles et le développement de l’architecture militaire au Proche-Orient à l’époque des Croisades, du XIe au XIIIe siècles. Le Crac des Chevaliers a été construit par l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem de 1142 à 1271. Une deuxième vague de travaux a été le fait des Mamelouks à la fin du XIIIe siècle. Il figure parmi les châteaux des Croisades les mieux préservés. Bien que partiellement en ruines, le Qal’at Salah El-Din (Forteresse de Saladin) constitue un autre exemple remarquable de ce type de forteresse, tant en terme de qualité de la construction que de survie de la stratigraphie historique, avec des éléments de l’époque byzantine au Xe siècle, les transformations réalisées par les Francs à la fin du XIIe siècle et les défenses ajoutées par les Ayyoubides (fin du XIIe et XIIIe siècles).

قلعة الفرسان وقلعة صلاح الدين

يجسّد هذان القصران التأثير الثقافي المتبادل وتطور الهندسة العسكرية في الشرق الأوسط طوال مرحلة الحروب الصليبية من القرن الحادي عشر ولغاية القرن الثالث عشر. وقد تم بناء قلعة الفرسان على يد أخوية فرسان القديس يوحنا المعروفة بفرسان المشفى من عام 1142 الى عام 1271، فيما أنجزت المرحلة الثانية من الأعمال على يد المماليك في نهاية القرن الثالث عشر. وتعدّ قلعة الفرسان من قصور الحروب الصليبية التي حظيت بأعلى درجة من الحماية. أما قلعة صلاح الدين، فتشكل رغم الدمار الجزئي الذي حلّ بها مثالاً هاماً آخر لهذا النمط من القلاع، سواء على مستوى نوعية البناء أو على مستوى البصمات التاريخية المتتالية التي تحملها، وهي تتضمن عناصر من العصر البيزنطي من القرن العاشر وتغييرات أدخلها الإفرنج في نهاية القرن الثاني عشر وتحصينات أضافها الأيوبيون (في نهاية القرنين الثاني عشر والثالث عشر).

source: UNESCO/ERI

武士堡和萨拉丁堡

这两座堡垒最能体现不同势力的相互影响,它们记载了十字军东征时期(11世纪至13世纪)近东防御工事的演变。1142年至1271年期间,耶路撒冷的圣•约翰骑士修道会修建了武士堡,13世纪末时,马穆鲁克又进一步进行了修建。武士堡是迄今保存最完好的十字军东征时的堡垒之一。它是中世纪堡垒,尤其是军界堡垒的典型,包括修道会建造的八个圆形城堡和之后马穆鲁克建造的一个方形堡垒。同样,不论从建筑质量还是从对不同地层的保存来看,萨拉丁堡都是此类堡垒中的杰出代表,尽管它的一部分已经成为废墟。萨拉丁堡保留了10世纪拜占庭早期的建筑特征、12世纪晚期法兰克人的改建以及12世纪晚期到13世纪中期艾优卜王朝新建的防御工事。

source: UNESCO/ERI

Замки Крак-де-Шевалье и Калъат-Салах-ад-Дин

Два замка являются наиболее значительными примерами, демонстрирующими взаимообмен влияний и эволюцию крепостной архитектуры на Ближнем Востоке во времена крестовых походов (ХI-ХIII вв.). Замок Крак-де-Шевалье был построен Орденом Госпитальеров Св. Иоанна Иерусалимского в 1142-1271 гг. С добавлениями, сделанными мамелюками в конце ХIII в., он относится к наиболее хорошо сохранившимся замкам крестоносцев. Это образец средневекового орденского замка, включающий восемь круглых башен, построенных госпитальерами, и массивную квадратную башню, добавленную мамелюками. Замок Калъат-Салах-ад-Дин (крепость Саладина), хотя и находится частично в руинах, все еще представляет собой выдающийся пример укреплений данного типа, как с точки зрения качества конструкций, так и сохранности исторической стратиграфии. Он хранит характерные свидетельства своего основания византийцами в Х в., перестроек франками-крестоносцами в конце ХII в., и укреплений, добавленных правителями династии Эйюбидов (конец ХII – середина ХIII вв.).

source: UNESCO/ERI

Crac de los Caballeros y Qal’at Salah Al Din

Estas dos fortalezas son ejemplos sumamente significativos del intercambio de influencias culturales y de la evolución de la arquitectura militar en el Cercano Oriente en tiempos de las Cruzadas (siglos XI al XIII). El Crac de los Caballeros fue construido por la Orden Militar y Hospitalaria de San Juan de Jerusalén entre 1142 y 1271. A finales del siglo XIII los mamelucos hicieron más obras en esta fortaleza, que es uno de los castillos de la época de las Cruzadas en mejor estado de conservación. Por su parte, el Castillo de Saladino (Qal’at Salah Al Din), aunque está parcialmente en ruinas, es otro ejemplo excepcional de este tipo de edificaciones militares, tanto en lo que se refiere a la calidad de su construcción como a la estratigrafía histórica subsistente. Esta última muestra los elementos bizantinos primigenios del siglo X, las transformaciones efectuadas por los francos a finales del siglo XII y las fortificaciones añadidas por la dinastía de los ayubidas (finales del siglo XII a mediados del XIII).

source: UNESCO/ERI

クラック・デ・シュヴァリエとカル-エッサラー・エル‐ディン       

source: NFUAJ

Crac des Chevaliers en Qal’at Salah El-Din

Deze twee kastelen vormen de belangrijkste voorbeelden van de uitwisseling van invloeden gedurende de Kruistochten (11e -13e eeuw). Ze tonen de ontwikkeling van de versterkte architectuur in het Nabije Oosten. De Crac des Chevaliers werd gebouwd door de Hospitaal Orde van Sint Jan van Jeruzalem van 1142 tot 1271. De Mamelukken bouwden het kasteel af in de laat 13e eeuw, waarmee het behoort tot de best bewaarde voorbeelden van kruisvaarderskastelen. Qal’at Salah El-Din (fort van Saladin) is – ondanks dat het deels in puin ligt – een uitstekend voorbeeld van dit type van versterking qua constructiekwaliteit en het overblijven van historische stratigrafie. Het toont kenmerken van zijn Byzantijnse oorsprong in de 10e eeuw, de Frankische veranderingen uit het laatste deel van de 12e eeuw en versterkingen die zijn toegevoegd door de Auuybid dynastie (eind 12e - midden 13e eeuw).

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Crac des Chevaliers et Qal’at Salah El-Din © Silvan Rehfeld
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Ces deux châteaux représentent les exemples les plus significatifs illustrant l’échange d’influences et l’évolution de l’architecture fortifiée au Proche-Orient durant les périodes byzantine, des Croisades et islamique. Le Crac des Chevaliers a été construit par l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem de 1142 à 1271. Avec les nouvelles constructions ajoutées par les Mamelouks à la fin du XIIIe siècle, il figure parmi les châteaux les mieux préservés de l’époque des Croisades. Le Qal’at Salah El-Din (Forteresse de Saladin), bien que partiellement en ruine, conserve des éléments de sa création byzantine au Xe siècle, de transformations réalisées par les Francs à la fin du XIIe siècle et des fortifications ajoutées par la dynastie ayyoubide (fin du XIIe à la moitié du XIIIe siècle). Ces deux châteaux sont situés sur des hauteurs qui constituaient des positions défensives de premier ordre.

Dominant le paysage environnant, les deux châteaux du Crac des Chevaliers et du Qal’at Salah El-Din sont des exemples exceptionnels d’architecture fortifiée associée à la période des Croisades. La qualité de leur construction et le maintien de la stratigraphie historique montrent la variété de la technique défensive à travers des caractéristiques de chaque phase d’occupation militaire.

 

Critère (ii) : Les châteaux représentent un développement important de systèmes de fortifications, bien différents des systèmes défensifs européens plus passifs, et contribuèrent au développement des châteaux dans le Levant. Parmi les châteaux qui subsistent au Proche-Orient, le bien se distingue comme un des exemples les plus remarquables de cet échange d’influences et documente l’évolution en ce domaine, qui eut un impact en Orient comme en Occident.

Critère (iv) : Dans l’histoire de l’architecture, le Crac des Chevaliers est considéré comme l’exemple le mieux préservé des châteaux de l’époque des Croisades, mais aussi comme un archétype de château médiéval, notamment dans le contexte des ordres militaires. De même, le Qal’at Salah El-Din, bien que partiellement en ruine, n’en demeure pas moins un exemple exceptionnel de ce type de fortification, que ce soit en termes de qualité de construction ou de maintien de la stratigraphie historique.

 

Intégrité (2009)

Les deux châteaux sont situés au sommet de collines et dominent le panorama du paysage avoisinant. Hormis quelques interventions indésirables dans les zones tampons, l’intégrité des environs est bien préservée. Les constructions illégales (quelques maisons, restaurants et hôtels) situées près des châteaux seront démolies. Il existe également des projets de construction de téléphériques et d’un théâtre en plein air, qui affecteraient l’intégrité du paysage.

 

Authenticité (2009)

Le Crac des Chevaliers a fait l’objet de travaux de restauration limités sous le mandat français, avec la démolition des ajouts relativement récents des villageois locaux et le déblaiement de la terre accumulée dans les structures médiévales. Dans l’ensemble, il a bien conservé son authenticité.

Le Qal’at Salah El-Din est situé dans une région isolée et n’a subi aucun changement ces derniers siècles. Partiellement en ruine, c’est aujourd’hui un site archéologique. Il a fait l’objet de certains travaux de restauration. Ainsi, le portail principal du palais ayyoubide a été restauré en 1936, en imitant la structure d’origine. Ce type de restauration est maintenant abandonné, l’accent étant plutôt mis sur la consolidation et la conservation. Globalement, le château a conservé son caractère historique et son authenticité.

 

Mesures requises en matière de protection et de gestion (2009)

Le bien est protégé par la Loi syrienne sur les Antiquités (N° 222, révisée en 1999) et par la Loi du Ministère de l’Administration locale (15/1971). Le Ministère de l’Administration locale contribue à sa protection en coordination avec la Direction générale des Antiquités et des Musées (DGAM) et les autorités locales.

La DGAM est l’institution responsable de la protection des sites du patrimoine et les fonds destinés à la maintenance et à l’entretien des châteaux sont garantis par son budget annuel.

Les deux châteaux disposent chacun d’un système de gestion distinct, organisé conjointement par la DGAM en collaboration avec les autorités locales. Dans le cas du Crac des Chevaliers, le système de gestion implique le village de Al-Hosn, et pour le Qal’at Salah El-Din, la DGAM collabore avec le département situé dans la capitale régionale de Latakieh.

Lors de l’inscription, la DGAM était en passe d’adopter une nouvelle structure administrative, dotée de nouvelles réglementations qui seraient intégrées de façon à permettre l’unification du système de gestion des Châteaux de Syrie.

Il y a un besoin permanent de protéger les pentes orientales du Crac de Chevaliers contre le développement de la ville moderne voisine. Les procédures administratives nécessaires ont été engagées pour assurer la démolition des constructions illégales à proximité des châteaux.

Description historique

De l'avis général, ces deux châteaux-forts ont avec certains autres tenus un grand rôle à l'époque des Croisades, et étaient notamment associés aux envahisseurs européens. Plus récemment, on a cependant reconnu leur valeur nationale. En fait, la forteresse de Sayun (ou Château de Saône) a été renommée forteresse de Saladin en 1957 en l'honneur du sultan qui la conquit en 1188. Ce château plonge ses racines au Xe siècle, époque où la région faisait partie de la frontière orientale de l'empire byzantin, que défièrent les Fatimides, les Mirdasides et plus tard les Seljoukides, qui érigèrent tous des structures défensives inspirées des expériences des Omeyyades, des Abbassides et des premiers Byzantins. Le Crac des Chevaliers date du XIe siècle ; on le connaissait à l'époque sous le nom de Château des Kurdes.

À l'époque des Croisades, à partir du début du XIIe siècle, les Francs construisirent ou reconstruisirent plusieurs châteaux dans la région. Leurs dirigeants résidaient dans des peuplements fortifiés ou dans des châteaux tels que la forteresse de Saladin. À la seconde moitié du XIIe siècle, les terres latines furent abandonnées aux chevaliers Hospitaliers, ou Templiers, à qui l'on doit les constructions initiées jusqu'à l'occupation des châteaux par les Arabes à la fin du XIIe ou au XIIIe siècle. Par la suite, le Crac des Chevaliers fut occupé par des villageois, qui lui adjoignirent plusieurs nouvelles structures. À l'inverse, la forteresse de Saladin, du fait de son relatif isolement, a été abandonnée et désaffectée depuis des siècles. Au XXe siècle, les deux châteaux ont été restaurés en qualité de monuments anciens.

Source : évaluation des Organisations consultatives