English Français

Sanctuaire de faune et de flore de Malpelo

Malpelo Fauna and Flora Sanctuary

Located some 506 km off the coast of Colombia, the site includes Malpelo island (350 ha) and the surrounding marine environment (857,150 ha). This vast marine park, the largest no-fishing zone in the Eastern Tropical Pacific, provides a critical habitat for internationally threatened marine species, and is a major source of nutrients resulting in large aggregations of marine biodiversity. It is in particular a ‘reservoir' for sharks, giant grouper and billfish and is one of the few places in the world where sightings of the short-nosed ragged-toothed shark, a deepwater shark, have been confirmed. Widely recognized as one of the top diving sites in the world, due to the presence of steep walls and caves of outstanding natural beauty, these deep waters support important populations of large predators and pelagic species (e.g. aggregations of over 200 hammerhead sharks and over 1,000 silky sharks, whale sharks and tuna have been recorded) in an undisturbed environment where they maintain natural behavioural patterns.

Sanctuaire de faune et de flore de Malpelo

Ce sanctuaire se situe à 506 km de la côte colombienne et comprend l’île de Malpelo (350 ha) ainsi que la zone marine environnante (857 150 ha). Ce vaste parc marin, qui est aussi la plus grande zone où la pêche est interdite dans le Pacifique tropical oriental, constitue un habitat d’une importance critique pour un certain nombre d’espèces marines menacées au plan mondial. C’est aussi une source majeure de nutriments et une zone importante d’agrégation de la biodiversité marine. On y trouve en particulier des requins, mérous géants et voiliers, et c’est l’un des rares sites au monde où a été confirmée la présence de l’odontospide féroce, un requin des profondeurs. De l’avis général, ce milieu sous-marin est l’un des sites de plongée les plus remarquables du monde du fait de la beauté naturelle extraordinaire de ses murs abrupts et de ses grottes. De plus, ces eaux profondes abritent de larges populations de grands prédateurs et d’espèces pélagiques (on a par exemple relevé la présence de bancs de plus de 200 requins-marteaux et de plus de 1000 requins soyeux, requins-baleines et thons) qui, dans ce milieu non perturbé, conservent des comportements naturels.

محمية مالبيلو للحيوانات والنباتات

تقع هذه المحميّة على بعد 506 كيلومترات من الساحل الكولومبي وتضمّ جزيرة ماليبلو (350 هكتارا) كما المنطقة البحريّة المحيطة لها (857150 هكتارا). وهذا المنتزه البحري الكبير، وهو أيضاً المنطقة الأكبر التي يُمنع فيها الصيد في المحيط الهادئ الإستوائي الشرقي، هو موطن العديد من الأصناف البحريّة المُهددة على المستوى العالمي. كما يُشكّل مصدر التنوّع البيولوجي البحري وحلقة تجمّعه. وفيه الحيتان والقباب العملاقة والطيور. ويُشكّل عالم تحت البحار هذا أحد أكثر مواقع الغطس أهميّةً في العالم نظراً لجمال جدرانه وكهوفه الطبيعيّة. كما تأوي هذه المياه العميقة العديد من القوارض والأصناف المحيطيّة التي تحافظ في هذا الموقع الساكن كلّ السكون على سلوكيات طبيعية.

source: UNESCO/ERI

马尔佩洛岛动植物保护区

该遗址距哥伦比亚海岸约506公里,包括马尔佩洛岛(350公顷)和周围海洋环境(857 150公顷)。这一巨大的海洋公园是热带东太平洋最大的禁渔区,为国际濒危海洋生物提供了重要的栖息地,是多种主要食物的来源,因而滋养了大量各种海洋生物。这里尤其是鲨鱼、石斑鱼和尖嘴鱼的聚居区,还是世界上为数不多的几个确定可以看见深水短鼻粗齿鲨的地方。陡峭的崖壁与自然景观瑰丽多彩的洞穴使这里成为公认的世界顶级跳水胜地之一。深邃的海水为数量巨大的大型肉食动物和浮游生物提供了安宁的生存环境,使它们保持着自然的行为方式。(例如,这里聚集了200多头双髻鲨, 1000多头丝鲨,还有鲸鲨和金枪鱼。)

source: UNESCO/ERI

Фаунистический и флористический резерват Мальпело

В состав объекта наследия входит остров Мальпело (350 га), лежащий примерно в 506 км от берегов Колумбии, а также прилегающая акватория площадью 857 150 га. Этот обширный морской резерват – самая большая зона запрета рыболовства во всем тропическом секторе восточной части Тихого океана, выделяющаяся богатством кормовой базы и высочайшим биоразнообразием. Это последнее убежище для целого ряда глобально редких видов морских обитателей, здесь собирается множество акул, гигантских груперов, марлинов. Это одно из немногих мест на Земле, где были зафиксированы достоверные встречи глубоководной песчаной акулы. В этих глубинах поддерживаются устойчивые популяции крупных морских хищников и пелагических видов, в частности, это скопления более 200 рыб-молотов, свыше 1 тыс. плащеносных акул, а также китовых акул и тунцов. Нетронутость этой акватории позволяет морским обитателям следовать своему привычному образу жизни. Это также одно из самых известных в мире мест для дайвинга, благодаря наличию крутых подводных склонов и красивейших пещер.

source: UNESCO/ERI

Santuario de fauna y flora de Malpelo

Este santuario de fauna y flora, que comprende la isla de Malpelo (350 ha.) y la zona marítima circundante (857.150 ha), se halla a 506 km del litoral colombiano. Su vasto parque marino, que es la zona de pesca prohibida más extensa de toda la zona tropical del Pacífico Oriental, constituye un hábitat de importancia vital para toda una serie de especies marinas en peligro de extinción a nivel mundial. Asimismo, es una importante fuente de nutrientes y, por lo tanto, una zona de gran acumulación de biodiversidad marina. La isla de Malpelo es, en particular, un santuario para meros gigantes, peces voladores y especies raras de tiburones. Su costa está considerada como uno de los más extraordinarios sitios del mundo para el buceo, debido a la excepcional belleza de sus abruptos acantilados y grutas. Además, sus aguas profundas sirven de refugio a un número considerable de especies pelágicas y grandes depredadores marinos, cuyo comportamiento natural permanece inalterado en este medio ambiente protegido.

source: UNESCO/ERI

マルペロの 動植物保護区
コロンビア西部の海岸から506㎞の太平洋上に位置する、総面積3.5k㎡のマルペロ島と、8571.5k㎡の周辺海域からなるこの保護区は、東太平洋の熱帯地域で最大の禁漁区。そのため、ウミガメなど絶滅のおそれのある海洋生物の重要な生息地となっている。特にサメに関しては、珍しい深海種のほかシュモクザメやクロトガリザメ、ジンベイザメなどが多数確認されている。一方、陸地では、4万羽以上のアオツラカツオドリが世界最大のコロニーを作るなど、生物の多様性が際立つ。一帯は世界でもトップクラスのダイビングスポットとして知られ、切り立った岩壁や海中洞窟などの自然美も大きな特徴である。

source: NFUAJ

Flora- en faunareservaat van Malpelo

Het flora- en faunagebied van Malpelo ligt ongeveer 500 kilometer voor de kust van Colombia en omvat het Malpelo eiland (350 hectare) en de omringende marine omgeving (857.150 hectare). Het enorme zeepark – de grootste niet-visserijzone in de oostelijke tropische Stille Oceaan – vormt de leefomgeving voor internationaal bedreigde marine soorten, maar is vooral een ‘reservoir’ voor haaien, de reuzentandbaars en zeilvis. In de diepe wateren leven belangrijke populaties grote roofdieren, meer dan 200 hamerhaaien, meer dan 1.000 zijdehaaien, walvishaaien en tonijn. Ze leven er in een ongestoorde omgeving, waar ze hun natuurlijke gedragspatroon kunnen behouden.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Raie manta– Manta birostris © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le sanctuaire de faune et de flore de Malpelo est une vaste aire marine protégée située à 500 km environ au large des côtes colombiennes du Pacifique. Couvrant une superficie terrestre de 35 hectares, l’île désertique de Malpelo et ses affleurements rocheux représentent l’élévation maximale de l’imposante dorsale sous-marine de Malpelo. Malgré sa faible dimension, l’île joue un rôle important comme point d’agrégation pour la reproduction de nombreuses espèces marines. La majeure partie du bien qui s’étend sur 857 465 hectares, se présente comme un oasis dans un « désert océanique » constituant la plus vaste zone interdite à la pêche dans le Pacifique tropical oriental. La topographie sous-marine accidentée présente des murs abrupts, des grottes et des tunnels jusqu’à 3 400 mètres de fond. Ce relief complexe est non seulement le point de confluence de plusieurs courants océaniques, mais aussi la base d’habitats et d’écosystèmes marins d’une extrême diversité. Par son éloignement et grâce aux efforts de protection, le bien est en excellent état de conservation, ce qui en fait l’un des premiers sites de plongée au monde. Le sanctuaire de faune et de flore de Malpelo appartient au corridor marin du Pacifique tropical oriental, un réseau d’aires marines de conservation qui compte également des biens du patrimoine mondial au Costa Rica, en Équateur et au Panama.
Le bien accueille d’impressionnantes populations d’espèces marines parmi lesquelles figurent les plus grands prédateurs et espèces pélagiques tels que le mérou géant, l’orphie et de nombreuses espèces de requins. On y observe de très grandes agrégations de requins-marteaux, requins soyeux, requins-baleines et thons. Les autres éléments remarquables de cette biodiversité sont les 17 espèces de mammifères marins, sept espèces de reptiles marins, 394 espèces de poissons et 340 espèces de mollusques. La réserve compte cinq espèces de poissons et deux espèces d’étoiles de mer parmi les espèces marines endémiques connues. L’île de Malpelo et ses rochers satellites offrent une biodiversité terrestre limitée mais très spécialisée, caractérisée par un taux d’endémisme élevé qui procure un habitat à cinq espèces végétales, trois reptiles et deux arthropodes. Les affleurements rocheux entretiennent de grandes colonies de fous de Nazca, ainsi que d’importantes populations de mouettes à queue fourchue, fous masqués et pétrels des Galápagos en danger critique d’extinction.

Critère (vii): Le milieu sous-marin non perturbé du sanctuaire de faune et de flore de Malpelo, caractérisé par d’impressionnantes falaises, formations rocheuses, grottes et tunnels, ainsi que par une vie marine abondante et variée, est d’une beauté naturelle saisissante. L’observation de très grandes agrégations de toute la gamme des grands prédateurs est un phénomène de plus en plus rare dans les mers du globe surexploitées. La position géographiquement extraordinaire au point de rencontre de plusieurs courants marins, la diversité du paysage de monts sous-marins et l’excellent état de conservation du bien se conjuguent pour en faire un « oasis océanique » de renommée mondiale et une expérience exaltante pour les plongeurs.

Critère (ix): De par son isolement et son statut de plus grande réserve interdite à la pêche dans tout le Pacifique tropical oriental, le sanctuaire de faune et de flore de Malpelo soutient des écosystèmes intacts à l’abri de très sérieuses menaces. La confluence de plusieurs courants marins fait de Malpelo une localité géographique au caractère unique avec un ensemble complexe et divers d’habitats et d’espèces. On peut distinguer les trois grandes communautés marines qui entourent l’île de Malpelo selon qu’elles appartiennent aux habitats verticaux, coralliens et pélagiques. Les grands prédateurs continuent de remplir leur rôle écologique et les comportements restent inchangés, ce qui offre des possibilités exceptionnelles au niveau de la recherche. Les processus d’évolution associés à l’extrême isolement, la convergence de plusieurs courants océaniques en lien avec les régimes de nutriments et les formations géologiques sont d’une grande importance écologique et d’un grand intérêt scientifique. L’île de Malpelo et les eaux environnantes qui ne souffrent pas de la présence d’espèces exotiques envahissantes sont non seulement un véritable joyau de la conservation, mais contribuent aussi au maintien, à la dispersion et au repeuplement des larves benthoniques des coraux, poissons et mollusques et autre vie marine dans le Pacifique tropical oriental au sens large. Devant la pression croissante de la surpêche et des autres menaces qui pèsent sur l’ensemble de la région, le sanctuaire de Malpelo revêt donc une importance considérable en matière de conservation, sans parler de son importance économique bien au-delà de ses limites.

Intégrité

En dépit de sa petite superficie, l’île de Malpelo et les rochers avoisinants ont de remarquables fonctions écologiques, non seulement par rapport à la faune et la flore terrestres limitées mais particulièrement intéressantes et spécialisées, mais aussi en termes d’interaction avec le milieu marin. Preuve en est l’apport massif en nutriments provenant des immenses colonies d’oiseaux. L’île et ses rochers satellites sont protégés dans leur intégralité, entourés d’une vaste zone marine protégée et situés dans une région isolée du Pacifique, autant d’éléments qui contribuent à l’intégrité du bien terrestre. Il n’y a jamais eu d’habitants permanents à Malpelo, en dehors d’une petite unité de la Marine colombienne qui y effectue des rotations et d’un nombre limité et contrôlé de plongeurs et de scientifiques. Avec un comportement satisfaisant et un strict respect des protocoles de précaution vis-à-vis des espèces exotiques envahissantes, les perspectives du maintien de l’intégrité du bien terrestre sont prometteuses. Dans l’avenir prévisible, les perspectives pour les aires marines sont tout aussi positives en raison de la grande superficie et de l’éloignement géographique du bien. Toutefois, cela dépendra de la bonne application du cadre juridique approprié qui déclare la totalité du bien en zone « nautique ». À longue échéance, l’intégrité du Sanctuaire de faune et de flore de Malpelo sera également influencée par la gestion et la conservation du Pacifique tropical oriental au sens large, notamment pour ce qui est de la pêche.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

C’est en 1995 que commence l’histoire de la conservation du bien, lorsque l’île de Malpelo est désignée ‘sanctuaire de faune et de flore’ par une résolution ministérielle, rejoignant ainsi le système national d’aires protégées de la Colombie. Un an plus tard, la zone marine est étendue à 6 miles nautiques (environ 11 kilomètres) autour de l’île par une autre résolution. En 2003, l’Organisation maritime internationale déclare le sanctuaire « zone maritime particulièrement sensible » en y interdisant la navigation commerciale. Une étape décisive est franchie en 2005 lorsqu’une nouvelle résolution étend le sanctuaire de 65 450 à 857 500 hectares, ce qui le rend 13 fois plus grand. Le site donne l’exemple impressionnant d’un lieu exceptionnel qui, en l’espace d’une seule décennie, est passé de l’état de petite zone terrestre protégée à celui d’un bien du patrimoine mondial marin d’envergure appartenant à un réseau de sites international. Le sanctuaire est administré par l’Agence colombienne des Aires protégées qui relève du Ministère de l’Environnement. Plusieurs organisations non gouvernementales soutiennent la recherche, la gestion et le financement. La Marine colombienne, seule présence humaine permanente à Malpelo, coopère à la patrouille de l’île et des eaux environnantes.
L’isolement du bien permet un niveau élevé de protection naturelle. Cependant, il faut une gestion et un financement correspondant pour juguler les menaces actuelles et potentielles émanant de la pêche illégale, du trafic maritime, du tourisme et des espèces exotiques envahissantes. Juridiquement parlant, le bien tout entier est une zone « nautique » mais le contrôle de la pêche artisanale et commerciale illégale est nécessaire et dépend d’opérations de patrouilles coûteuses et du respect de la loi à l’intérieur comme autour du sanctuaire. Le trafic maritime croissant  qui entraîne des perturbations et pose des risques de pollution, est pris en compte au plan international à travers la déclaration de Malpelo en tant que Zone maritime particulièrement sensible, mais nécessite un contrôle aussi systématique. De par sa nature même, l’île de Malpelo ne peut pas devenir un grand pôle d’attraction touristique et restera une destination-créneau des bateaux de plongée pour un tourisme spécialisé. Le nombre total de visiteurs et la taille des groupes sont contrôlés en fonction des limites établies. Certes, les touristes contribuent au financement de la conservation, mais le potentiel reste à réaliser pleinement. Comme les seuls visiteurs à se rendre régulièrement à Malpelo sont les touristes, ainsi que les scientifiques et le personnel tournant de la Marine, le contrôle de leur comportement décidera s’il est possible que la partie terrestre de l’île, petite par sa taille, mais très intéressante sur le plan écologique, soit maintenue sans espèces exotiques envahissantes. Il est incontestable que beaucoup, voire tous les secrets marins du bien restent à découvrir, ce qui représente un grand potentiel de recherche dans un milieu naturel presque vierge.

Activités (1)