jump to the content

Paysage minier des Cornouailles et de l’ouest du Devon

Cornwall and West Devon Mining Landscape

Much of the landscape of Cornwall and West Devon was transformed in the 18th and early 19th centuries as a result of the rapid growth of pioneering copper and tin mining. Its deep underground mines, engine houses, foundries, new towns, smallholdings, ports and harbours, and their ancillary industries together reflect prolific innovation which, in the early 19th century, enabled the region to produce two-thirds of the world’s supply of copper. The substantial remains are a testimony to the contribution Cornwall and West Devon made to the Industrial Revolution in the rest of Britain and to the fundamental influence the area had on the mining world at large. Cornish technology embodied in engines, engine houses and mining equipment was exported around the world. Cornwall and West Devon were the heartland from which mining technology rapidly spread.

Paysage minier des Cornouailles et de l’ouest du Devon

Le paysage des Cornouailles et de l’ouest du Devon s’est en grande partie transformé au XVIIIe et au début du XIXe siècle dans le sillage de l’essor rapide de l’exploitation minière du cuivre et de l’étain. Les profondes mines souterraines, les bâtiments des machines, les fonderies, les villes nouvelles, les petites propriétés, les ports et leurs industries associées reflètent le prolifique esprit d’innovation qui fut le moteur de ce développement industriel, qui produisait au début du XIXe siècle les deux tiers du cuivre mondial. Les nombreux vestiges attestent de la contribution des Cornouailles et de l’ouest du Devon à la Révolution industrielle dans le reste de la Grande-Bretagne, et de l’influence fondamentale de cette région sur l’ensemble du monde minier. La technologie des Cornouailles qu’incarnent les machines, les bâtiments qui les abritent et l’équipement minier fut exportée dans le monde entier. Les Cornouailles et l’ouest du Devon furent au cœur de la diffusion rapide de la technologie minière.

منظر المناجم في كورنواي وغرب ديفون

تغير جزء كبير من منظر المناجم في كورنواي وغرب ديفون إذ لحق بالازدهار السريع الذي شهده استخراج النحاس والقصدير في القرن الثامن عشر وبداية القرن التاسع عشر. فالمناجم الجوفية العميقة والأبنية التي تحتوي على الآلات والمسابك والمدن الجديدة والممتلكات الصغيرة والمرافئ والمصانع الملحقة بها تعكس خصوبة روح الابتكار التي حرّكت هذا التطور الصناعي وأنتجت في بداية القرن التاسع عشر ثلثي كمية النحاس في العالم. أما الآثار المتعددة فتشهد على مساهمة كورنواي وغرب ديفون في الثورة الصناعية في سائر أنحاء بريطانيا العظمى وعلى التأثير العميق الذي مارسته هذه المنطقة على عالم المناجم بمجمله. وقد تم تصدير تكنولوجيا كورنواي المتمثلة في الآلات والأبنية التي تضمها ومعدات استخراج المعادن الى العالم بأسره، كما احتلت كورنواي وغرب ديفون قلب الانتشار السريع لتكنولوجيا التعدين.

source: UNESCO/ERI

康沃尔和西德文矿区景观

由于18世纪到19世纪早期铜矿和锡矿开采的迅速发展,康沃尔和西德文的大部分景观发生了很大变化。地表深处的地下矿井、动力车间、铸造厂、卫星城、小农场、港口和海湾,以及各种辅助性的产业都体现了层出不穷的创新,正是这些创新使该地区在19世纪早期生产了全世界三分之二的铜。矿区遗址体现了康沃尔郡和西德文郡对于英国其他地区工业革命做出的巨大贡献,以及该地区对全球采矿业产生的深远影响。康沃尔的技术体现于出口到全世界的发动机、动力车间和采矿设备。康沃尔郡和西德文郡是采矿技术迅速传播的中心地带。19世纪60年代,该地区的采矿业逐渐衰落,于是大量矿工迁移到其他具有康沃尔传统的矿区生活和工作,比如南非、澳大利亚、中美洲和南美洲,在那里仍然保留着康沃尔式的动力车间。

source: UNESCO/ERI

Горнопромышленный ландшафт Корнуолла и Западного Девоншира

Многие ландшафты Корнуолла и Западного Девоншира оказались в XVIII в. и начале XIX вв. преобразованными в результате быстрого развития прогрессивных методов добычи меди и олова в шахтах. Глубокие подземные рудники, машинные залы, плавильные печи, новые города, небольшие домовладения, порты и гавани, подсобные предприятия – весь этот комплекс отражает процесс активного обновления района, которое позволило ему обеспечивать в начале XIX в. две трети мирового производства меди. Богатое наследие является свидетельством вклада Корнуолла и Западного Девоншира в промышленную революцию, происходившую в Британии, и фундаментального влияния, которое район оказал на развитие горного дела во всем мире. Корнуольская горнопромышленная технология, воплощенная в машинах, машинных залах и шахтном оборудовании, быстро распространялась по миру. Когда горная добыча в Корнуолле и Западном Девоншире в 1860-х гг. пришла в упадок, множество шахтеров эмигрировало, чтобы работать и жить в горношахтных поселениях, основанных на корнуольских традициях, как, например, в Южной Африке, Центральной и Южной Америке, где машинные залы по корнуольскому образцу все еще функционируют.

source: UNESCO/ERI

Paisaje minero de Cornualles y del oeste de Devon

El paisaje del condado de Cornualles y del oeste del condado de Devon sufrió una gran transformación en el siglo XVIII y principios del XIX, debido al rápido auge de la explotación de minas de cobre y estaño. Los profundos pozos mineros, los talleres, las fundiciones, las ciudades nuevas, las pequeñas propiedades y los puertos e industrias anejas reflejan el prolífico espíritu innovador que impulsó el desarrollo industrial de la región, donde se producían a principios del siglo XIX los dos tercios del cobre mundial. Los numerosos vestigios industriales dan cuenta de la contribución de ambos condados a la Revolución Industrial en el resto de Gran Bretaña, así como de la influencia decisiva de esta región en el mundo minero en su conjunto. La tecnología de Cornualles –máquinas, edificios industriales y equipamientos mineros– se exportó al mundo entero. Cornualles y el oeste de Devon fueron el motor de la rápida difusión de la tecnología minera.

source: UNESCO/ERI

コーンウォールとウェストデヴォンの鉱山景観

source: NFUAJ

Mijnlandschap van Cornwall en West-Devon

Een groot deel van het landschap van Cornwall en West-Devon werd in de 18e en begin 19e eeuw omgevormd als gevolg van de snelle groei van de baanbrekende koper- en tinmijnbouw. De diepe ondergrondse mijnen, loodsen, gieterijen, nieuwe steden, kleine bedrijven, (zee)havens en hun toeleveranciers, weerspiegelen samen een vruchtbare innovatie die begin 19e eeuw de regio in staat stelde om tweederde van het wereldwijde koperaanbod te leveren. De overblijfselen van het mijnlandschap tonen de bijdrage van Cornwall en West-Devon aan de Industriële Revolutie in de rest van Groot-Brittannië en de fundamentele invloed van het gebied op de mijnbouwwereld in het algemeen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Paysage minier des Cornouailles et de l’ouest du Devon, Wheal Coates, St Agnes © Nomination File
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les paysages des Cornouailles et de l’ouest du Devon ont été radicalement transformés aux XVIIIe et XIXe siècles par l’exploitation minière en puits profonds, essentiellement du cuivre et de l’étain. Les vestiges des mines, des bâtiments des machines, des petites propriétés, des ports, des canaux, des chemins de fer et des tramways, et les industries associées à l’exploitation minière, ainsi que les nouvelles villes urbanisées et les nouveaux villages attestent d’une longue période d’expansion industrielle et d’innovation prolifique. Ils témoignent ensemble, avec des imbrications étroites et de façon hautement lisible, de la sophistication et du succès des débuts d'une exploitation minière à grande échelle et industrialisée de métaux non ferreux. La technologie et l’infrastructure mises en place dans les mines de Cornouailles et de l’ouest du Devon leur a permis de dominer la production mondiale de cuivre, d’étain et plus tard d’arsenic, et d’influencer grandement les pratiques minières du XIXe siècle au niveau international.

Le vaste site comprend les éléments les plus authentiques et les plus importants sur le plan historique qui subsistent du paysage minier des Cornouailles et de l’ouest du Devon de 1700 à 1914, période des plus forts impacts industriels et sociaux. Les dix zones qui constituent le site forment un paysage culturel unifié et cohérent et partagent une identité commune en tant que parties intégrantes de l’exploitation massive des minerais métallifères du XVIIIe au XXe siècle. Le cuivre, et en particulier l’étain, étaient en effet demandés en quantités de plus en plus importantes pour les besoins croissants de l’industrie et du commerce britanniques. Le cuivre servait à protéger les coques des navires en bois qui traversaient l’océan, à l’usage domestique, et comme principal constituant d’importants alliages comme le laiton, et, allié à l’étain, le bronze. L’usage de l’étain a également beaucoup augmenté avec les demandes de la ferblanterie, notamment pour les boites de conserves, et des communications.

Les nombreux vestiges à l’intérieur du site attestent à l’évidence de la contribution des Cornouailles et de l’ouest du Devon à la Révolution industrielle dans le reste de la Grande-Bretagne, et de l’influence fondamentale de cette région sur l’ensemble du monde minier au niveau mondial. La technologie innovante des Cornouailles, incarnée par les moteurs à vapeur à haute pression et autres équipements miniers, fut exportée dans le monde entier. Parallèlement, on assista à des mouvements migratoires de mineurs qui partirent travailler pour gagner leur vie vers des communautés minières bien souvent fondées sur les traditions des Cornouailles. Le transfert de technologie minière et de la culture associée a abouti à une reproduction de paysages facilement discernables à l’étranger, et de nombreuses communautés issues de migrants prospèrent à travers le monde et confirment l’ampleur de cette influence.

Critère (ii) : L'essor d'une activité minière industrialisée en Cornouailles et dans l'ouest du Devon entre 1700 et 1914, et plus particulièrement l'usage novateur de la pompe à eaux d'exhaure, a conduit à l'évolution d'une société industrialisée, qui s'est manifestée dans la transformation du paysage par la création de nouvelles villes et de nouveaux villages, de petites propriétés, de chemins de fer, de canaux, de docks et de ports, avec un impact profond sur l'expansion de l'industrialisation au Royaume-Uni, puis sur l'activité minière industrialisée dans le monde entier.

Critère (iii) : L'étendue et la portée des vestiges des mines de cuivre et d'étain et de la transformation associée des paysages urbains et ruraux, représentent un témoignage vivant et lisible du succès de l'activité minière industrialisée en Cornouailles et dans l'ouest du Devon, quand la région dominait la production mondiale de cuivre, d'étain et d'arsenic.

Critère (iv) : Le paysage minier des Cornouailles et de l'ouest du Devon – et particulièrement ses bâtiments des machines et ses pompes à eaux d'exhaure caractéristiques – en tant qu'ensemble technologique au sein d'un paysage, illustre l'importante contribution de la région à la révolution industrielle et aux changements formateurs des pratiques minières dans le monde.

Intégrité

Les zones incluses dans le bien reflètent de façon satisfaisante la transformation du paysage apportée par la prospérité minière en zones urbaines comme rurales, et englobe bien en totalité ces changements.

Certains des paysages miniers et des villes qui font partie du bien se trouvent dans des zones d’aménagement et pourraient être vulnérables à un possible développement incompatible.

Authenticité

Le bien dans son ensemble possède un fort degré d'authenticité en termes de formation, conception et matériaux, et en général, d’emplacement et de cadre des caractéristiques qui subsistent. Les mines, les bâtiments abritant des machines, les bâtiments associés et autres caractéristiques ont été consolidés ou sont en passe de l'être. Les villages et les villes ont perdu quelques détails architecturaux, particulièrement en ce qui concerne les maisons en mitoyenneté, mais on considère que cela est réversible.

La capacité des caractéristiques du site à continuer à en exprimer la valeur universelle exceptionnelle pourrait cependant être réduite si l’on autorisait des aménagements sans tenir suffisamment compte de leur caractère historique en tant que parties intégrantes du site. La disposition spatiale de zones telles que le port de Hayle et les abords de Redruth et Camborne représente un enjeu particulier, et ces zones pourraient se révéler vulnérables à moins que des politiques générales de planification et une orientation ne soient rigoureusement et systématiquement mises en place.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le Gouvernement britannique protège les sites du patrimoine mondial situés sur son territoire de deux façons. Tout d’abord, les bâtiments individuels, les monuments, jardins et paysages sont classés selon la Loi de Planification de 1990 (bâtiments classés et zones de conservation) et selon la Loi de 1979 sur les Monuments anciens et les Zones archéologiques, et ensuite selon le système britannique de Planification spatiale, suivant les dispositions de la loi de 1990 sur l’Urbanisme et la planification rurale.

Une orientation nationale sur la protection de l’Environnement historique (Déclaration 5 de la Politique générale de planification) et le patrimoine mondial (Circulaire 07/09) et des conseils et explications associés ont été publiés dans le cadre de politiques générales gouvernementales pour protéger, promouvoir, conserver et mettre en valeur les sites du patrimoine mondial, leur cadre et leurs zones tampons, et figurent dans les plans régionaux et dans les plans et cadres de référence des autorités locales. Le Comité du patrimoine mondial a reconnu que le site est protégé comme il convient par les dispositions générales du système britannique de planification.

Un plan de gestion détaillé et exhaustif a été élaboré et met l’accent sur la nécessité d’une gestion intégrée et globale de ce vaste site diversifié qui comprend de nombreuses zones différentes. Le point fort principal de ce plan est le réseau efficace d’autorités locales et autres partenaires concernés qui le sous-tend. La coordination de la gestion du bien est confiée à l’Office du site. Des accords de services avec d’autres départements du Cornwall Council’s Historic Environment Department (Service de l’Environnement historique des Cornouailles) fournit effectivement des conseils en matière de planification, et assure la gestion des documents des Sites et Monuments.

Les Actions stratégiques pour 2005-2010 du plan de gestion ont été pour la plupart réalisées ; une évaluation des risques et un système de suivi sont en cours d’établissement et utiliseront des systèmes de saisie de données mis en place par le Conseil des Cornouailles. La formulation de définitions de valeur universelle exceptionnelle pour des paysages spécifiques du site va également être poursuivie, ainsi que la fourniture de conseils de planification.

Description historique

Les preuves archéologiques suggèrent que les ressources minérales de Cornouailles et de l'ouest du Devon ont été exploitées pendant plus de 3 500 ans. Jusqu'en 1700, l'étain était le principal minerai, et seule Erzgebirge en produisait de plus grande quantité, en Europe, au début du XVe siècle. Les Romains extrayaient le minerai pour alimenter en étain les pays d'Europe du nord, et l'extraction se poursuivit au début et à la fin du Moyen Âge. En 1201, l'importance de l'industrie de l'étain fut reconnue par l'établissement d'un cadre juridique spécial, conférant certains privilèges aux étainiers. Administré sous la forme de huit régions étainières, il perdura jusqu'en 1838.

Au début du XVIe siècle, de nombreux gisements d'étain arrivèrent à épuisement, et les mineurs se tournèrent vers l'exploitation des affleurements rocheux. Tout d'abord, le minerai de surface fut extrait à ciel ouvert mais après son épuisement, il fallut peu à peu creuser des puits de plus en plus profonds. Il fallait drainer l'eau qu'ils contenaient, en règle générale au moyen de pompes hydrauliques.

Dans les années 1580, les mineurs allemands commencèrent à exploiter le cuivre. Les premières mines ne furent pas un succès, et ce n'est qu'au début des années 1700 qu'une mine prospère fut établie à Chacewater. À la même époque environ, on introduisait la poudre à canon dans les mines, accroissant ainsi grandement la vitesse d'établissement de celles-ci, et la profondeur des puits. L'apparition des moteurs à vapeur permit d'extraire l'eau de ces mines profondes.

C'est Thomas Newcomen, du Devon, qui mit au point le moteur « atmosphérique ». Le premier moteur installé dans une mine de métal équipa Great Wheal Vor entre 1710 et 1714, préfigurant l'industrialisation de l'extraction minière. Cependant, les premiers moteurs étaient onéreux et d'un rendement médiocre, et leur nombre n'augmenta que lentement jusqu'à l'arrivée dans la région des moteurs Boulton et Watt, plus efficaces, en 1778. En 1790, 45 moteurs étaient en activité, jetant les fondations de l'essor de l'industrie. La technologie était désormais en place pour exploiter les riches gisements en profondeur de cuivre et d'étain.

La dernière grande avancée technologique fut l'invention du moteur à vapeur à haute pression, plus puissant et plus rentable, par Richard Trevithick de Camborne. Sa première machine fut construite en 1800. Les trois premières décennies du XIXe siècle virent un grand nombre d'expérimentations sur la conception de moteurs, encourageant la compétition entre ingénieurs et propriétaires miniers. Des fonderies furent donc développées en Cornouailles pour répondre à la demande croissante en moteurs.

La construction d'infrastructures de transport et le développement d'industries annexes accélèrent la vitesse du changement ; dans les années 1850, les mines des Cornouailles dominaient les marchés mondiaux du cuivre.

Bien sûr, l'extraction rentable du cuivre et de l'étain n'était possible que du fait de la forte demande pour ces minerais, l'étain pour la vaisselle et les conserves et le cuivre pour les produits en laiton nécessaires pour les navires et les moteurs.

Les mines, les bâtiments abritant des machines et les monceaux de déblais, les villes nouvelles et les peuplements miniers construits pour accueillir le nombre rapidement croissant de mineurs, et les ports, chemins de fer et canaux transformèrent le paysage. La richesse générée était mise à profit pour édifier d'imposants bâtiments publics, de belles demeures et des jardins paysagers pour les propriétaires miniers.

Dans le même temps, la technologie qui avait permis le développement des mines s'exportait partout dans le monde où se trouvaient des gisements miniers le justifiant. C'est pourquoi on trouve en Espagne, au Mexique, en Afrique du Sud et en Australie d'importants exemples des bâtiments abritant des pompes à eaux d'exhaure de diagnostic qui subsistent du XIXe siècle.

En 1866, l'effondrement du cuivre provoqué par la concurrence croissante du Chili, du Lac Supérieur et du sud de l'Australie précipita la fermeture de quantité de mines de cuivre, seules les mines d'étain restant en activité. Elles subsistèrent pendant quelques années de plus, jusqu'à ce que la concurrence de l'Australie et de la Malaisie entraînent une baisse insoutenable des prix. Les mineurs commencèrent à émigrer, emportant dans leurs bagages leurs connaissances et leur technologie, pour développer des mines des Cornouailles aux quatre coins du monde. À la fin du XIXe siècle, il restait essentiellement des sites de traitement de l'arsenic, exploitant les pyrites arsenicales jadis mises de côté.

Quelques mines survécurent ; la dernière, South Crofty, ferma ses portes en 1998.

Source : évaluation des Organisations consultatives