English Français
Aidez maintenant !

Ville minière de Sewell

Sewell Mining Town

Situated at 2,000 m in the Andes, 60 km to the east of Rancagua, in an environment marked by extremes of climate, Sewell Mining Town was built by the Braden Copper company in 1905 to house workers at what was to become the world’s largest underground copper mine, El Teniente. It is an outstanding example of the company towns that were born in many remote parts of the world from the fusion of local labour and resources from an industrialized nation, to mine and process high-value natural resources. The town was built on a terrain too steep for wheeled vehicles around a large central staircase rising from the railway station. Along its route formal squares of irregular shape with ornamental trees and plants constituted the main public spaces or squares of the town. The buildings lining the streets are timber, often painted in vivid green, yellow, red and blue. At its peak Sewell numbered 15,000 inhabitants, but was largely abandoned in the 1970s.

Ville minière de Sewell

Située à plus de 2 000 m d’altitude dans les Andes, à 60 km à l’est de Rancagua, dans un environnement marqué par un climat extrême, la ville minière de Sewell a été construite par la société Bradden Copper en 1905 pour héberger les mineurs travaillant dans ce qui était en train de devenir la plus grande mine souterraine de cuivre du monde, El Teniente. C’est un exemple exceptionnel de ces villes qui ont été « implantées » dans de nombreuses parties reculées du monde pour exploiter une mine et transformer des ressources naturelles de grande valeur, en utilisant à la fois une main d’œuvre locale et les moyens financiers et techniques d’un pays industrialisé. Installée sur un terrain trop abrupt pour les véhicules à roues, la ville a été construite autour d’un grand escalier central partant de la gare. Le long de la pente, des places de forme irrégulière, embellies par des arbres et des plantes, constituaient les principaux espaces publics de la ville. Les immeubles construits le long des rues sont en bois, souvent peints dans des tons vifs de vert, jaune, rouge et bleu. A son apogée, Sewell a compté jusqu’à 15 000 habitants mais elle a été largement abandonnée dans les années 1970.

مدينة سويل المنجمية

في العام 1905، أسست شركة برادن كوبر مدينة سويل المنجمية التي تقع على علو أكثر من2000 متر في الأنديز وعلى بعد 60 كم شرق رانكاغوا، في بيئة معروفة بمناخها القاسي. وكان الهدف من تأسيسها إيواء عمّال المناجم الذين كانوا يعملون في منجم التينيانتي الذي ما لبث أن أصبح أكبر منجم جوفي للنحاس في العالم. ويشكّل هذا الموقع مثلاً إستثنائياً عن تلك المدن التي كانت "تستحدث" في أنحاء نائية من العالم بهدف استغلال أحد المناجم الموجودة فيها وتحويل مواردها الطبيعية القيّمة من خلال الجمع بين اليد العاملة المحلية والأساليب المالية والتقنية المتوفرة في بلد صناعي. تقوم هذه المدينة على أرض وعرة يصعب الوصول إليها بالمركبات المزوّدة بالعجلات، لذلك تمّ تشييدها حول سلّم مركزي كبير ينطلق من محطة القطارات. وعلى امتداد المنحدر، كانت الساحات المصممة بأشكال غير منتظمة والمزيّنة بالأشجار والنباتات، تشكّل الأماكن العامة الأساسية في المدينة. أمّا الأبنية المشيّدة على طول الطرقات، فكانت مصنوعة من الخشب المطلي في غالبية الأحيان بألوان زاهية كالأخضر والأصفر والأحمر والأزرق. وعندما بلغت مدينة سويل ذروتها، كان عدد سكانها يناهز الـ 15000 نسمة إلاّ أنّهم هجروها بأعداد كبيرة في السبعينيات من القرن العشرين.

source: UNESCO/ERI

塞维尔铜矿城

塞维尔采矿小镇建于20世纪早期,位于智利首都圣地亚哥以南85公里处,处于安第斯山海拔2000米以上的极端气候环境中,是布瑞登铜业公司(the Braden Copper company)在厄尔特尼恩特(El Teniente)这一世界最大的地下铜矿中为工人修建的工房。在当地劳动力与工业化国家的资源相融合,开采和冶炼高价值自然资源的过程中诞生了这个小镇,它是位于世界偏远地区企业生活区的杰出典范。在巅峰时期,塞维尔拥有15 000名居民,但在20世纪70年代小镇的大部分都被废弃了。小镇沿着从火车站升起的庞大的中心阶梯而建,地势非常陡峭,轮式车辆根本无法抵达。沿着大路分布着种有观赏树木和植物的不规则方形区域,构成了小镇的主要公共活动区或广场。在中央阶梯之外,环山小路通往较小的广场和连接小镇其他区域的二级阶梯。沿街建筑是由原木搭建的,通常漆成鲜艳的绿色、黄色、红色和蓝色。这些房屋由美国设计,其中大多数是按照美国19世纪的风格建造的,但是其他建筑,如工艺学校(1936年)则是现代主义灵感的产物。塞维尔是20世纪唯一一座为全年度使用而在山区建造的大规模工业采矿住区。

source: UNESCO/ERI

Шахтерский город Сьюэлл

Расположенный в 85 км к югу от столицы – Сантъяго, в местности с экстремальным климатом, на высоте более 2000 м в Андах, шахтерский город Сьюэлл был построен «Брейден Коппер Компани» в начале ХХ в. для поселения рабочих крупнейшей в мире подземной шахты по добыче меди Эль-Теньенте. Это выдающийся пример города, каковые создавались промышленными компаниями во многих удаленных районах мира за счет ресурсов экономически развитых стран и в расчете на использование местной рабочей силы, с целью добычи и переработки наиболее ценных природных богатств. На пике своего развития Сьюэлл имел 15 тыс. жителей, но он был почти полностью заброшен в 1970-х гг. Город был построен на крутых склонах, не допускавших использование колесного транспорта, по сторонам большой центральной лестницы, поднимавшейся от железнодорожной станции. Вдоль лестницы располагались площадки неправильной формы с декоративными посадками деревьев и кустарников, которые служили основными общественными и озелененными пространствами города. В обе стороны от центральной лестницы расходились горизонтальные проходы, которые вели к меньшим площадкам и лестницам второго порядка, соединявшим лежащие на разных уровнях части города. Здания на улицах деревянные, и многие покрашены в яркие цвета - зеленый, желтый, красный и синий. В основном архитектура зданий следовала американским образцам Х1Х в., однако проект Промышленной школы (1936 г.) был вдохновлен архитектурой модернизма. Сьюэлл – это единственное в ХХ в. крупное горнопромышленное шахтерское поселение, построенное в расчете на круглогодичное использование.

source: UNESCO/ERI

Ciudad minera de Sewell

Situada a 60 km al este de Rancagua, a mí¡s de 2.000 metros de altitud, en la cordillera andina, la ciudad minera de Sewell fue construida por la empresa Braden Koper a principios del siglo XX para albergar a los trabajadores de la mina El Teniente, que pronto se iba a convertir en la mayor explotación subterrí¡nea de cobre del mundo. Sewell es un ejemplo notable de las ciudades construidas por empresas industriales, que surgieron en muchos rincones apartados del planeta como resultado de la fusión entre la mano de obra local y los recursos técnicos y financieros de algunas naciones industrializadas, con vistas a explotar yacimientos mineros y transformar recursos naturales valiosos. Construida en una ladera demasiado abrupta para permitir la circulación de vehí­culos con ruedas, Sewell se estructuró en torno a una gran escalera central que se elevaba desde la estación ferroviaria. A lo largo de su recorrido, esa escalera iba jalonando plazoletas de configuración irregular, ornadas de í¡rboles y plantas, que constituí­an el espacio público urbano principal. Los edificios que se alinean a lo largo de las calles son de madera y con frecuencia estí¡n pintados con diversos colores llamativos: verde, amarillo, rojo y azul. La ciudad minera fue abandonada por una gran mayorí­a de sus pobladores en el decenio de 1970, pero en su momento de apogeo llegó a contar con 15.000 habitantes.

source: UNESCO/ERI

シーウェル鉱山都市
シーウェル鉱山都市は、首都サンティアゴの南方85㎞、アンデス山脈の標高2000mを超える山岳地帯に位置する。この街は20世紀初頭に、当時世界最大の地下銅山であったエル・テニエンテ銅山で働く労働者の居住地として建設された。街の設計や、カラフルな外壁の木造建造物は、19世紀のアメリカの街をモデルとしており、最盛期には1万5000人の住民が暮らしたという。しかし、銅山の国有化に伴い、住民たちがふもとに移動したため、1970年代には無人となった。通年利用が可能な山岳地帯の鉱山住居としては20世紀唯一のもので、地域労働者と天然資源の両方を備えた企業街の顕著な例として、現在も保存されている。

source: NFUAJ

Mijnstad Sewell

Sewell ligt op 2.000 meter hoogte in de Andes, 60 kilometer ten oosten van Rancagua in een omgeving met extreme klimaten. Het bedrijf Braden Copper bouwde de mijnstad in 1905 om werknemers te huisvesten op El Teniente, dat later ’s werelds grootste ondergrondse kopermijn werd. De stad werd gebouwd op een terrein te steil voor wielvoertuigen, rondom een grote centrale trap die opsteeg van het treinstation. De belangrijkste openbare stadsruimtes bestonden uit pleinen omgeven door sierbomen en -planten en de houten gebouwen langs de straten waren vaak groen, geel, rood en blauw geschilderd. Sewell telde op zijn hoogtepunt 15.000 inwoners en werd na 1970 grotendeels verlaten.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La ville minière de Sewell, située à plus de 2.200 mètres d’altitude, est accrochée aux pentes arides de la Cordillère des Andes chilienne. Dans son sous-sol, se trouve la plus grande mine souterraine de cuivre au monde, El Teniente. Sewell, première ville implantée par  une compagnie minière au Chili, principal producteur mondial de ce métal, est désormais inhabitée. Elle est un exceptionnel exemple du phénomène mondial des villes construites par des compagnies minières dans des régions éloignées afin d’extraire et d’exploiter les ressources naturelles, en l’occurrence, un cuivre de grande valeur. Ces villes minières étaient généralement créées en recrutant une main d’œuvre locale et grâce à des capitaux et des ressources extérieures. La ville minière de Sewell est particulièrement remarquable pour sa contribution à la diffusion mondiale d’une technologie minière de grande envergure.

Les origines de Sewell remontent à l’année 1905 lorsque le Gouvernement chilien a autorisé l’ingénieur des mines américain William Braden à exploiter la mine de cuivre. Il s’est évertué à construire des routes, un concentrateur, des camps et un chemin de fer pour relier ce lieu perdu à la ville de Rancagua, distante de 60 kilomètres. El Teniente et la ville de Sewell ont appartenu à des sociétés américaines jusqu’en 1971 lorsque l’industrie du cuivre a été nationalisée et est devenue la propriété de l’état qui était déjà devenu, à la fin des années 60, l’actionnaire principal. Sewell s’est progressivement étendu pour accueillir jusqu’à 15.000 habitants sur une superficie de 175.000 mètres carrés à l’époque de son plus fort développement en 1968. Puis, la ville a lentement perdu des habitants lorsque la compagnie minière a décidé, pour des raisons d’efficacité, de transférer les travailleurs à Rancagua. La phase de démolition a été interrompue en 1990 lorsqu’une politique de protection et de conservation du site a été mise en œuvre.

Sewell, une ville construite par une compagnie minière, est d’une grande originalité. Elle est connue sous le nom de Ciudad de las escaleras (Ville des escaliers) ou de Ciudad derramada en el cerro (Ville qui s’étend sur la colline) en raison de sa configuration urbaine sur les pentes abruptes des Andes. Ces spectaculaires inclinaisons ont donné naissance à un plan organique caractérisé par un système de circulation intérieure exclusivement piétonne, fait d’escaliers et de passages et d’espaces publics construits sur de petites zones ouvertes entre les bâtiments. La construction de ces bâtiments et des équipements industriels fait preuve d’une très grande créativité et d’une grande qualité dans le recours au bois et à l’acier. L’expression architecturale est caractérisée par l’austérité et la fonctionnalité, elle est également empreinte de modernisme.

Les attributs les plus exceptionnels du bien sont : les installations industrielles qui tirent avantage de l’inclinaison à flanc de coteau pour les opérations de broyage des minerais, les bâtiments qui mélangent des lieux de résidence aux étages supérieurs et des lieux de travail ou des services au rez-de-chaussée, les bâtiments de service, les espaces publics et le système de circulation piétonnière, l’infrastructure électrique et les systèmes d’adduction d’eau et d’égouts, les divers réseaux connexes de tuyaux traversant la ville ainsi que le pont de Rebolledo, et le plan d’urbanisme et la localisation de l’ensemble dans l’austère paysage andin. Parmi les installations industrielles, le concentrateur (toujours en état de marche) et les infrastructures énergétiques sont particulièrement remarquables ainsi que le secteur de la Punta de rieles (Fin du chemin de fer) situé au point le plus haut du bien. Une culture particulière s’est forgée à Sewell – un mélange de coutumes chiliennes et américaines – qui survit au travers de ses anciens résidents et de leurs descendants.

Critère (ii) : La ville de Sewell, située dans un environnement hostile, est un exemple exceptionnel du phénomène mondial des « villes implantées par des compagnies privées », établies dans des endroits reculés et mêlant main d’œuvre locale et ressources en provenance de nations déjà industrialisées afin d’exploiter le cuivre, un minerai de haute valeur. La ville a contribué à l’expansion mondiale des technologies minières de grande envergure.

Intégrité

À l’intérieur des limites du bien, d’une superficie de 17,2 hectares, tous les éléments nécessaires à l’expression de la valeur universelle exceptionnelle de la ville minière de Sewell sont réunis, y compris 38% des bâtiments d’habitation et 80% des bâtiments industriels que comprenait la ville à l’époque de son plus grand développement. Ces bâtiments forment le cœur de la ville telle qu’elle était configurée au milieu du 20e siècle. Le bien inclut toutes les typologies de construction qui ont été présentes au cours des années sauf les maisons individuelles indépendantes destinées aux habitants américains qui ont toutes été détruites. Le système de circulation piétonne, les espaces publics et les infrastructures de service sont intacts et fonctionnent toujours. Le bien ne souffre pas des effets négatifs du développement ou de l’abandon.

Le bien, qui est entouré d’une zone tampon de 33 hectares, est situé dans une zone d’exploitation minière, l’accès au bien est donc contrôlé : les visites de groupes sont limitées et organisées uniquement sous le contrôle d’opérateurs autorisés. Grâce à cette disposition, le bien ne souffre pas de pillage et n’est exposé à aucune pression liée au tourisme.

Authenticité

La ville minière de Sewell est authentique en termes de formes et de projet d’ensemble architectural, de matériaux et de substances, d’usage et de fonction, et, d ‘emplacement et de cadre. La partie industrielle du bien est toujours en activité ce qui garantit l’authenticité pleine et entière de son usage et de sa fonction. Bien que l’opération de lixiviation (séparation du métal) ne soit plus accomplie dans le concentrateur, le broyage du minerai est toujours réalisé sur place. Sewell constitue un remarquable équilibre de synergie entre production et conservation d’un bien et la viabilité de son avenir dépend largement de cet équilibre.

Dans les bâtiments non industriels quelques transformations ont eu lieu dans les années 80 mais elles ne sont pas irréversibles. La plupart des bâtiments ont été restaurés avec soin et font l’objet d’un entretien régulier. Leurs systèmes de construction, leurs plans et leurs caractéristiques essentielles ont été sauvegardés. La ville comprend également des bâtiments qui sont d’authentiques illustrations de toutes les différentes étapes de son développement, y compris la dernière époque juste avant le départ de sa population lorsque la direction a construit des bâtiments modernes en béton armé (par ex. bâtiment N° 501, construit en 1958). Dans les commentaires faits par le Comité lors de l’inscription du bien sur l’adaptation des bâtiments à des fins de réutilisation, il a été recommandé que des éléments qui témoignent des fonctions originelles d’habitation de la ville soient renforcés.

L’usage très répandu du bois de construction est une source potentielle d’incendie bien que l’altitude élevée en réduise le risque, en outre des procédures de sécurité très strictes sont mises en place afin de minimiser ce risque ainsi que tout autre risque de catastrophe. L’altitude élevée est également responsable de l’absence d’insectes xylophages.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

La ville minière de Sewell appartient à la division d’El Teniente de la Corporation nationale du cuivre-Chili (Codelco-Chile), une société d’état créée par le Décret-loi N° 1.350  du 30 janvier 1976. En 2006, cette société a créé la Fundación Sewell (Fondation Sewell), une organisation à but non lucratif dédiée à la gestion, l’administration, la conservation et la promotion des atouts de la ville minière de Sewell, site du musée de l’industrie minière du cuivre financé par la fondation. La ville minière de Sewell a été déclarée « Monument national » par le décret N°857 du Ministère de l’éducation en date du 27 août 1998 et est, en conséquence, sous la responsabilité du Conseil national des monuments.  Un plan de gestion était en vigueur entre 2006 et 2010 mais n’a pas encore été mis à jour. Un principe important pour la gestion de ce bien a été la participation de la communauté : la contribution des habitants de Sewell à la conservation et au développement du bien et de sa mémoire pour les générations futures est mise en valeur ; il en va de même pour les recherches historiques et archéologiques du bien considéré comme un témoignage de l’exploitation minière du cuivre au Chili dans son ensemble.

Afin de rendre durable la valeur universelle exceptionnelle du bien au cours du temps, une mise à jour, une ratification et une mise en œuvre du plan de gestion seront nécessaires. Il faudra également suivre un programme rigoureux d’entretien, rendu nécessaire par les difficiles conditions atmosphériques. Dans un contexte d’adaptation des bâtiments pour les réutiliser, il sera nécessaire de les restaurer plutôt que d’ « adapter » un certain nombre d’unités d’habitation, et ce, afin de mieux rendre compte des réalités de la vie des mineurs dans la ville et de conserver un témoignage de l’agencement des bâtiments ; on pourra ainsi garantir que leur fonction d’origine est bien identifiable. Enfin, il faudra s’assurer que les interventions, y compris celles liées à l’exploitation et aux activités minières toujours en cours, ne compromettent pas la valeur universelle exceptionnelle et l’intégrité du bien.

Description historique

Le gisement de cuivre de El Teniente semblait déjà connu et exploité à l'époque pré-hispanique. Du XVe au XVIIe siècle, les Espagnols exportèrent des matières premières ; pendant les deux cents années qui suivirent, l'activité décrut. En 1897, le propriétaire des droits d'exploitation minière entama une étude des gisements de cuivre dans la zone. À la découverte de l'immense potentiel du site et des investissements considérables que nécessiterait l'extraction du cuivre, on contacta en 1903 l'ingénieur minier nord-américain William Braden, qui avait pris part à l'Exposition Universelle de Santiago en 1894.

Braden arriva au Chili l'année suivante, en 1904, et se lança dans le rachat de la propriété. Quasi immédiatement, une route menant à la ligne de chemin de fer la plus proche, à Rancagua, fut construite. Braden unit ses forces à celles de E.W. Nash, président de la American Smelting and Refining Company et à celles de Barton Sewell, fondateur et vice-président. Ensemble, ils créèrent la Braden Copper Company.

En l'espace de deux ans, l'infrastructure fut développée, des exonérations douanières accordées par le gouvernement du Chili pour la multitude de machines à importer depuis les États-Unis et la mine équipée. Dès 1906, le premier broyeur et le premier concentrateur étaient en place, de même qu'un ascenseur et un générateur électrique. Tous ces travaux nécessitaient de faire appel à ce qui était alors une technologie de pointe, et ce dans un environnement des plus isolés et des plus hostiles, ce qui entraîna au début des retards. Enfin, l'extraction minière fut officiellement autorisée et commença en 1905.

En 1909, la récession aux États-Unis entraîna des difficultés financières et des capitaux frais y furent injectés par une compagnie appartenant aux frères Guggenheim, qui en prirent le contrôle total en 1915. La Braden Copper Company devint alors une filiale de Kennecott Copper Corporation.

La base d'opération de la compagnie se trouvait à Rancagua, ville en plein essor. En 1917, l'ancienne fonderie de Sewell fut remplacée par une autre plus moderne à Caletones, où une nouvelle ville se développait aussi.

En dépit de la prospérité de la compagnie, les conditions de travail des mineurs, en termes de sécurité industrielle, étaient loin d'être bonnes. En 1945, une catastrophe tragique mit en évidence les problèmes : un incendie qui s'était déclaré à l'entrée de la mine envoya de la fumée dans les galeries en deçà, et 355 ouvriers périrent asphyxiés. La « tragédie de la fumée », entraîna une enquête des pouvoirs publics et un vaste débat national sur l'insuffisance de la législation en matière de sécurité et sur le pouvoir exercé par les sociétés étrangères. La compagnie y réagit en créant un important département de sécurité industrielle.

Dans les années 1950, le Chili était devenu le deuxième producteur de cuivre dans le monde. Suite à la « chilénisation » en 1967, le gouvernement du Chili acquit une part de 51 % dans la mine ; en 1971, l'industrie tout entière fut nationalisée et la compagnie devint une division de la compagnie chilienne du cuivre. Des changements survinrent dans le sillage de la nationalisation ; ainsi, le club El Teniente devint la cafétéria des mineurs, et les logements de catégorie A, ainsi que d'autres bâtiments, furent démolis.

La décision fut alors prise de transférer la population de Sewell plus bas, dans la vallée, afin de lui fournir de meilleures installations.

La ville fut abandonnée en tant que peuplement minier en 1980, demeurant partiellement utilisée comme ville dortoir pour le personnel des entrepreneurs, ce qui entraîna la modification de certains des bâtiments et de nouvelles démolitions.
La démolition prit fin à la fin des années 1980 et, en 1998, la ville fut déclarée monument national.

La mine reste cependant en activité et la division El Teniente de la Compagnie du cuivre produit aujourd'hui 3 % de la totalité du cuivre mondial.

Source : évaluation des Organisations consultatives