jump to the content

Paysage d’agaves et anciennes installations industrielles de Tequila

Agave Landscape and Ancient Industrial Facilities of Tequila

The 34,658 ha site, between the foothills of the Tequila Volcano and the deep valley of the Rio Grande River, is part of an expansive landscape of blue agave, shaped by the culture of the plant used since the 16th century to produce tequila spirit and for at least 2,000 years to make fermented drinks and cloth. Within the landscape are working distilleries reflecting the growth in the international consumption of tequila in the 19th and 20th centuries. Today, the agave culture is seen as part of national identity. The area encloses a living, working landscape of blue agave fields and the urban settlements of Tequila, Arenal, and Amatitan with large distilleries where the agave ‘pineapple' is fermented and distilled. The property is also a testimony to the Teuchitlan cultures which shaped the Tequila area from AD 200-900, notably through the creation of terraces for agriculture, housing, temples, ceremonial mounds and ball courts.

Paysage d’agaves et anciennes installations industrielles de Tequila

Le site de 34 658 ha s’étend du pied du volcan Tequila jusqu’au canyon du Rio Grande. Il comprend de vastes paysages d’agaves bleues, façonnés par la culture de cette plante qui est utilisée depuis le XVIe siècle pour produire la tequila et depuis au moins 2 000 ans pour fabriquer des boissons fermentées et des textiles. On trouve dans ce paysage des distilleries en activité qui reflètent l’essor de la consommation internationale de tequila au XIXe et XXe siècles. Aujourd’hui, la culture de l’agave est considérée comme un élément intrinsèque de l’identité nationale mexicaine. La zone englobe un paysage vivant et exploité de champs d’agaves bleues et les peuplements urbains de Tequila, El Arenal et Amatitan, abritant de grandes distilleries où le cœur de l’agave (l’ananas) est fermenté et distillé. La zone comprend également des sites archéologiques qui contiennent des témoignages de la culture Teuchitlan qui a façonné la zone de Tequila de 200 à 900 apr. J.-C., notamment à travers la création de terrasses pour l’agriculture, d’habitations, de temples, de tertres cérémoniels et de terrains de jeu de balle.

مناظر الأغاف ومنشآت التكيلا الصناعية

يمتد الموقع على 658 34 هكتارًا من بركان تكيلا وصولاً إلى مفرج ريو غراندي. وهو يشمل مناظرَ طبيعيّة رحبة مكوّنة من نبتة الأغاف الزرقاء، علمًا أن المناظر نفسها تأثّرت عبر مرور الزمن بزراعة هذه النبتة المستخدمة منذ القرن السادس عشر لإنتاج مشروب التكيلا، ومنذ ألفي سنة على الأقل لصناعة المشروبات المختمرة والمنسوجات. نجد في هذا المنظر منشآت صناعة التقطير التي تعكس الازدهار الدولي للتكيلا في القرنَيْن التاسع عشر والعشرين. وتُعتبر زراعة الأغاف اليوم كعنصر ملازم للهوية الوطنية المكسيكية. كما أن المنطقة تشمل منظراً حيًّا لحقول الأغاف الزرقاء وسكان منطقة تكيلا، وإل أرينال، وأماتيتان التي تشهد صناعات التقطير، حيث يتمّ اختمار قلب الأغاف (الأناناس) وتقطيره. كما تحصي المنطقة مواقعَ أثريّةً تشهد على ثقافة توشيتلان التي تركت أثرها على منطقة التكيلا بأكملها، بدءاً من العام 200 حتى العام 900 ميلادي، بالأخص عبر استخدام المصطبة لأغراض زراعية، والمساكن، والمعابد، والتلال المخصصة للمراسم، والأراضي المخصصة للعب بالكرة.

مشهد طبيعي بلون التكيلا رسالة اليونسكو (2006)

source: UNESCO/ERI

龙舌兰景观和特基拉的古代工业设施

在特基拉火山脚和格兰德河河谷间有一个面积34 658公顷的遗址,它是广袤的蓝色龙舌兰生长地的一部分。这里因龙舌兰的种植而发生改变。自16世纪以来,人们就用这种植物生产龙舌兰酒。在过去的两千多年里,人们用它酿造各种饮料,并用来织布。该景观内有很多酿酒厂仍在生产,反映了19世纪和20世纪全世界龙舌兰酒消费量上升的趋势。现在种植龙舌兰已经成为墨西哥不可缺少的一部分。该遗址拥有一大片生机盎然的龙舌兰种植地,同时也是特基拉、阿雷纳和阿玛提坦城的城市聚落。很多大型酿酒厂在这里酿制和提取龙舌兰“菠萝”。列入《名录》的遗产包括龙舌兰种植地、酿酒厂、工厂(包括仍然开展生产的和已经停产的)、酒坊(西班牙统治时期的非法酿酒厂)、小镇和塔木西兰 考古遗址。遗产中还有很多农庄,即不动产,有些可以追溯到18世纪。工厂和农庄都是石砖和土砖结构,墙上涂有赭色石灰,建筑内有石拱、榫子和窗上装饰物,以及设计整齐的新古典主义风格或巴洛克风格的装饰品。这些建筑反映了前西班牙统治时期酿制龙舌兰酒的传统与欧洲提取工艺的融合,以及当地技术与从欧洲和美国引进的技术的融合。该遗产还包括见证塔栖兰文化的考古遗址。从公元200年到900年,特基拉地区就因塔栖兰文化的影响而发生了改变,主要表现在修造梯田以促进农业发展,建造房屋、庙宇和用于纪念仪式的土墩及球场。

source: UNESCO/ERI

Ландшафт плантаций агавы и старинные предприятия по производству текилы

Территория площадью 34 638 га между подножьем вулкана Текила и глубокой долиной реки Рио-Гранде является частью обширного ландшафта плантаций голубой агавы. Эта культура использовалась, начиная с XVI в., для производства текилового спирта и, по меньшей мере, в течение 2000 лет - для получения напитков брожения и изготовления тканей. В этот ландшафт входят действующие винокурни, что отражает рост потребления текилы в мире в XIX и XX вв. Сегодня культура агавы воспринимается, как часть национальной самобытности Мексики. Территория охватывает продолжающий жить и производить ландшафт плантаций голубой агавы и городские поселения Текила, Ареналь и Аматитан с крупными винокурнями, где «ананасы» агавы подвергаются брожению и возгонке. В составе объекта находятся: поля, винокурные предприятия т.н. «таверны» (небольшие винокурни, считавшиеся незаконными при власти испанцев), многочисленные гасиенды, или поместья, некоторые из которых относятся к XVIII в. Архитектура предприятий и гасиенд характерна сочетанием кирпичных и глинобитных конструкций, оштукатуренными стенами охристого цвета, каменными арками, отделкой, замковыми камнями окон, и строгой неоклассической или барочной орнаментацией. Объект отражает слияние доиспанских традиций забраживания сока мескаль и местных приемов возгонки, с технологическими процессами, заимствованными из Европы и США. Объект также включает археологические памятники, представляющие культуру Теучитлан, которая формировала район Текила с 200 по 900 гг. н.э., сооружая террасы для сельского хозяйства, жилищ, храмов, церемониальных возвышений и площадок для ритуальной игры в мяч.

source: UNESCO/ERI

Paisaje de agaves y antiguas instalaciones industriales de Tequila

Situado entre las estribaciones del volcán de Tequila y el profundo valle del Río Grande, este sitio se extiende por una superficie de 34.658 hectáreas y forma parte de un vasto paisaje de cultivos de agave azul, una planta que se viene usando desde el siglo XVI para elaborar la tequila y, desde hace 2.000 años por lo menos, para producir bebidas fermentadas y confeccionar ropa gracias a sus fibras textiles. Dentro de esta zona paisajística están en actividad las destilerías de tequila, que son un exponente del aumento del consumo internacional de esta bebida alcohólica a lo largo de los siglos XIX y XX. Hoy en día, se considera que el cultivo del agave es un elemento intrínseco de la identidad nacional mexicana. El sitio comprende el paisaje configurado por los campos donde se cultiva el agave azul y los asentamientos urbanos de Tequila, Arenal y Amatitlán, que poseen grandes destilerías donde se fermenta la piña de la planta para fabricar el alcohol. También comprende zonas de vestigios arqueológicos de cultivos en terrazas, viviendas, templos, túmulos ceremoniales y terrenos de juego de pelota que constituyen un testimonio de la cultura de Teuchitlán, predominante en la región de Tequila entre los años 200 y 900 de nuestra era.

source: UNESCO/ERI

リュウゼツラン景観と古代テキーラ産業施設群

source: NFUAJ

Agave-landschap en oude industriële faciliteiten van Tequila

Dit gebied van 34.658 hectare ligt tussen de uitlopers van de Tequila vulkaan en de diepe vallei van de Rio Grande rivier. Het is onderdeel van een uitgestrekt landschap vol velden blauwe agave, de plant die vanaf de 16e eeuw gebruikt is voor tequila en al 2.000 jaar gebruikt wordt om gegiste dranken en stoffen te maken. In het gebied liggen de nederzettingen Tequila, Arenal en Amatitan met grote distilleerderijen waar de agave 'ananas' wordt gefermenteerd en gedistilleerd. Ze weerspiegelen de groei van de internationale consumptie van tequila in de 19e en 20e eeuw. Tegenwoordig beschouwt men de agave-cultuur als onderdeel van de nationale identiteit.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Paysage d’agaves © Carlo Tomas
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La zone de plantation des agaves, dans la région de Valles, État du Jalisco, constitue l’un des plus importants paysages culturels du Mexique, non seulement en raison de l’importance de son paysage naturel, mais pour la tradition culturelle maintenue depuis des siècles et qui a donné naissance à l’un des principaux symboles qui identifient ce pays : la tequila.

Le site de 35 019 ha s’étend du pied du volcan Tequila jusqu’au canyon du Rio Grande. Il comprend de vastes paysages d’agaves bleus, façonnés par la culture de cette plante utilisée depuis le XVIe siècle pour produire la tequila, et depuis au moins 2 000 ans pour fabriquer des boissons fermentées et des textiles. On trouve dans ce paysage des distilleries en activité qui rappellent l’essor de la consommation internationale de tequila au XIXe et XXe siècles. Aujourd’hui, la culture de l’agave est considérée comme un élément intrinsèque de l’identité nationale mexicaine. La zone concernée englobe un paysage vivant et exploité de champs d’agaves bleus et des centres urbains de Tequila, El Arenal et Amatitán, abritant de grandes distilleries où le cœur de l’agave (l’ananas) est fermenté et distillé. Le bien témoigne aussi des cultures des Teuchitlans qui ont façonné la région de Tequila de 200 à 900 apr. J.-C., notamment par la création de terrasses pour l’agriculture, d’habitations, de temples, de tertres cérémoniels et de terrains de jeu de balle.

Critère (ii) : La culture de l’agave et sa distillation ont créé un paysage caractéristique, où de belles haciendas et des distilleries illustrent la fusion des traditions préhispaniques de fermentation du jus de mescal avec les processus européens de distillation et les technologies locales et importées de l’Europe ou de l’Amérique.

Critère (iv) : L’ensemble des haciendas et des distilleries, qui dans de nombreux cas possèdent toujours leurs équipements, reflète l’essor de la distillation de la tequila ces deux cent cinquante dernières années ; elles constituent un exemple exceptionnel d’ensembles architecturaux caractéristiques, illustrant la fusion de technologies et de cultures.

Critère (v) : Le paysage d’agaves illustre le lien pérenne entre l’ancienne culture mésoaméricaine de l’agave et le présent, ainsi que l’évolution des procédés de culture depuis le XVIIe siècle, époque où de grandes plantations furent créées et où les distilleries commencèrent la production de la tequila. Globalement, le paysage des champs, des distilleries, des haciendas et des villes est un exemple exceptionnel de peuplement humain et d’occupation des sols traditionnels, représentatifs de la culture propre à Tequila.

Critère (vi) : Le paysage de Tequila a inspiré des œuvres littéraires, le cinéma, la musique, l’art et la danse, tous célébrant le lien entre le Mexique et la tequila, et ainsi son lieu d’origine, à Jalisco. Le paysage de Tequila est donc étroitement associé à des perceptions de valeurs culturelles bien au-delà de ses frontières.

Intégrité

Le bien du patrimoine mondial est vaste et comprend l’ensemble de la partie essentielle du paysage des champs d’agaves qui produisent la tequila, ainsi que la plupart des éléments associés et interdépendants de la culture de l’agave pour la tequila et du processus de distillation, ainsi que les haciendas, les fabriques et les villes associées, ce qui représente une région économique et culturelle.

C’est dans les municipalités de Magdalena, Tequila, Amatitán et El Arenal que sont concentrés les témoignages matériels et immatériels de différentes périodes historiques permettant de comprendre et d’apprécier l’ensemble comme un tout cohérent et vital. Le bien inscrit est la région d’origine du processus culturel, et donc celui qui montre le mieux son développement historique.

L’extension qui s’étend sur les municipalités d’El Arenal, Amatitán, Tequila et Magdalena englobe une vallée qui possède une continuité géographique et agricole où la plus grande partie des éléments matériels de l’occupation du territoire sont localisés, représentés par les vestiges archéologiques, les plantations et les installations industrielles. Les éléments immatériels sont, quant à eux, représentés par les pratiques et coutumes de la communauté qui habite la région et qui a soutenu les processus agricoles de la production de Tequila. Ces mêmes éléments peuvent concilier leur conservation à long terme et leur développement durable. À ce jour, on n’a pas rencontré d’importants problèmes causés par l’activité humaine susceptibles de compromettre l’intégrité du site.

Authenticité

En ce qui concerne le paysage cultivé, les haciendas, les distilleries et les centres villes, leur authenticité est incontestable car elle reflète l’usage passé et présent du paysage pour cultiver et traiter l’agave et le distiller pour en faire de la tequila. Les méthodes de culture et de traitement conservent leur authenticité, et il demeure un lien défini entre l’emplacement des plantations d’agaves et les distilleries où elles sont envoyées : seule la tequila produite à partir de cœurs d’agaves récoltés dans la zone proposée pour inscription a droit à l’appellation d’origine. Le travail dans ces champs témoigne du maintien d’éléments essentiels qui ont façonné le paysage d’agaves depuis sa création, et de la continuité d’un très ancien processus de culture.

Les cultures extensives et les anciennes distilleries de la région de Tequila ont un fort caractère de syncrétisme car on y retrouve une connaissance ancestrale des traditions américaines et européennes. Le paysage tire sa force de la culture et de la domestication de l’agave bleu Tequilana Weber, plante native de la région, au cours d’une longue histoire qui dure depuis des siècles. Il en résulte un « esprit des lieux » qui imprègne le site de manière tout à fait singulière et se caractérise par d’innombrables lignes ondulantes d’agaves qui s’adaptent à la topographie irrégulière de la région. La périphérie des zones urbaines a connu récemment des aménagements et des changements et les traditions locales de construction et l’authenticité y sont moins bien définies. Dans ces zones, il faudra des programmes actifs pour gérer le changement de façon positive. Le plan de gestion étudie cette question.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Environ 22 % de la zone classée sont des propriétés privées ; 44 % sont des terres communales et le reste, soit 34 %, consiste en ce qu’on appelle des associations productrices mixtes, à savoir des investissements privés dans des terres communales. La plupart des fabriques en activité se trouvent en zone urbaine. En zone rurale, elles appartiennent à des propriétaires privés. On recense au total 60 fabriques dans le bien inscrit.

La protection juridique s’applique au niveau fédéral, de l’État et municipal. Au niveau fédéral, il existe différents outils juridiques concernant la tequila en tant que produit, tandis que la protection du patrimoine est régie par la loi fédérale de 1972 concernant les monuments et sites artistiques, historiques et archéologiques ; la loi générale sur les peuplements humains ; la loi générale sur les biens nationaux ; et la loi générale sur l’équilibre écologique et la protection de l’environnement. Avec ces outils, la protection fédérale s’applique aux monuments historiques antérieurs au XXe siècle, aux villes et aux villages classés, aux sites archéologiques et industriels et à la relation entre sites naturels et culturels. Elle couvre les centres-villes et les fabriques et haciendas proposées pour inscription. Au niveau de l’État, la loi sur le patrimoine culturel de l’État et des municipalités de Jalisco, le règlement sur le patrimoine culturel de l’État et des municipalités de Jalisco, la loi sur l’aménagement urbain de l’État de Jalisco et les décrets sur les zones de protection naturelle sont des outils qui permettent d’assurer la préservation du patrimoine culturel et naturel et la culture populaire. L’État est responsable de la préservation et de la restauration des sites historiques, architecturaux et archéologiques, du développement urbain et territorial et de la délimitation des peuplements. Il est plus particulièrement responsable du paysage protégé de Tequila via le plan directeur de Tequila. Enfin, au niveau municipal, la réglementation suivante impose un contrôle sur les édifices patrimoniaux des XXe et XXIe siècles dans le périmètre du bien : règlement de protection et de rénovation de l’image urbaine de Tequila, Jalisco ; plan partiel d’aménagement urbain du centre historique de Tequila, Jalisco ; plan partiel d’aménagement urbain pour la conservation du patrimoine urbain et architectural du cœur historique d’Amatitán, Jalisco ; plan d’aménagement urbain d’El Arena, Jalisco ; modèle de classification écologique territoriale de l’État de Jalisco, région de Valles.

Le Plan de gestion du Paysage d’agaves et anciennes installations industrielles de Tequila est le principal outil de gestion et de planification. Sa mise en œuvre est centrée sur l’amélioration de la qualité de la vie des communautés résidentes et sur une action d’intégration des divers instruments juridiques en vigueur et des instances compétentes dans la région. Il cherche aussi à veiller au maintien des conditions d’authenticité et d’intégrité de chacun des éléments du Paysage d’agaves, par sa conservation, sa restauration et son usage approprié. De même, il cherche à stimuler une croissance régionale durable, soutenue par les valeurs culturelles locales. L’application du plan de gestion prévoit des dispositions en matière de conservation et d’usage durable de l’ensemble d’attributs du bien : le paysage culturel, le paysage d’agaves, les vestiges archéologiques, les anciennes installations industrielles et les villes traditionnelles. C’est aussi un outil de promotion pour que les secteurs sociaux aux plus faibles revenus économiques soient considérés comme des groupes prioritaires pour bénéficier des avantages dérivés du sauvetage et de la préservation du paysage culturel d’agaves. Dans le cadre de la stratégie suivie par l’Instituto Nacional de Antropología e Historia et le gouvernement de l’État du Jalisco pour assurer la conservation et la protection du bien en assurant le développement régional durable de l’entité, le « Paysage d’agaves de Tequila » a été intégré en tant que « Projet stratégique pour le développement du Jalisco ».

Description historique

La domestication de l'agave sauvage semble avoir commencé il y a 3 500 ans environ. La plante sauvage serait originaire du canyon du Rio Grande. L'agave est parfaitement adaptée au sol pauvre et au terrain accidenté de la région de Tequila.

L'agave était une culture importante des Teuchitlans, qui s'en servaient pour répondre à certains de leurs besoins fondamentaux : ils fabriquaient de la toile, de la corde et du papier avec les fibres, les tiges des fleurs donnaient du bois de construction, les feuilles charnues servaient de toits et de combustible, les épines d'aiguilles et de pointes de flèches, la sève produisait une sorte de miel, le jus servait à fabriquer des baumes médicinaux et, après fermentation, une boisson alcoolisée. Les chefs de la société complexe et très hiérarchisée des Teuchitlans tirèrent une grande richesse de leur apparent monopole sur les ressources d'agaves.

Pour transformer l'écorce de la plante en sucre à manger ou à faire fermenter pour fabriquer de l'alcool, il fallait cuire les piñas. On a trouvé au lac Sayula tout proche (en dehors de la zone proposée pour inscription) des vestiges archéologiques prouvant que l'on cuisait déjà les piñas dans des fours coniques à ciel ouvert, en pierre volcanique, 400 ans av. J.-C. Ces fours étaient préchauffés au bois, et les piñas recouvertes de branches et d'argile.

En 1615, le frère Franciso Ximenez, un prêtre espagnol, écrivait comment le jus de la plante cuite était fermenté pour fabriquer un vin parfumé à l'orange et aux écorces de melon.

Au XVIe siècle, la zone fut conquise par les Espagnols, qui établirent la ville de Santiago de Tequila. Les Caxcanes, qui vivaient dans la région, furent progressivement assimilés par les Espagnols. Pour atténuer la pénurie de spiritueux venus d'Europe, les Espagnols expérimentèrent les boissons locales et commencèrent à distiller le jus fermenté d'agave pour produire du vin de mescal. Parallèlement, le rhum faisait son apparition aux Antilles ; l'équipement nécessaire pour ce nouvel alcool d'agave fut donc introduit depuis les régions productrices de rhum.

Les taxes imposées au nouveau spiritueux généraient des revenus non négligeables pour le gouvernement espagnol de Guadalajara. Elles finacèrent l'approvisionnement en eau et le palais du gouverneur de Jalisco, à Guadalajara. À la fin du XVIIe siècle, les premières distilleries officielles furent établies, et les premières plantations intensives d'agaves créées. Dans le courant du XVIIIe siècle, on commença à installer des fabriques au coeur des haciendas et, graduellement, la culture des agaves se répandit dans toute la plaine.

Au XVIIIe siècle, la liqueur gagnant en notoriété, la demande s'accrut. Son expansion fut grandement favorisée par la création, en 1758, de la route marchande connue sous le nom de Camino Real, reliant Tequila au port de San Blas sur l'océan Pacifique, à Guadalajara et à Mexico. La boisson, transportée à dos de mule et d'âne le long de la nouvelle route, devint le premier produit d'exportation de la région. L'augmentation conséquente de la production et de la consommation de la boisson contribua au développement d'une identité régionale clairement définie.

L'abus de l'alcool préoccupa parfois les autorités civiles et religieuses, qui tentèrent de l'interdire en dépit du manque à gagner, tentatives périodiques mais infructueuses. Au final, elles n'entraînèrent que l'apparition d'une activité clandestine dans des zones isolées.

En 1795, après presque trois siècles de domination coloniale espagnole, un producteur régional, José Maria Guadalupe Cuervo, reçut la première licence autorisant l'établissement légal d'une distillerie de mescal.

Au milieu du XIXe siècle, avec l'essor des exportations, de grandes distilleries s'implantèrent dans les villes, séparant la production de la liqueur de la culture des matières premières, ce qui entraîna le déclin de certaines distilleries rurales, avec des haciendas se concentrant désormais sur la production de la matière première pour les distilleries urbaines et une rapide expansion des surfaces d'agaves cultivées.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, on a pu observer une tendance au regroupement des distilleries urbaines et l'introduction de machines plus efficaces, comme des fours fermés à vapeur et des meules mécaniques.

Dans la troisième décennie du XXe siècle, la révolution mexicaine conduisit à un déclin temporaire de la production de tequila, la terre rattachée aux haciendas étant attribuée aux ouvriers sur la base d'une mise en communauté ou devenant propriété privée.

Aujourd'hui, on a mis en place des mesures telles que la location des terres ou l'achat par avance des plants d'agaves, afin d'essayer d'assurer la continuité de la production pour répondre à la demande toujours forte.

Source : évaluation des Organisations consultatives
Activités (1)