English Français
Aidez maintenant !

Parc national de Sagarmatha

Sagarmatha National Park

Sagarmatha is an exceptional area with dramatic mountains, glaciers and deep valleys, dominated by Mount Everest, the highest peak in the world (8,848 m). Several rare species, such as the snow leopard and the lesser panda, are found in the park. The presence of the Sherpas, with their unique culture, adds further interest to this site.

Parc national de Sagarmatha

Dans un paysage de montagnes grandioses où culmine le plus haut sommet du monde, l'Everest (8 848 m), de glaciers et de vallées profondes, le parc abrite des espèces rares, comme le léopard des neiges et le petit panda. La présence des Sherpas, qui y ont développé une culture originale, ajoute à l'intérêt du site.

منتزه ساغارماتا الوطني

يقع هذا المنتزه في طبيعةٍ تتألَّف من جبالٍ عظيمةٍ حيث تطل أعلى القمم في العالم، قمة الايفيرست (8848 م)، ومن جبال جليدية ووديان عميقة. كما يأوي المنتزه فصائلَ نادرةً، مثل فهد الثلج والباندا الصغير. أما وجود الشيرباز الذين طوروا ثقافةً مميزةً في هذا الموقع، فيُضفي أهمية كبيرة عليه.

source: UNESCO/ERI

萨加玛塔国家公园

萨加玛塔是一个特别的地区,全区遍布形态各异的山脉、冰河和深谷。主要山脉珠穆朗玛峰,即世界最高峰,海拔8848米。公园里有许多稀有物种,例如雪豹和小熊猫。而舍帕斯部落的独特文化更使这一国家公园增加了魅力。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Сагарматха (район горы Эверест)

Сагарматха – это выдающийся природный ландшафт, включающий высокогорья, ледники и глубокие ущелья, над которыми доминирует высочайшая вершина мира – гора Эверест (8848 м). В парке обитают несколько редких видов животных, включая снежного барса и малую панду. Уникальная культура местного населения – шерпов – также привлекает внимание к этой местности.

source: UNESCO/ERI

Parque Nacional de Sagarmatha

En un paisaje de glaciares, valles profundos y macizos montañosos grandiosos rematados por el pico más alto del mundo, el Everest (8.848 metros), este parque alberga especies animales raras como el leopardo de las nieves y el panda enano. La presencia de la etnia sherpa, creadora de una cultura única en su género, añade interés al sitio.

source: UNESCO/ERI

サガルマータ国立公園

source: NFUAJ

Nationaal park Sagarmatha

Sagarmatha is een uitzonderlijk gebied met indrukwekkende bergen, gletsjers en diepe valleien, gedomineerd door de Mount Everest, de hoogste bergtop ter wereld (8.848 meter). Het gebied is 124.000 hectare groot en herbergt zeldzame diersoorten, zoals het sneeuwluipaard en de kleine panda. De aanwezigheid van de sherpa’s – met hun unieke cultuur – geeft extra waarde aan dit gebied. Het nationaal park is een populaire bestemming voor bergtoerisme. Het toenemende aantal toeristen in het gebied – van 3.600 bezoekers in 1979 tot meer dan 25.000 in 2010 – geeft een enorme impuls aan de lokale economie.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Situé à 6000m d’altitude, le Parc national de Sagarmatha (PNS) du Népal s’étend sur une superficie de 124400 hectares dans le district de Solu-Khumbu. Il comprend le plus haut sommet du monde, le Mont Sagarmatha (Everest, 8848m). Dans un paysage de montagnes spectaculaires - avec plusieurs sommets dépassant les 7000m (outre le mont Sagarmatha) -, de glaciers et de vallées profondes, le parc abrite des espèces rares comme le léopard des neiges et le petit panda. Destination réputée du tourisme de montagne, le PNS a été enregistré en 1976 et associe depuis toujours nature et culture, grâce aux quelque 2500 sherpas qui y vivent.

Il comprend les majestueux sommets enneigés de la grande chaîne de l’Himalaya, avec notamment le plus haut sommet du monde, le Mont Sagarmatha (Everest) et d’importantes colonies de peuplement Sherpa qui reflètent l’ouverture du PNS au reste du monde. Ce patrimoine naturel jalousement préservé avec ses hautes montagnes et ses glaciers géologiquement jeunes et d’une beauté spectaculaire a été reconnu par l’UNESCO et inscrit au patrimoine mondial en 1979. Le bien abrite une vingtaine de villages qui abritent une population de plus de 6000 sherpas implantés dans la région depuis quatre cents ans où ils perpétuent leurs pratiques culturelles et religieuses traditionnelles, telles que la réglementation de la chasse et de l’abattage des animaux et le respect de tous les êtres vivants. S’y ajoutent des pratiques autochtones de gestion des ressources naturelles, qui contribuent à assurer les succès de la conservation du PNS.

En constante augmentation –de 3600 visiteurs en 1979 à plus de 25000 en 2010-, la fréquentation touristique du bien a dynamisé l’économie locale et amélioré le niveau de vie des habitants grâce à des infrastructures de meilleure qualité, en matière de  santé et d’éducation notamment. Entre autres initiatives, le PNS a mis en place un programme pour la zone tampon afin de renforcer la protection et la gestion du bien, en conjuguant l’objectif de conservation et l’amélioration du statut socioéconomique des communautés locales grâce à un système de réinvestissement des recettes. La zone du PNS comprend une densité exceptionnelle de glaciers qui permettent aux populations en aval de tirer des bénéfices liés à l’eau douce. Outre la conservation des valeurs du bien, le parc a pour autre priorité de gérer l’impact du réchauffement climatique et de ses répercussions sur la flore, la faune et les communautés sherpa.

 

Critère (vii) : L’exceptionnelle beauté naturelle du Parc national de Sagarmatha réside dans son paysage grandiose composé de montagnes, de glaciers, de vallées profondes et  de sommets majestueux, dont le plus haut du monde, le Mont Sagarmatha (Everest, 8848m). La zone abrite quelques espèces rares comme le léopard des neiges et le petit panda. Elle illustre une période importante de l’évolution de la terre et constitue d’un point de vue géologique l’une des régions les plus intéressantes au monde grâce à ses montagnes élevées et ses glaciers géologiquement jeunes, qui forment des paysages imposants caractérisés par de hauts sommets accompagnés de vallées profondément encaissées. Ce parc abrite une flore et une faune exceptionnelles du point de vue écologique, qui sont en relation étroite avec la riche culture sherpa. Les liens complexes qui unissent la culture sherpa et l’écosystème sont l’un des traits caractéristiques du parc et constituent les fondements de sa gestion et de sa protection durables au bénéfice des communautés locales.

 

Intégrité

En comprenant la partie supérieure du bassin versant de la rivière Dudh Kosi, les limites du bien garantissent l’intégrité de ses valeurs. La limite nord du bien est marquée par la principale ligne de partage de la grande chaîne de l’Himalaya, le long de la frontière internationale entre le Népal et la région autonome du Tibet de la République populaire de Chine. Ailleurs, les limites sont tracées par les divisions physiques qui comprennent différentes entités physiques dans la région de Khumbu alors que sa frontière méridionale s’étend pratiquement jusqu’à Monjo sur la rivière Dudh Kosi.

L’intégrité du bien a été renforcée grâce à la création d’une zone tampon qui ne fait pas partie du périmètre du bien inscrit. La zone tampon au sud du bien a été créée en 2002 et sert de couche de protection pour le parc. L’engagement des communautés locales dans la gestion pratique de la zone tampon est un atout supplémentaire pour la viabilité à long terme du parc.

Le statut de protection du parc a été renforcé par la création en 1998 du Parc national de Makalu Barun à l’est du bien et de la Zone de conservation de Gauri Shankar à l’ouest en 2010. Le rattachement de la région nord du PNS à la Réserve naturelle de Qomolongma dans la Région autonome du Tibet de la République populaire de Chine et la création de ces deux nouveaux sites contribuent à la protection accrue des valeurs du site.

L’activité des Sherpas bouddhistes tibétains établis dans le parc repose essentiellement sur l’agriculture et le commerce ; leurs propriétés ont été exclues du parc par décision de justice dans le souci de limiter leur impact sur les valeurs du bien. Le programme de gestion et de protection mis en œuvre actuellement par le gouvernement met l’accent sur le paysage de montagne, appelé Paysage himalayen sacré (PHS) ; il couvre les régions qui s’étendent de la Zone de conservation de Kanchanjonga à l’est au Parc national Langtang à l’ouest. Le PHS comprend à la fois des pratiques de gestion et de conservation et accorde une priorité à la participation des communautés locales.

Axée sur la conservation, la culture Sherpa est à la base même de la conservation de la biodiversité dans la région de Khumbu. Malgré la superficie relativement limitée du PNS, sa gestion durable peut être assurée grâce au paysage qui l’entoure. Le classement du lac de haute altitude Gokyo comme site RAMSAR en 2007 est une reconnaissance supplémentaire de la valeur de la zone et la recolonisation du bien par le léopard des neiges est le signe qu’il offre aux prédateurs et aux proies un habitat approprié.

 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le Parc national de Sagarmatha a été créé le 19 juillet 1976 dans le cadre de la Loi sur les parcs nationaux et la conservation de la vie sauvage, Département des parcs nationaux et de la conservation de la vie sauvage, Ministère des forêts, Gouvernement du Népal. La protection juridique effective relève de la Loi sur les parcs nationaux et la conservation de la vie sauvage de 1973 et du Règlement du Parc national de l’Himalaya de 1978. La plus grande partie du parc (69%) consiste en des terres arides situées au-dessus de 5000m, alors que les pâturages représentent 28% et les zones boisées environ 3%, ce qui pose un certain nombre de difficultés pour la gestion, car la population Sherpa résidente dépend de l’agro-pastoralisme pour sa subsistance.

Une compagnie de soldats de l’armée népalaise apporte du renfort au personnel du Bureau du Parc national de Sagarmatha en assurant une mission de protection et en faisant respecter la loi. Le gouvernement du Népal fournit le budget ordinaire nécessaire à la gestion et à la protection du bien et de la zone tampon. Il verse en outre 50% des revenus du parc aux communautés locales par l’intermédiaire du Programme intégré de conservation et de développement de la zone tampon et de ses activités qui relèvent du Plan de gestion approuvé.

Le Plan de gestion (2007-2012) du bien et de la zone tampon approuvé par le gouvernement du Népal est géré et mis en œuvre par une équipe de professionnels du Département des parcs nationaux et de la conservation de la vie sauvage. Le gouvernement continue à le mettre en œuvre, mais des efforts supplémentaires restent à faire pour réduire le plus possible l’impact de certains problèmes courants sur le site, comme la gestion des flux touristiques qui menacent les valeurs du bien, la promotion d’une utilisation durable des ressources naturelle du parc et la réduction de la pollution de l’environnement.

La mobilisation et le soutien sans faille des communautés locales pour la conservation et la gestion dès l’entrée en vigueur du programme de la zone tampon ont conforté la gestion du PNS. Un Comité consultatif du parc, composé de dirigeants locaux, d’anciens des villages, de responsables lamas et de représentants de l’autorité du parc, a joué un rôle important en assurant une coopération et un soutien accrus. De nombreux partenaires nationaux et internationaux apportent régulièrement leur concours à la conservation, en participant à des activités de gestion de la zone tampon et en menant des recherches. Les Comités de gestion de la zone tampon, ainsi que les Comités et Groupes d’usagers représentent des atouts supplémentaires pour la gestion durable des ressources du parc et de la zone tampon.

L’augmentation spectaculaire du nombre annuel de visiteurs par an a dynamisé l’économie locale, mais également accéléré la dégradation de l’écologie et des fragiles traditions culturelles de la région. L’aménagement de sentiers illégaux, le développement des lieux d’accueil, l’offre et la demande énergétiques, l’évaluation de l’impact du tourisme et de la capacité d’accueil touristique demeurent des enjeux importants pour la gestion du bien même si les communautés locales et les acteurs concernés ont remporté récemment quelques victoires en bloquant des projets d’aménagement, comme celui de l’extension de l’aéroport de Sanboche.

L’enlèvement des ordures reste un problème majeur pour le parc, en dépit des efforts du Comité de contrôle de la pollution de Sagarmatha, une ONG communautaire basée à Namche Bazar, active dans le domaine du contrôle de la pollution. En collaboration avec d’autres organismes et sous la houlette des autorités du parc et des acteurs concernés, elle poursuit ses efforts en vue de résoudre ce problème. De même, le développement des activités touristiques avec son corollaire en matière d’augmentation de la demande d’hébergement exige la mise en œuvre de politiques de gestion qui protègent les habitats et espèces en danger dans le périmètre de ce bien vulnérable à l’envahissement. Le renforcement de l’organisation actuelle du parc s’avère donc nécessaire afin de répondre à la pression croissante du tourisme et de ses activités connexes.

La dégradation de ce fragile écosystème forestier de montagne due à l’augmentation de la demande en bois de chauffage constitue également un problème important pour le bien, malgré l’effet modérateur de plusieurs projets opérationnels de micro centrales hydroélectriques destinés à offrir une alternative au bois de chauffage.   

Description longue
[Uniquement en anglais]

The Sagarmatha National Park includes the highest point of the Earth's surface, Mount Everest (Sagarmatha). The park is also of major religious and cultural significance in Nepal as it abounds in holy places such as the Thyangboche and also is the homeland of the Sherpas whose way of life is unique, compared with other high-altitude dwellers.

The park encompasses the upper catchments of the Dudh Kosi River system, which is fan-shaped and forms a distinct geographical unit enclosed on all sides by high mountain ranges. The northern boundary is defined by the main divide of the Great Himalayan Range, which follows the international border with the Tibetan Autonomous Region of China. In the south, the boundary extends almost as far as Monjo.

This is a dramatic area of high, geologically young mountains and glaciers. The deeply-incised valleys cut through sedimentary rocks and underlying granites to drain southwards into the Dudh Kosi and its tributaries, which form part of the Ganges River system. The upper catchments of these rivers are fed by glaciers at the head of four main valleys, Chhukhung, Khumbu, Gokyo and Nangpa La. Lakes occur in the upper reaches, notably in the Gokyo Valley, where a number are impounded by the lateral moraine of the Ngozumpa Glacier (at 20 km the longest glacier in the park). There are seven peaks over 7,000 m. The mountains have a granite core flanked by metamorphosed sediments and owe their dominating height to two consecutive phases of upthrust. The main uplift occurred during human history, some 500,000-800,000 years ago. Evidence indicates that the uplift is still continuing at a slower rate, but natural erosion processes counteract this to an unknown degree.

In the region there are six altitudinal vegetation classed, from oak forests at the lowest elevations to lichens and mosses at the highest elevations. The Himalayan zone provides the barrier between the Palaearctic realm and the Indomalayan realm.

Most of the park (69%) comprises barren land above 5,000 m, 28% is grazing land and about 3% is forested. Six of the 11 vegetation zones in the Nepal Himalaya are represented in the park: lower subalpine; upper subalpine; lower alpine; upper alpine; and subnival zone. Oak used to be the dominant species in the upper montane zone but former stands of this species.

In common with the rest of the Nepal Himalaya, the park has a comparatively low number of mammalian species, apparently due to the geologically recent origin of the Himalaya and other evolutionary factors. The low density of mammal populations is almost certainly the result of human activities. Larger mammals include common langur, jackal, a small number of wolf, Himalayan black bear, red panda, yellow-throated marten, Himalayan weasel, masked palm civet, snow leopard, Himalayan musk deer, Indian muntjac, serow, Himalayan tahr and goral. Sambar has also been recorded. Smaller mammals include short-tailed mol, Tibetan water shrew, Himalayan water shrew; marmot, woolly hare, rat and house mouse.

Inskipp lists 152 species of bird, 36 of which are breeding species for which Nepal may hold internationally significant populations. The park is important for a number of species breeding at high altitudes. The park's small lakes, especially those at Gokyo, are used as staging points for migrants. A total of six amphibians and seven reptiles occur or probably occur in the park.

There are approximately 2,500 Sherpa people living within the park. The people are primarily Tibetan Buddhists. Their activities are primarily agricultural or trade based. Their properties have been excluded from the park by legal definition. There is and will continue to be an influence on the people by the park and vice versa. The Sherpas are of great cultural interest, having originated from Salmo Gang in the eastern Tibetan province of Kham, some 2,000 km from their present homeland. They probably left their original home in the late 1400s or early 1500s, to escape political and military pressures, and later crossed the Nangpa La into Nepal in the early 1530s. They separated into two groups, some settling in Khumbu and others proceeding to Solu. The two clans (Minyagpa and Thimmi) remaining in Khumbu are divided into 12 subclans. Both the population and the growth of the monasteries took a dramatic upturn soon after that time. The Sherpas belong to the Nyingmapa sect of Tibetan Buddhism, which was founded by the revered Guru Rimpoche who was legendarily born of a lotus in the middle of a lake. There are several monasteries in the park, the most important being Tengpoche.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique
[Uniquement en anglais]

Created a national park on 19 July 1976 and inscribed on the World Heritage List in 1979.

Source : évaluation des Organisations consultatives