jump to the content

Shiretoko

Shiretoko

Shiretoko Peninsula is located in the north-east of Hokkaido, the northernmost island of Japan. The site includes the land from the central part of the peninsula to its tip (Shiretoko Cape) and the surrounding marine area. It provides an outstanding example of the interaction of marine and terrestrial ecosystems as well as extraordinary ecosystem productivity, largely influenced by the formation of seasonal sea ice at the lowest latitude in the northern hemisphere. It has particular importance for a number of marine and terrestrial species, some of them endangered and endemic, such as Blackiston’s fish owl and the Viola kitamiana plant. The site is globally important for threatened seabirds and migratory birds, a number of salmonid species, and for marine mammals including Steller’s sea lion and some cetacean species.

Shiretoko

La péninsule de Shiretoko est située au nord-est de Hokkaido, l’île la plus au nord du Japon. Le site comporte une zone terrestre qui s’étend de la partie centrale de la péninsule jusqu’à son extrémité (cap Shiretoko) ainsi que la zone marine environnante. Il donne un exemple remarquable de l’interaction des écosystèmes marins et terrestres ainsi que de la productivité extraordinaire d’un écosystème, largement influencée par la formation de glaces marines saisonnières, à la plus basse des latitudes de l’hémisphère nord. Il a une importance particulière pour plusieurs espèces marines et terrestres, parmi lesquelles des espèces en danger et endémiques, comme le kétoupa de Blakiston et la plante Viola kitamiana. Le site est également d’importance mondiale pour des oiseaux migrateurs et des oiseaux de mer menacés, de nombreuses espèces de salmonidés et de mammifères marins, notamment le lion de mer de Steller, et des espèces de cétacés.

شيريتوكو

تقع شبه جزيرة شيريتوكو شمال شرق هوكايدو، وهي الجزيرة الواقعة إلى أقصى شمال اليابان. يحتوي الموقع على منطقةٍ بريّةٍ تمتدُّ من الجزء المركزي لشبه الجزيرة وصولاً إلى طرفها (كاب شيريتوكو) وعلى منطقةٍ بحريّةٍ مجاورة. يوفّر هذا الموقع مثالاً لافتًا حول تفاعل الأنظمة البيئيّة البحريّة والبريّة والإنتاجيّة الاستثنائيّة لنظامٍ بيئي مُعيَّن، وهو تفاعلٌ يتأثَّر إلى حدٍّ كبيرٍ بتشكّل المناطق الجليديّة البحريّة الموسميّة، عند أدنى خط عرض النصف الشمالي. ويكتسي الموقع أهميّةً خاصةً لما يتميَّز به من أنواعٍ بحريّةٍ وبريّةٍ عديدةٍ، منها أنواعٌ مهدَّدة بالانقراض ومستوطِنة على غرار كيتوبا البلاكيستون ونبتة فايولا كيتاميانا. كما يتّسم الموقع بأهميّةٍ عالميّةٍ للطيور المُهاجرة وطيور البحر المُهدَّدة بالانقراض التي يأويها، وأنواع السلمونيات والثدييات البحريّة العديدة، لا سيما عجل بحر ستيلر وأنواع الحيتان.

source: UNESCO/ERI

知床半岛

知床半岛位于日本最北部的岛屿北海道的东北部,包括半岛中部到其顶端(知床岬)的陆地部分和周围海域。它是北半球低纬度地区受季节性海冰形成极大影响的海洋和陆地生态系统以及生态系统生产力相互作用的突出典范。对许多海洋性和陆地物种具有特别的重要意义,这些物种中,有些是濒危和地方性的,例如毛腿渔鸮和知床堇植物。对于受到威胁的海鸟、候鸟、大量鲑类物种及包括北海狮和某些鲸类在内的海洋哺乳动物而言,知床半岛在全球具有重要意义。

source: UNESCO/ERI

Полуостров Сиретоко (остров Хоккайдо)

Полуостров Сиретоко находится на северо-востоке Хоккайдо, самого северного из японских островов. Объект наследия, который включает территорию от центра полуострова до его оконечности (мыс Сиретоко), а также прилегающую акваторию, ярко иллюстрирует взаимодействие экосистем суши и моря. Здесь зафиксирована очень высокая биопродуктивность. Район Сиретоко – это самое южное место в Северном полушарии, где в зимнее время формируются прибрежные льды. В морской и наземной флоре и фауне отмечены исчезающие и эндемичные виды, к примеру, рыбный филин, а также местный вид фиалки – Viola kitamiana. Сиретоко имеет глобальное значение для местообитания как редких видов морских и перелетных птиц, лососевых рыб, целого ряда видов морских млекопитающих (включая сивуча), так и некоторых китообразных.

source: UNESCO/ERI

Shiretoko

Situado al noroeste de la isla de Hokkaido, la más septentrional del archipiélago nipón, este sitio comprende una porción terrestre de la península de Shiretoko –desde su parte central hasta el cabo del mismo nombre– y la zona marítima circundante. Constituye un ejemplo notable de la interacción de los ecosistemas marinos y terrestres en la más baja latitud del hemisferio norte, así como de su productividad extraordinaria bajo el influjo de la formación de bancos marinos de hielo estacionales. Tiene especial importancia para una serie de especies marinas y terrestres, endémicas o en peligro de extinción, como el búho manchú y la violeta de Kitami. Además, reviste una importancia mundial para diversas especies de aves acuáticas y migratorias amenazadas, así como para algunos salmónidos, cetáceos y otros mamíferos oceánicos como el león marino de Steller.

source: UNESCO/ERI

知床

source: NFUAJ

Shiretoko

Het Shiretoko schiereiland bevindt zich in het noordoosten van Hokkaido, het meest noordelijke eiland van Japan. Het erfgoedgebied omvat het land van het centrale deel van het schiereiland tot aan de punt (Shiretoko Kaap), inclusief het omringende zeegebied. Het is een goed voorbeeld van de interactie tussen ecosystemen die op land en in de zee voorkomen. De ecosystemen hebben een buitengewone productiviteit, grotendeels beïnvloed door de vorming van seizoensgebonden zee-ijs op de laagste breedtegraad van het noordelijk halfrond. Het gebied is wereldwijd van belang voor bedreigde zee- en trekvogels, een aantal zalmachtigen en voor mariene zoogdieren, waaronder de Steller zeeleeuw en een aantal soorten walvisachtigen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Shiretoko est l'un des plus riches écosystèmes intégrés dans le monde. Englobant à la fois des zones terrestres et des zones marines le bien est situé au nord-est de Hokkaido et couvre une partie de la péninsule de Shiretoko, qui s’enfonce dans la mer d'Okhotsk, et les zones marines environnantes.

La productivité extrêmement élevée des composantes marine et terrestre du bien,  résultant et largement influencée par la formation saisonnière de glaces marines à la latitude la  plus basse de l'hémisphère nord,  et la remarquable interaction entre les écosystèmes marins et terrestres sont les principales caractéristiques de Shiretoko. L'approvisionnement d'eau sous-jacente riche en nutriments résultant de la formation de la glace marine dans la mer d'Okhotsk permet des productions primaires trophiques successives,  y compris la prolifération de phytoplancton au début du printemps, qui sous-tend l'écosystème marin de Shiretoko. Il fournit à son tour les sources de nourriture pour les espèces terrestres, dont l'ours brun et le kétoupa du Blakiston, par le biais de salmonidés qui remontent les rivières pour frayer. Le bien est d’importance mondiale pour de nombreuses espèces marines, des espèces d’oiseaux de mer menacées et des oiseaux migrateurs.

L'écosystème terrestre présente différents types de végétation vierge, reflétant la topographie complexe et les conditions climatiques du bien, et il sert d'habitat à une gamme riche et diversifiée de faune et de flore y compris des espèces menacées et endémiques comme la plante Viola kitamiana.


Critère (ix) : Shiretoko est un exemple exceptionnel d’interaction entre des écosystèmes terrestres et marins et illustre la productivité extraordinaire des écosystèmes, largement influencée par la formation saisonnière de glaces marines, à la latitude la plus basse de l’hémisphère nord, qui apparaissent  plus tôt que dans d'autres mers de glace. La prolifération du phytoplancton, qui se développe sur les matières nutritives fournies par la fonte de la glace marine et depuis la haute mer, illustrent les processus écologiques en pénétrant le système grâce aux courants. Le réseau trophique depuis la prolifération du phytoplancton concerne les poissons, les oiseaux et les mammifères et forme des écosystèmes dynamiques qui englobent  l'océan, les rivières et les forêts.

 

Critère (x) :Shiretoko est particulièrement important pour un nombre d’espèces marines et terrestres. En associant des espèces septentrionales continentales et des espèces méridionales de Honshu, le bien abrite une grande variété d’espèces animales. Cela inclut plusieurs espèces endémiques et en danger, telles que le kétoupa de Blackiston et la plante Viola kitamiana. Le bien compte aussi l’une des plus importantes densités de population d’ours bruns au monde. Le bien est également important  comme habitat d’oiseaux de mer menacés au plan mondial et pour les oiseaux migrateurs.

Shiretoko est important à l’échelon mondial pour la présence de plusieurs espèces de salmonidés, auxquels il fournit un habitat dans les nombreux petits bassins versants, et abrite plusieurs espèces de salmonidés du Pacifique, y compris le char tacheté de blanc, le saumon masu,  le saumon kéta et le saumon rose. Ces bassins ont une importance particulière car ils sont l'habitat le plus méridional du monde pour la migration du Dolly varden.

Le site est également l’habitat saisonnier de nombre de mammifères marins, notamment le lion de mer de Steller, le phoque Tacheté, l’orque, la baleine de Minke, le grand cachalot, le marsouin de Dall, et le rorqual commun, qui est menacé.

 

Intégrité

Les limites du bien sont celles des aires protégées officiellement désignées et couvrant une superficie de 71 100 ha, elles incluent toutes les zones conservées de l'écosystème intégré, qui comprend un écosystème marin et terrestre extrêmement riche, et englobent de façon suffisante toutes les valeurs terrestres clés du bien et la zone écologique marine clé pour la biodiversité marine. Les limites terrestres sont logiques et protègent les principales caractéristiques terrestres tandis que les limites marines s'étendent à 3 km de la côte, correspondant à une profondeur de 200 mètres, et recouvrant la zone écologique clé pour la biodiversité marine.

L’industrie de la pêche, qui a une importance vitale pour la région, est pratiquée dans la zone depuis un temps considérable et les efforts récents entrepris pour assurer sa durabilité contribueront à garantir à la région des revenus économiques tout en assurant la conservation des valeurs naturelles. Une consultation approfondie a eu lieu avec les partenaires locaux et le développement du Plan de gestion intégrée d’usages multiples de la zone marine doit également aider les autorités de gestion à atteindre l'objectif d'une industrie durable et d’une conservation à long terme.

Les limites terrestres du bien permettent de protéger les principales caractéristiques sur le terrain, de la côte jusqu’aux sommets, à 1.600 m d'altitude. La plus grande partie de l’aire terrestre est dans un état naturel ou semi-naturel et les caractéristiques physiques du bien continuent de présenter un degré élevé d’intégrité naturelle. Les agences de gestion disposent de ressources adéquates pour mettre en œuvre les dispositions du plan de gestion, y compris les stratégies pour traiter de la forte densité des populations d’ours et de cerfs Sika.


Eléments requis en matière de protection et de gestion

Shiretoko est protégé par plusieurs lois et règlements nationaux, y compris la Loi de conservation de la nature (1972), la Loi sur les parcs naturels (1957), la Loi sur l'administration et la gestion des forêts nationales (1951) et la Loi pour la conservation des espèces en danger de la faune et de la flore sauvages  (Loi pour la conservation des espèces en abrégé) (1992). En plus de ces lois, l'élément marin est protégé par des règlements couvrant des questions telles que la pollution marine et la pêche et est géré, entre autres, conformément  au règlement portant sur la Régulation de la pêche en mer de Hokkaido, pris en application de la Loi sur la pêche.

Les espèces rares et menacées qui se trouvent dans le site, comme le pygargue empereur, le pygargue  à queue blanche, et le kétoupa de Blakiston, sont également désignées et légalement  protégées en tant qu’espèces nationales de faune et de flore sauvages en danger en vertu de la Loi pour la conservation des espèces et/ou comme Monuments naturels en vertu de la Loi pour la Protection des biens culturels.

La plus grande partie de l’aire terrestre du bien se situe dans la forêt nationale détenue et gérée par le gouvernement national et est constituée des aires protégées suivantes : la Zone de nature sauvage Onnebetsudake, la Zone de protection spéciale du Parc national de Shiretoko, la Zone de protection de la faune, et la Réserve forestière de Shiretoko. Le bien est divisé en une zone A (précédemment appelée aire centrale) et une zone B (précédemment appelée zone tampon) pour des objectifs de gestion, la zone A étant dédiée à la protection et la préservation de la vie sauvage et la zone B au maintien de l’environnement naturel e harmonie avec des activités humaines comme le tourisme et la pêche. La zone A  comprend des zones strictement protégées comme la Zone de nature sauvage Onnebetsudake, la Zone de protection spéciale du Parc National de Shiretoko et la Réserve forestière de Shiretoko. Chacune de ces désignations représente un système efficace de protection du riche environnement naturel du Japon et en tant qu’ensemble, elles constituent un système complet d'administration du bien avec des restrictions légales strictes sur le développement et sur d’autres activités.

Le ministère de l'Environnement, l'agence des Forêts, l'agence des Affaires culturelles et le gouvernement de la préfecture de Hokkaido sont  responsables selon leur système respectif de conservation et d’administration du bien. Ils ont élaboré le Plan de gestion pour le site du patrimoine mondial de Shiretoko d’assurer la bonne gestion des différentes aires et espèces protégées, et le bien est géré en tant qu’unité sur la base de ce plan. En outre, les agences gouvernementales concernées et les administrations locales ont établi un comité régional de liaison pour le site du patrimoine mondial de Shiretoko auquel participent divers partenaires, afin de promouvoir la gestion et la conservation du bien,  grâce à une collaboration et une coopération efficace de la communauté locale. En outre, un conseil scientifique pour le site du patrimoine mondial de Shiretoko, composé de scientifiques et d’experts, a été établi afin de promouvoir une gestion adaptative de la conservation du bien qui reflète les connaissances scientifiques.

Le tourisme est une question de plus en plus importante pour le site. Un grand nombre de touristes visite le bien en été et ce nombre augmente également en hiver pour voir les glaces marines. Afin d’assurer la conservation des valeurs du bien, il est nécessaire de mettre en place une stratégie intégrée d'écotourisme, fondée sur la protection des valeurs naturelles, sur la promotion d’expériences de nature de haute qualité pour les visiteurs et la promotion du développement économique local. Dans ce but, les bureaux locaux du ministère de l'environnement et de l'agence des forêts,  ainsi que le gouvernement de la préfecture de Hokkaido, ont créé le Comité sur l'utilisation appropriée de la nature et l'écotourisme, qui couvre le Comité de Liaison régional et le Conseil scientifique. Ils ont commencé à formuler une stratégie d'écotourisme de Shiretoko en 2010.

D’autres questions concernant le bien, telles que l'effet de l'industrie de la pêche sur l'écosystème marin, l'impact des constructions sur les rivières, notamment les barrages de contrôle et contre l'érosion, sur la migration des saumons qui viennent frayer, l’impact sur la végétation du surpâturage du à la forte densité de population du cerf Sika et les conflits entre les résidents locaux ou les touristes et les ours bruns, y compris les dommages agricoles et sur la pêche, sont abordées sur la base des connaissances scientifiques des groupes de travail établis par le Conseil scientifique. Des mesures visant à traiter de ces questions sont  prises selon  les vues et opinions des partenaires  locaux qui font preuve d’un fort engagement à tous les niveaux pour garantir que la valeur universelle exceptionnelle du bien est  maintenue. Un plan de gestion des cerfs Sika dans la péninsule de Shiretoko a été mis au point pour adresse les problèmes des cerfs, et un plan de gestion intégrée d’usages multiples de la zone marine du site du patrimoine mondial de Shiretoko développé, sur la base des lois liées à la pêche et de la gestion autonome par les pêcheurs. Par la suite, le Plan de gestion révisé pour le site du patrimoine mondial de Shiretoko  (2009) a été formulé pour intégrer tous les plans individuels. En outre, la politique de gestion de la conservation des  ours bruns sur la péninsule de Shiretoko et le deuxième plan de gestion  des cerfs Sika dans la péninsule de Shiretoko ont été mis en place en 2012. Le plan de gestion intégrée d’usages multiples de la zone marine est actuellement en cours de révision et un deuxième Plan de gestion Marine est en cours d'élaboration.

Les effets à long terme du changement climatique ne sont pas clairs, mais étant donné les interactions complexes au sein du bien entre les écosystèmes marins et terrestres et la dépendance du système à l’égard des glaces marines saisonnières, ces effets sont préoccupants. Afin d’y répondre, des activités de surveillance continue sont en cours sur la base des avis du Conseil scientifique.

L'approche ascendante de la gestion grâce à la participation des communautés locales et des différents partenaires, et la manière selon laquelle les connaissances scientifiques ont été effectivement appliquées à la gestion du bien grâce au Conseil scientifique et aux groupes de travail, a été reconnue par l'ICUN et l’UNESCO Centre du patrimoine mondial ; elle fournit un excellent modèle pour la gestion des biens du patrimoine mondial ailleurs.