English Français

Halle du Centenaire de Wroclaw

Centennial Hall in Wrocław

The Centennial Hall, a landmark in the history of reinforced concrete architecture, was erected in 1911-1913 by the architect Max Berg as a multi-purpose recreational building, situated in the Exhibition Grounds. In form it is a symmetrical quatrefoil with a vast circular central space that can seat some 6,000 persons. The 23m-high dome is topped with a lantern in steel and glass. The Centennial Hall is a pioneering work of modern engineering and architecture, which exhibits an important interchange of influences in the early 20th century, becoming a key reference in the later development of reinforced concrete structures.

Halle du Centenaire de Wroclaw

La Halle du centenaire, un jalon de l’histoire de l’architecture en béton armé, a été construite entre 1911 et 1913 par l’architecte Max Berg. C’est un bâtiment à plan central au cœur du Parc des Expositions servant de salle d’exposition polyvalente. La Halle du centenaire forme un quadrilobe symétrique, avec un vaste espace circulaire au centre qui peut accueillir 6 000 sièges. Le dôme nervuré de 23 m est coiffé d’une lanterne d’acier et de verre. La Halle du centenaire est un exemple précurseur du début de l’architecture et de l’ingénierie moderne ; elle illustre un important échange d’influences au début du XXe siècle et elle est devenue une référence majeur dans l’évolution postérieure des structures en béton armé.

قاعة المئة عام في روكلاو

تعتبر قاعة المئة عام أساسيةً في تاريخ العمارة بالإسمنت المسلّح. وقد بناها ماكي برغ المهندس بين 1911 و1913. قاعة المئة عام صالة لعرض المعارض المختلفة وهي بناء بمخطط أساسي في قلب مدينة المعارض. وتتكوَّن من أربعة أجزاء متناظرة، مع مساحة دائرية واسعة في المركز وتسمح باستقبال 6000 مقعد. ويغطي أعلى القبة المضلّع 32م، مصباح من المعدن والزجاج. كما تُعتبَر قاعة المئة عام نموذجًا يُبشِّر ببداية الهندسة المعمارية الحديثة، ويدل على تبادل التأثرات في بداية القرن العشرين، وقد أصبحت مرجعًا أساسيًا في التطوّر الذي حصل بعد ذلك في بُنى الباطون المسلّح.

source: UNESCO/ERI

弗罗茨瓦夫百年厅

弗罗茨瓦夫的百年纪念会堂。百年纪念会堂(德语是Jahrhunderthalle,波兰语是Hala Ludowa)是钢筋混凝土建筑史上的一个里程碑。该会堂由建筑师Max Berg于1911-1913年设计建造,是当时弗罗茨瓦夫的市政厅。那个时候,弗罗茨瓦夫叫Breslau,是德国的一部分。百年纪念会堂是一个多功能娱乐场所,位于展览中心,其结构为中心对称式。它呈现出对称的四叶片形状,中心是开阔的圆形空间(直径65米,高42米),可容纳6000多人。会堂上方是23米高,由钢和玻璃构成的灯笼式穹顶。窗户由进口硬木制成,墙壁上覆盖了一层由水泥和一般木材或软木混合而成的绝缘层以改善音响效果。墙上没有装饰和点缀,只是外露的水泥部分留有木质模板的印子。百年纪念会堂的西边是一个模仿古代公共集会场地而建的巨大广场。北边是1912年建筑师Hans Poelzig设计的有4个穹顶的历史展览馆。展览中心北侧有一个人造池塘,Poelzig设计了一个环池水泥走廊。入口附近是展览中心管理公司的办公楼(Breslauer 展览股份有限公司),建于1937年,由Richard Konwiarz设计。一条伸向广场的宽阔柱廊是Max Berg 于1924年设计的,柱子由钢筋混凝土浇筑而成。百年纪念会堂是现代工程建筑的先驱之作,展现了20世纪初期各种影响力的交汇,对后来钢筋混凝土建筑的发展具有重要的参考价值。

source: UNESCO/ERI

«Зал Столетия» во Вроцлаве

«Зал Столетия» («Ярхундертхалле» - по-немецки, поляки называют его «Хала Людова» - «Народный Дом»), достопримечательность в истории развития архитектуры из железобетона, был возведен в 1911-1913 гг. Максом Бергом, бывшим в то время городским архитектором Бреслау, как назывался польский город Вроцлав, когда он входил в состав Германии. «Зал Столетия» - многоцелевое зрелищное здание находящееся в центре выставочного городка. По своей структуре «Зал Столетия» - это симметричный четырехугольник с обширным круглым центральным пространством (диаметром 65 м и высотой 42 м), где могут разместиться около 6000 человек. Купол высотой 23 м увенчан фонарем из стали и стекла. Оконные рамы выполнены из твердой древесины ценных пород. С целью улучшить акустику стены покрыты изолирующим слоем бетона, смешанного с древесиной или пробковой корой. Фасады лишены украшений или орнамента, но показывают текстуру бетона со следами деревянной опалубки. С западной стороны «Зала Столетия» устроена монументальная площадь, оформленная в виде древнего форума. На север от него находится павильон с четырьмя куполами, спроектированный в 1912 г. архитектором Хансом Пельцигом для размещения исторической выставки. В северной части выставочного городка Пельциг запроектировал бетонную перголу, окруженную искусственным водоемом. Рядом с входом находится служебное здание компании, управлявшей выставочным городком (Бреслауэр Мессе А.Г.), построенное в 1937 г. по проекту Рихарда Конвиарца. Монументальные ворота ведут на форум, образованный колоннадой из железобетона, спроектированной Максом Бергом в 1924 г. «Зал Столетия» - это пионерная работа в области современных конструкций и архитектуры, которая демонстрирует тесное взаимодействие различных течений в начале ХХ в., что стало важным импульсом дальнейшего развития железобетонных конструкций.

source: UNESCO/ERI

Centro del Centenario de Wroclaw

El Centro del Centenario, que marcó un hito en la historia de la construcción con hormigón armado, fue construido entre 1911 y 1913 por el arquitecto Max Berg. Situado en la Feria de Exposiciones y dotado de una estructura planeada en torno a un eje central, el Centro es un edificio destinado a múltiples usos de índole recreativa. Su planta, en forma de trébol de cuatro hojas simétricas, está dotada de un vasto espacio circular central en el que pueden tomar asiento unas 6.000 personas. Su cúpula nervada tiene 23 metros de altura y está rematada por una linterna de acero y cristal. Obra precursora de la ingeniería y arquitectura modernas con una considerable mezcla de tendencias estilísticas de los inicios del siglo XX, el Centro del Centenario se convirtió en un elemento de referencia clave para el desarrollo ulterior de las estructuras arquitectónicas en hormigón armado.

source: UNESCO/ERI

ヴロツワフの百周年記念ホール
ポーランド南西部にある百年記念ホールは、1911~1913年にヴロツワフの建築家マックス・ベルクがたてた多目的ホール。直径65m、高さ42mの巨大な円形ドームの周囲には、出入り口のある半円形の空間が4方向に突き出し、真上から見ると、左右対称を成す四つ葉飾り型の求心的な構造になっている。6000人を収容できるこのホールは、現代技術と現代建築の先駆的作品であり、後の鉄筋コンクリート建築の記念碑的なものとなった。周囲には、1937年までに4つの展示館、人工池を囲む「パーゴラ」と呼ばれる日陰棚、オフィスビル、柱廊様式の通路などが建設され、これらを含めて世界遺産に登録されている。

source: NFUAJ

Hala Stulecia in Wrocław

De Hala Stulecia is een mijlpaal in de geschiedenis van de gewapend beton architectuur. De hal werd in 1911-1913 gebouwd op het beursterrein door de architect Max Berg als een multifunctioneel gebouw voor recreatie. De hal heeft de vorm van een symmetrisch vierblad met een enorme ronde centrale ruimte die plaats biedt aan ongeveer 6.000 personen. De 23 meter hoge koepel is gekroond met een lantaarn van staal en glas. De hal is een baanbrekend werk van moderne techniek en architectuur. Het vormt een belangrijke referentie in de latere ontwikkeling van (bouwen met) gewapend beton.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Halle du Centenaire de Wroclaw © Bartek Sadowski
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La Halle du Centenaire de Wroclaw, un jalon de l’histoire de l’architecture en béton armé, a été conçue par l’architecte Max Berg et édifiée dans les années 1911-1913. La Halle forme un quadrilobe symétrique surplombé d’un grand dôme nervuré coiffé d’une lanterne, avec un vaste espace circulaire au centre. Elle peut accueillir jusqu'à dix mille personnes.

La Halle du Centenaire est un exemple éminent du début de l’architecture moderne et de l’utilisation innovante des structures en béton armé dans l’industrie du bâtiment. Au moment de sa construction, son dôme était le plus grand dôme en béton armé au monde. La Halle a joué un rôle important dans l’application d’une nouvelle solution technologique à haute valeur esthétique, qui est devenue une référence majeure dans la conception de l’espace public et dans l’évolution ultérieure de cette technologie. Tout en s’inspirant des formes historiques, le bâtiment est une œuvre pionnière qui, pour répondre aux besoins nouveaux de la société, pouvait servir de salle d’assemblée, d’auditorium pour les spectacles de théâtre et de lieux d’expositions et d’évènements sportifs. La Halle marque un tournant dans l'histoire de l'architecture moderne.

Le Parc des expositions est un ensemble spatial intégral avec comme son point central la Halle du Centenaire, située à l’intersection des axes principaux. Sa conception est due à Max Berg et Hanz Poelzig. Une place monumentale évoquant un forum antique, située à l'ouest de la Halle du Centenaire, se voit précédée d’une collonnade (érigée en 1925) de l’entrée principale. Au nord de la place s’élève le Pavillon de l’Exposition historique et artistique édifié dans les années 1912–1913 d’après le projet de Hans Poelzig, à présent connu sous le nom de « Pavillon à quatre dômes ». Au nord, la place donne sur un étang artificiel entouré d'une pergola en béton. La pergola est séparée de la Halle du Centenaire par un bâtiment qui abrite un restaurant avec une terrasse ouverte.

Dans la conception du Parc des expositions, de nouveaux éléments sont reliés à la partie sud du Parc Szczytnicki, datant du XIXe siècle, laquelle a été utilisée comme lieu d’expositions thématiques, comme par exemple le Jardin japonais, ou pour une exposition temporaire d’art funéraire, dont il subsiste une église en bois du XVIIIe siècle, transférée depuis la Haute Silésie en 1912.

Critère (i) : La Halle du Centenaire de Wroclaw est un exemple créatif et innovant du développement de la technologie de construction des grandes structures en béton armé. Elle occupe une position clé dans l’évolution des méthodes de renforcement utilisées dans l’architecture, et représente un des temps les plus marquants dans l’histoire de l'utilisation du métal comme matériau de consolidation structurelle.

Critère (ii) : La Halle du Centenaire est une œuvre pionnière de l’ingénierie et de l’architecture modernes qui illustre un important échange d’influences au début du XXe siècle et qui est devenue une référence majeure dans le développement ultérieur des structures en béton armé.

Critère (iv) : En tant que partie intégrante du Parc des expositions de Wroclaw, la Halle du Centenaire est un exemple exceptionnel de l’architecture moderne de loisirs, polyvalente, destinée à des fins différentes telles que l’organisation des colloques, expositions, concerts, spectacles de théâtre et d’opéra.

Intégrité

Le Parc des expositions, avec la Halle du Centenaire, a gardé son intégralité dans les limites du bien. Dans son ensemble, il a conservé son intégralité structurelle et les vues donnant sur le bien. La destination du Parc reste conforme à ses fonctions d’origine.

Depuis sa construction, la Halle reste complète et authentique du point de vue de sa structure et des matériaux utilisés. Le bâtiment a subi des travaux de restauration à plusieurs reprises, destinés à maintenir son état structurel et à remplacer les installations conformément aux normes de sécurité obligatoires pour des bâtiments publics.

Le site englobe la totalité de la partie centrale du Parc des expositions. Après la fermeture de l'Exposition du Centenaire en 1913, les éléments d’architecture furent démontés et les plantes saisonnières enlevées. Certaines structures permanentes, comme le toit de la colonnade de la porte d'entrée ou le bâtiment du restaurant avec sa terrasse, furent détruites pendant la Seconde Guerre mondiale.

Malgré quelques dommages de guerre, le Parc des expositions a survécu relativement intact à la Seconde Guerre mondiale et les éléments situés sur les deux axes du Parc des expositions existent toujours : la Halle du Centenaire, le Pavillon à quatre dômes, la colonnade de l'entrée principale et la pergola avec l'étang. Le Jardin japonais et l'église baroque en bois sont toujours visibles.

En 1948, le Parc des expositions s’est vu complété par une flèche d'acier d’après un projet de Stanislaw Hempel, placée au centre du “forum”.

Tous les projets d’investissement envisagés sur le terrain du bien et dans sa zone tampon doivent être soigneusement étudiés afin d’éviter un impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle du bien. 

Authenticité

La Halle du Centenaire et le Parc des expositions ont maintenu leur disposition spatiale d’origine et ont gardé leurs composants permanents dans les limites du bien. La Halle du Centenaire est une construction entièrement authentique du point de vue de sa forme architecturale, de la technologie de construction spécifique et des matériaux utilisés. Le bâtiment est en bon état à l’issue des travaux de rénovation orientés aussi bien sur la conservation que sur la modernisation technique et fonctionnelle.

 L’état structurel et l’état de préservation de la substance historique des autres composants du Parc des expositions varient d’un élément à l’autre. Le site est toujours utilisé conformément à ses fonctions initiales. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Tout le site (36,69 ha) est protégé par les dispositions législatives concernant la protection des monuments historiques, mises en œuvre par les services de conservation nationaux et locaux.

Le système de protection légale concernant le site se voit complété depuis des années par des efforts des autorités locales, grâce auxquels tout le territoire de la zone tampon (189,68 ha) est couvert par les plans de développement territorial qui assurent la protection légale du site sur le plan local, conformément aux dispositions de la loi relative à l'aménagement du territoire.

Tous les travaux de conservation et d'investissement sont précédés des études historiques et recherches adéquates ainsi que des analyses environnementales qui prennent en compte le contexte spatial. À chaque fois, ces travaux requièrent l’obtention de l’approbation et du permis de la part des services de conservation.

La responsabilité pour le bien est partagée entre plusieurs entités juridiques représentant différents types d'activités, selon la destination des bâtiments et du terrain. La partie principale du site de la Halle du Centenaire remplit la fonction de centre d’expositions et de conférences ainsi que de terrain de loisirs accessible à tous, conformément à sa destination initiale.

Tous les projets d'investissement concernant le territoire du bien et sa zone tampon doivent se subordonner à la protection de la valeur universelle exceptionnelle du bien et à la préservation de son caractère et de son contexte spatial historique.

Cet objectif sera réalisé par la mise en œuvre du Plan de gestion du site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. Ce document a pour but de coordonner les activités relatives à la gestion et au suivi du site de la Halle du Centenaire et de sa zone tampon. Le plan va assurer l’utilisation et le fonctionnement durables du site entier, prenant en considération les questions sociales, écologiques et économiques aussi bien que l’exploitation de son potentiel touristique et la mise à profit des valeurs paysagères du bien et de ses environs.

Description historique

L'histoire de Wroclaw a été façonnée par des influences diverses et de nombreux souverains, comme en témoignent les nombreux noms de cette « ville insulaire » : Wrotizla, Vretslav, Presslaw, Bresslau, Breslau, Wroclaw. Capitale d'une province importante et comptant parmi les principales villes de l'empire allemand, Wroclaw (alors Breslau) connut un rapide essor à la fin du XIXe siècle. Considérant l'emplacement historiquement stratégique de la ville et son rôle de pôle d'échanges culturels, on jugea qu'il lui fallait des structures permanentes pour accueillir des expositions, à l'image de celles de Francfort, de Berlin, de Leipzig ou de Dresde. La commémoration du 100ème anniversaire du discours à la nation allemande du roi Frédéric-Guillaume III, en 1813, fut l'occasion de construire ce nouveau parc des expositions. Le conseil municipal en prit la décision en 1910. On décida de l'édifier sur le site du complexe suburbain (150 hectares) composé du parc Szczytnicki, du milieu du XIXe siècle, conçu par des paysagistes de renom, et du parc zoologique municipal, datant de 1864-1865. Ce quartier était en effet un lieu de prédilection des visiteurs, et une ligne de tramway avait été construite pour le relier à la ville à la fin du XIXe siècle.

En 1909, l'architecte Max Berg (1870-1947), qui avait étudié à Munich et travaillé à Francfort, fut nommé architecte municipal. L'année suivante, il se lança dans la conception d'une halle d'exposition polyvalente, présentant le projet au début de l'année 1911 dans le cadre d'un plan d'embellissement de la ville. Le 28 juin 1911, le conseil municipal approuva les plans de Berg et donna son accord à la construction du parc des expositions et de la halle du Centenaire.

Parallèlement, on annonçait un concours architectural pour l'attribution du projet du parc des expositions. La conception globale en fut confiée à Hanz Poelzig (1869-1936), principal de l'Académie publique des Beaux-arts et des arts décoratifs de la ville. Il élabora donc le projet final, en collaboration avec Berg. Le point central en était la halle du Centenaire, et le schéma directeur reposait sur deux axes principaux au lieu d'un seul comme l'avaient proposé beaucoup des autres concurrents en lice. En 1912, le conseil municipal approuva les plans du deuxième bâtiment d'exposition, le pavillon à quatre dômes conçu par Hans Poelzig, pour abriter une exposition historique sur les guerres napoléoniennes. On y ajouta le bâtiment administratif et un restaurant, les structures formant une place évoquant un forum, avec la porte principale à l'ouest et une vue au nord sur un étang artificiel entouré d'une pergola monumentale conçue par Poelzig.

Le chantier fut ouvert en 1911, et la construction des arcs monumentaux commença en avril 1912. La technologie était d'avant-garde pour l'époque. On utilisa des compresseurs électriques spécialement conçus pour précontraindre le béton. Le professeur Heinrich Müller, de Berlin, vérifia la stabilité. Les matériaux de construction furent sélectionnés avec le plus grand soin. Un ciment spécial, fourni par l'usine des ciments de Silésie d'Opole et testé par Groß Lichterfelde à Berlin, fut utilisé pour le béton. On employa pour les tiges de renforcement de l'acier laminé de qualité supérieure au lieu de l'acier structurel standard. Pour les sections exposées aux plus fortes contraintes, on utilisa un agrégat fait du granite de la meilleure qualité. Les autorités municipales examinèrent la résistance du béton en les soumettant à des essais qui durèrent des mois. La résistance obtenue était 6 fois supérieure aux estimations. Une maquette en bois dur de l'abside à l'échelle 1:25 fut construite et soumise à une charge de 6 000 kg. Seuls des ouvriers qualifiés et d'expérience furent engagés.

L'exposition du Centenaire ouvrit ses portes en mai 1913, en présence du prince héritier Wilhelm. Elle accueillit plus de 100 000 visiteurs. Après sa fermeture, les pavillons temporaires furent démontés, mais la halle du Centenaire continua de servir, abritant les assemblées, tandis que le pavillon à quatre dômes de Poelzig accueillait les expositions. Après la Première Guerre mondiale, la gestion du parc des expositions fut confiée à une société par actions. On y organisa des foires industrielles nationales et internationales, ainsi que des expositions artistiques, des concerts et des productions théâtrales. En 1924-1925, le parc des expositions fut agrandi, avec la construction d'un grand pavillon des expositions, Messehalle, et d'une entrée monumentale à colonnades d'après les plans de Berg, mais ils furent détruits pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1929, l'exposition « Espace de Vie et de Travail » (WUWA) fut organisée à Breslau par le Werkbund allemand, un important manifeste de la nouvelle architecture, de technologie et de services novateurs.

Le parc des expositions survécut relativement intact à la Seconde Guerre mondiale. En 1948, l'exposition sur les territoires récupérés (rendus à la Pologne) y fut organisée, commémorée par la flèche d'acier (« Iglica ») conçue par le professeur Stanislaw Hempel et érigée sur la place devant la halle du Centenaire. En août 1948, le congrès mondial des intellectuels pour la paix, auquel Pablo Picasso prit part, se déroula dans la halle du Centenaire. En 1995-1997, l'intérieur de cette dernière a été rénové.

Source : évaluation des Organisations consultatives