English Français

Vegaøyan – Archipel de Vega

Vegaøyan -- The Vega Archipelago

A cluster of dozens of islands centred on Vega, just south of the Arctic Circle, forms a cultural landscape of 103,710 ha, of which 6,930 ha is land. The islands bear testimony to a distinctive frugal way of life based on fishing and the harvesting of the down of eider ducks, in an inhospitable environment. There are fishing villages, quays, warehouses, eider houses (built for eider ducks to nest in), farming landscapes, lighthouses and beacons. There is evidence of human settlement from the Stone Age onwards. By the 9th century, the islands had become an important centre for the supply of down, which appears to have accounted for around a third of the islanders’ income. The Vega Archipelago reflects the way fishermen/farmers have, over the past 1,500 years, maintained a sustainable living and the contribution of women to eiderdown harvesting.

Vegaøyan – Archipel de Vega

Ce groupe d’une douzaine d’îles autour de Vega, au sud du cercle arctique, constitue un paysage culturel de 103 710 ha dont 6 930 ha de terres. Les îles attestent d’un mode de vie frugal fondé sur la pêche et la collecte du duvet d’eider (une espèce de canard) dans un environnement hostile. On y trouve des villages de pêcheurs avec des quais, entrepôts et bâtiments servant de nichoirs pour les canards eiders, ainsi que d’un paysage agricole, des phares et des balises. Les traces de peuplement humain remontent à l’âge de la pierre. Au IXe siècle, les îles étaient devenues un grand centre d’approvisionnement du duvet, lequel représentait probablement un tiers des revenus des îliens. L’archipel de Vega illustre la façon dont les pêcheurs/agriculteurs subsistaient depuis 1 500 ans et le rôle des femmes dans la collecte du duvet d’eider.

فيغاويان – أرخبيل فيغا

تشكّل هذه المجموعة المؤلّفة من 12 جزيرة حول فيغا في جنوب الدائرة الشمالية، طبيعةً ثقافيةً تصل إلى 103.710 هكتارات من بينها 6930 هكتارًا من الأراضي. وتشهد هذه الجزر على طريقة حياة زهيدة بُنيت على صيد الأسماك وتجميع زغب العيدر (نوع من البط) الناعم في بيئة باردة. أما قرى الصيادين، فهي تتألف من أرصفة بحرية ومرافئَ ومبانٍ تحضن بط العيدر، بالإضافة إلى طبيعة زراعية ومنارات وشاخصات إذاعية. وتعود آثار سكن الإنسان إلى العصر الحجري. وكانت هذه الجزر في القرن التاسع مركزًا كبيرًا لتخزين الزغب الذي كان يمثل ثلث مداخيل سكان هذه الجزر على الأرجح. ويجسد أرخبيل فيغا الطريقة التي كان يعتاش منها الصيادون/المزارعون منذ 1500 عامٍ ودور النساء في تجميع زغب العيدر.

source: UNESCO/ERI

维嘎群岛文化景观

在北极圈的南部维嘎群岛有几十个岛屿,该地区总面积达103 710公顷,其中岛屿面积6 930公顷。这些岛的遗迹反映了当地居民在不适宜生存的环境中,依靠捕鱼和加工鸭绒毛为生的特有的俭朴生活方式。岛上的渔村、码头、仓库、鸭房(为绒鸭栖息而建)、农庄和灯塔与周围的自然景色相得益彰,构成一幅独特的北极民俗图。这里也拥有早在石器时代人类生存和居住遗留下的痕迹。9世纪时,维嘎群岛已成为当地重要的鸭绒毛供给中心,此项收入约占岛上居民收入的三分之一。维嘎群岛文化景观反映了在过去1500年间渔民/农民始终如一的古朴生活方式,以及妇女对绒毛加工业发展做出的贡献。

source: UNESCO/ERI

Вегаэйн - архипелаг Вега

На архипелаге Вега, расположенном немного южнее Полярного круга и состоящем из дюжины островов, сформировался культурный ландшафт. Общая площадь объекта – 103,7 тыс. га, включая 6,9 тыс. га суши. Этот ландшафт иллюстрирует суровый образ жизни местного населения, которое в неблагоприятных природных условиях занималось рыболовством и сбором гагачьего пуха. Здесь сохранились рыбацкие поселки, причалы, склады, искусственно созданные места для гагачьих гнездовий, обрабатываемые земли, маяки и бакены. Есть свидетельства существования здесь человеческого поселения, начиная со Средних веков. В IХ в. острова стали важным поставщиком пуха, который давал около трети суммарного дохода жителей островов. Архипелаг Вега – это свидетельство традиционного уклада рыбаков и фермеров, существовавшего на протяжении последних 1500 лет.

source: UNESCO/ERI

Vegaøyan - Archipiélago de Vega

Formado por decenas de islas agrupadas en torno a la isla principal de Vega, este archipiélago cercano al círculo polar ártico forma un paisaje cultural de 103.710 hectáreas, de las cuales 6.930 son de tierra firme. El sitio, que constituye un testimonio del modo de vida frugal típico de estas latitudes inhóspitas, basado en la pesca y la recolección del plumón del pato ártico eider, abarca aldeas de pescadores, embarcaderos, almacenes, faros y balizas marítimas, así como tierras cultivadas e instalaciones acondicionadas para el anidamiento de los patos. Existen vestigios de asentamientos humanos desde la Edad de Piedra. A partir del siglo IX, el archipiélago se convirtió en un centro importante del comercio de plumón, que probablemente llegó a representar una tercera parte de los ingresos de los isleños. El archipiélago de Vega es un exponente del modo de vida compatible con el medio ambiente de una población de pescadores y cultivadores desde hace quince siglos, así como del papel desempeñado por la mujer la recolección del plumón.

source: UNESCO/ERI

ヴェガオヤン-ヴェガ群島
北極圏の南にほど近いヴェガを中心とした数十の群島では、厳しい環境の中、人びとは漁業やケワタガモの羽毛採取を主とした独自の質素な生活を営んできた。10万3710ha(陸地は6930ha)におよぶ地域には、漁村や波止場、倉庫やケワタガモ飼育場、農業景観や灯台などが自然に解け込んだ文化的景観が広がる。また、ここには石器時代の住居跡も残る。9世紀には、群島は羽毛の重要な供給地となり、島民は羽毛で収入の3分の1ほどを得ていた。ヴェガ群島では、1500年以上にわたって、魚師や農夫の生活が伝えられ、女性の採取するケワタガモの羽毛の恩恵を受け続けているのである。

source: NFUAJ

Vegaøyan – de Vega archipel

Een cluster van tientallen eilanden rond Vega – net ten zuiden van de poolcirkel – vormt een cultureel landschap van 103.710 hectare, waarvan 6.930 hectare land is. De eilanden getuigen van een sobere levenswijze gebaseerd op visserij en vergaren van het dons van eidereenden. Men vindt er vissersdorpjes, kades, pakhuizen, eiderhuizen (gebouwd voor eidereenden om in te broeden), landbouwlandschappen, vuurtorens en bakens. Er is bewijs van menselijke bewoning vanaf de steentijd. De Vega archipel weerspiegelt zowel de manier waarop vissers en boeren de afgelopen 1.500 jaar goed in hun levensonderhoud konden voorzien, als de bijdrage van vrouwen aan de opbrengst van eiderdons.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Vegaøyan – Archipel de Vega (Norvège) © DN Lars Lofaldli
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

L’archipel de Vega est une zone d’eaux peu profondes juste au sud du Cercle arctique, sur la côte Ouest de la Norvège – paysage marin ouvert et paysage côtier composé d’une multitude d’îles, d’îlots et de brisants. Un groupe d’îles basses centré sur les îles plus montagneuses de Vega et Søla illustre la manière dont la population a développé un mode de vie frugal et singulier fondé sur la pêche, l’élevage et la récolte du duvet d’eider (une espèce de canard) dans un paysage marin extrêmement exposé. Le site représente un paysage culturel de 103 710 ha, dont 6 930 ha de terres.

Les îles de Vega et Søla où des pics s’élèvent à près de 800 m, sont peuplées de pêcheurs et de chasseurs depuis plus de 10 000 ans. Beaucoup de nouvelles îles progressivement émergées des fonds marins ont créé le paysage caractéristique modelé par l’interaction entre les pêcheurs-agriculteurs et la nature généreuse de ce lieu exposé. L’archipel de Vega témoigne aujourd’hui du mode de vie simple et unique développé par les habitants pour vivre au milieu de la nature et interagir avec elle.

Ces derniers ont vécu de la pêche et de l’agriculture en faisant de l’élevage d’eiders le centre de leur mode de vie. Les populations locales ont aussi construit des abris et des nids pour les eiders sauvages venant sur les îles chaque année au printemps. Les oiseaux étaient protégés de toute perturbation inutile pendant la saison de reproduction. En contrepartie, les habitants pouvaient récolter le précieux duvet d’eider une fois les oiseaux partis du nid avec leurs petits. Dès le IXe siècle, l’élevage d’eiders est considéré comme un moyen pour les gens en Norvège de gagner leur vie et l’archipel de Vega est au cœur de cette tradition. Les femmes ont joué un rôle prépondérant dans ce style de vie et l’archipel de Vega inscrit au patrimoine mondial célèbre aussi leur contribution à l’élevage d’eiders. La tradition perdure de nos jours, mais dans une moindre mesure.

Les îles et îlots groupés ou isolés sont répartis sur une plateforme de 50 km de large, le « strandflat », qui va du continent jusqu’au bord du plateau continental. Les îles les plus lointaines sont arides et juste recouvertes d’une mince couche de terre inégale, alors que celles plus proches du littoral, au substrat rocheux plus riche en nutriments, sont plus vertes et présentent une biodiversité dans le domaine agricole, liée à des siècles de pacage et de fenaison.

La richesse des ressources maritimes de l’archipel de Vega a non seulement profité aux populations locales, mais aussi aux quelque 228 espèces d’oiseaux qu’on peut observer sur l’archipel, considéré comme la plus importante aire d’hivernage des oiseaux marins dans la région nordique. 

Critère (v): L’archipel de Vega reflète la manière dont des générations de pêcheurs-agriculteurs ont maintenu depuis 1 500 ans un moyen de subsistance durable dans un milieu marin inhospitalier proche du Cercle arctique, fondé sur la pratique désormais unique de la récolte du duvet d’eider, et il célèbre aussi la contribution des femmes à cette activité. 

Intégrité

Le bien du patrimoine mondial comprend 6 500 îles, îlots et brisants, ainsi que les eaux au nord et à l’ouest de Vega et des parties de cette île principale et sa bande côtière. Le reste de l’île de Vega forme une partie de la zone tampon de l’archipel.

Le site illustre la diversité et l’interaction des éléments naturels et du patrimoine culturel de l’archipel de Vega en formant un paysage culturel exceptionnel. Cette diversité va des îlots où l’on récoltait le duvet aux villages de pêche et aux fermes traditionnelles avec leurs terres aux formes caractéristiques, créant une mosaïque dans le paysage. La plupart des vieux bâtiments sont intacts, des maisons d’habitation aux hangars à bateaux, entrepôts, granges, phares et balises ; presque tous ont été rénovés, ce qui rend l’ensemble de la zone représentative des établissements du strandflat. L’interaction entre les éléments naturels et culturels caractéristiques du paysage culturel qui s’inscrivent dans les limites du bien permettent la conservation à long terme de la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Là où les pâturages et la préparation des foins ont disparu et où aucune stratégie de gestion appropriée n’a été mise en place, le paysage culturel est en partie envahi par la végétation ou érodé. La vie des oiseaux dans la région est vulnérable aux perturbations causées par l’activité humaine à la saison de reproduction et le paysage peut montrer des signes d’usure s’il y a un trop grand nombre de visiteurs. La grande antenne radio sur l’île de Vega a aussi un impact sur les principales perspectives vers et depuis le site. 

Authenticité

Le paysage culturel de l’archipel de Vega continue à être géré de manière traditionnelle, selon des méthodes de gestion éprouvées. Les propriétaires fonciers et la communauté locale veillent à la tradition du duvet et au paysage culturel en coopération avec la Fondation du patrimoine mondial et les autorités de gestion de l’archipel de Vega. Les éleveurs d’oiseaux maintiennent la tradition plus que millénaire de la construction d’abris et de nids pour les eiders à duvet sur plusieurs îlots, en protégeant les oiseaux pendant la saison de reproduction, en récoltant le duvet et en confectionnant les traditionnels duvets d’eider. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

La gestion de l’archipel de Vega bénéficie de diverses mesures de sauvegarde ; 22 % des terres ont été désignées comme une zone de protection spéciale de la nature en application de la Loi de 2009 sur la diversité de la nature. Cinq réserves naturelles, quatre sanctuaires d’oiseaux et une zone naturelle protégée ont été instaurés par des décrets royaux.

Tous les monuments et sites archéologiques et historiques de la pré-Réforme (d’avant 1537) sont protégés par la Loi de 1978 sur le patrimoine culturel. De plus, des arrêtés de protection spéciale pour le patrimoine culturel ultérieur ont été promulgués pour 29 édifices de Skjærvær et le phare de Bremstein.

Le plan municipal de Vega contient une partie stratégique et une partie sur l’occupation des sols, afin de surveiller tout aménagement réalisé dans les autres parties du site et sa zone tampon et sauvegarder la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Un plan de gestion du site a été dressé sur la base d’une documentation détaillée des pratiques ancestrales et le recensement de la diversité biologique existante. Les propriétaires fonciers, les utilisateurs autorisés, le Conseil municipal de Vega, le Conseil de comté et les autorités du Gouvernement national travaillent en étroite concertation afin de préserver le paysage culturel de l’archipel de Vega. La Fondation du patrimoine mondial de l’archipel de Vega a été créée afin de promouvoir le patrimoine mondial et coordonner les efforts du patrimoine mondial au niveau local. Les représentants des autorités de gestion, l’Inspection norvégienne de la nature, le musée régional et le coordinateur local du patrimoine mondial travaillent ensemble pour garantir la bonne marche du plan de gestion appliqué au bien du patrimoine mondial. Le Gouvernement alloue chaque année des fonds pour assurer la gestion, la diffusion, la restauration et les efforts de création de la valeur locale de l’archipel de Vega inscrit au patrimoine mondial.

Un inventaire des nichoirs de canards eiders sur les îles a été réalisé au titre de la conservation de ces structures uniques.

L’augmentation de bétail au pâturage et les activités croissantes de fenaison dans plusieurs secteurs aident à restaurer les terres envahies par la végétation et à sauvegarder les aspects de mosaïque du paysage.

Les attributs du bien qui font connaître ses valeurs sont documentés et transmis à la communauté locale et aux visiteurs par l’éducation des enfants et des jeunes à travers les travaux pratiques, la recherche, les excursions guidées et les informations diffusées sur Internet, la publication de brochures et autres. Sur place, une « Société des Amis du site du patrimoine mondial » aide à transmettre les connaissances traditionnelles acquises par l’expérience.

Des solutions sont recherchées pour réduire l’impact visuel de l’antenne radio et les problèmes posés par l’affluence des visiteurs sont suivis par l’intermédiaire de l’Inspection norvégienne de la Nature grâce à une gestion ciblée des aires protégées et à la diffusion d’informations sur les valeurs du site. Une analyse de vulnérabilité du trafic dans la zone a été effectuée et il y a une stratégie distincte pour le tourisme et un projet pilote de tourisme durable.

Activités (1)