English Français
Aidez maintenant !

Parc national de Coiba et sa zone spéciale de protection marine

Coiba National Park and its Special Zone of Marine Protection

Coiba National Park, off the southwest coast of Panama, protects Coiba Island, 38 smaller islands and the surrounding marine areas within the Gulf of Chiriqui. Protected from the cold winds and effects of El Niño, Coiba’s Pacific tropical moist forest maintains exceptionally high levels of endemism of mammals, birds and plants due to the ongoing evolution of new species. It is also the last refuge for a number of threatened animals such as the crested eagle. The property is an outstanding natural laboratory for scientific research and provides a key ecological link to the Tropical Eastern Pacific for the transit and survival of pelagic fish and marine mammals.

Parc national de Coiba et sa zone spéciale de protection marine

Le Parc national de Coiba, au large de la côte ouest du Panama, protège l’île de Coiba, 38 îlots et les zones marines environnantes dans le golfe de Chiriqui. Abritées des vents froids et des effets d’El Niño, les forêts tropicales humides du Pacifique de Coiba entretiennent un niveau d’endémisme exceptionnel pour les mammifères, les oiseaux et les plantes en raison de l’évolution en cours de nouvelles espèces. C’est le dernier refuge d’un certain nombre d’espèces menacées telles que la harpie huppée. Le bien est un laboratoire naturel exceptionnel pour la recherche scientifique et sert de lien écologique clé dans le Pacifique tropical oriental pour le transit et la survie de poissons pélagiques et de mammifères marins.

منتزه كويبا الوطني ومنطقة كويبا الخاصة للحماية البحرية

يوفّر منتز كويبا الوطني، في عرض بحر الساحل الغربي لباناما، حمايةً لجزيرة كويبا ومجموعة مؤلفة من 38 جزيرة صغيرة والمناطق البحرية المجاورة في خليج شيريكي. كما أن الغابات الاستوائيّة الرطبة الواقعة في المحيط الهادي لجزيرة كويبا، التي تنأى عن الهواء البارد وآثار إعصار النينيو، تؤمن مستوى استيطان استثنائي للثدييات والطيور والنباتات بفعل التطور الراهن للأنواع الجديدة. إنه الملجأ الأخير لعددٍ معيَّنٍ من الأنواع المهدَّدة كالخفاش ذي القنبرة، ومختبر طبيعي استثنائي للبحث العلمي. يوفّر هذا المنتزه رابطًا بيئيًّا أساسيًّا في المنطقة الاستوائية الشرقية للمحيط الهادي لتسهيل مرور الأسماك المحيطية والثدييات البحرية وبقائها حيَّة.

source: UNESCO/ERI

柯义巴岛国家公园及其海洋特别保护区

柯义巴岛国家公园远离巴拿马西南海岸,保护着柯义巴岛、38个小岛和奇里基湾内四周的海域。柯义巴的太平洋热带雨林没有受到冷风和厄尔尼诺影响,由于新物种的持续进化,它包含了极高水平的地方性哺乳动物、鸟类和植物。这还是像冠鹰一样的许多濒危动物的最后庇护所。这里是科学家进行研究的重要的自然实验室,并为远洋鱼和海洋哺乳动物的转移和生存提供了炎热的东部太平洋关键生态链。

source: UNESCO/ERI

Национальный парк Койба и его особо охраняемая акватория

Национальный парк Койба, располагающийся у юго-западного тихоокеанского побережья Панамы, включает крупный остров Койба, 38 более мелких островов, а также прилегающую акваторию в заливе Чирики. Будучи защищенными от прохладных ветров и испытывая воздействие теплого течения Эль-Ниньо, здешние влажнотропические леса поддерживают исключительно высокий уровень эндемизма среди млекопитающих, птиц и растений, причем процессы видообразования продолжаются и поныне. Парк служит последним убежищем для целого ряда исчезающих видов, например, для хищной птицы гарпии. Данный район представляет собой прекрасную естественную лабораторию для проведения научных изысканий, он имеет также ключевое значение для сохранения пелагических рыб и морских млекопитающих.

source: UNESCO/ERI

Parque Nacional de Coiba y su zona especial de protección marina

El Parque Nacional de Coiba, situado frente a la costa sudoeste de Panamá, en el Golfo de Chiriquí, protege la isla de Coiba y otras 38 islas e islotes menores, así como las zonas marinas circundantes. Amparado contra los vientos fríos y la corriente de El Niño, el bosque tropical húmedo de Coiba es un lugar de formación de nuevas especies, como lo demuestra el alto nivel de endemismo de muchos de sus mamíferos, pájaros y plantas. Último refugio de varias especies en peligro como el águila arpía, este sitio es un laboratorio natural excepcional para la investigación científica y un nexo ecológico fundamental en el Pacífico tropical oriental para el tránsito y la supervivencia de especies de peces pelágicos y mamíferos marinos.

source: UNESCO/ERI

コイバ国立公園とその海洋保護特別地帯

source: NFUAJ

Nationaal park Coiba en de speciale mariene beschermingszone

Het nationaal park Coiba ligt langs de zuidwest kust van Panama en beschermt het eiland Coiba, 38 kleinere eilanden en de omliggende zeegebieden binnen de Golf van Chiriqui. Coiba’s tropische vochtige woud is beschermd tegen de koude wind en de effecten van El Niño, waardoor het een uitzonderlijke verscheidenheid kent van inheemse zoogdieren, vogels en planten als gevolg van de voortdurende evolutie van nieuwe soorten. Het is ook het laatste toevluchtsoord voor een aantal bedreigde diersoorten, zoals de kuifadelaar. Het park vormt verder een belangrijke ecologische verbinding naar de tropische oostelijke Stille Oceaan voor de doorvoer en het voortbestaan van pelagische vissen en zeezoogdieren.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Parc national de Coiba et sa zone spéciale de protection marine
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Parc national de Coiba et sa zone spéciale de protection marine est situé dans le golfe de Chiriqui de la République du Panama, dans la partie ouest du pays. Le bien protège l'île de Coiba avec 38 petits îlots et la zone marine environnante ; il  plonge dans le Pacifique tropical oriental et fait partie du corridor marin du Pacifique tropical oriental (CMAR). C’est le dernier refuge d’un certain nombre d'espèces menacées et une zone essentielle pour les espèces migratrices, y compris les éléments essentiels pour le maintien de l'équilibre écologique des masses océaniques, et un habitat précieux pour les cétacés, les requins, les tortues de mer et une grande variété d’espèces de poissons pélagiques de grande importance pour la pêche au niveau régional.

Le bien contient des milieux marins qui présentent à la fois des caractéristiques d’influence continentale et océanique, et inclut des écosystèmes insulaires côtiers marins et terrestres. Cette large gamme d'environnements et d’habitats résulte de la situation du bien, proche à la fois du bord de la plate-forme continentale et du continent. Ces caractéristiques concourent à produire des paysages d'une beauté incomparable qui abritent un niveau exceptionnellement élevé d'endémisme de mammifères, d’oiseaux et de plantes. Laboratoire naturel extraordinaire, le bien fournit un lien écologique clé avec le Pacifique tropical oriental et une zone importante pour la recherche scientifique.

La taille et la longueur du bien permet la protection de l'ensemble d’un écosystème en bonne santé, l’un des derniers grands refuges pour les espèces rares et menacées d'Amérique tropicale. La conservation du bien est l'objectif principal de la coopération étroite entre les parties prenantes qui forment le conseil d’administration du Parc national de Coiba, l'autorité responsable de la gouvernance et de la gestion du bien.

Critère (ix) : Malgré le bref temps d’isolement des îles du Golfe de Chiriquí à l’échelle de l’évolution, de nouvelles espèces se forment, ce que l’on peut constater dans le niveau d’endémisme signalé pour de nombreux groupes (mammifères, oiseaux, plantes) qui font du bien un laboratoire naturel exceptionnel pour la recherche scientifique. En outre, les récifs du Pacifique oriental tels que ceux qui se trouvent dans le bien, se caractérisent par des interactions biologiques complexes entre leurs habitants et fournissent un lien écologique clé dans le Pacifique oriental tropical pour le transit et la survie de nombreux poissons pélagiques ainsi que de mammifères marins.

Critère (x) : Les forêts de l’île de Coiba possèdent une grande diversité d’oiseaux, de mammifères et de plantes endémiques. L’île de Coiba sert aussi de dernier refuge pour plusieurs espèces menacées qui ont pratiquement disparu du reste du Panama telles que la harpie huppée et l’ara rouge. En outre, les écosystèmes marins du bien sont les conservatoires d’une biodiversité extraordinaire, conditionnée par l’aptitude du Golfe de Chiriquí à servir de tampon contre les extrêmes de température associés au phénomène d’oscillation australe/El Niño. Le bien proposé comprend 760 espèces de poissons marins, 33 espèces de requins et 20 espèces de cétacés. Les îles du bien sont le seul groupe d’îles côtières du Pacifique oriental tropical qui possèdent des populations importantes de poissons transpacifiques, à savoir d’espèces de l’Indo-Pacifique qui se sont établies dans le Pacifique oriental.

Intégrité

Les limites du bien sont légalement définies et contiennent une zone centrale protégée, constituée du Parc national de Coiba et une zone tampon délimitée, présentant ainsi  un zonage essentiel pour préserver la beauté de la zone et  protéger ses importantes valeurs naturelles. Il contient les éléments nécessaires pour assurer la pérennité des processus indispensables à la conservation à long terme des écosystèmes et de  l’unique diversité biologique du bien. Celui-ci comprend l'île de Coiba dans son intégralité, offrant ainsi un refuge à ses espèces endémiques ainsi qu’à des espèces qui ont largement disparu de la partie continentale de Panama. Il s'agit d'une vaste zone de  430 825 ha, avec une partie marine qui couvre des écosystèmes océaniques, des environnements continentaux, des îles au relief abrupt et bénéficiant d’une  protection légale. Cette protection, combinée à  la difficulté d’accès de nombreuses zones, contribue à maintenir le bien relativement inchangé avec une intervention humaine minimale.

L'existence et l'intégration d'autres aires marines protégées aux niveaux national et régional ajoutent à  la protection des valeurs particulières qui donnent au bien son caractère exceptionnel. Un certain nombre de facteurs pourraient menacer l'intégrité des caractéristiques du bien et nécessitent attention, comme la pêche illégale, tant du point de vue de l’échelle que des  équipements utilisés, les espèces introduites et les projets de développement de l'écotourisme. En outre, les changements climatiques pourraient également affecter la conservation des écosystèmes dans le site.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le Parc national de Coiba s’étend sur plus de 270 125 ha, dont 216 500 ha sont marins et 53 625 ha sont insulaires, et inclut l'île de Coiba et 38 îlots. La zone spéciale de protection marine est incluse dans les limites du bien en tant que zone tampon à la zone centrale du parc national et s’étend sur  160 700 ha supplémentaires. En tout, le parc national et sa zone spéciale de protection marine s’étendent sur 53 761 ha d'habitats terrestres et 377 064 ha de superficie marine. Le bien est protégé en vertu de la loi nationale 44, adoptée par l'Assemblée législative de la République du Panama le 26 Juillet 2004, qui établit le Parc national de Coiba et sa zone spéciale de protection marine dans le golfe de Chiriqui. La loi nationale 44 définit les limites du parc national avec sa zone de protection marine ainsi que les règles de  protection et de gestion de ces deux zones.

Le bien fait l’objet d’une gestion au niveau national qui s’appuie sur un cadre légal et institutionnel qui permet la mise en œuvre d'un modèle de gouvernance innovant, grâce à la participation concertée et coordonnée des différentes parties prenantes. Le parc national a été créé par la Résolution n ° 021 (1991) de l'Autorité nationale de l'environnement et le bien est géré au plan opérationnel par l'Autorité nationale de l'environnement et au plan administratif par les autorités nationales et locales, ainsi que des membres de la société civile, tels que les ONG environnementales et les secteurs productifs. Cette approche de gestion vise à garantir que le bien bénéficie des financements de base nécessaires à sa gestion. Elle permet d’atteindre les objectifs de gestion en matière de conservation, de  protection et de  continuité des processus écologiques. Pour y parvenir, il est nécessaire de maintenir et de promouvoir une gestion environnementale coordonnée et participative entre les communautés, les autorités nationales, les utilisateurs et les parties prenantes.

Les pressions dues à la pêche tant sur le Parc national de Coiba que sur sa zone spéciale de protection marine constituent l'une des menaces et l’un des impacts sur le bien, ainsi que le développement des infrastructures, l'agriculture, les  coupes forestières, les établissements humains et l'exploration et l'exploitation des ressources minérales, qui bien que strictement interdites restent des menaces potentielles. Ces questions ont été largement abordées par l'autorité de gestion, ainsi que par les ONG, qui appuient les efforts de conservation, et elles nécessitent la poursuite des investissements en matière de surveillance continue. L’intérêt touristique pour le site a augmenté et l’on s’attend à ce qu’il progresse encore avec un nombre de visiteurs en rapide augmentation.  Les activités touristiques incluent l'utilisation des plages et des zones côtières, ainsi que des activités sous-marines, et elles doivent être surveillées et gérées de manière à éviter des impacts significatifs sur le site et ses valeurs. Comme  c’est le cas pour d'autres aires marines protégées, à la fois dans la région et dans le reste du monde, le bien fait face aux menaces et aux impacts dus au changement climatique, tels que le blanchissement des coraux, des cyclones plus  forts et plus fréquents, ainsi que l'élévation du niveau de la mer.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Coiba National Park, off the southwest coast of Panama, protects Coiba Island, 38 smaller islands and the surrounding marine areas within the Gulf of Chiriquí. Protected from the cold winds and effects of El Niño, Coiba's Pacific tropical moist forest maintains exceptionally high levels of endemism of mammals, birds and plants due to the ongoing evolution of new species. It is also the last refuge for a number of threatened animals such as the crested eagle. The property is an outstanding natural laboratory for scientific research and provides a key ecological link to the Tropical Eastern Pacific for the transit and survival of pelagic fish and marine mammals.

Source : UNESCO/CLT/WHC