English Français
Aidez maintenant !

Yin Xu

Yin Xu

The archaeological site of Yin Xu, close to Anyang City, some 500 km south of Beijing, is an ancient capital city of the late Shang Dynasty (1300 - 1046 BC). It testifies to the golden age of early Chinese culture, crafts and sciences, a time of great prosperity of the Chinese Bronze Age. A number of royal tombs and palaces, prototypes of later Chinese architecture, have been unearthed on the site, including the Palace and Royal Ancestral Shrines Area, with more than 80 house foundations, and the only tomb of a member of the royal family of the Shang Dynasty to have remained intact, the Tomb of Fu Hao. The large number and superb craftsmanship of the burial accessories found there bear testimony to the advanced level of Shang crafts industry. Inscriptions on oracle bones found in Yin Xu bear invaluable testimony to the development of one of the world’s oldest writing systems, ancient beliefs and social systems.

Yin Xu

Le site archéologique de Yin Xu, proche de la ville d'Anyang, à quelque 500 km au sud de Beijing, fut la dernière capitale de l'ancienne dynastie Shang (1300-1046 av. J.-C.). Il témoigne de l'âge d'or de la culture, de l'artisanat et des sciences de la Chine antique, une période de grande prospérité de l'âge du bronze chinois. Beaucoup de tombes et palais royaux, prototypes de l'architecture chinoise postérieure, ont été mis à jour sur le site dont l'aire du Palais et les sanctuaires ancestraux royaux, où sont rassemblées plus de 80 fondations de maisons et la seule tombe d'un membre de la famille royale de la dynastie Shang encore intacte, le tombeau de Fu Hao. Un grand nombre de superbes objets funéraires y porte le témoignage du niveau avancé de l'artisanat Shang. Les inscriptions sur les ossements trouvés à Yin Xu et utilisés pour les oracles ont une valeur testimoniale immense sur le développement du plus ancien langage systématique écrit, sur les croyances et le système social anciens.

يين كزو

يقع موقع يين كزو الأثري على مسافةٍ قريبةٍ من مدينة أنيانغ على بعد 500 كيلومتر جنوب بيجينغ وهو العاصمة الأخيرة لسلالة شانغ القديمة (1300-1046 ق.م). والموقع شهادة عن العصر الذهبي لثقافة الصين القديمة وصناعتها الحرفيّة وعلومها، وهي حقبة عرف فيها الزمن الصيني البرونزي ازدهاراً كبيراً. وكثيرة هي المقابر والقصور الملكيّة وهي مثال الهندسة الصينيّة للعصر اللاحق التي جرى تحديثها في موقع تواجدها ومنها حرم القصر والمعابد الملكيّة القديمة حيث أساسات أكثر من80 منزلا ومقبرة فو هاو وهي المقبرة الوحيدة لفرد من الأسرة الملكيّة من سلالة شانغ التي ظلّت سليمة المعالم. وفي العديد من الأغراض الجنائزيّة الرائعة شهادة على المستوى المتقدّم من فنّ شانغ الحرفي. وتتمتع الكتابات المحفورة على العظام والموجودة في يين كزو والتي يستخدمها الوسطاء الروحيّون بقيمة عظيمة لجهة تطوّر اللغة المكتوبة الأقدم والمعتقدات والنظام الاجتماعي القديم.

source: UNESCO/ERI

殷墟

殷墟考古遗址靠近安阳市,位于北京以南约500公里处,是商代晚期(公元前1300至1046年)的古代都城,代表了中国早期文化、工艺和科学的黄金时代,是中国青铜器时代最繁荣的时期。在殷墟遗址出土了大量王室陵墓、宫殿以及中国后期建筑的原型。遗址中的宫殿宗庙区(1000米×650米)拥有80处房屋地基,还有唯一一座保存完好的商代王室成员大墓“妇好墓”。殷墟出土的大量工艺精美的陪葬品证明了商代手工业的先进水平,现在它们是中国的国宝之一。在殷墟发现了大量甲骨窖穴。甲骨上的文字对于证明中国古代信仰、社会体系以及汉字这一世界上最古老的书写体系之一的发展有着不可估量的价值。

source: UNESCO/ERI

Древний город Иньсюй

Археологический памятник Иньсюй вблизи города Аньян, в 500 км южнее Пекина – это древняя столица последнего периода правления династии Шан (1300-1046 гг. до н.э.). Он свидетельствует о высоком расцвете ранней китайской культуры, ремесел и наук на протяжении Китайского Бронзового века. Множество гробниц и дворцов властителей, послуживших образцами для дальнейшего развития китайской архитектуры, было обнаружено на этом месте. Объект включает территорию дворца и святилищ предков правителей (1000х650 м), с остатками оснований более чем 80 построек, и единственную гробницу члена правящей семьи династии Шан, оставшуюся неразграбленной – гробницу Фу Хао. Большое количество и великолепное мастерство изготовления найденных здесь погребальных предметов свидетельствуют о высоком уровне ремесленного производства в государстве Шан. Эти находки признаны ныне одним из национальных сокровищ Китая. При раскопках в Иньсюе было обнаружено множество лопаток домашнего скота и черепаховых панцирей, покрытых надписями. Эти «гадальные кости» представляют собой неоценимое свидетельство развития одной из древнейших в мире систем письменности, древних верований и социального устройства тех времен.

source: UNESCO/ERI

Yin Xu

El sitio arqueológico de Yin Xu, situado cerca de la ciudad de Anyang, a unos 500 km al sur de Beijing, contiene los vestigios de una antigua capital de las postrimerí­as de la dinastí­a de los Shang (1300-1046 a.C.). Yin Xu es un testimonio de apogeo alcanzado por la cultura, la artesaní­a y las ciencias de la China antigua en un periodo de gran prosperidad de la Edad del Bronce. Durante las excavaciones se han desenterrado algunas tumbas y palacios prototí­picos de la arquitectura china de épocas posteriores. El sitio comprende el Palacio y el í¡rea de los templos ancestrales reales, en los que se han encontrado mí¡s de 80 cimientos de edificios y la Tumba de Fu Hao, que es la única sepultura hallada intacta, hasta ahora, de un miembro de la familia de uno de los monarcas de la dinastí­a Shang. La abundancia y la magní­fica factura de los objetos funerarios encontrados atestiguan el grado de adelanto alcanzado por la industria artesanal en la época de los Shang. Las inscripciones que figuran en los restos óseos encontrados en Yin Xu, utilizados para los orí¡culos, aportan un inestimable testimonio sobre uno de los sistemas de escritura mí¡s antiguos del mundo, así­ como sobre las creencias y sistemas sociales de la época.

source: UNESCO/ERI

殷墟

source: NFUAJ

Yin Xu

De archeologische vindplaats Yin Xu ligt in de buurt van de stad Anyang, 500 kilometer ten zuiden van Beijing. Het is een oude hoofdstad uit de late Shang dynastie (1300 - 1046 voor Christus), opgericht tijdens de bloeiperiode van de Chinese bronstijd. Een groot aantal graven en paleizen zijn opgegraven. Daaronder vallen het paleis en de koninklijke voorouderlijke altaren, met meer dan 80 fundamenten en het enige graf van het koninklijke familielid van de Shang dynastie dat nog intact is gebleven: het graf van Fu Hao. Het grote aantal en de uitstekende kwaliteit van de gevonden grafcomponenten illustreren het hoge ambachtsniveau binnen de Shang dynastie.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Vestiges de la dynastie Shang © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Situés sur les deux rives du fleuve Huanhe, au nord-ouest de la célèbre ville historique et culturelle de Anyang, dans la province de Henan en Chine centrale, les vestiges archéologiques de Yin Xu datent de 1.300 ans av. J.-C. et sont composés de deux sites : l’aire du Palais et des sanctuaires ancestraux royaux et l’aire des tombes royales, couvrant à elles deux une superficie de 414 hectares avec une zone tampon clôturée de 720 hectares. Grâce à des documents historiques, des inscriptions divinatoires sur des ossements et des fouilles archéologiques, on a pu confirmer que Yin Xu est bien le premier site d’une capitale de l’histoire de la Chine. Le vingtième roi de la dynastie Shang, Pan Geng, a transféré sa capitale de Yan à Yin (la zone autour du village de Xiaotun dans l’actuelle ville de Anyang) aux environs de l’an 1300 av. J.-C. et a établi une capitale stable et durable. Pendant 255 années, sous le règne de 12 rois sur 8 générations, la splendide et brillante civilisation Yin-Shang a prospéré, ce qui constitue une valeur inestimable en termes d’histoire, d’’art et de sciences.

Yin Xu a été le premier site à posséder les éléments de la civilisation, dont plus de 80 fondations en terre damée présentant les vestiges de structures en bois, des autels et des sanctuaires ancestraux à l’intérieur d’une tranchée défensive qui servait également de système de contrôle des inondations. De nombreuses fosses à l’intérieur de la zone du palais contenaient des ossements utilisés pour les oracles sur lesquels on peut lire ce qui est aujourd’hui considéré comme la trace de la plus ancienne forme écrite de la langue chinoise. Sur les hauteurs, l’aire des tombes royales abrite des fosses sacrificielles qui renferment des chariots et des restes humains que l’on estime appartenir aux victimes des sacrifices. Les biens enterrés avec les défunts comprenaient de la vaisselle à usage rituel en bronze décorée, des ossements et du jade sculptés et des céramiques.

Yin Xu étant l’un des plus importants sites de capitales de la Chine ancienne, son plan urbain et sa disposition ont eu une influence considérable sur la construction et le développement des capitales chinoises qui ont suivi. L’aire des tombes royales de Yin Xu est le plus ancien ensemble funéraire de grande envergure en Chine et est à l’origine du système chinois de mausolées royaux et impériaux. Les inscriptions divinatoires sur les ossements sont, à ce jour, les plus anciennes traces d’un système d’écriture arrivé à maturité en Chine, et, constituent des preuves documentaires pour l’étude de l’histoire de la dynastie chinoise Shang, elles permettent de disposer de documents attestés sur l’histoire de la Chine pendant plus de mille ans. Le site de Yin Xu témoigne de la vie sociale à la fin de la dynastie Shang et reflète un haut niveau de développement dans la technologie architecturale et les sciences, dont des techniques de moulage du bronze et un système de calendrier.

Critère (ii) : Yin Xu, capitale des derniers rois de la dynastie Shang, illustre un important échange d’influences et le plus haut niveau de développement de l’ancienne culture chinoise du bronze, y compris un système d’écriture.

Critère (iii) : Les vestiges culturels de Yin Xu apportent un témoignage exceptionnel sur les traditions culturelles de la fin de la période des Shang, sur de nombreuses réalisations et innovations techniques et scientifiques telles que les calendriers solaire et lunaire. Les ossements divinatoires portent les plus anciennes traces d’un système d’écriture en langue chinoise.

Critère (iv) : Les palais, les sanctuaires ancestraux et les tombes royales de Yin Xu sont d’éminents exemples de l’architecture chinoise ancienne. Ils sont d’une valeur exceptionnelle en ce qu'ils constituent les premiers prototypes de l’architecture palatiale et des ensembles funéraires royaux de Chine.

Critère (vi) : Les vestiges matériels découverts à Yin Xu ont apporté des preuves tangibles de l’histoire de l'ancien système chinois d’écriture et de langage, des anciennes croyances, des systèmes sociaux de l'époque et d'événements historiques majeurs qui sont considérés comme d’une importance universelle exceptionnelle.

Intégrité

Le bien inscrit de Yin Xu a une superficie de 414 hectares et une zone tampon de 720 hectares, il contient des éléments bien conservés, en quantité suffisante, pour démontrer la valeur universelle exceptionnelle de Yin Xu, y compris les sites des Palais et sanctuaires ancestraux et les tombes royales sur le territoire du bien, et, le site excavé de la ville de Huanbei Shang dans la zone tampon. Les inscriptions divinatoires sur ossements qui ont été déterrés, la vaisselle de bronze, les sculptures de jade, les poteries et les objets en os et d’autres reliques d’une grande beauté ont témoigné de manière globale et systématique auprès du monde entier des traits marquants de la capitale de la dynastie chinoise Shang il y a 3.300 ans et de la splendide civilisation Yin-Shang, sont exposés dans les musées du site. Tout au long des travaux de fouilles archéologiques scientifiques et de conservation à Yin Xu, les sites et les reliques historiques mis au jour ont été correctement protégés tant de l’action de homme que de celle de la nature et un maximum d’informations historiques sur Yin Xu a été sauvegardé. La construction sur la zone du bien et sur sa zone tampon a été contrôlée et strictement gérée, le site patrimonial et son environnement historique ont été conservés en parfait état.

Authenticité

Conformément au principe de conservation patrimoniale de « maintien des conditions historiques/respect de l’authenticité », le site archéologique de Yin Xu et toutes les reliques culturelles mises au jour  ont été, autant que possible, conservés in situ. Après les fouilles, le site a été remblayé à des fins de protection et a fait l’objet d’une végétalisation ; les inscriptions divinatoires sur ossements sont présentées sur le site d’origine. Afin de mieux conserver les reliques culturelles mises au jour, le Musée-jardin de Yin Xu et le Pavillon d’exposition du musée ont été construits dans l’aire du Palais et des sanctuaires ancestraux de Yin Pu afin que ces importantes reliques culturelles fassent l’objet de la plus grande attention possible dans un contexte muséal. Lorsque des travaux de conservation et de restauration sont entrepris, une attention toute particulière est accordée afin d’intégrer les techniques traditionnelles à la technologie moderne, et ce, afin de préserver l’authenticité du tissu patrimonial. Grâce à ces procédures précises et à l’amélioration effective des villages, des routes et de l’environnement dans les zones protégées, le cadre historique de Yin Xu a pu jusqu’alors conserver son authenticité.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Yin Xu est un Site national de protection prioritaire et l’un des premiers Parcs nationaux d’archéologie en Chine. La Loi de la République populaire de Chine sur la protection des reliques culturelles, les Réglementations pour la mise en œuvre de la Loi de la République populaire de Chine sur la protection des reliques culturelles, les Réglementations sur la protection et la gestion de Yin Xu, à Anyang, dans la province de Henan et d’autres lois et réglementations sont en vigueur depuis de nombreuses années et sont appliquées très strictement. Le Plan général de conservation de Yin Xu a été élaboré et le système de gestion et les règlementations destinées à la protection des reliques culturelles sont en amélioration constante afin d’accroitre le niveau de protection de Yin Xu. Le style et les caractéristiques d’origine de Yin Xu ont été conservés et le site de Yin Xu et ses reliques culturelles ont été correctement sauvegardés.

La protection du patrimoine est un travail de longue haleine. Les gouvernements locaux et les entités en charge de la gestion du site continueront à mettre en œuvre avec précision les lois et réglementations sur la protection du patrimoine, à contrôler strictement les fouilles archéologiques et à suivre des procédures améliorées d’examen des demandes et de permis accordés aux travaux d’excavation. Afin de contrebalancer les effets de facteurs tels que la croissance du tourisme et la pression liée à la construction urbaine qui compromettent le patrimoine culturel, ces autorités suivront attentivement le bien et son cadre, identifieront et résoudront les problèmes liés à la conservation et à la gestion de Yin Xu, renforceront les capacités et les qualifications du personnel au moyen d’un effort de formation accru. Par ailleurs, les autorités en charge de la gestion élèveront régulièrement les niveaux de conservation et de gestion ce, par une procédure de révision engagée au moment opportun du Plan général de conservation de Yin Xu, elles amélioreront les systèmes et les mécanismes de conservation et de gestion participant ainsi à la promotion du développement durable du patrimoine culturel de Yin Xu.

Description historique

Yin Xu est une ancienne capitale qui connut son ascension à la fin de la dynastie des Shang, l'époque la plus prospère de l'âge du bronze chinois. Aux alentours du XVIIe siècle av. J.-C., la tribu desShang, une branche importante de la nation chinoise, vainquit la dynastie des Xia, et fonda une dynastie esclavagiste dans le centre de la Chine, la deuxième du genre dans l'histoire chinoise. Le territoire de cette nouvelle dynastie s'étendait jusqu'au grand océan à l'est, le Sichuan d'aujourd'hui à l'ouest, le bassin du Liaohe au nord et le lac de Dongtinghu au sud. Ce fut l'un des États les plus puissants de toute l'Asie de l'Est durant l'âge du bronze.


Vers 1300 av. J.-C., Pan Geng, roi de la dynastie des Shang, transféra sa capitale de Yan à Yin Xu et fit de cette dernière une ville magnifique. Depuis lors, sa construction se poursuivit sous la houlette de 12 rois, sur huit générations de la dynastie des Shang et pendant 255 ans. Elle demeura le centre politique, économique, militaire et culturel de la Chine aux plus beaux jours de son âge du bronze. Vers 1046 av. J.-C., le roi Wu envoya une expédition punitive contre le roi Zhou, dernier souverain de la dynastie des Shang. Yin fut désertée et la ville tomba en ruines, d'où son nom de Yin Xu (les ruines de Yin) dans les sources historiques.


Sous les dynasties des Qin et des Han (de 221 av. J.-C. à 23 apr. J.-C.), les ouvrages historiques faisaient fréquemment référence à Yin Xu. L'épigraphie devint populaire sous les dynasties des Song et des Yuan (Xe-XIVe siècle apr. J.-C.). L'exhumation fréquente de bronzes aux alentours du village de Xiaotun attira l'attention des érudits. On pensait alors qu'il s'agissait de la ville de Xiang, résidence du 12è empereur de la dynastie des Shang. En 1899, Wang Yirong, épigraphe des dernières années de la dynastie des Qing, découvrit et prouva que les inscriptions divinatoires sur os étaient rédigées dans la langue que parlait la dynastie des Shang. Après vérification et étude par quantité d'autres érudits, il fut établi que Xiaotun d'Anyang où avaient été découvertes les inscriptions divinatoires sur os était le site de la Yin Xu mentionné dans les classiques chinois.


Entre 1928 et 1937, l'Institut d'histoire et de philologie de l'Academia Sinica, telle qu'elle s'appelait alors, mena quinze grandes campagnes de fouilles à Yin Xu, et découvrit la zone du palais et des sanctuaires ancestraux, celle des tombes royales et un grand nombre d'autres vestiges culturels. C'est ainsi que l'on en apprit de plus en plus sur la capitale de la dynastie des Shang, et son statut de première capitale de l'ancienne Chine, prouvée par des documents écrits, a été formellement établi depuis lors. Les fouilles furent achevées après la Seconde Guerre mondiale. En 1995, la ville d'Anyang instaura le Département de gestion de Yin Xu, lui confiant la conservation et la gestion courante de Yin Xu.

Source : évaluation des Organisations consultatives